1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
1Barrès dans des dilemmes où l’art trouvait mal sa nourriture. Drieu La Rochelle tente la même fuite. Mais trop lucide, hésite, tré
2qui a son origine dans l’œuvre de Gide. Entre les Nourritures terrestres, les Caves du Vatican et Dada, il y a place pour tous les
2 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
3ique. Si je cite tel auteur dont nous fîmes notre nourriture une saison de naguère, voilà le rictus de votre bouche, une injure de
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
4? C’est un repos de l’esprit en même temps qu’une nourriture pour l’imagination. On goûtera les citations nombreuses que l’auteur
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
5rt, lui-même, la terre, les pierres, le sable, la nourriture, les femmes, les filles, les bateaux à vapeur, même le vide qu’il ava
5 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
6era ou sera niée en termes concrets, en termes de nourriture par exemple, non plus en termes curieux ou convenables. Nous recherch
6 1932, Présence, articles (1932–1946). Cause commune (avril-juin 1932)
7 plan où la vanité chercherait en vain la moindre nourriture. Le congrès de Francfort9 organisé par Plans a révélé cette unité fon
7 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
8 Au reste il s’agit bel et bien d’une question de nourriture, — la question fondamentale, et non point seulement pour le corps. J’
8 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
9e conte du journal, c’est-à-dire s’il demande une nourriture rapidement assimilable, mais tout de même reconstituante ? Des romans
9 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
10artons dans le vaste monde. À ceux-là, je dois la nourriture de ma maison, comme à des dieux. « Aidez-moi ! » dit cette femme. Ma
10 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Antimarxiste parce que chrétien
11Viens avec nous, nous t’assurerons le travail, la nourriture et le logis. » Le capitaliste aussi disait cela, et bien d’autres cho
11 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
12i. Livre trop plein, trop scrupuleux, trop grave, nourriture trop complexe pour être épuisée d’un seul trait : non qu’il faille re
12 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — D’une culture qui parle dans le vide
13le n’est plus à notre mesure, elle nous offre des nourritures de luxe, et nous avons besoin de pain de ménage. Elle nous offre des
13 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
14 millions de personnes de toutes conditions : une nourriture, un exercice de l’âme, de l’intelligence et du cœur. Dès lors, les ef
14 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
15les deux tiers de nos élèves. On aurait besoin de nourriture intellectuelle pour se soutenir. Quelquefois on nous envoie des journ
16 France n’a guère à donner à ceux qui ont faim de nourriture solide, élémentaire. Défaut de naïveté, de force ou de conviction. On
15 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
17les deux tiers de nos élèves. On aurait besoin de nourriture intellectuelle pour se soutenir. Quelquefois on nous envoie des journ
18 France n’a guère à donner à ceux qui ont faim de nourriture solide, élémentaire. Elle manque de naïveté, de force et de convictio
19individu qui a su tirer du monde où il est né les nourritures les plus richement assimilables. Il choisit, il compose, il n’accepte
16 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
20ement plus spacieux, plus clair et plus sain, une nourriture meilleure et plus variée, des occasions plus fréquentes de respirer l
17 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
21un d’eux me présente un travail sur les Nouvelles Nourritures de Gide, que je viens de recevoir et lui ai prêtées. Il s’étonne sinc
18 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
22ience bizarrement scrupuleuse. Il ne prend aucune nourriture le vendredi, et peu à peu s’exerce à jeûner également d’autres jours.
23ans un des villages voisins, et c’est là toute sa nourriture. Car n’est-il pas écrit, comme il le répétera souvent : « L’homme ne
19 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
24les vingt ans de sa retraite, il n’a pris d’autre nourriture que l’hostie, une fois par semaine ? L’évêque et les autorités ont bi
25mandait à Nicolas comment il pouvait vivre « sans nourriture corporelle », il se bornait à dire : « Dieu le sait… » Rien d’étonnan
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
26rt que les auteurs religieux dont elle faisait sa nourriture intellectuelle étaient tous fortement imbus de rhétorique courtoise e
21 1944, Les Personnes du drame. Sincérité et authenticité — Vues sur Ramuz
27era ou sera niée en termes concrets, en termes de nourriture par exemple, non plus en termes curieux ou convenables. Nous recherch
22 1946, Journal des deux Mondes. La route de Lisbonne
28t de gare, et nous nous ruons aveuglément sur des nourritures indéfinissables. Deux heures. Je demande au chef de train pourquoi no
23 1946, Journal des deux Mondes. Le mauvais temps qui vient
29st plus qu’au marché noir qu’on trouve encore des nourritures authentiques pour les corps et les esprits. Ne comptez plus sur vos é
24 1947, Doctrine fabuleuse. Le supplice de Tantale
30se à mort du fils, offert ensuite aux dieux comme nourriture meilleure, il est surprenant d’observer qu’elle invertit exactement l
31me dans l’ordre humain. Parce qu’il a convoité la nourriture des dieux, Tantale se voit refuser celle du commun des hommes. Sa jal
25 1947, Vivre en Amérique. Vie politique
32r goût des douceurs, des ice-creams, du lait, des nourritures d’enfants ; voyez leur correction trop attentive, leur pédantisme fré
26 1951, Les Libertés que nous pouvons perdre (1951). Libertés « formelles » et libertés « réelles »
33s qu’il s’agirait bien concrètement de lui donner nourriture et logis ? Et je parlais des « pâles libertés » définies par la Chart
27 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
34s fin ni cesse, d’être indéfiniment avide. Chaque nourriture qu’il trouve, au lieu de l’apaiser, excite encore son appétit. Par où
35publique, on lui apporta des quantités énormes de nourriture, elle mangea tout, et dit qu’elle avait encore faim, aussi grand faim
36aim. Ils lui dirent : Nous t’avons donné toute la nourriture du pays. Elle dit : Quand vous m’aurez donné cent fois et mille fois
28 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
37l’envie d’améliorer son sort ou d’amasser plus de nourriture et de richesses : cette théorie « économique » ou utilitaire suppose
38os jours, et dont dépendait notre sort : salaire, nourriture et logement. Si la technique, demain — comme elle le peut — permet à
29 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
39l’envie d’améliorer son sort ou d’amasser plus de nourriture et de richesses : cette théorie « économique » ou utilitaire suppose
40os jours, et dont dépendait notre sort : salaire, nourriture et logement. Si la technique, demain, — comme elle le peut — permet à
30 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
41l’échec atroce de son mariage, que Gide écrit les Nourritures Terrestres, bréviaire du nomadisme dionysiaque. Don Juan surgit comme
31 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère)
42rine. Quelle boisson capable de te plaire, quelle nourriture trouves-tu dans l’onde salée ? Sans doute tu es un dieu ; ce que tu f
32 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Goethe
43ont trop artificielles et trop compliquées, notre nourriture et notre genre de vie sont trop éloignés de la saine nature et nos re
33 1965, Fédéralisme culturel (1965). I. « Toute culture est création de diversité »
44illions d’Européens à gober passivement les mêmes nourritures, sans rapports (ou seulement par hasard) avec leurs vrais désirs et l
34 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
45étache notre individualité, et dont elle tire ses nourritures élémentaires ? Ce ne peut être que l’Europe entière. L’Europe est la
35 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Le rôle de la recherche en Europe
46s fin ni cesse, d’être indéfiniment avide. Chaque nourriture qu’il trouve, au lieu de l’apaiser, excite encore son appétit. On voi
47publique, on lui apporta des quantités énormes de nourriture, elle mangea tout, et dit qu’elle avait encore faim, aussi grand-faim
48 » Ils lui dirent : « Nous t’avons donné toute la nourriture du pays. » Elle dit : « Quand vous m’aurez donné cent fois et mille f
36 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Denis de Rougemont, l’amour et l’Europe » (3-4 mars 1973)
49population ratière devient trop nombreuse pour la nourriture disponible, les rats deviennent homosexuels. Mécanisme cybernétique.
37 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
50a Nature » — à moins que des quantités énormes de nourriture ne puissent être procurées de l’extérieur. Une partie de cette alimen