1 1924, Articles divers (1924–1930). M. de Montherlant, le sport et les Jésuites (9 février 1924)
1s, et j’avoue bien volontiers qu’il n’est pas une opinion sur le monde à laquelle je ne préfère le monde ». Je préfère à la dog
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
2 enfin ceux qui refondent et combinent toutes ces opinions ; et ceux qui avouent n’en point avoir, sincérité trop rare… Presque
3 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
3, ni traits d’enfance géniaux et prophétiques, ni opinions de critiques autorisés. Du benjamin, Eugène Bouvier, qui a vingt-cinq
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
4alors que la bienséance l’obligeait à émettre une opinion, même la plus générale et la moins compromettante, sur cette vie dont
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
5 c’est faire la part du feu. Je dis ces noms, ces opinions, ces titres de livres : tout cela jaillit, s’entrechoque, s’annule. P
6 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
6une certaine mesure un anarchiste s’il défend son opinion de toutes ses forces. Mais c’est un anarchiste de la mauvaise espèce,
7uste d’abord. Simplement. Ensuite, soutenir cette opinion : les effets suivront infailliblement. Par exemple, je vous demande u
8répondent oui, cela finira par créer un courant d’opinion. Et l’opinion publique mène le monde, paraît-il. À ce propos : que le
7 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
9politique comme ailleurs. Songez à ce qui forme l’opinion, cet ensemble de mythes sentimentaux qui gouverne les arguments. Ici
8 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
10politique comme ailleurs. Songez à ce qui forme l’opinion, cet ensemble de mythes sentimentaux qui gouverne les arguments. Song
9 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Châteaux en Prusse
11regard de cette seule classe qui ne doit rien à l’opinion.   Non, je ne peux rien voir dans la « féodalité » de ces junkers, qu
10 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
12 toutes les conférences, dans tous les journaux d’opinion, dans tous les manifestes de partis ou de ligues, une expression revi
11 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
13 croit les écrits les plus dignes de formuler son opinion, et qui sont pleins d’amères protestations contre le règne de la mass
14ra en public de l’interdire d’accès au temple ; l’opinion unanime accablera son fol orgueil : n’a-t-il pas écrit que la presse
12 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
15u’impose ce livre, et l’on admettra bien, quelque opinion qu’on ait sur le point de vue strictement « allemand » de l’auteur, q
13 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
16re fois, et propres à modifier considérablement l’opinion que nous pouvions avoir du « grand siècle » tel que nous l’ont décrit
14 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
17u’a lieu le choix, et non pas dans la rue, dans l’opinion, ni dans l’Histoire. Le lieu de toute décision qui crée, c’est la per
15 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
18repris dans le respect de toutes les diversités d’opinions, de mœurs, de traditions régionales. Il ne s’agit pas d’uniformiser,
16 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
19etc. », ni l’effort de signer quelques appels à l’Opinion publique, n’engagent à rien, personnellement. Il se peut que cela tra
17 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
20aites ces « nécessités historiques » qui, selon l’opinion de nos maîtres, dicteraient à l’homme ses destins. Ils constatent que
18 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
21 toutes les conférences, dans tous les journaux d’opinion, dans tous les manifestes de partis ou de ligues, une expression revi
22u’a lieu le choix, et non pas dans la rue, dans l’opinion, dans les lois de l’évolution. Le lieu de toute décision qui crée, c’
19 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Fascisme
23cela ne signifie pas que cet individu partage les opinions d’Hitler ou de Mussolini, mais simplement qu’il est d’un autre avis q
24froidement la nature réelle du danger. Cet élan d’opinion populaire, guidé par quelques professeurs, peut retarder la formation
20 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
25ment ? Qui donc oserait encourir la disgrâce de l’Opinion, comme Fénelon avait encouru celle du roi ? Qui donc oserait, comme c
26prenons-nous qu’il conforme sa vie à ses récentes opinions ? Allons, ils ne sont pas sérieux. Un chrétien a le droit de faire ce
21 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
27mmes efforcés, écrit Calvin, de ne pas mettre nos opinions personnelles à la place de l’exposition simple et fidèle de la pure P
22 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
28u’impose ce livre, et l’on admettra bien, quelque opinion qu’on ait sur le point de vue raciste de l’auteur, qu’il est peu de p
23 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
29 sur ces deux faits une constatation évidente : l’opinion de l’élite ni celle du grand public n’opposent la moindre réaction à
24 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
30e, en se basant uniquement sur cette lutte. Cette opinion est radicalement fausse. » — Il ne faut pas « aller aux ouvriers ». I
25 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
31 trois factions : — la faction catholique, dont l’opinion est clairement exprimée par les Assemblées du clergé réclamant à gran
26 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
32on essaye d’y réfléchir, au lieu de ressasser des opinions toutes faites prises à droite et à gauche dans des journaux dont l’él
33me à un degré que le simple lecteur de journaux d’opinion, peu initié aux parlottes parisiennes, aux complots de salons, de bur
34u’il faut attribuer l’évolution d’une partie de l’opinion, ou de certains groupes, vers des idées qui se rapprochent de plus en
27 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
35inion publique, alors qu’elle n’est en fait que l’opinion des maîtres de forges ou des parlementaires exploitant la bêtise publ
28 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
36t question que du « désarroi général ». Liberté d’opinion, c’est pratiquement liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans
37Leur opinion publique est dictée par l’État, et l’opinion privée, bon gré mal gré, se rapporte à ces seuls décrets. Partout des
29 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
38gré de sérieux qu’on leur accorde en fait, mais l’opinion commune qu’elles sont censées enregistrer. Cette opinion commune, je
39 commune qu’elles sont censées enregistrer. Cette opinion commune, je suis certain de la traduire sans la fausser quand je dis
40 du monde l’antithèse lorsque j’affirme que cette opinion commune est un négatif absolu des positions fondamentales de la Réfor
30 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
41u tout souhaitable, il vaudrait mieux réveiller l’opinion) rien ne permet de penser que les choses n’iront pas au pire : d’ici
31 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
42ullement en une concurrence libre de groupes ou d’opinions : un seul parti présentait des candidats, et le seul ministre de l’In
43 de plébiscite. Il ne s’agissait pas de doser les opinions, mais au contraire d’obtenir l’unanimité de la nation sur une questio
44émagogique incomparable. « Avant d’en appeler à l’opinion, dit-il, il faut que cette opinion existe. Or comment voulez-vous vou
45en appeler à l’opinion, dit-il, il faut que cette opinion existe. Or comment voulez-vous vous faire une opinion quand il y a 46
46ion existe. Or comment voulez-vous vous faire une opinion quand il y a 46 partis qui sollicitent vos suffrages ? C’est difficil
47oi la vraie démocratie n’est possible que là où l’opinion a été formée et disciplinée par un seul parti dirigé par un seul homm
48cratie » et gouvernement d’un seul appuyé sur une opinion qu’il s’est créée favorable par les moyens que l’on sait. Mais il est
32 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
49itions locales et la « liberté » anarchique des « opinions », c’est-à-dire des groupements d’intérêts. Tandis que dans les dicta
50enir du premier coup totalitaire. L’économie et l’opinion totalement étatisées sont en effet les conditions qu’impose toute gue
33 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
51e je leur impute, n’est pas d’avoir mal conduit l’opinion, mais d’avoir refusé de la conduire, et cela sous l’éternel prétexte
52i fiscale ou militaire dont le projet surexcite l’opinion ; qu’il dise au financier : « Entre nous, cher monsieur, tout cela n’
53ans : « vaine querelle de défense nationale » — l’opinion unanime l’accusera de démence, ou au contraire d’intelligence avec l’
34 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — D’une culture qui parle dans le vide
54 débattent dans l’opportunisme, ballottés entre l’opinion, qui traduit l’ignorance commune, et quelques principes sacro-saints
35 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
55nom d’une vérité plus haute, et qui n’est pas une opinion de partisan, de politique. Mais cela n’empêche pas que le génie d’Hit
56Je voudrais esquisser ici, sans tenir compte de l’opinion que je puis avoir sur la valeur ou le bon droit relatif des deux régi
57on de durer. Une dictature ne peut durer contre l’opinion libre et anarchique. Elle ne peut tolérer d’opposition. Or on ne se d
36 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
58t question que du « désarroi général ». Liberté d’opinion, c’est pratiquement liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans
59eur opinion publique est dictée par l’État ; et l’opinion privée, bon gré mal gré, se rapporte à ces seuls décrets. Partout des
37 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
60t pour notre perte à tous. Or, ces gens forment l’opinion, sans aucun doute, et ils le savent. Toute l’opinion du monde en est
61nion, sans aucun doute, et ils le savent. Toute l’opinion du monde en est à peu près là, que la pensée ne peut venir qu’à la re
62s les mesures, et le correctif nécessaire à toute opinion personnelle. Lorsqu’un clerc enfin louera le sérieux d’un ouvrage, no
63eurs, à leurs élèves et à tous ceux qui forment l’opinion, dicte ses lois au créateur et stérilise la recherche hérétique : c’e
38 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
64nt superstitieux dans leur conduite et dans leurs opinions. On dit bien : l’exception confirme la règle. Oui, mais il faut enten
65fait la critique des idées non point à l’aide des opinions de son journal, mais à l’aide de sa vie concrète. Celui-là seul peut
39 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
66nes en les groupant sous trois chefs principaux : opinions, culture, et armée. 1. — L’opinion suisse, telle que la traduisent no
67 principaux : opinions, culture, et armée. 1. — L’opinion suisse, telle que la traduisent nos journaux — et spécialement dans l
68 si réellement représentatifs, dans ce pays, de l’opinion moyenne des citoyens, ont retrouvé le sens de notre destinée, et notr
40 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
69M. Hitler, par goût de la rime sans doute. Pour l’opinion moyenne sur Luther, je crois que la phrase suivante en donne une just
70 Parole est Christ lui-même, — il me paraît que l’opinion de Luther n’est pas sujette à de sérieuses objections. Et la démonstr
41 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
71ine qu’ils n’estiment pas que je puisse avoir une opinion plus avertie que la leur sur les sujets que je viens de nommer. Ils n
42 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
72t à la France, elle ne fait que refléter ces deux opinions : la droite soutient Franco parce qu’il est soutenu par le fascisme ;
43 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
73r s’ils font une distinction quelconque entre les opinions, pourtant bien tranchées, que ces journaux leur servent. Je crois qu’
74 lu un de mes articles. Je le sens inquiet de mon opinion d’« intellectuel » sur son discours. « C’était sûrement beaucoup trop
75rler en camarade : — Eh bien ! si vous voulez mon opinion, ou si elle peut vous être utile… je crois que vous êtes encore trop
76ois ingénieuses, et par définition inefficaces. L’opinion de mon voisin après la conférence, j’ai pu croire que c’était l’opini
77après la conférence, j’ai pu croire que c’était l’opinion d’un nigaud ; mais non, c’est celle d’un clerc parfait. Je n’ai pas f
44 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
78ine qu’ils n’estiment pas que je puisse avoir une opinion plus avertie que la leur sur les sujets que je viens de nommer. Ils n
79r s’ils font une distinction quelconque entre les opinions, pourtant bien tranchées, que ces journaux leur servent. Je crois qu’
80 lu un de mes articles. Je le sens inquiet de mon opinion « d’intellectuel » sur son discours. « C’était sûrement beaucoup trop
81parler en camarade. — Eh bien, si vous voulez mon opinion, ou si elle peut vous être utile… je crois que vous êtes encore trop
82ois ingénieuses, et par définition inefficaces. L’opinion de mon voisin après la conférence, j’ai pu croire que c’était l’opini
83après la conférence, j’ai pu croire que c’était l’opinion d’un nigaud ; mais non, c’est celle d’un clerc parfait. Je n’ai pas f
84le, cela réussit ou rate, cela ne dépend pas de l’opinion. Ni de la bêtise plus ou moins spirituelle de, etc. Parlons plutôt de
45 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
85ce qui règle le jeu des relations humaines et les opinions politiques). Le marxisme traite tout cela de nuances vaines, d’illusi
86t. J’ai parlé avec plusieurs jeunes gens. Quelles opinions politiques, dans ce cercle ? — Il y a de tout. Le quincaillier est ro
87nt superstitieux dans leur conduite et dans leurs opinions. On dit bien : l’exception confirme la règle. Oui, mais il faut enten
88fait la critique des idées non point à l’aide des opinions de son journal, mais à l’aide de sa vie concrète. Celui-là seul peut
46 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. L’été parisien
89e à choisir bien nettement entre sa vocation et l’opinion. Paracelse avait cette devise impérialiste : Alterius non sit qui suu
47 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
90 son Romorantin, se dresse, seule, contre toute l’opinion — quitte à passer pour Dieu sait quoi — et rive son clou à l’insolent
48 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
91ment de notre État. La première réaction de notre opinion fut aussi la plus naturelle et la plus instinctive : « Au signal du d
49 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
92tée). 5. Quelle fut la réaction de l’Europe ? — L’opinion démocratique apparut désorientée par cette exigence purement « rituel
50 1938, Journal d’Allemagne. Avertissement
93x vues générales d’un parti, ou tout au moins à l’opinion moyenne telle qu’elle se trouve préformée dans un pays. Or le journal
51 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
94ds qu’on ne m’a pas nommé dans l’ignorance de mes opinions : c’est ce qui assure ici ma liberté. Mon premier livre dit assez mon
95que derrière le célèbre col dur se cache encore l’opinion des « gens bien ». Ce qui nous choque en particulier, c’est l’attitud
9630 janvier. Ici plus que partout ailleurs règne l’opinion qu’avant “c’était tout de même le bon temps”. Du point de vue égoïste
52 1938, Journal d’Allemagne. Instruction spirituelle donnée aux étudiants hitlériens, (Extrait de lettre d’un étudiant allemand)
97est qu’il affirme sans cesse que ce n’est pas une opinion personnelle qu’il expose, mais la position officielle du Parti et du
53 1938, Journal d’Allemagne. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
98ullement en une concurrence libre de groupes ou d’opinions : un seul parti présentait des candidats, et le seul ministre de l’In
99 de plébiscite. Il ne s’agissait pas de doser les opinions, mais au contraire d’obtenir l’unanimité de la nation sur une questio
100émagogique incomparable. « Avant d’en appeler à l’opinion, dit-il, il faut que cette opinion existe. Or comment voulez-vous vou
101en appeler à l’opinion, dit-il, il faut que cette opinion existe. Or comment voulez-vous vous faire une opinion quand il y a 46
102ion existe. Or comment voulez-vous vous faire une opinion quand il y a 46 partis qui sollicitent vos suffrages ? C’est difficil
103oi la vraie démocratie n’est possible que là où l’opinion a été formée et disciplinée par un seul parti dirigé par un seul homm
104cratie » et gouvernement d’un seul appuyé sur une opinion qu’il s’est créée favorable par les moyens que l’on sait. Mais il est
54 1939, Esprit, articles (1932–1962). D’une critique stérile (mai 1939)
105tion à hauteur d’homme, et non pas au niveau de l’opinion. 10. Ceux qui doutent de son efficace sont victimes de l’optique des
55 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Directeurs d’inconscience (11 avril 1939)
106 part les journalistes : ils dirigent en partie l’opinion, mais non pas nos actions personnelles. Je réserve les cas des meneur
56 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). Une simple question de mots (24 avril 1939)
107slogans, un cas particulier de cette science de l’opinion qui s’appelle la Publicité. C’est pourquoi la conversation devient pa
57 1939, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’Âme romantique et le rêve (15 août 1939)
108emment M. Goebbels, on n’impose pas au peuple des opinions diverses entre lesquelles il devrait choisir : le peuple n’aime pas à
109ime pas à choisir, il aime qu’on lui présente une opinion juste… D’ailleurs, notre politique est une politique d’artistes. Le F
58 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
110urs adaptateurs modernes ! Ainsi s’est répandue l’opinion fort étrange que les poètes bretons n’étaient en somme que des amuseu
59 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
111qu’il n’est plus admissible de vouloir vaincre. L’opinion — à laquelle Racine se montre si sensible — l’opinion est toujours av
112ion — à laquelle Racine se montre si sensible — l’opinion est toujours avec Tristan contre le roi Marc, avec le séducteur contr
60 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
113 et un état d’esprit à tel point féminins que ses opinions et ses actes sont déterminés beaucoup plus par l’impression produite
61 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
114tique de la concupiscence » (p. 200). Certes, une opinion assez répandue prête aux troubadours une attitude idéaliste du même g
115maîtrise technique, m’a incité à reconsidérer mon opinion. Il serait en effet très intéressant d’étudier analytiquement la genè
116tous deux à la fois. » P. Klossowski oppose cette opinion de Sade à celle de Freud, qui voit une antithèse entre l’instinct de
62 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
117rre, il n’offre plus de résistance aux courants d’opinion, aux modes, à la publicité des grandes firmes et des grands partis po
63 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Erreurs sur l’Allemagne (1er mai 1940)
118ppliquer le programme communiste. (Je donne cette opinion pour ce qu’elle vaut.) Le petit livre que j’ai écrit là-dessus m’a va
64 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). I. Naissance de la Ligue
119saires. Les préjugés tombaient devant le péril. L’opinion, tout d’abord désorientée, s’ouvrait aux solutions nouvelles. Il impo
65 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). IV. La Ligue du Gothard sera-t-elle un parti ?
120radiction flagrante : Si les partis reflétaient l’opinion du peuple entier, nous aurions le droit, nous aussi, d’exprimer nos i
66 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). VII. Réformes politiques
121nces : il est absurde qu’un député nommé pour ses opinions politiques ait à se prononcer sur des questions économiques qu’il ne
67 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). IX. Premiers résultats de notre action
122igue du Gothard a produit un choc salutaire sur l’opinion suisse. Elle a rendu confiance à beaucoup de citoyens, elle a fait na
68 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
123mmes efforcés, écrit Calvin, de ne pas mettre nos opinions personnelles à la place de l’exposition simple et fidèle de la pure P
69 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
124rre, il n’offre plus de résistance aux courants d’opinion, aux modes, à la publicité des grandes firmes et des grands partis po
70 1940, Mission ou démission de la Suisse. Neutralité oblige, (1937)
125nes en les groupant sous trois chefs principaux : opinions, culture et armée. 1. L’opinion suisse, telle que la traduisent nos j
126efs principaux : opinions, culture et armée. 1. L’opinion suisse, telle que la traduisent nos journaux est en contradiction fré
127 si réellement représentatifs, dans ce pays, de l’opinion moyenne des citoyens, ont retrouvé le sens de notre destinée, et notr
71 1940, Mission ou démission de la Suisse. La Suisse que nous devons défendre
128esprit. C’est un pays où l’on tolère fort mal les opinions non-conformistes, les exceptions, les bizarreries, ou simplement les
129Peut-être est-il encore trop tôt pour mobiliser l’opinion en faveur d’une action de la Suisse auprès de ses voisins en guerre.
72 1940, Mission ou démission de la Suisse. Esquisses d’une politique fédéraliste
130n rendement, qui varie entre 5 % (dans les pays d’opinion « libre ») et 98 ½ % (dans d’autres pays). Il y a donc aujourd’hui p
73 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
131s ils ne nous imposent nullement une neutralité d’opinion. Renoncer au droit de nous exprimer, ce n’est donc pas nous conformer
132neutre, on dit qu’elle est neutralisée. Taire nos opinions, aujourd’hui, ce n’est pas rester neutres, c’est accepter d’être neut
133 voulaient « neutraliser » de cette manière notre opinion. En tant que citoyen suisse respectueux des décisions de nos autorité
134sse ne dit pas : « Plutôt renoncer à ma liberté d’opinion que de risquer des ennuis avec une légation. » Il dit au contraire — 
74 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
135w Deal, suivis de lettres d’abonnés discutant les opinions publiées les jours précédents. À côté de ce débat académique — recouv
136 guère discuter, mais il aime faire connaître son opinion. Il délègue donc ce soin à un bouton tricolore qui proclame sur sa po
75 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Santé de la démocratie américaine (17 janvier 1941)
137ce pays entre le gouvernement et la population. L’opinion questionne, le gouvernement répond, il s’explique, il écoute à son to
138excellente à la fois sur le gouvernement et sur l’opinion. Il incite les dirigeants à s’expliquer franchement devant le peuple,
139aux ou des étrangers… Ainsi informée et formée, l’opinion se sent responsable de ses réactions. Lorsqu’on sait que l’on sera pr
140nt à ce qui se passe dans d’autres républiques, l’opinion américaine discute réellement les problèmes posés. Elle cherche réell
76 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Religion et vie publique aux États-Unis (18 février 1941)
141magazines politiques à gros tirages qui forment l’opinion moyenne du pays. Ce qui est étonnant, c’est précisément que cela n’ét
77 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable démocrate
142é votre naissance et votre race, vos fautes, et l’opinion régnante. La liberté n’est pas un droit, mais un risque à courir à ch
143ble s’y mettra sous mille formes diverses, dont l’Opinion publique est la plus ordinaire. Mais si l’homme se reconnaît une voca
144gera sur des chiffres résumant vos capacités, vos opinions et vos réflexes. Vous serez classé, étiqueté, estimé ; vous serez pis
145le grand nombre dépend des caprices féminins de l’Opinion. Il en résulte fatalement que le problème majeur des dirigeants sera
78 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
146ète et du parti du Diable sans le savoir ». Cette opinion s’est curieusement vulgarisée, dans notre siècle. Et l’on apporte à s
147lite, des théories, des ismes, des initiales, une opinion qui ne sait jamais rien, des gouvernants qui ont trop peur d’elle pou
148 que j’ai toujours vues de singulier accord : les opinions supercélestes et les mœurs souterraines. » S’il y a quelque chose de
149 lui. Contre les romans et les films, et contre l’opinion courante du temps, qui voient le signe de la vraie passion dans le cr
150Se faire tuer pour la liberté d’avoir ses propres opinions, c’est magnifique, mais c’est aussi mettre ces opinions à bien haut p
151ns, c’est magnifique, mais c’est aussi mettre ces opinions à bien haut prix. Valaient-elles le grabuge où nous sombrons ? J’ai d
79 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
152 croit les écrits les plus dignes de formuler son opinion, et qui sont pleins d’amères protestations contre le règne de la mass
153on proposera de l’interdire d’accès au temple ; l’opinion unanime accablera son fol orgueil ; n’a-t-il pas écrit que la presse
154s), à la Révolution, au Capital, au jugement de l’Opinion publique ; nous croyons au passé, au collectif, à l’avenir, et tout c
80 1944, Les Personnes du drame. Liberté et fatum — Luther et la liberté de la personne
155rien, mais de Hitler, païen né catholique. Pour l’opinion moyenne sur Luther, je crois que la phrase suivante en donne une asse
156e Parole est Christ lui-même — il me paraît que l’opinion de Luther n’est pas sujette à de sérieuses objections. Et la démonstr
81 1944, Les Personnes du drame. Une maladie de la personne — Le Romantisme allemand
157roclamait Goebbels, on n’impose pas au peuple des opinions diverses entre lesquelles il devrait choisir : le peuple n’aime pas à
158ime pas à choisir, il aime qu’on lui présente une opinion juste… D’ailleurs notre politique est une politique d’artistes. Le Fü
82 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
159avenir de la Bombe bat son plein. Bien entendu, l’opinion des savants domine tout. Leur mauvaise conscience les a rendus pruden
160les passions qui les soutiennent. Voici d’abord l’opinion du chef suprême des forces américaines, le général Marshall. La bombe
83 1946, Carrefour, articles (1945–1947). Deux presses, deux méthodes : l’Américain expose, le Français explique (4 avril 1946)
161nfini, mais sans trop de chances de se former une opinion plausible ou réaliste. Tartempion pense ceci, Durand déclare cela, ma
84 1946, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique est-elle nationaliste ? (29 août 1946)
162taine action, une certaine conduite, une certaine opinion, il a coutume de dire, depuis quelques années, pour marquer sa réprob
163a manière européenne. La phrase veut dire : cette opinion ou cette action ne va pas dans le sens de l’idéal commun vers quoi te
85 1946, Combat, articles (1946–1950). Ni secret ni défense (19-20 mai 1946)
164mique par surprise. ⁂ Voici cependant l’état de l’opinion américaine, avertie par sa presse de tous ces faits. M. George Gallup
86 1946, Combat, articles (1946–1950). Paralysie des hommes d’État (21 mai 1946)
165 donner le choc nécessaire pour alerter enfin une opinion mondiale ? Avant ce début de juillet, puissent les Trois Grands ne pa
87 1946, Combat, articles (1946–1950). Les cochons en uniforme ou le nouveau Déluge (23 mai 1946)
166Amérique qui a pris l’initiative d’un mouvement d’opinion contre les essais projetés. Cette Ligue demande qu’au lieu de sacrifi
88 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Les nouveaux aspects du problème allemand (30 mai 1946)
167ssitôt que ce contraste n’est si net qu’entre les opinions que l’on publie. Un Gallup-poll me révèlerait probablement une situat
89 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Demain la bombe, ou une chance d’en finir avec la terre (30 juin 1946)
168pour demain. À cette apathie plus qu’étrange de l’opinion et de ses organes, je distingue au moins trois raisons. La première,
90 1946, Journal des deux Mondes. Journal d’attente
169régime de l’union sacrée et de la discipline de l’opinion. Dans quelle mesure un citoyen a-t-il le droit, ou le devoir, de se m
91 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
170té politique qui trop souvent caractérisent notre opinion. Début de mars 1940 L’homme au poignard enguirlandé. — Découve
92 1946, Journal des deux Mondes. Intermède
171 quelques mois plus tard il serait une réalité. L’opinion s’était ressaisie. Notre Ligue du Gothard, fondée sur l’idée simple d
93 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
172la, le vrai danger totalitaire, dans un pays où l’opinion gouverne ? La vraie Cinquième Colonne, dans nos démocraties, je vous
94 1946, Journal des deux Mondes. L’Amérique en guerre
173e d’un homme confère de l’importance à la moindre opinion qu’il exprime — par position. (Et c’est le signe de la gloire moderne
95 1946, Lettres sur la bombe atomique. Le point de vue moral
174és ont adressé des lettres à leurs journaux. Leur opinion moyenne est qu’il est criminel non point tant de tuer, que de tuer en
96 1946, Lettres sur la bombe atomique. Ni secret, ni défense
175tomique par surprise. Voici cependant l’état de l’opinion américaine en cette fin d’année 1945. M. Georges Gallup vient d’établ
97 1946, Lettres sur la bombe atomique. Le savant et le général
176avenir de la Bombe bat son plein. Bien entendu, l’opinion des savants domine tout. Leur mauvaise conscience les a rendus pruden
177les passions qui les soutiennent. Voici d’abord l’opinion du chef suprême des forces américaines, le général Marshall. La bombe
98 1946, Lettres sur la bombe atomique. Les cochons en uniforme ou. Le nouveau déluge
178Amérique qui a pris l’initiative d’un mouvement d’opinion contre les essais projetés. Cette Ligue demande qu’au lieu de sacrifi
99 1946, Lettres sur la bombe atomique. Point de vue d’un général
179ns blindés. Le Figaro du 20 avril 1946 publie les opinions suivantes de cet expert, à rapprocher de ma lettre II : « La stratégi
100 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
180nes et dérangent mon travail pour me demander mon opinion sur cette affaire… » Il joint l’extrait de la Gazette qu’on vient de