1 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
1, — jusqu’au jour où les servants d’une mécanique parlementaire qui tourne à vide, vaincus par les événements qu’ils subissent, passe
2 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933)
2 [p. 7] Les parlementaires contre le Parlement (octobre 1933) e Le Parlement, dans le système
3tardés et indulgents qui disent : « La République parlementaire, mais elle a fait l’Empire colonial, elle a constitué un système d’al
4 les plus honorables, non établies par un travail parlementaire sérieux — mais arrachées par démagogie au patronat apeuré par des tri
5sant que pour nuire, que peut bien représenter un parlementaire aux yeux de celui qui le nomme ? Plus rien qu’une machine à recommand
6nt lu, peut-on encore attendre quelque chose d’un parlementaire, de quelques parlementaires ou d’un groupe de parlementaires ? p.
7dre quelque chose d’un parlementaire, de quelques parlementaires ou d’un groupe de parlementaires ? p. 7 e.  « Les parlementaires
8ire, de quelques parlementaires ou d’un groupe de parlementaires ? p. 7 e.  « Les parlementaires contre le Parlement », L’Ordre n
3 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — d. Pour une politique à hauteur d’homme
9perspective humaine, et non plus dans « l’optique parlementaire ». Une politique à hauteur d’homme, c’est une politique dont le princ
4 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
10plus rigoureusement formulées que dans le système parlementaire. C’est pourquoi nous considérons le communisme comme l’agent le plus
5 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
11usé ? C’est que la « bonne conscience » du régime parlementaire avait disparu, et que la force « spirituelle » — par opposition à la
6 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
12’est la carence du socialisme véritable. L’esprit parlementaire a détourné la tradition du socialisme français de ses buts proprement
13cheront toujours d’agir et de créer : la mystique parlementaire et le marxisme — l’une trop française, au mauvais sens du terme, l’au
14urgeoise, militaire, cléricalement anticléricale, parlementaire et « progressiste », ne parvient pas à tuer le proudhonien qui se cac
7 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
15plus rigoureusement formulées que dans le système parlementaire. C’est pourquoi nous considérons le communisme comme l’agent le plus
8 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
16e la caricature officielle, scolaire, académique, parlementaire, encombre tout l’horizon populaire 26 . Le succès d’une caricature ti
17 des discours à ces touchants et graves coryphées parlementaires ou bicornés dont on vient d’estimer la prose. Ils observent une minut
9 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
18ement l’affligeante absence de rigueur du système parlementaire qui leur permet de glorifier ce « moins » — d’étiquette vaguement jac
10 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). À propos du 14 juillet (juillet-août 1935)
19n stérile et périmée de la droite et de la gauche parlementaires. Seulement, cela se complique cette fois de matraques et mitrailleuse
11 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
20de la nouvelle vie politique. La carte des partis parlementaires tend à recouvrir de plus en plus exactement la carte des mystiques qu
21national groupe d’autres incertaines combinaisons parlementaires, les grands bourgeois, une partie des paysans, les industriels et leu
22e, et qui nous vaut la Grande Presse, l’éloquence parlementaire et la jungle capitaliste. Mais le Comité de vigilance ne tient pas le
12 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
23n fait que l’opinion des maîtres de forges ou des parlementaires exploitant la bêtise publique. Mais toutes ces destructions ne seront
24ive à rien quand on vise si haut. Des malins, des parlementaires, des techniciens de toute farine dont les compétences bavardes nous o
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
25rez vous aussi, dans vos démocraties libérales et parlementaires, des maux qui étaient devenus aigus chez nous : luttes sociales, inju
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
26 d’État que nous leur opposons, vieux juristes ou parlementaires professionnels, coupés de la nation vivante et prisonniers d’une trad
15 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
27 du parlement ou des affaires. Le vocabulaire des parlementaires dérive à son tour de celui des professeurs radicaux qui firent la Sor
16 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
28rez vous aussi, dans vos démocraties libérales et parlementaires, des maux qui étaient devenus aigus chez nous : luttes sociales, inju
29 d’État que nous leur opposons, vieux juristes ou parlementaires professionnels, coupés de la nation vivante et prisonniers d’une trad
17 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
30 1. En quoi le plébiscite diffère des élections parlementaires Pour une mentalité française actuelle, moyenne, les récentes « électi
31n fait, il ne s’agissait pas d’élections, au sens parlementaire, mais de plébiscite. Il ne s’agissait pas de doser les opinions, mais
32ndu sur le mot élections, lié chez nous au régime parlementaire, c’est-à-dire à la « libre » concurrence des groupes, tandis qu’il ne
33et de chômage ; j’entends le sophisme des régimes parlementaires qui appellent « démocratie » le gouvernement du peuple par des député
34a « démocratie » hitlérienne et la « démocratie » parlementaire française sont deux trahisons qualifiées de la véritable démocratie,
18 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
35tons ensuite que ces gouvernements, qu’ils soient parlementaires ou dictatoriaux, ont tous montré en fait la même tendance générale :
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
36 tel que le posent cinquante années de démocratie parlementaire, et toute une tradition de libertés. Bref, un petit sermon élémentair
37l est devenu après x années de régime capitaliste parlementaire et laïque, le peuple ne sait plus voir le réel. Provisoirement, il a
20 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
38) 1. En quoi le plébiscite diffère des élections parlementaires Pour la mentalité française actuelle, les récentes « élections » nati
39n fait, il ne s’agissait pas d’élections, au sens parlementaire, mais de plébiscite. Il ne s’agissait pas de doser les opinions, mais
40et de chômage ; j’entends le sophisme des régimes parlementaires qui appellent « démocratie » le gouvernement du pays par des députés
41a « démocratie » hitlérienne et la « démocratie » parlementaire française sont deux trahisons de la véritable démocratie si celle-ci
21 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
42 plupart de nos conflits politiques, économiques, parlementaires. 2. Ni gauche ni droite. — Les centralisateurs et les régionalistes o
43 est étrangère au génie de la Suisse. Son origine parlementaire le prouve : rien de moins suisse que notre Parlement, importé d’Améri
22 1941, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Autocritique de la Suisse (février 1941)
44 plupart de nos conflits politiques, économiques, parlementaires. p. 127 f. « Autocritique de la Suisse », Les Cahiers protestant
23 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
45mbe atomique, déclare-t-il, devant une commission parlementaire, loin de rendre l’armée superflue, ne peut qu’augmenter l’importance
24 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
46mbe atomique, déclare-t-il, devant une commission parlementaire, loin de rendre l’armée superflue, ne peut qu’augmenter l’importance
25 1946, Lettres sur la bombe atomique. 7. Tout est changé, personne ne bouge
47ne ne hurle : aux fous ! hommes d’État, généraux, parlementaires, économistes, radoteurs [p. 48] à gages, ils sont tous fous, ne les é
26 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
48quipes internationales (Robert Bichet) et l’Union parlementaire européenne (Coudenhove-Kalergi) adhérèrent quelques mois plus tard, s
27 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
49scrédit jeté par elles-mêmes sur les institutions parlementaires, un peu plus d’atlantisme pour ne pas faire l’Europe, et nous y somme
28 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
50it ? 2. Le Projet a été discuté et rédigé par des parlementaires, un œil sur le grand But européen, et l’autre sur les chances de [p. 
29 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (octobre-novembre 1954)
51ion diplomatique ou les combinaisons de coulisses parlementaires. Cette méthode a réussi (OECE, CECA) jusqu’au jour où les adversaires
52aient avoir expliqué tout cela à l’opinion et aux parlementaires. Illusion profonde, comme on va le voir, mais qui s’explique. Une enq
30 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
53livre devrait être lu par tous nos hommes d’État, parlementaires et managers d’institutions inter- ou supranationales : il est bref, i
31 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
54 la démocratie Elle résulte du fait que le régime parlementaire et le suffrage universel s’imposent partout, même en Asie, au moment
32 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
55rchill. Il demanda la convocation d’une Assemblée parlementaire européenne. L’année suivante, cette Assemblée se réunit pour la premi
33 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la fabrication des nouvelles et des faits (février 1958)
56Seize premiers ministres, deux cents ministres et parlementaires, huit cents délégués, quatre cents journalistes : il y avait là de qu
34 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
57uvoir. Acte sacrificiel et bouleversant, dont les parlementaires modernes, héritiers des Conventionnels, cherchent à renouveler le gra
35 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
58eût sûrement point passé le cap des ratifications parlementaires sans la préparation des esprits — justement — que les fédéralistes (e
36 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
59noire se précipite dans le nationalisme, les jeux parlementaires, et l’exploitation par elle-même de ses ressources matérielles. Ce qu
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
60’empire et surtout à l’importation de l’absurdité parlementaire, avec l’obligation pour chacun de lire le journal à son déjeuner… Je
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
61priétaire terrien ou officier, comme diplomate ou parlementaire. Sa grandeur procède de sa plénitude dans les trois dimensions du cor
39 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
62noire se précipite dans le nationalisme, les jeux parlementaires, et l’exploitation par elle-même de ses ressources matérielles. Ce qu
40 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
63 En 1924, il tente pour la première fois, avec le parlementaire anglais E. D. Morel — dont il épousera bientôt la fille — de créer un
64neuropéen fondé en 1923 déjà, et créait une Union parlementaire européenne. À Montreux, en septembre 1947, l’UEF convoqua son premier
65s présidents du Conseil, cinquante ministres, 250 parlementaires, des écrivains et philosophes tels que Bertrand Russell, Salvador de
41 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
66urd’hui qu’une façade démodée, et que le vrai jeu parlementaire se joue entre groupes d’intérêts et organisations professionnelles. C
42 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
67ai 1948 : les premières institutions européennes, parlemen­taires, juridiques, culturelles, techniques ; les principes généraux d’un Ma
68efusait de collaborer avec Churchill), et l’Union parlementaire de Coudenhove (qui avait tenu un important congrès du 8 au 11 septemb
69ès du 8 au 11 septembre à Gstaad, avec deux cents parlementaires de dix nations, et demandé une fédération des peuples, au lieu d’une
43 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
70) en une fédération d’autonomies administratives, parlementaires, exécutives et budgétaires composée de l’Écosse, de l’Angleterre, du
44 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
71internationales [p. 6] (Robert Bichet) et l’Union parlementaire européenne (Coudenhove-Kalergi) adhérèrent quelques mois plus tard, s
45 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
72 analyses profondes à la réalité des combinaisons parlementaires, à la conduite d’une fabrique d’armes, ou aux revendications d’un syn
46 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.3. Sur la fabrication des nouvelles et des faits
73Seize premiers ministres, deux cents ministres et parlementaires, huit cents délégués, quatre cents journalistes : il y avait là de qu
47 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
74d’État les mieux intentionnés, les ministres, les parlementaires et la grande majorité des politologues et des économistes à leur suit
48 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
75n en une fédération d’autonomies administratives, parlementaires, exécutives et budgétaires, composée de l’Écosse, du Pays de Galles,
49 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
76la condition prolétarienne, et ni les démocraties parlementaires, ni la dictature fasciste, ni l’étatisme soviétique, n’envisagent la
50 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
77la condition prolétarienne, et ni les démocraties parlementaires, ni la dictature fasciste, ni l’étatisme soviétique, n’envisagent la
51 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
78t accepté par eux, mais finalement refusé par les parlementaires français, nationalistes et communistes réunis. L’échec de la CED a ma
79 de l’Ouest européen, c’est-à-dire 22 démocraties parlementaires sur les quelque 32 qui existent aujourd’hui dans le monde — mais poin
52 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
80prend à la gorge le peuple des petits devant des “parlementaires ventrus” engoncés dans leurs “faux-cols”, leurs “rosettes” et leurs “
81a courageusement contre la démocratie libérale et parlementaire » et dont la « critique » est, malgré ses « troubles origines », un «
82a courageusement contre la démocratie libérale et parlementaire, mais au profit d’un conformisme traditionaliste compromis avec une c
83t à nos critiques de la démocratie trahie par les parlementaires, par l’américanisme d’imitation, et par l’individualisme bourgeois de
53 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Chronique européenne : La préparation des élections européennes (printemps 1984)
84 ». Et de conclure, longuement ovationnée par les parlementaires debout : « La démocratie politique est née au xviiie siècle, la démo