1 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Léon Pierre-Quint, Le Comte de Lautréamont et Dieu (septembre 1930)
1e n’a fait, en somme, que reprendre, quitte à les parodier, les grands thèmes du romantisme. Mais il les a poussés à un paroxysm
2 cure de cette littérature que Ducasse s’épuise à parodier.) Il semble qu’ici M. Pierre-Quint, malgré la liberté d’esprit dont i
2 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Le drame occidental
3a sa chance en Europe. Chances comparées En parodiant Lénine, nous pouvons dire que stalinisme égale marxisme plus électric
3 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
4ts » : le sarcasme et l’énorme plaisanterie. Pour parodier l’abbaye des filles perdues mais « relevées » par d’Arbrissel, il fon
4 1977, L’Avenir est notre affaire. De la prévision — Naissance de la prospective
5t pessimisme de Wells vers la fin, et du désir de parodier le scientisme de ses débuts : britanniques comme lui-même et comme le