1 1926, Articles divers (1924–1930). Conférences d’Aubonne (7 avril 1926)
1 Sans toucher à des questions de partis, avec une passion contenue d’hommes qui ont vu, qui ont souffert, et qui ne se payent p
2 1926, Articles divers (1924–1930). Les Bestiaires, de Henry de Montherlant (10 juillet 1926)
2 de compte de tous ces tableaux de violence et de passion, c’est la présence d’un tempérament. À l’inverse de tant d’autres qui
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
3 Et l’on y prend vite goût. Cela tourne alors en passion de détruire, en haine de toute stabilité, de toute forme. Attitude pa
4 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Jean Jouve, Paulina 1880 (avril 1926)
4façait dans l’ombre. Jouve a rêvé une histoire de passion mystique et de crime, intense et tragique comme un couchant d’automne
5, pour suivre la naissance et l’embrasement de la passion de Paulina. Le Péché ; le Couvent ; la rechute et le crime ; et l’étr
6lyrisme et s’agite sur un fond sombre et riche de passions inconscientes qui donnent à tous les actes une signification plus pro
7dées vieilles comme Rousseau sur les droits de la passion, — et dans sa trame quelques chapitres inspirés presque littéralement
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Cécile-Claire Rivier, L’Athée (mai 1926)
8tyle volontairement sec permettent de suivre sans passion ni fatigue le développement un peu théorique mais intelligent d’un pr
6 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
9: « tout ce qui est au-delà du calcul… Ce sera la passion du siècle ».
7 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
10 mythe cohérent » vers quoi tend notre esprit. La passion apparaît dans notre ordre social « comme une adroite fêlure ». Notre
11oût de la destruction et de l’anarchie, exempt de passion, divertissement suprême de l’incertitude… »
8 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Louis Aragon, Le Paysan de Paris (janvier 1927)
12ion, qui se cherche partout des prétextes, et une passion farouche pour la liberté, qui font de cet ombrageux personnage une ma
9 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Bernard Barbey, La Maladère (février 1927)
13us la lueur d’un incendie, deux visages tordus de passion. Cette fin est admirable, dont la brutalité si longtemps désirée déli
10 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Montclar (février 1927)
14de choses d’art comme on fait dans Proust, si les passions qu’il nous peint sont ici tant soit peu russes, et là, gidiennes. Il
11 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Edmond Jaloux, Ô toi que j’eusse aimée… (mars 1927)
15nt que la raison n’intervienne, mouvements de nos passions à nous-mêmes inavoués, rêves éveillés. Tout un système de valeurs lyr
12 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Drieu la Rochelle, La Suite dans les idées (mai 1927)
16érature sur la vie, mais d’avoir su en garder une passion pour la pureté, un « jusqu’au boutisine » qui seul peut redonner quel
13 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
17 quand ils appellent la mort, parce qu’ils ont la passion et l’incommunicable secret de l’invention.   Il nous faut des entrepr
18olent d’une immense fleur palpitante au parfum de passions, c’est une atmosphère toute chargée d’éclairs qui nous atteignent san
19aériennes. On n’acceptera plus que des valeurs de passion. Balayez ces douanes de l’esprit, proclamez le grand Libre-Échange, v
14 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
20couvris une nuit, au moment de m’endormir, que ma passion du vol n’était qu’une longue vengeance. Ne m’avait-on pas dérobé des
15 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
21 la réalité extra-terrestre. Il m’enseigne que la passion seule, par la souffrance qu’elle entraîne, nous révèle le sens réel d
16 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
22ristiques du temps — argent, races — et ses rares passions, qui sont la domination et la démolition, l’organisation et le sabota
17 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
23rd la vision de l’auto routière : naissance de sa passion froide et tenace. Il s’efforce d’en réaliser l’objet par ses propres
24tion, avec cette netteté et cette décision qu’une passion contenue peut donner à l’homme d’action. Enfin, le voici en mesure de
25vre heureux sans auto. Voilà l’affaire lancée. La passion de Ford se donne libre cours. Il ne s’agit plus maintenant que de lui
26e l’Esprit. Rien n’est gratuit. Nous payons notre passion de posséder la matière du prix de la seule possession véritable, la c
18 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
27rmere et Grande Hongrie… Ivresse dans le malheur, passion et pauvreté, espoirs presque puérils et nostalgie des grandeurs de na
28eur s’éprend malgré lui, malgré tout, comme d’une passion poétique un peu folle…
19 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
29r non compris ». Aux yeux de beaucoup de gens, la passion est aveuglante : cela tient pour une bonne part à ce que ces personne
30yeux faibles. Il serait plus juste de dire que la passion n’a qu’une clairvoyance intéressée : mais celle-là est la plus vive.
20 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
31e disent Beausire et la Grammaire — mon envie, ma passion d’admirer, je cherche en vain l’homme qui brisant « les grilles de la
21 1930, Articles divers (1924–1930). « Vos fantômes ne sont pas les miens… » [Réponse à l’enquête « Les vrais fantômes »] (juillet 1930)
32sions indéfinies, naissent autour de moi quand la passion ou la prière me font centre de mon univers. La vision « autre » dont
22 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Jullien du Breuil, Kate (avril 1930)
330)bf Ce récit d’une élégante minceur décrit la passion d’une jeune fille de la grande bourgeoisie pour une gamine qui lui se
23 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
34térêts. Mais, en Hongrie, le nationalisme est une passion toute nue, qui exprime l’être profond de la race. On ne discute pas c
35ouffrances vraies, n’est-ce point le climat de la passion ? — C’est celui de la Hongrie14. 9. Une lettre de Matthias Corvin
24 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
36ne inénarrable confusion de sentimentalisme et de passion, et c’est là son miracle. Si tu n’as pas le sens de la musique, conse
37hère de nomadisme, et ces vents vastes ; et cette passion de vivre au-dessus de ses moyens — c’est-à-dire au-dessus du Moyen —
25 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
38 absurde d’y chercher l’origine non seulement des passions amoureuses, mais de la plupart des entreprises démesurées qu’enregist
39 un clin d’œil assassin vers le parterre agité de passions contradictoires. Durant les entr’actes, une fanfare de paysans bleu d
26 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
40ociété anglaise. Tout le drame est intérieur ; la passion ne s’y manifeste que par de très petits gestes qui, échappant soudain
41tains, peut-être, verront-là une condamnation des passions humaines, et comme la morale du roman. Mais nous ne croyons pas qu’un
27 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Littérature alpestre (juillet 1931)
42ystère des choses les attire moins que le jeu des passions et des intérêts sociaux. Or, en face de la montagne, l’homme est seul
28 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
43-ci les expressions changeantes qu’y imprimait la passion. Il lui semblait qu’il faisait une étude pratique de désordre mental
44iser. Parmi les innombrables sentiments : doutes, passions, conflits qu’il met en jeu, c’est toujours l’absence absolue d’hypocr
29 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
45ieille opposition du sacrifice cornélien et de la passion racinienne, — opposition qui se prolonge et trouve son expression mod
30 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
46rains qu’ils ont tort de penser ceci ou cela avec passion. Il faut encore leur donner d’autres objets de passion. Ou bien il fa
47on. Il faut encore leur donner d’autres objets de passion. Ou bien il faut leur rappeler des vérités d’un ordre tel que leur se
48 existence — si elles existent — rende vaines les passions égarées, rende visible l’origine de l’égarement, rende efficace et cr
31 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
49région où seul accède celui qui sait préserver sa passion au sein d’une interminable patience. N’est-ce point ce tréfonds dont
50 sera plus qu’un profond renoncement ; même si la passion l’occupe un temps, c’est l’action, la Tätigkeit — le grand mot goethé
32 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
51contraire devenir cette idée. Et le théâtre de sa passion. Voilà qui mène plus loin que l’activisme, — et avec plus de conséque
33 1932, Le Paysan du Danube. Le sentiment de l’Europe centrale
52Paul, la dialectique selon Hegel, et peut-être la passion de Kierkegaard. Mais alors M. Truc parle des « brumes nordiques » ! C
34 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Un soir à Vienne avec Gérard
53lpite dans cette confidence. Il m’enseigne que la passion seule, par la souffrance qu’elle entraîne, nous révèle le sens réel d
35 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Une « tasse de thé » au Palais C…
54 sacrée et l’ascèse adorable que seule invente la passion. Ils reviennent. Tombé de mon silence parmi les bavardages, où irai-j
36 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Voyage en Hongrie
55térêts. Mais, en Hongrie, le nationalisme est une passion toute nue, qui exprime l’être profond de la race. On ne discute pas c
56ouffrances vraies, n’est-ce point le climat de la passion ? — C’est celui de la Hongrie9. ix Une lettre de Matthias Corvin
57ne inénarrable confusion de sentimentalisme et de passion, et c’est là son miracle. Si tu n’as pas le sens de la musique, conse
58hère de nomadisme, et ces vents vastes ; et cette passion de vivre « au-dessus de ses moyens » — c’est-à-dire au-dessus du Moye
37 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Petit journal de Souabe
59 un clin d’œil assassin vers le parterre agité de passions contradictoires. Durant les entractes, une fanfare de paysans bleu de
38 1932, Le Paysan du Danube. La lenteur des choses — Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
60 absurde d’y chercher l’origine non seulement des passions amoureuses, mais de la plupart des entreprises démesurées qu’enregist
39 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
61christianisme et sa nouveauté menaçante. ⁂ Que la passion qui nous arrache ce cri, nous rende aussi lucides et efficaces ! Nous
40 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
62 en le fuyant, il cherche à l’expliquer, avec une passion nouvelle. Nous avons vu paraître, il y a quelque dix ans, les premièr
41 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
63uencent leurs lecteurs au hasard, aux hasards des passions du jour, sans soupçonner les conséquences, économiques ou religieuses
42 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
64lle qu’elle soit, une servitude particulière, une passion qui est bien à lui, une vocation. Si l’on admet facilement de nos jou
65ge, de prétextes et d’arguments au service de nos passions, au secours de notre misère matérielle. Mais elles ne pénètrent jamai
43 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
66n peut dire : les marxistes le nient avec plus de passion que les bourgeois n’apportent à l’affirmer. D’un côté, nous voyons un
67ant l’effroi du choix concret, du risque, dans la passion du désespoir total. Maintenant, tu vas témoigner de la puissance que
44 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
68te autre affection » (entendons : dégagé de toute passion, comme aussi de toute responsabilité !) ; il note bien que ce sentime
45 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
69 dans la mémoire avec leurs gestes lents et leurs passions étranges. Aussi, quelques enfants qui semblent incarner toute la poés
46 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
70ions mêmes d’un récit, la marque de la vie et des passions ? Prenons, à peu près au hasard, l’exemple de Marc, chapitre 16. De c
47 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
71ommun. C’est condamner ou absoudre après coup des passions collectives sur lesquelles nulle doctrine ne peut mordre. Ou pis enco
48 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — En dernier ressort
72iques. Aux heures où l’on y plonge, la vanité des passions » politiques apparaît sous un jour nouveau : on voit bien qu’elles so
49 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
73lle qu’elle soit, une servitude particulière, une passion qui est bien à lui, une vocation. Si l’on admet facilement de nos jou
74ge, de prétextes et d’arguments au service de nos passions, au secours de notre misère matérielle. Mais elles ne pénètrent jamai
50 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Personne ou individu ? (d’après une discussion)
75n la raison et l’intelligence que le corps et les passions. L’Esprit auquel je crois est justement celui que l’homme ne peut con
51 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Comment rompre ?
76christianisme et sa nouveauté menaçante. ⁂ Que la passion qui nous arrache ce cri, nous rende aussi lucides et efficaces ! Nous
52 1934, Politique de la Personne (1946). Idoles — Fascisme
77la première fois, dans l’histoire de l’Europe, la passion unitaire se donna libre cours. L’ancêtre du fascisme, c’est Louis XIV
53 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
78he de la Personne (Aphorismes) Doctrines et passions Je parle, dans ce livre, de philosophie politique et de doctrines
79 ? me disent les politiciens. Les intérêts et les passions. La politique que vous définissez ne sert ni les uns ni les autres. E
54 1934, Politique de la Personne (1946). Problèmes de la révolution personnaliste — Tactique personnaliste
80niser les mêmes formations de combat, exciter des passions sans rapport aux idéaux qu’il s’agit d’imposer, — et ce sont les même
81ux qu’il s’agit d’imposer, — et ce sont les mêmes passions, — discourir dans les mêmes lieux et prétendre aux faveurs du même « 
82Ils ne conçoivent, en effet, d’autre force que la passion électorale. Si nous briguions leurs avantages, nous serions plus niga
55 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
83la barbarie, mais qui flatte les instincts et les passions, et satisfait le rêve nostalgique d’un retour à la nature, d’une frat
84 principal à la Réforme, ce fut l’absolutisme, la passion unitaire et centralisatrice, tant chez les papes que chez les princes
56 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — Qu’est-ce que la politique ?
85rvice non point d’un idéal communautaire, mais de passions et d’intérêts sans grande portée. Pour réfuter le colonel de la Rocqu
57 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
86ion. Deux êtres très divers se sont unis dans une passion grave, exigeante, à l’écart d’une société hostile, dans une ascèse mo
58 1935, Esprit, articles (1932–1962). Roger Breuil, Les uns les autres (avril 1935)
87la communauté qui peut s’instituer par le jeu des passions, ou les liens du métier, ou certains accidents heureux, entre des jeu
59 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
88élatrices : il fait comprendre enfin dans quelles passions profondes le mouvement hitlérien est né et a pris son élan. C’est une
60 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
89dépendants. Que les clercs refusent d’épouser les passions politiques ou sociales qui selon eux mènent le monde à sa perte ; qu’
90précises ». Et que le monde suive le cours de ses passions ! Pour sa part, il s’en lave les mains. Pilate fut le premier clerc p
91 d’élégance, — et l’abandonnent libéralement à sa passion ? Mais en face de Pilate : « Voici l’homme » ! Et que dit cet homme ?
61 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
92 Dieu seul, et nullement de nos efforts, que nous passions de notre temps à ce temps des apôtres, ou à ce temps de la Parole fai
62 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
93ines. Comment expliquer, par exemple, la soudaine passion qui porte tant de bons esprits, chez nous, vers la pensée de Kierkega
94rt bien la thèse que Thurneysen soutient avec une passion convaincante. De divers côtés l’on m’a demandé de préciser, à propos
63 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
95epuis sa parution en 1550. « Originale mixture de passion contenue et de raison déchaînée », il sera pour beaucoup l’occasion d
64 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
96e ont tolérées en marge du culte de l’argent : la passion, le bonheur, l’aventure, la sécurité, l’esthétisme… Presque toutes ce
65 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
97s de Service public. Nos Morts, les Martyrs de la Passion française, la Bonne Nouvelle des Volontaires Nationaux, leur Œuvre en
98quels on n’arrive pas à distinguer de volonté, de passion nette, d’idée maîtresse, que pourra-t-il résulter d’autre qu’une conf
66 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
99 nous animer si, pour des raisons tactiques, nous passions sous silence cette radicale différence : le chrétien ne proteste pas
67 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
100ue plus riche et plus vivante, apte à décrire les passions, et la nature et la diversité des êtres. Il fallait désormais recouri
101des partis dictatoriaux eux-mêmes. De là toute la passion avec laquelle ils parlent de la nécessité d’un homme nouveau — en All
102 liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans passion profonde. La misère n’est encore qu’à la porte, mais on dirait qu’il
68 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
103 », et ce sous-titre, vers la fin : « Retour à la passion ». Et maintenant nos routes se joignent.
69 1936, Esprit, articles (1932–1962). Note sur nos notes (novembre 1936)
104r son compte, y répondre. Elles jaillissent d’une passion de construire, d’une vision grande du but commun. Bien écrit, mal écr
70 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
105ans la plus grande mollesse spirituelle » l’amère passion de faire mourir un témoin de la vérité ? Si tu veux ce résultat… appr
106mé, fais-toi alors le porte-parole des idées, des passions qui sont dans l’air, avec l’enthousiasme d’une éloquence chaude et en
71 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
107rvice non point d’un idéal communautaire, mais de passions et d’intérêts sans grande portée. Pour réfuter le colonel de la Rocqu
108ains, ni surtout de l’intelligence, mais bien des passions égoïstes et courtes, ou des sentiments incontrôlés, — c’est-à-dire qu
72 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
109mnez notre centralisme, notre nationalisme, notre passion unitaire, notre éloquence démagogique, et vous ne voyez même pas que
110s pour la rendre populaire, il faut la lier à des passions que l’on puisse exciter immédiatement : c’est ainsi que les Juifs dev
73 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
111chose possible, c’est de repartir avec une grande passion sévère dans une direction toute nouvelle. Repartir, ce n’est pas réfo
74 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Fatalités du rationalisme bourgeois
112bertin, se fait passer pour libertaire ? C’est la passion qui entraîne les hommes, et qui séduit leur générosité ou leur basses
113; quand le combat s’apaise et quand retombent les passions, l’agressivité primitive se retourne soudain contre l’homme. La raiso
75 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
114il manié par des mains ouvrières au service d’une passion aventureuse, comme c’était le cas chez Descartes ou chez les Encyclop
115s qui devraient la combattre, mais dont la débile passion se satisfait à moindre risque dans l’illusion d’une liberté tout « in
76 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Sur le déclin du Moyen Âge
116l’œuvre a condensé toute la sagesse et toutes les passions de son temps ? Dante répond admirablement à cette question par son tr
117dont chaque phrase est tendue comme un arc par la passion de servir l’Éternel, Luther dira, d’un tour proverbial : « Voilà un é
77 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Décadence des lieux communs
118on meurtrière de termes dangereusement chargés de passion et de préjugés, tels que patriotisme, nationalisme, impérialisme… ⁂ T
78 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure soviétique
119ue plus riche et plus vivante, apte à décrire les passions, et la nature, et la diversité des êtres. Il fallait désormais recour
79 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — La mesure nationale-socialiste
120atrice.) Personne n’a davantage que l’Allemand la passion de la vie communautaire ; jamais cette passion n’avait été davantage
121la passion de la vie communautaire ; jamais cette passion n’avait été davantage frustrée qu’au cours des quinze années de lutte
80 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Leçon des dictatures
122des partis dictatoriaux eux-mêmes. De là toute la passion avec laquelle ils parlent de la nécessité d’un homme nouveau — en All
81 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Commune mesure et acte de foi
123cules qu’elles soient au regard de l’histoire, la passion même dont nous les chargeons, tout cela vient uniquement de la fin à
124issimulent bien plus qu’elles ne traduisent notre passion fondamentale, la fin dernière vers quoi tend notre vie, et qui seule
82 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
125 liberté de se plaindre, mais de se plaindre sans passion profonde. La misère n’est encore qu’à la porte, mais on dirait qu’il
83 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — La pensée prolétarisée
126re. Ou qu’il y avait de l’honneur à justifier les passions d’une classe ou d’une nation. Mais l’esprit n’a pas de pouvoir, s’il
127 d’ordonnance. Et cette vision flatte aussitôt la passion de sécurité de ceux qui, par ailleurs, confondraient volontiers dicta
128 la correction des manières ou des pensées ou des passions, contre le style, contre le rythme singulier qui trahit en chacun de
84 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
129 démoniaque », cette nostalgie de l’infini ou des passions sauvages que rêvent les faibles, mais un acte de présence, d’informat
130 mais au contraire d’aller jusqu’à la fin de leur passion, là où l’on touche les vraies bornes de l’homme, la mort, la destruct
131to matériel, d’une coercition policière, ou d’une passion vulgaire ; ou enfin comme un refus de donner ses raisons, une espèce
132 prudences que l’on sait. Un style né de la seule passion de s’engager. Que chaque phrase indique la volonté d’atteindre un but
133vant tout devenir cette idée, et le théâtre de sa passion. Voilà qui peut mener plus loin que l’activisme, et avec plus de cons
134 incarnation s’opère au prix d’un héroïsme, d’une passion solitaire et féconde. Telle est la loi du monde, et il est admirable
85 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
135es concerts, bref, se cultive avec cette sorte de passion que le Français réserve, présentement, sous son régime de liberté, à
86 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
136 provisoire aux grands errants de l’esprit et des passions occidentales : Bâle et Genève au temps de la Réforme, Érasme, Holbein
137fier nos pays. Il y aura de nouveau du jeu, de la passion, des communications fécondes entre les êtres, une circulation des cul
87 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
138 transforme, non pas seulement selon les lois des passions, des cœurs et des corps, mais aussi selon la liberté, souvent plus fo
88 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une idée de Law (janvier 1937)
139n’étaient constamment traversées par celles d’une passion contraire, qui est l’honneur. Car il est clair que l’honneur seul — o
89 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
140roit vivre en eux, et par eux, les risques et les passions absentes de son existence. Et le spectacle mélodramatique offert par
90 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
141emitaine pour grandes personnes.) On discute avec passion des mesures à prendre pour occuper les sans-travail, ou tout au moins
142ospérité même. (Double « censure » opérée par les passions politiques et par les croyances morales.) Voici donc le dilemme : ou
143ites astuces, d’airs entendus dès qu’il s’agit de passions. Trop difficile quand elle est belle (Claudel ne peut pas devenir pop
144. — Je lis le Goethe de Gundolf avec une sorte de passion jalouse pour l’homme, avec ce même « intérêt personnel » que j’ai sen
91 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Pauvre province
145, de raison cartésienne, de soif de Justice et de passion libertaire, ce grand mot sera prononcé, proclamé, acclamé par les tra
92 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
146 La passion contre le mariage (septembre 1938)an Avertissement Les pages
147à une forme toute nouvelle de l’amour humain : la passion. Ignorée des Anciens, ou considérée par eux comme une maladie, la pas
148iens, ou considérée par eux comme une maladie, la passion sera désormais le grand sujet d’exaltation de la littérature occident
149t ses instincts asservissants. L’apparition de la passion d’Amour devait donc transformer radicalement le jugement porté sur l’
150ennes, dont le sous-entendu est à peu près que la passion est l’épreuve suprême, que tout homme doit un jour la connaître, et q
151écue que par ceux qui « ont passé par là ». Or la passion et le mariage sont par essence incompatibles. Leurs origines et leurs
152c’est-à-dire l’inconscience pourrait fournir à la passion une espèce de modus vivendi, et tous ces livres aggravant au contrair
153 se marie encore « sans y croire ». Le rêve de la passion possible agit comme une distraction permanente, anesthésiant les révo
154t les révoltes de l’ennui. On n’ignore pas que la passion serait un malheur — mais on pressent que ce serait un malheur plus be
155 son « petit bonheur »… Ou l’ennui résigné, ou la passion : tel est le dilemme qu’introduit dans nos vies l’idée moderne du bon
156isation de l’attrait sexuel, sa transformation en passion. Et c’est de là que nous vient, par la littérature, cette idée toute
157re, cette idée toute moderne et romantique que la passion est une noblesse morale, qu’elle nous met au-dessus des lois. Celui q
158le nous met au-dessus des lois. Celui qui aime de passion accède à une humanité plus haute, où les barrières sociales, entre au
159auté de l’amour sur l’ordre social établi. Que la passion profane soit une absurdité, une forme d’intoxication, une « maladie d
160te nuance est décisive. Le moderne, l’homme de la passion, attend de l’amour fatal quelque révélation, sur lui-même ou la vie e
161primitive. De la poésie à l’anecdote piquante, la passion c’est toujours l’aventure. C’est ce qui va changer ma vie, l’enrichir
162libre un homme qui se possède. Mais l’homme de la passion cherche au contraire à être possédé, dépossédé, jeté hors de soi, dan
163t ce n’est qu’un début — un homme qui se prend de passion pour une femme qu’il est seul à voir belle, est présumé neurasthéniqu
164té-standard : elle définit d’avance l’objet de la passion — dépersonnalisé dans cette mesure — et disqualifie le mariage, si l’
165à Gable ou à Taylor !) Ainsi la « liberté » de la passion relève des statistiques publicitaires. L’homme qui croit désirer « so
166 « mariage d’amour » moderne : le mariage avec la passion ! Mais aussitôt paraît une anxiété dans l’entourage (ou le public) :
167 qu’on perd en la possédant. Alors commence une « passion » nouvelle. On s’ingénie à renouveler l’obstacle et le combat. On ima
168er et pour exalter ce désir aux proportions d’une passion consciente, intense, infiniment intéressante… Or c’est la douleur seu
169 Or c’est la douleur seule qui rend consciente la passion, et c’est pourquoi l’on aime souffrir et faire souffrir. Lorsque Tris
170lus rien ne s’oppose à leur union, le génie de la passion dépose entre leurs corps une épée nue. Descendons quelques siècles et
171 lui révéler son secret, il n’est d’au-delà de la passion que dans une passion nouvelle, — dans le tourment nouveau de la pours
172et, il n’est d’au-delà de la passion que dans une passion nouvelle, — dans le tourment nouveau de la poursuite d’apparences tou
173ugitives. Il était de la nature essentielle de la passion mystique d’être sans fin terrestre — et c’est par là que cette passio
174re sans fin terrestre — et c’est par là que cette passion se détachait des rythmes du désir charnel ; mais tandis que pour Tris
175e délivrer qu’en échappant au monde fini. Mais la passion dite « fatale » — c’est l’alibi — où se complaisent les modernes, ne
176tion. Mais Don Juan ne connaît pas d’Iseut, ni de passion inaccessible, ni de passé ni d’avenir, ni de déchirements voluptueux.
177me pas ce qui lui résiste. ⁂ Aimer, au sens de la passion, c’est alors le contraire de vivre ! C’est un appauvrissement de l’êt
178rs se ramènent au schéma monotone des ruses de la passion pour s’« entretenir », — des ruses d’une passion débile pour s’invent
179 passion pour s’« entretenir », — des ruses d’une passion débile pour s’inventer de plus secrets obstacles. Je songe à la psych
180d’amour actif. ⁂ Je n’entends pas ici attaquer la passion : je me borne à la décrire et à la « réciter » comme dit Montaigne, s
181it faire voir, par quelques traits, comment cette passion développe un certain nombre de fatalités psychologiques dont les effe
182n de l’une ou de l’autre, il faut admettre que la passion ruine l’idée même du mariage dans une époque où l’on tente la gageure
183, sur les valeurs élaborées par une éthique de la passion. Certes, il serait excessif d’estimer que la plupart de nos contempor
184uteurs donnent quelques lignes à la louange de la passion, ou tout au moins affectent de la tolérer : pour des raisons trop fac
185 même parfois jusqu’à ce paradoxe de présenter la passion amoureuse comme le couronnement d’un hymen idéalement réalisé (d’aprè
186 ne remonte pas le courant de toute l’époque ; la passion a toujours existé, elle existera donc toujours, et nous ne sommes pas
187ait pas s’organiser sans un constant recours à la passion des premiers révolutionnaires : or c’était cette passion précisément
188 des premiers révolutionnaires : or c’était cette passion précisément que l’on entendait « liquider ». D’où l’absolue nécessité
189niale de la jeunesse. La décadence du mythe de la passion dans la patrie du romantisme entraînait d’autre part des conséquences
190 donner pour seul objet légitime et possible à la passion : l’idée de Nation symbolisée par le Führer. D’abord on prive la femm
191 indépendants des « goûts » individuels, donc des passions. À chacun sa « fiche de mariage ». Alors la science matrimoniale trou
192s indispensables à la reconstitution du mythe. La passion, officiellement éliminée, disqualifiée, et définie comme simple défic
193u besoin « spirituel », et donc artificiel, de la passion. Alors le cycle de l’amour courtois sera fermé. L’Europe de la passio
194le de l’amour courtois sera fermé. L’Europe de la passion aura vécu. Un Occident nouveau, imprévisible, naîtra dans les laborat
93 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
195es raisons de le consentir. J’ai voulu décrire la passion comme une entité historique, née dans un temps et dans des lieux déte
196e serait pas négligeable. Mais peut-on décrire la passion ? On ne décrit pas une forme d’existence sans y participer, fût-ce mê
197cela peut avoir un sens : approuver ou rejeter la passion. Combien serait vaine l’attitude intellectuelle qui se définirait ell
198définirait elle-même comme une condamnation de la passion : il suffit, pour l’apercevoir, d’observer que la passion, quelle qu’
199: il suffit, pour l’apercevoir, d’observer que la passion, quelle qu’elle soit, ne peut ni ne veut « avoir raison ». Contre ell
200s l’instant qu’on parle raison. Car l’homme de la passion est justement celui qui choisit d’être dans son tort, aux yeux du mon
201chapper au démon que l’on fixe ? Pour attaquer la passion dans l’amour, il faudrait développer une violence spirituelle qui tue
202per une violence spirituelle qui tue mieux que la passion d’amour : celle au moins de l’orthodoxie contre l’hérésie primitive,
203r que la Croisade, au total, fut un échec dont la passion sut profiter.) C’est qu’avant tout et après tout, à l’origine et à la
204tout et après tout, à l’origine et à la fin de la passion, il n’y a pas une « erreur » sur l’homme ou Dieu — a fortiori pas une
205de l’homme, qui veut être lui-même son dieu93. La passion brûle dans notre cœur sitôt que le serpent au sang-froid — le cynique
206ela seul qu’il s’agit, pour qui veut surpasser la passion. Quant à stériliser le milieu culturel où la passion plonge ses racin
207sion. Quant à stériliser le milieu culturel où la passion plonge ses racines, il est probable que l’État s’en chargera, c’est s
208ne du salut). À vues humaines, la guérison de nos passions viendra de l’État, ce Sauveur anonyme qui assumera le poids de toutes
209 Mais je ne pouvais écrire un livre entier sur la passion sans achever ma description par ce trait qui enfin la situe, non dans
210ait qui enfin la situe, non dans l’abstrait où la passion ne peut exister — et alors en parler n’est qu’une farce — mais dans l
211 Si je ne vois pas de raison qui tienne contre la passion véritable, il m’apparaît en second lieu que la raison n’est guère plu
212aison plus qu’eux tous, lui qui d’abord exalte la passion, comme étant la suprême valeur du « stade esthétique » de la vie ; pu
213Dieu est « essentiellement malheureux », et cette passion chrétienne est la seule vérité, et tous nos « devoirs » humains (dont
214ut ce qui porte une chance de grandeur. (Comme la passion !) ⁂ Les moralistes et certains sociologues (dont Engels) ont essayé
215 raison et l’intérêt : quand ils n’auront plus de passions, quand ils cesseront de préférer l’erreur comme telle, quand ils cess
216 construction. « Absurde » au moins autant que la passion, elle se distingue de la passion par un refus constant de subir ses r
217ns autant que la passion, elle se distingue de la passion par un refus constant de subir ses rêves, par un besoin constant d’ag
218t toutes les raisons du monde de dire oui à cette passion éblouissante, — dire non en vertu de l’absurde, en vertu d’une promes
219re clair. Tristan lui aussi fut fidèle ! Et toute passion véritable est fidèle. (Pour ne rien dire des successives fidélités de
220appelle Iseut, mais à sa plus profonde et secrète passion. Le mythe s’empare de l’« instinct de mort » inséparable de toute vie
221t » moderne, et qui détient l’intime secret de la passion, au-delà de ce que les psychologues peuvent y lire. ⁂ « Notre engagem
222 — et non plus de la vie pour la mort (c’était la passion de Tristan). ⁂ L’amour fidèle de Tristan détruisait son bonheur et sa
223itial et juré de « cultiver » les illusions de la passion, de leur rendre un culte secret, et d’en attendre un mystérieux surcr
224foudre », et encore moins à la « fatalité » de la passion. Le « coup de foudre » est sans doute une légende accréditée par Don
225réditée par Don Juan, comme la « fatalité » de la passion est accréditée par Tristan. Excuse et alibi qui ne peuvent tromper qu
226e, l’homme qui se domine, ce n’est pas faute de « passion » (au sens de tempérament) mais c’est qu’il aime, justement, et qu’en
227e mariage comme cette institution qui contient la passion non plus par la morale, mais par l’amour. 6. Les paradoxes de l’Oc
228es de l’Occident Ces quelques remarques sur la passion et le mariage mettent en lumière l’opposition fondamentale de l’Éros
229 principe de correction que nos recherches sur la passion peuvent établir. ⁂ Les Orientaux caractérisent l’Europe par l’importa
230il est vrai que ces trois termes : christianisme, passion, dynamisme, correspondent aux trois traits dominants de la psyché occ
231e n’est pas le christianisme qui a fait naître la passion, mais c’est une hérésie d’origine orientale. Cette hérésie s’est répa
232 la manière la plus précise, historiquement, à la passion103. Comme la passion, le goût de la guerre procède d’une conception d
233récise, historiquement, à la passion103. Comme la passion, le goût de la guerre procède d’une conception de la vie ardente qui
234ique, ne saurait être un seul instant ramené à la passion. L’attitude humaine qu’il révèle est l’antithèse exacte de la passion
235humaine qu’il révèle est l’antithèse exacte de la passion : c’est une affirmation de la valeur des choses créées, de la matière
236 une application de l’esprit au monde visible. La passion ni la foi hérétique dont elle est née ne sauraient proposer comme but
237s par une volonté exactement contraire à celle de passion. Ce qui peut induire en erreur, et ce qui a introduit de fait une fat
238et en particulier de la technique. C’est alors la passion nationale et guerrière qui va devenir le principal moteur de la reche
239le génie technique. La guerre mécanisée évacue la passion ; et la technique en devenant mortelle, trahit les ambitions dont ell
240ongtemps cultivé la religion antichrétienne de la passion. ⁂ Faut-il conclure que la passion serait la tentation orientale de l
241rétienne de la passion. ⁂ Faut-il conclure que la passion serait la tentation orientale de l’Occident ? S’il est vrai qu’elle n
242 notre chance dramatique est d’avoir résisté à la passion par des moyens prédestinés à l’exalter. Telle fut la tension permanen
243, de la personne, du mariage, — et du refus de la passion. Elle suppose l’acceptation du différent, et donc de l’incomplet, la
244 la fidélité, et donne des chances nouvelles à la passion. C’est notre vie et notre mort. Et c’est pourquoi la crise moderne du
245 l’évasion, l’envahissement de la culture par les passions nationalistes : tout ce qui tend à ruiner la personne. Mais ce sont l
246la personne. Il se peut que les excès mêmes de la passion provoquent et recréent des résistances, c’est-à-dire des formes nouve
247rès tout, n’est-ce pas encore une tentation de la passion que ce souci des lendemains qui obsède aujourd’hui tant de fronts ? N
248 Je l’ai dit et j’y insiste encore : condamner la passion en principe, ce serait vouloir supprimer l’un des pôles de notre tens
249in qui « condamne » de la sorte et a priori toute passion, c’est qu’il n’en a connu aucune, et qu’il est en deçà du conflit. Po
250dire dans le drame passionnel. Mais au-delà de la passion vécue jusqu’à l’impasse mortelle, que pouvons-nous désormais entrevoi
251selon le monde. Ici l’obstacle indispensable à la passion est d’une nature à tel point subjective, singulière et incomparable,
252ns ici à l’extrême limite, à l’origine pure de la Passion, — mais du même coup nous sommes jetés au cœur même de la foi chrétie
253 lui rien que de fini108… » Ainsi l’extrême de la passion, la mort d’amour, initie une vie nouvelle, où la passion ne cesse d’ê
254, la mort d’amour, initie une vie nouvelle, où la passion ne cesse d’être présente, mais sous l’incognito le plus jaloux : car
255logie de la foi, l’on peut alors concevoir que la passion — quel que soit l’ordre où elle se manifeste — ne trouve son au-delà
256oivent une autre vocation, épousent Régine, et la passion revit dans leur mariage, mais alors « en vertu de l’absurde ». Et ils
257n aspect particulier du mouvement de retour de la passion, tel que l’a décrit Kierkegaard. Au sommet de l’ascension spirituelle
258l nous raconte dans le langage de la plus ardente passion, saint Jean de la Croix connaît que l’âme atteint un état de présence
259âce et d’obéissance. Et le désir de la plus haute passion se voit alors comblé sans cesse dans l’acte même d’obéir, en sorte qu
260logie de la foi, l’on peut alors concevoir que la passion, née du mortel désir d’union mystique, ne saurait être dépassée et ac
94 1938, Esprit, articles (1932–1962). Suite à « La passion contre le mariage » (décembre 1938)
261 Suite à « La passion contre le mariage » (décembre 1938)aq Nous annoncions deux lettre
262premiers de ceux qui se sont attaqués à la fausse passion) et la réponse de Rougemont. La voici : Au sujet de la lettre du R.
95 1938, Journal d’Allemagne. Avertissement
263lle traduit les relations d’une personne avec les passions collectives. Demain peut-être, il n’y aura plus que des manifestes, d
96 1938, Journal d’Allemagne. Journal (1935-1936)
264rrogeait. La plupart des soirées libres, nous les passions en commun à l’auberge du village… Je le sens tout rajeuni : il est re
265 faut l’étudier de très près, sur place, avec une passion froide. Car il y va de toute notre culture. Comment sauver au plus se
266cours qui m’a révélé « leur » secret, pour peu de passion que j’y mette, on m’apprend que je suis hitlérien ! C’est que les hom
97 1938, Journal d’Allemagne. Les jacobins en chemise brune
267mnez notre centralisme, notre nationalisme, notre passion unitaire, notre éloquence démagogique, et vous ne voyez même pas que
268s pour la rendre populaire, il faut la lier à des passions que l’on puisse exciter immédiatement : c’est ainsi que les juifs dev
98 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
269et Yseut, les amants légendaires, les héros de la passion, ne s’aimaient pas ? — Quand j’ai commencé à écrire mon livre, je vou
270que, l’art et la littérature nous représentent la passion comme un paroxysme désirable, comme un état d’exception où l’être se
271 le fondement essentiel de notre société. Mais la passion, par définition, reste extérieure au mariage, puisqu’elle a besoin d’
272ité, à l’habitude. Exclue de la vie conjugale, la passion se réfugie dans l’adultère. Maris et femmes, chacun de leur côté, rêv
273vertu de l’absurde. Elle est aussi absurde que la passion, mais s’en distingue par un refus constant de subir ses rêves, par un
274ge devrait être une institution qui main­tient la passion non par la morale, mais par l’amour. C’est un idéal qui mérite bien c
99 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Don Juan (juillet 1939)
275thme dionysiaque. ⁂ Or si le don juanisme est une passion de l’esprit et non pas comme nous aimions le croire, une exultation d
276on de l’instinct, tout porte à supposer que cette passion n’est pas toujours liée au sexe. Et même il faut se demander si la se
277devient une menace pour la vie. En dérivant cette passion vers le plaisir, la société se trouve lui ménager des satisfactions q
278osséderait à tout jamais, digne enfin de sa vraie passion ! Il traque sans relâche tout ce qui bouge, tout ce qui s’arrête, tou
279par delà toutes les règles du jeu, il faut qu’une passion se révèle ; ou la mort, ou la vie éternelle. Il faut donc que Don Jua
100 1939, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La Poésie scientifique en France au xviᵉ siècle, par Albert-Marie Schmidt (septembre 1939)
280citations très fécondes. Encore y faudrait-il une passion de culture que les facilités de l’après-guerre ont passablement dépri