1 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
1u n’aurais pas trouvé ça tout seul, avec tes airs pessimistes. De nouveau, d’un coup de dés, je bouscule tous tes calculs, ha ! tu
2 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
2précisément à l’époque où la théologie de Calvin, pessimiste quant à l’homme, mais confiante dans la grâce, cède le champ aux idée
3 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
3olitiques que nous avons à dénoncer. 1° L’hérésie pessimiste abandonne à lui-même un monde qui ne saurait nous offrir de salut, pu
4onc, mais votre action ne sert de rien. L’hérésie pessimiste et l’hérésie optimiste ainsi renvoyées dos à dos, nous voici maintena
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
5eur gauloise, héritage d’un classicisme nettement pessimiste, s’accorde mal avec l’impénitente foi dans le genre humain que M. Duh
5 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
6. J’ai terminé ma description du siècle. Est-elle pessimiste à l’excès ? Ce n’est pas cela qu’il nous importe de savoir. Si j’ai s
6 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
7 Et l’on serait en droit de prétendre qu’un roman pessimiste à la Thomas Hardy a plus de chances d’être chrétien qu’un quelconque
7 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
8 Et l’on serait en droit de prétendre qu’un roman pessimiste à la Thomas Hardy a plus de chances d’être chrétien qu’un quelconque
8 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Destin du siècle ou vocation personnelle ?
9. J’ai terminé ma description du siècle. Est-elle pessimiste à l’excès ? Ce n’est pas cela qu’il nous importe de savoir. Si j’ai s
9 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
10u hiérarchie) sociale imposée. C’est une doctrine pessimiste, une politique de la camisole de force. Tel qu’il devrait être : c’e
10 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Sur la devise du Taciturne
11s les trois « hérésies politiques ». 1° L’hérésie pessimiste abandonne à lui-même un monde qui ne saurait nous offrir de salut, pu
12onc, mais votre action ne sert de rien. L’hérésie pessimiste et l’hérésie optimiste ainsi renvoyées dos à dos, me voici maintenant
11 1934, Politique de la Personne (1946). Principes d’une politique du pessimisme actif — Note sur un certain humour
13tites raisons d’état. C’est qu’il est encore plus pessimiste que les cyniques sur le compte des hommes d’aujourd’hui et des méthod
12 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
14t que je poserai en face de cette constatation si pessimiste : voici ce fait : Dieu peut tout ! Et c’est à Dieu que nous disons da
13 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
15 le fond et dans l’ensemble cynique, sceptique et pessimiste. Facilités virtuelles et pessimisme de fait : ces deux traits définis
14 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — Le problème de la culture
16ie de les accomplir. Les critiques perspicaces et pessimistes de notre état social et culturel en plein déclin n’aboutissent, on l’
15 1936, Penser avec les mains (1972). La commune mesure — L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
17 le fond et dans l’ensemble cynique, sceptique et pessimiste. Facilités virtuelles et pessimisme de fait : ces deux traits définis
16 1936, Penser avec les mains (1972). Penser avec les mains — Éléments d’une morale de la pensée
18ur cela que nous sommes si fiévreux et excessifs, pessimistes ou optimistes, cyniques ou démocrates, rêveurs et tout d’un coup furi
17 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
19tude…) Le général Faupel fait un rapport des plus pessimistes au Führer sur le rendement du matériel allemand. Des volontaires angl
18 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
20 porter sur l’avenir de l’Europe un jugement très pessimiste. Marquons ici une incidence qui méritera plus tard son développement 
19 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
21résume dans les mots de liberté et de grâce. Plus pessimiste et d’une logique plus massive, le dualisme statue l’existence absolum
20 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
22 parfois de profondeur ; mais elle est totalement pessimiste — puisque aussi bien il s’agit d’une erreur et dont il se désole d’êt
21 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
23 L’heure sévère (juin 1940)d Il est des pessimistes par tempérament. Leurs propos ne renseignent pas sur l’état des faits
24 nous faut à l’heure que nous vivons, ce sont des pessimistes réfléchis, maîtres d’eux-mêmes et objectifs. Je dirai plus : ce qu’il
25. Je dirai plus : ce qu’il nous faut, ce sont des pessimistes actifs. Des hommes qui pensent et qui agissent conformément à la maxi
22 1948, Réforme, articles (1946–1980). L’Europe, aventure du xxe siècle (1er mai 1948)
26 » est aujourd’hui une utopie. Telle qu’elle est, pessimiste et divisée, encombrée de frontières qui l’empêchent de respirer, mena
23 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
27ier. ⁂ Mesdames et messieurs, si les descriptions pessimistes de l’Europe auxquelles je me suis livré en débutant sont exactes, il
24 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
28 définit aujourd’hui l’utopie. Telle qu’elle est, pessimiste et divisée, encombrée de frontières qui l’empêchent de respirer, mena
25 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est encore un espoir (8 décembre 1949)
29 Cher ami, vous avez quelques raisons d’être plus pessimiste que d’autres. Tous ceux qui ont lu votre livre l’ont senti, et même s
30e histoire. Je vous invite à Lausanne en tant que pessimiste. Je voudrais que vous adhériez à ma doctrine du pessimisme actif. Un
26 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
31in ». Mais dès 1846, Michelet annonce la réaction pessimiste : « Quelle humiliation de voir, en face de la machine, l’homme tombé
27 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
32enture du temps — la fuite dans l’utopie. Utopies pessimistes, dans les démocraties : Orwell prévoit l’instauration prochaine du co
28 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience du temps historique
33enture du temps — la fuite dans l’utopie. Utopies pessimistes, dans les démocraties : Orwell prévoit l’instauration prochaine du co
29 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’aventure technique
34in ». Mais dès 1846, Michelet annonce la réaction pessimiste : « Quelle humiliation de voir, en face de la machine, l’homme tombé
30 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Les ambivalences du progrès
35on optimiste. L’évolution laisse place à des vues pessimistes, les suggère, ou peut-être en résulte. Ainsi se fait jour la notion t
36osée par des sages angoissés. Mais cette attitude pessimiste n’est pas moins utopique que celle qui prévalait du temps des enthous
31 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
37t l’Europe — qui est l’Europe — avec les yeux des pessimistes qui voient surtout nos divisions internes et les menaces qui se lèven
38e humanité en si rapide croissance ? Faut-il être pessimiste ou optimiste ? Bernanos avait coutume de dire à ses amis : « Les pess
39Bernanos avait coutume de dire à ses amis : « Les pessimistes sont des imbéciles malheureux ; les optimistes sont des imbéciles heu
32 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Luis Diez del Corral, El rapto de Europa (septembre 1959)
40iques sont régulièrement amenés à des conclusions pessimistes sur les destins de notre Europe ? Je crois bien que Hegel est la seul
33 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
41t trop optimiste, il se peut que nous soyons trop pessimistes, ces deux erreurs d’appréciation ne changeant rien aux faits de civil
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Plans d’union européenne contemporains de la Révolution
42en, c’est la critique lucide (quoique exagérément pessimiste) des diverses doctrines européennes proclamées par l’absolutisme et l
35 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Synthèses historico-philosophiques (I)
43nschheit) cette vue générale ne laisse pas d’être pessimiste. Selon Heinz Gollwitzer, J. von Müller « fut le premier grand esprit
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — De l’harmonie entre les nations libérées à l’anarchie des États souverains
44aboutiront à une série de prophéties uniformément pessimistes, quant à l’avenir de notre civilisation. Voici les textes qui jalonne
45eur indépendance, prennent une vue beaucoup moins pessimiste de l’Europe. Ainsi Vincenzo Gioberti (1801-1852). Philosophe et théol
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914) — De l’historisme au pessimisme
46ropéen263 », fut sans doute l’observateur le plus pessimiste de la fatalité nationaliste ; et c’est à lui que 1914 donna raison. C
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — « Tout s’est senti périr »
47tyle de pensée qui a fait école, et un parti pris pessimiste qui a fourni ses références à toute une époque. Ses entrevisions d’un
39 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
48ope pour une création de la Renaissance. L’autre, pessimiste par position plus que par nature, tient les grands siècles (xie au x
49t beaucoup plus chrétien que n’ont su le voir les pessimistes catholiques et les optimistes incroyants : Le fait incontestable que
40 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
50 et d’autocritique extraordinaire. Je ne suis pas pessimiste à son sujet, mais je le suis en ce qui concerne les effets de ce que
41 1970, Le Cheminement des esprits. Diagnostics de la culture — Pronostics 1969 (une interview)
51 et d’autocritique extraordinaire. Je ne suis pas pessimiste à son sujet, mais je le suis en ce qui concerne les effets de ce que
42 1970, Le Cheminement des esprits. Champs d’activité — Culture et technique en Europe et dans le monde
52cinquantaine d’années des variations sur le thème pessimiste de « la technique contre l’humain ». Mais tout cela repose en fin de
43 1971, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Une dimension nouvelle (11-12 septembre 1971)
53assionné pour se montrer jamais sentimental, trop pessimiste pour moraliser, et avec trop de distance naturelle pour avoir à jouer
44 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). « Passer de la croissance à l’équilibre »
54encore plus court… » Ces conclusions relativement pessimistes, et si contraires aux idées reçues, ne manqueront pas de provoquer —
45 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). C.J.B. l’Européen, 1891-1974 (printemps 1974)
55assionné pour se montrer jamais sentimental, trop pessimiste pour moraliser, et avec trop de distance naturelle pour avoir à jouer
46 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). I. Alpbach : le trentième anniversaire du Forum européen
56née de l’industrie allemande, parla d’économie en pessimiste réfléchi. Et le président fédéral conclut, en fin d’après-midi, par u
47 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). III. Venise : colloque sur le fédéralisme, modèle de l’Europe
57n nous l’a présenté sous des formes optimistes et pessimistes, gradualistes ou révolutionnaires, voire apocalyptiques. Les orateurs
48 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
58ie de notre espèce.   — Seriez-vous radicalement pessimiste ? — Pessimiste, optimiste, cela n’a pas de sens en soi. Je ne cessera
59èce.   — Seriez-vous radicalement pessimiste ? — Pessimiste, optimiste, cela n’a pas de sens en soi. Je ne cesserai de me sentir
49 1977, L’Avenir est notre affaire. Système de la crise — La religion de la croissance
60ut être fait le sera. » C’est le jugement le plus pessimiste qu’on ait jamais porté sur notre société, car ainsi que Gabor le préc
50 1977, L’Avenir est notre affaire. Système de la crise — La clé du système ou l’État-nation
61: « Ne nous laissons pas égarer par les prophètes pessimistes d’un prétendu désastre énergétique80. » La crise de l’automne 1973 a
51 1977, L’Avenir est notre affaire. De la prévision — Naissance de la prospective
62’Europe ; et deux courants se dessinent aussitôt, pessimiste avec Oswald Spengler, optimiste avec H. G. Wells. L’un s’appuie sur l
52 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Les variétés de l’expérience communautaire
63uvent, et pour trop d’autres nations, le jugement pessimiste de Tocqueville reste valable  : « Sous l’Ancien Régimecomme de nos jo
53 1977, L’Avenir est notre affaire. Repartir de l’Homme — Stratégie
64ie des catastrophes — Seriez-vous radicalement pessimiste ? — Pessimiste, optimiste, cela n’a pas de sens en soi. Je ne cessera
65phes — Seriez-vous radicalement pessimiste ? — Pessimiste, optimiste, cela n’a pas de sens en soi. Je ne cesserai de me sentir
54 1978, La Vie protestante, articles (1938–1978). « Bof ! disent les jeunes, pourquoi ? » (1er décembre 1978)
66omme. S’il y a dans votre livre des passages très pessimistes où vous semblez provoquer la peur du lecteur, le fond de tout est pou
67isme et d’espérance ? Oui ! Si j’étais totalement pessimiste, si je pensais qu’il n’y a plus rien à faire, je n’écrirais pas — ou
55 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
68fédérer. Derrière nos représentations exagérément pessimistes, et dans l’attente d’une réunion des peuples européanisés depuis mill
56 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. La défense de l’Europe
69 fédérée) ont déposé des conclusions radicalement pessimistes, en cas de non-union persistante des Européens. Parmi les nombreux sc
57 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
70s d’une politique du pessimisme actif. » Je reste pessimiste actif, mais je souligne peut-être plus le mot « actif » que le mot « 
71igne peut-être plus le mot « actif » que le mot « pessimiste ». Qu’entendez-vous par « pessimisme actif » ? Cela veut dire que je
72repose, c’est sur notre action. Donc il faut être pessimiste : si on laisse les choses aller — et elles ne pourraient qu’aller plu