1 1920, Articles divers (1924–1930). La Tour de Hölderlin (15 juillet 1929)
1s plus tard on encadre les lettres des amants, on propose le couple à l’admiration des écoliers en promenade, et le guide désig
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
2, n.m. Automatisme psychique pur par lequel on se propose d’exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre man
3 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
3ustienne a porté à un point si dangereux, il nous propose l’expérience d’un Newman, les exemples d’un Meredith et d’un Stendhal
4vre manifeste une belle unité de pensée, et qu’il propose quelques directions très nettes de synthèse. Avec une œuvre comme Pla
4 1926, Articles divers (1924–1930). Confession tendancieuse (mai 1926)
5, mes amis ; quel est le vrai ? [p. 145] — Ils me proposent vingt visages que je puis à peine reconnaître. Reste le monde, — les
5 1926, Articles divers (1924–1930). Soir de Florence (13 novembre 1926)
6cherchent qu’à vous plaire. Chaque ruelle croisée propose un mystère qu’on oublie pour celui des regards étrangers. Et voici la
6 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
7 Une mauvaise humeur qui flotte dans l’air nous proposerait de débuter par l’inévitable discours sur les difficultés du temps, en
8ire réfléchir utilement sur ses causes…   Nous ne proposerons pas, lecteur bénévole, un exercice mensuel à votre faculté d’indulgen
7 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
9si différent. Les gestes et les sentiments qui se proposaient à mon souvenir ont été passés au crible de la minute où je me penchai
10e de joies émanait de toute la vie : chaque chose proposait une ferveur nouvelle, et chaque être un plus prenant sourire. Cependa
8 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Guy de Pourtalès, Louis II de Bavière ou Hamlet-Roi (décembre 1928)
11l préfère parler d’illusion là où nos psychiatres proposeraient de moins jolis mots ; mais ce n’est pas la moindre habileté du biogra
9 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
12ez de passants pour qu’on la sentît déserte ne me proposait qu’une frileuse nostalgie. Mais qui fallait-il accuser de cette duper
10 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Avant-propos
13 aussitôt. Sans conditions. Mon rôle n’est pas de proposer une nouvelle forme politique. Je me contente de vitupérer ce que je v
14ts, que cela ne manque jamais de provoquer, je me propose de marquer ici la distinction classique du fait et du droit ; et c’es
11 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 3. Anatomie du monstre
15eveau est tellement embrouillé que déjà plusieurs proposent de trancher le nœud. Je me bornerai à l’examen des caractères les plu
12 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
16e l’instruction publique. Les réformes qu’ils ont proposées jusqu’ici sont en général judicieuses, dictées par le bon sens  7 , e
13 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 5. La machine à fabriquer des électeurs
17opie de partisans. Il ne serait guère plus fou de proposer aujourd’hui qu’on répande universellement et obligatoirement l’art du
14 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 7. L’instruction publique contre le progrès
18ce que je mettrais à la place. Et parce que je ne propose rien de bien précis, on triomphe grossièrement. J’aurais voulu vous v
15 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
19moins qu’une rédemption du journalisme, ce que je propose-là. Et c’est ainsi qu’on peut imaginer sans trop d’invraisemblance de
20 l’esprit est nécessaire au bien public. Certains proposent en rougissant de leur hardiesse quelque chose comme l’instruction pri
16 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Saisir (juin 1929)
21r avant d’entendre les signes [p. 763] qu’il nous propose. Une telle poésie n’offre aux sens que peu d’images (à peine quelques
17 1929, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Rolland de Renéville, Rimbaud le voyant (août 1929)
22mbaud — est une de ces évidences qu’il est bon de proposer à la réflexion de notre temps, ne fût-ce que pour faite honte à ceux
23tte hostilité de sectaire contre l’interprétation proposée par Claudel et Isabelle Rimbaud ? Si Claudel s’est montré partial en
18 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
24ls, combien complexes sont les problèmes que vous proposez à notre bonne volonté gémissante ! Dieu, dans sa pitié, leur envoya u
19 1930, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Pour un humanisme nouveau » [Réponse à une enquête] (1930)
25 le nomme péché.) Tous les modèles que l’homme se propose ont ceci d’insuffisant : qu’ils peuvent être atteints. Mais ce qui pa
20 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
26. Si M. Thibaudet connaissait l’hôte de céans, il proposerait cette formule du plat idéal : Du Bos en sauce Marthaler. Mais ne parl
21 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
27avant tout nous avons besoin. Kierkegaard nous en propose le type le plus efficace. Et c’est ainsi par une nécessité organique
22 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Sarah, par Jean Cassou (novembre 1931)
28 et lucide devant les conditions que le monde lui propose. p. 804 b. « Sarah, par Jean Cassou (Corrêa) », La Nouvelle Revu
23 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
29ez de passants pour qu’on la sentît déserte ne me proposait qu’une frileuse nostalgie. Mais qui fallait-il accuser de cette duper
24 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.2. Une « tasse de thé » au Palais C…
30nt d’écouter autre chose… En vérité le monde propose à l’imagination de bien étranges spectacles ; pourquoi veut-il qu’on
31par une certaine qualité de déception, qu’il nous propose. La joie du jour, hélas, la plus forte… (Vienne, 1928)
25 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.1. La Tour de Hölderlin
32s plus tard on encadre les lettres des amants, on propose le couple à l’admiration des écoliers en promenade, et le guide désig
26 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
33bossue, nourrie de poussière depuis le moyen âge, propose humblement son anachronisme de plain-pied avec les passants, les voit
27 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
34lle situation quotidienne, répète M. Nizan. Et il propose Marx. Je demande en quoi Marx peut nous aider à vivre, à mourir. Je d
28 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
35e et la religion de l’Écho de Paris. « Nous avons proposé un maître à ce jeune homme, dit le pasteur Cooreman. C’était le Chris
29 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
36e comporte pour Rimbaud le silence, alors qu’elle propose à Goethe, comme un exercice de choix, l’écriture, — cela n’a rien que
30 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
37st-à-dire grande. Devant les solutions qu’on nous propose d’urgence, il est clair que toute impartialité serait hypocrisie, ref
31 1933, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Petites notes sur les vérités éternelles (1932-1933)
38isme et réaction. Barth, croyons-nous, n’a jamais proposé ni prôné de dogmes « si possible immuables » (p. 14). On pourrait dir
32 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
39e tous ces monstres menaçants, vous n’avez rien à proposer que votre chétive personne ? Vous serez emportés comme les autres. Vo
33 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
40uglément soumis à la nature, et en même temps qui propose un idéal standard, abstrait, dépersonnalisé, et mortellement monotone
34 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
41u communisme est de réduire crûment l’idéal qu’il propose à ce but le plus prochain. Pour plus tard et par-dessus le marché, il
35 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
42ualisme 44  ; [p. 134] ceux de droite parce qu’il propose un chef, un cadre rigide et logique, une hiérarchie primant les liber
36 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
43 toutes les dégradations que le milieu inerte lui propose ou que l’État veut lui imposer. Le héros véritable, la personne dans
37 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
44r. Je me méfie toujours des théories d’action que proposent les incroyants. Benda est plus honnête, dans sa théorie de l’inaction
38 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
45utre que l’actualisation de sa doctrine. Avant de proposer quelques maximes tactiques déduites de notre position personnaliste,
39 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
46réflexion, car c’est à elle précisément que je me propose de répondre ici. Comment passer du zéro de l’homme devant Dieu à la v
47ai pas ici les distinctions théoriques que l’on a proposées entre individu, personne et personnalité. Je préfère illustrer ces no
48rtout, les chefs protestants quand ils le purent, proposèrent au contraire des plans d’allure et d’intention nettement fédéralistes
49e l’État. Ceci ne signifie pas que l’Église ait à proposer un programme comme tant d’autres, mais bien qu’elle doit marquer en t
40 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
50timidité, la puérilité des réformes que l’on nous propose à gauche et à droite. Nous dirons, encore plus simplement, à ceux qui
41 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
51 confusion vient de là. Car la culture qu’on nous propose de défendre, c’est elle, précisément, qui est responsable de la bruta
52 responsable de la brutalité totalitaire. On nous propose donc de défendre une maladie contre la mort, à quoi elle mène nécessa
53u lieu de nous refaire une santé. Au lieu de nous proposer une cure de désintoxication énergique. Au lieu de rechercher les moye
42 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
54e tous ces monstres menaçants, vous n’avez rien à proposer que votre chétive personne ? Vous serez emportés comme les autres. Vo
43 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
55veux donner qu’un exemple des dissociations qu’il propose. L’Épargne, autrefois participation de l’idéal évangélique de la pa
56is résumer que les thèmes d’une méditation qui se propose pour objet d’approcher le mystère indéfinissable de l’être. « Il faut
44 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
57évêques, tentera de prouver qu’il extravague ; on proposera en public de l’interdire d’accès au temple ; l’opinion unanime accabl
45 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
58 sur les interprétations personnelles que nous en propose l’auteur. (Begbie est un de ces « informateurs » brillants et cordiau
46 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
59eulent être humains. Fin d’une littérature Je me propose de simplifier. Dans la littérature bourgeoise, celle qui est née avec
60nce universelle, ce principe de grandeur que nous proposons tous ici, c’est l’homme considéré dans sa vocation créatrice, — c’est
61l’une des dernières « valeurs » du romantisme, je proposerais d’ériger en vertu le mépris d’une certaine originalité de forme. Le r
47 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
62onne une réalité aux relations que nous venons de proposer, transforme l’équation sujet en vrai sujet, et l’équation objet en vr
48 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
63 toutes les dégradations que le milieu inerte lui propose ou que l’État veut lui imposer. Le héros véritable, la personne dans
49 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Destin du siècle ou destin de l’homme ? (mai 1934)
64ais qui dominent notre siècle, vous n’avez rien à proposer que votre chétive personne ? Vous serez emportés comme les autres. Vo
50 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
65nts les plus solides des constructions qu’on nous propose sont ceux que L’Ordre nouveau a définis non seulement avant tous ces
51 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
66que comportent les Trois Traités, M. Schmidt nous propose quelques définitions fort bien venues : Qui veut comprendre, dans so
67e Calvin est fait de soumission absolue à l’objet proposé : tout en portant la marque d’une des plus puissantes personnalités q
52 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
68le de son remède. Pourquoi résister au plaisir de proposer à mes lecteurs la méditation de ce texte à maints égards révélateur ?
69doute intimidé par son sujet. En bref, M. Duhamel proposait au moins deux palais. « Comment célébrer l’esprit ? Comment le manife
70ise à la publicité universelle, trouve naturel de proposer que « l’esprit », dans cette entreprise, soit mis à part, et honoré e
71on de l’enseignement voudrait, comme je le lui ai proposé, que ce palais reçût le nom de « Cité René-Descartes ». L’Exposition
72ût séparé absolument du corps. Ce que Descartes a proposé, ce que l’Église, pour son malheur, a pris en compte, c’est la doctri
73ils y parviennent, je demande la parole. Je ne me propose pas du tout de décevoir ce goût de positif que mes contemporains, à t
53 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
74 l’élite. Soudain, j’eus une idée paradoxale : je proposai de lire l’Évangile. Je m’emparai d’une Bible qui se trouvait posée su
54 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
75otre déception) devant les témoignages qu’on nous propose. Un peu plus d’exigence philosophique conduirait certainement la plup
55 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
76. 3] de toutes nos réunions publiques, se hâte de proposer ici le terme de fascisme. Mais l’apparition de Service public — et so
77une mystique de la jeunesse ; Service public nous propose, au contraire, une mystique d’anciens combattants. Le fascisme est an
78brebis. Mais dira-t-on, le Populaire n’a-t-il pas proposé de nationaliser les banques ? Et l’Humanité, de confisquer les fortun
56 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
79tion imbécile ? Lui. — Et alors, quelle solution proposez-vous ? Écrire des articles pacifistes, ou traîner dans les cafés, ou
57 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
80. 387] La cité (avril-mai 1935) d Quand on m’a proposé ce titre, j’ai tout d’abord été frappé par le léger anachronisme de c
81epter aussitôt le fameux trait d’union qu’on nous propose, entre socialiste et chrétien ? Prenons bien garde ici au sens des mo
82iste qu’au nom d’une volonté de création. Je vous proposerai donc deux exemples concrets de vocation chrétienne dans la cité. [p.
83aut l’aune de ce [p. 414] « pratique » qu’on nous propose. L’heure est venue d’essayer autre chose, d’essayer au moins une fois
58 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
84e de la culture Qu’est-ce qu’un problème ? Je me propose d’envisager dans cet ouvrage le problème de la culture. Lorsque l’on
85aucoup plus important que les solutions qu’on lui propose. Ainsi le problème de la culture. Quelqu’un demande : à quoi sert-ell
59 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
86itiques, tels sont les ersatz pitoyables que nous proposent l’Argent et l’État. Giovinezza ! Tod den Juden ! Nous ferons mieux qu
60 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
87 de la vie, sous la même loi supérieure de la fin proposée par le socialisme. » Il faut alors définir la culture comme « une for
88 immense caricature ; et que les fins qu’elle lui propose ne valent pas le prix qu’on les paye. Mais, d’autre part, il ne peut
89ction : la mesure pseudo-marxiste que les Soviets proposent en exemple s’est avérée, après quelques années, incapable de mainteni
61 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
90e la faim ou de la liberté ; il a suffi qu’on lui propose, souvent sans preuve, un grand mythe de communauté : nation unie, ou
62 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
91de son repos. « Si c’est avec tes mains que tu te proposes de penser, que vas-tu faire de ton cerveau ? » nous dit ce bon esprit
92ective, sérieuse, c’est ce que nos grandes écoles proposent comme idéal à leurs élèves, dans un ordre de choses, on le sait, où l
93té de l’appareil qui est néfaste ? Je ne vais pas proposer d’impossibles « retours » à la naïveté créatrice, à l’improvisation g
63 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
94t personnel et réfléchi. (Au lieu de cela on nous propose partout des engagements collectifs et sentimentaux !) Il faut que le
95ement si, dans nos conditions, ce nous qu’on nous propose pourrait être autre chose qu’une moyenne entre le je des [p. 235] lib
96procher que par la voie des négations. Nous avons proposé une dialectique critique dont les deux termes négatifs sont évasion e
64 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
97rés (termes qui ne sont pas synonymes) et je leur propose de méditer le problème du Bien. Si des croyants peuvent douter de leu
65 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
98qu’on ne peut plus le distinguer des formes qu’il propose à notre vue. Il s’est transformé en domaine. Il faut le lire comme un
66 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
99 de la vie, sous la même loi supérieure de la fin proposée par le socialisme. Il faut alors définir la culture comme « une form
100 immense caricature ; et que les fins qu’elle lui propose ne valent pas le prix qu’on les paye. Mais d’autre part, il ne peut r
101uction : la mesure pseudomarxiste que les Soviets proposent en exemple s’est avérée, après quelques années, incapable de mainteni
102e la faim ou de la liberté ; il a suffi qu’on lui propose, souvent sans preuve, un grand mythe de communauté : nation unie, ou
67 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
103d avec énergie aux interprétations de Kierkegaard proposées en France par Jean Wahl, par Mme R. Bespaloff, et par moi-même. Je ne
68 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
104 dirigé contre l’État. C’est-à-dire que toute loi proposée par l’État et soumise au referendum se voit ipso facto repoussée par
69 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que l’autorité ? (mai 1936)
105e si l’on n’admettait pas la distinction que nous proposons entre autorité et pouvoir. Une autorité cesse de croire en elle-même
70 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
106timidité, la puérilité des réformes que l’on nous propose à gauche et à droite. 7. Nous dirons, encore plus simplement, à ceux
71 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
107es. Enfin, il définit sans équivoques la solution proposée par le néo-marxisme à cette crise. En gros, nous ne pouvons qu’approu
72 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
108de même que la révolution française, ne s’est pas proposé d’abord une modification du corps social et de la structure des class
73 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
109dictoire. Je vous demanderai donc de bien vouloir proposer des noms ». Silence. Chuchotements. « Vas-y ! — Non ! moi ? penses-tu
110 suis renseigné. Il paraît bien qu’un maire avait proposé la réforme, avant la guerre. Mais cela n’a pas marché. La tradition d
74 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
111est, la morale rationnelle et les mesures qu’elle propose, ce n’est guère que le rêve de vieux célibataires assez fortunés, ou
112lligents du village. Ce sont eux et eux seuls qui proposent des réformes pratiques, qui demandent qu’on installe l’eau et l’élect
113voir. Découverte des diversités merveilleuses que proposent ces visages attentifs, éclairés ou butés, douloureux, tendus ou épano
114 Où les partis qui se disent « avancés » osent le proposer comme objectif de « lutte ». Où la publication d’un communiqué de ce
115s rien savoir des situations locales. Parfois ils proposeront quelque réforme pratique : faire de la place aux jeunes en abaissant
116state qu’elles vont toutes dans le sens de ce que proposent les personnalistes : autonomie de la région [p. 225] naturelle, commu
75 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
117dictoire. Je vous demanderai donc de bien vouloir proposer des noms. » Silence. Chuchotements. — Vas-y ! — Non ! Moi ? penses-tu
118 suis renseigné. Il paraît bien qu’un maire avait proposé la réforme, avant la guerre. Mais cela n’a pas marché. La tradition d
76 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
119 entière. La différence, c’est que Nietzsche nous propose d’adorer un Destin muet, tandis que nous adorons une Providence dont
77 1937, Esprit, articles (1932–1962). La fièvre romanesque (janvier 1937)
120 toujours sa fièvre que le romancier moderne nous propose, mais très diversement vêtue, et il essaye de nous intéresser d’abord
78 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
121voir. Découverte des diversités merveilleuses que proposent ces visages attentifs, éclairés ou butés, douloureux, tendus ou épano
79 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
122ge interne, individuel. Les doutes que Ramuz nous proposent touchent au contraire les fondements mêmes de notre vie dans la cité,
80 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
123l’expédient suivant. Lorsqu’un jeune auteur vient proposer son manuscrit, on lui fait signer un contrat qui l’engage pour cinq o
81 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
124es interprétations de la vie onirique, qu’il nous propose, sont infiniment plus larges que celles du savant viennois. Elles eng
82 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
125elles de Thomas d’Aquin et de Cajetan. On ne nous propose pas un « retour » de plus à quelque médiévisme d’utopie, mais au cont
83 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
126us les programmes de réforme de l’État qu’on nous propose à droite et à gauche depuis quelques années échouent contre ce dilemm
84 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
127rience leur montrant qu’ils y perdent, au lieu de proposer un arrangement nouveau, ils perdent la tête, font un coup de bluff, e
128tion imbécile ? Lui. — Et alors, quelle solution proposez-vous ? Écrire des articles pacifistes, ou traîner dans les cafés, ou
85 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
129ntre l’État. C’est-à-dire que la plupart des lois proposées par l’État et soumises au referendum sont ipso facto repoussées par l
86 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
130de même que la révolution française, ne s’est pas proposé d’abord une modification du corps social et de la structure des class
87 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
131ession médicale, personne n’a jamais eu l’idée de proposer qu’on donne la peste à toute la nation. Or c’est à peu près cela qu’o
132te la nation. Or c’est à peu près cela qu’on nous propose : faire vivre le peuple avec ce qui doit le faire mourir. C’est la po
133rne. Aussi bien, la page que je viens de citer ne propose-t-elle pas la non-résistance, mais au contraire une forme de lutte nouv
88 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
134dre inaptes à le posséder. Car tout ce qu’on nous propose nous introduit dans le monde de la comparaison, où nul bonheur ne sau
135 épuise l’une après l’autre les illusions que lui proposent divers objets, trop faciles à saisir. Au lieu de mener à la mort, ell
89 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
136ie. Et ce n’est à aucun degré une solution que je propose. Car outre qu’une telle solution probablement n’existe pas, si elle e
137i la foi hérétique dont elle est née ne sauraient proposer comme but à notre vie la maîtrise de la Nature, puisque c’est là le b
90 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
138profonde du destin de Napoléon, voilà ce que nous propose Robert Aron 50 . Il a pensé qu’il valait mieux tirer de faits fictifs
91 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une révolution refoulée (juillet 1938)
139l’échec du Front populaire ? La psychanalyse nous propose un type d’explication qui me paraît bien tentant : c’est le mécanisme
92 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Alice au pays des merveilles, par Lewis Carroll (août 1938)
140intolérable ou menaçante. D’ailleurs, on pourrait proposer une explication parallèle par le langage, autre problème fondamental
93 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
141 confusion vient de là. Car la culture qu’on nous propose de défendre, c’est elle, précisément, qui est responsable de la bruta
142 responsable de la brutalité totalitaire. On nous propose donc de défendre une maladie contre la mort à quoi elle mène nécessai
143u lieu de nous refaire une santé. Au lieu de nous proposer une cure de désintoxication énergique. Au lieu de rechercher les moye
94 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
144n, ou tout au moins, la rend inefficace. Or je me propose d’envisager Tristan non point comme œuvre littéraire, mais comme type
145faits qu’il nous rapporte et les raisons qu’il en propose, ou qu’il omet très curieusement de nous indiquer. 4. Le contenu ma
146z-vous dans la forêt ? Pourquoi la reine coupable propose-t-elle un « jugement de Dieu » ? Elle sait bien que cette épreuve doit
147décision de se séparer est bientôt prise. Tristan propose de « gerpir » en Bretagne. Auparavant, ils iront voir Ogrin l’ermite
95 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
148ire plus de clarté dans ce dédale dialectique, je proposerai le schéma suivant : doctrine application théorique réalisat
149r connaître cette poésie. Ainsi de chaque réponse proposée : le « sérieux » des savants paraissant consister surtout dans une pr
150istoriens des mœurs médiévales, J. Huizinga, nous propose sur ce point des exemples topiques ; celui, entre autres, du mystique
151 les pamphlets de ses adversaires que cette école proposait une théorie érotique des rêves. Or les poèmes surréalistes conservés
15210] n’ont qu’un seul auteur, etc. Mais peut-être, proposent certains, décrivent-ils simplement des rêves ? Peut-être même sont-il
153er trait me paraît capital pour l’analogie que je propose) ; et nous savons enfin qu’il a suffi que quelques-uns des chefs de c
96 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
154pè, d’une manière assez analogue à celle que nous proposions ci-dessus (voir II, 4). Sankara refuse le monde et le condamne sans a
97 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
155séparent des croyances religieuses (comme l’avait proposé Confucius) et, sans que nul paraisse y prendre garde, se rangent aux
98 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
156t Law, le financier de la Régence [p. 282] qui la propose, reprenant, et sans doute à son insu, la méthode des Condottieri : « 
99 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
157dre inaptes à le posséder. Car tout ce qu’on nous propose nous introduit dans le monde de la comparaison, où nul bonheur ne sau
158 épuise l’une après l’autre les illusions que lui proposent divers objets, trop faciles à saisir. Au lieu de mener à la mort, ell
159n plus tard, elle divorçait.) Sur quoi, plusieurs proposent d’interdire le divorce, ou de le rendre au moins très difficile. Mais
160dividuelle. Toute solution que je serais tenté de proposer, fût-elle jugée « la bonne » par le siècle à venir, serait aujourd’hu
100 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
161ie. Et ce n’est à aucun degré une solution que je propose. Car outre qu’une telle solution probablement n’existe pas, si elle e
162i la foi hérétique dont elle est née ne sauraient proposer comme but à notre vie la maîtrise de la Nature, puisque c’est là le b