1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
1ontes bouddhistes, fut traduite au vie siècle du sanscrit en pehlevi, par un médecin de Chosroès Ier, roi de Perse. De là, on p
2 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Première partie. La Voie et l’Aventure — Où les voies se séparent
2et d’une famille d’idiomes indo-européens dont le sanscrit serait le plus ancien témoignage. Admettons même entre l’Inde et l’Eu
3 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
3 Sud et le groupe des langues du Nord dérivées du sanscrit, il n’y a presque rien de commun. À tel point que M. Nehru, qui fut l
4 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
4 d’après l’expérience illuminante.67 » Ou dans le sanscrit du Bouddha : Sabbe sankhara anicca Sabbe sankhara dukkha Sabbe dham
5 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Deuxième partie — La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
5d’après l’expérience illuminante.100 » Ou dans le sanscrit du Bouddha : Sabbe sankhâra anicca Sabbe sankhâra dukkha Sabbe dhamm
6 1967, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). J. Robert Oppenheimer (25 février 1967)
6Il aimait citer la Bhagavad Gita, qu’il lisait en sanscrit. Il connaissait à fond notre littérature, où il préférait à tout Fran