1 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
1u monde du protestantisme, que la polémique et la satire qui sévirent, dans le premier, dès ses origines, ne se donnèrent cour
2 1932, Le Paysan du Danube. Le Paysan du Danube — Une « tasse de thé » au Palais C…
2irerait les ficelles ! Quelle figuration pour une satire à grand spectacle de notre civilisation finissante ! (Vous souriez ?
3 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
3e. J’imagine d’abord ce réalisme comme une énorme satire à la Swift, quand je vois le comique jaillir à la moindre comparaison
4ains verront peut-être dans l’Ulysse de Joyce une satire de ce genre, minutieuse confrontation de l’idéal rêvé et du sordide q
4 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
5l’appeler. « Le Nouveau Testament ressemble à une satire de l’homme. Il contient des consolations et encore des consolations p
5 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
6sser « un immense cri en vingt-deux langues ». La satire de Toepffer n’est pas méchante, elle n’est pas même « spirituelle » ;
6 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Trois traités de Jean Calvin (20 juillet 1935)
7 tour éloquent à l’antique ou rabelaisien dans la satire, pourrait en somme s’intituler : Réforme contre Renaissance. Mais tou
7 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
8fiée — par les catholiques, à partir de 1569. 3. Satires et drames. — La première mention de Nicolas dans une satire catholiqu
9drames. — La première mention de Nicolas dans une satire catholique date de 1522. Chose curieuse, elle est extrêmement défavor
10r contre, un Narrenspiel zwinglien de 1526 et une satire intitulée Etter Heini, de Jakob Ruf (1538), exploitent, avec beaucoup
8 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
11s le théâtre de l’époque. Voici tout d’abord deux satires dialoguées, datées de 1526 et de 1538 ; elles font intervenir l’ermit
12ange de Dieu qu’il voit venir à sa rencontre. Les satires zwingliennes et le mystère de Valentin Boltz devaient être à l’origin
9 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
13’exaspérait. Les chroniqueurs, les sermons et les satires de ce siècle nous révèlent qu’il connut une première « crise du maria
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
14 et de l’amour alambiqué, on le surprend dans une satire du xiiie siècle intitulée l’Évangile des femmes : c’est une suite de
11 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
15l’appeler. « Le Nouveau Testament ressemble à une satire de l’homme. Il contient des consolations et encore des consolations p
12 1946, Journal des deux Mondes. Puisque je suis un militaire…
16 de carnaval qui sont en vérité bien plus que des satires « contre le Pape et sa séquelle » : des catéchismes illustrés, tout c
17vants collègues il leur envoie le manuscrit d’une satire contre la messe, on vante à Berne la modération de ses discours lors
13 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
18, le roman réaliste eût fait place au poème et la satire sociale au lyrisme intérieur. L’hypothèse n’est pas arbitraire, car c
14 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Nouvelles métamorphoses de Tristan
19, le roman réaliste eût fait place au poème et la satire sociale au lyrisme intérieur. L’hypothèse n’est pas arbitraire, car c
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
20 de carnaval qui sont en vérité bien plus que des satires « contre le pape et sa séquelle » : des catéchismes illustrés, tout c
21vants collègues il leur envoie le manuscrit d’une satire contre la messe, on vante à Berne la modération de ses discours lors
22stions » sans espoir de Ramuz, par les virulentes satires de Dürrenmatt, ou par les innombrables essais sur le malaise suisse d