1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hugh Walpole, La Cité secrète (décembre 1929)
1es qualités de réalisation d’idées en faits ou en situations dramatiques. Je donnerai tous les essais de M. de Voguë sur l’âme sla
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Ramon Fernandez, Messages (juillet 1926)
2re de critique pratiqué par Fernandez. Périlleuse situation que la sienne, en effet, où l’on court le double risque de paraître t
3 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
3uvre vaudevilliste qui use à tort et à travers de situations complètement démodées et d’intrigues usées jusqu’à la corde, jusqu’à
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
4ilisation des expressions courantes, maximum de « situation » des personnages obtenu avec un minimum de répliques ; enfin, un sty
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
5hygiéniques en tous genres, instruction publique, situations acquises, sièges faits, autorités fondées sur la gloire et la sénilit
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
6 ose dire. Elle nous permet donc de considérer la situation sans fièvre, sans lamentations d’adieu.   On nous a parfois traités d
7lent. Il reste à dire deux mots sur la paradoxale situation intellectuelle d’une revue d’étudiants comme la nôtre. D’un côté, en
7 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
8vre de poésie proprement romanesque, naissant des situations mêmes et non de dissertations lyriques à leur propos. Mais dans ce ro
8 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
9certain degré d’intensité, un état d’âme crée une situation qui l’exprime — bien qu’on pense généralement le contraire. Il est tr
9 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
10ouer une villa à Heidelberg ou à Séville quand la situation n’est plus tenable à Londres, et l’histoire continue, pour notre agré
10 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
11certain degré d’intensité, un état d’âme crée une situation qui l’exprime — bien qu’on pense généralement l’inverse. Donc, n’ayan
11 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
12tant que la sienne ? Certes, hic et nunc, dans la situation du monde de 1932, en présence du déchaînement orgueilleux et misérabl
12 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Penser dangereusement (juin 1932)
13de s’y intéresser au lieu de s’intéresser à notre situation concrète, M. Nizan a tellement raison que son entreprise est suffisam
14phes ne s’adressent jamais à tel homme dans telle situation quotidienne, répète M. Nizan. Et il propose Marx. Je demande en quoi
15t les pensées concernent chaque homme dans chaque situation de sa vie de chaque jour, si cet appel n’a pas trouvé la seule répons
13 1932, Présence, articles (1932–1946). Penser avec les mains (fragments) (janvier 1932)
16otre génération. Et déjà ce n’est plus qu’à notre situation géographique que nous devons de pouvoir trancher le débat sans risque
14 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
17 tentation — c’est la même violence — dans chaque situation existentielle. En sorte qu’il n’est pas [p. 443] de préférence défini
15 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
18t le mal ?   Telles sont les composantes de notre situation. Nous sommes là : n’y pouvant plus tenir longtemps ; ne pouvant accep
16 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
19ier plan de la pensée théologique. C’est de cette situation profondément paradoxale, assumée dans sa tragique ironie, que le théo
20tte puissance de sérieux, de prise au sérieux des situations humaines telles qu’elles sont, qui seule permet un humour souvent rud
17 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
21e politique possible, entre autres ! Comme si les situations humaines comportaient, en général, une solution chrétienne et des sol
18 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
22sse ». Car enfin si le paradoxe n’est pas dans la situation même de l’homme devant Dieu, notre foi est vaine et c’est perdre son
23omme jeté par la révélation de la Parole dans une situation absolument nouvelle, dans un instant dont nulle morale ne peut prévoi
19 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
24 2° La vision dialectique jetant l’homme dans une situation dramatique ; lui révélant le néant de ses idoles et la nouveauté inén
20 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
25eprochent, maintenant, de vouloir sauvegarder des situations acquises, ou encore de vouloir « détourner les forces prolétariennes 
21 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
26’ignorance des nécessités pratiques de notre ère. Situation aussi néfaste pour les penseurs que pour les autres. La crise présent
22 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — c. Le vrai pouvoir des intellectuels et son usage
27umain. Le seul devoir des intellectuels, dans la situation qui nous est faite, c’est de rechercher l’homme perdu. C’est aussi là
28llusion sur la portée immédiate de mon effort. La situation présente me l’interdirait, toute question d’habileté mise à part. Il
29viendrons d’une manière plus concrète à propos de situations précises — on peut en déduire ceci : La première tâche des intellectu
23 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
30jugé par elle, — désillusionné ! C’est dans cette situation qu’ont été composés les essais qu’on va lire. Et si j’ose parler d’éq
24 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
31 publique sont menacées ? La vérité, c’est que la situation du monde a été de tout temps désespérée. Seulement, maintenant, cela
32ue nous créons à plaisir, qui ne sont pas dans la situation et qui sont autant de prétextes à refuser de prendre position, comme
25 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
33personne [p. 55] comme une vocation créatrice, la situation se renverse. La vocation d’un homme n’est pas un droit pour lui, mais
26 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
34ns l’absolu, mais nous nous occupons, nous, de la situation présente de l’homme, et nous disons : tant que le minimum de vie n’es
27 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 4. Ni ange ni bête : ni gauche ni droite, (Fondements théologiques d’une action politique)
35 fin la plus haute de l’homme qu’est sa foi, — sa situation personnelle devant Dieu. Non seulement le chrétien pourra et devra co
28 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
36out le mal ? Telles sont les composantes de notre situation. Nous sommes là : n’y pouvant plus tenir longtemps ; ne pouvant accep
29 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
37 mobiles s’ébranlèrent ? [p. 188] Pour résumer la situation en une formule, je dirai que ce fut le choc des « défenseurs de l’ord
38ide apportée aux hommes réels, un à un, dans leur situation particulière. L’établissement de relations concrètes d’homme à homme,
30 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
39 cas dès le xiie siècle, on se retrouve dans une situation quelque peu analogue à celle des débuts de la Grèce, en ce sens qu’un
40tien. Or il se trouve qu’ici et maintenant, notre situation ressemble fort à celle qu’eut à résoudre la Réforme. Calvin combattai
31 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iii. Groupements personnalistes
41u parti de gauche à penser le monde moderne et la situation concrète de la France en termes révolutionnaires et politiquement cré
32 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
42t toujours usé, entraîne le devoir de modifier la situation dont ils se plaignent. Conséquence pour eux si nouvelle, qu’ils éprou
33 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
43 dans l’ordre, les moutons se sont apaisés, et la situation s’éclaircit. Voici venir le temps des vrais dangers, c’est-à-dire des
34 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
44 publique sont menacées ? La vérité, c’est que la situation du monde a été de tout temps désespérée. Seulement, maintenant, cela
45ue nous créons à plaisir, qui ne sont pas dans la situation et qui sont autant de prétextes à refuser de prendre position, comme
35 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
46n. « Nous avons perdu la guerre, Bell, et dans la situation où nous sommes, nous ne pouvons plus nous affirmer que par le sacrifi
36 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
47 peut-être chancelant qui le jette à sa vocation. Situation initiale de l’humain ! Initiation au [p. 31] réalisme enfin total, qu
37 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Éditorial (juillet 1934)
48ifiant de les entendre… Le seul avantage de cette situation, c’est qu’elle a quelque peu immunisé les fidèles contre les fausses
38 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Procès, par Franz Kafka (mai 1934)
49ogie chrétienne rend compte de presque toutes les situations de ce livre ? Cette Loi qui nous condamne quoi que nous fassions, ce
39 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
50ique, parfois aussi d’une turbulence maladive, la situation typique de l’éthos du bourgeois : l’isolation. Ses tentatives d’évalu
40 1935, Présence, articles (1932–1946). Autour de Nietzsche : petite note sur l’injustice (novembre 1935)
51ble sens historique et éternel du mot nunc, — une situation décisive, c’est-à-dire une situation qui exige de chacun de nous la c
52 nunc, — une situation décisive, c’est-à-dire une situation qui exige de chacun de nous la confession et la déclaration de ce qu’
41 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
53 vie que chacun doit vivre à sa place, et dans sa situation. Mais en quoi le chrétien se distinguera-t-il donc de l’incroyant ?
42 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
54t. « Nous avons perdu la guerre, Bell, et dans la situation où nous sommes, nous ne pouvons plus nous affirmer que par le sacrifi
55ême sens de la fraternité tragique, même goût des situations extrêmes (tortures [p. 294] en prison, folie des combats à la mitrail
43 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
56e mis en question. Il faut voir, en effet, que la situation qui donne lieu à la proposition qu’on vient de lire ne saurait être c
57ours hypocrites ne font en somme que célébrer une situation de fait. Je répète que celle-ci n’est devenue possible qu’en vertu d’
58clercs. Ce ne sont pas les bénéficiaires de cette situation, politiciens ou affairistes, qui l’ont froidement calculée à seule fi
59ition de 1937, vu le désarroi général 40  ; vu la situation culturelle créée par le décret de séparation de l’esprit et du corps,
60eoise, visant à faire du clerc un inutile ; vu la situation économique inaugurée par le krach de Wall Street (1930) et nommée cri
44 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
61Judée, de nous remettre tant bien que mal dans la situation de Pierre devant Jésus, bref, de nous rendre contemporains de Jésus-C
62 elle-même, ne peut nous conduire qu’à revivre la situation du brigand qui refuse. Christ, dans son temps, est le vis-à-vis absol
45 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
63aliste. Les pages qu’Alexandre Marc consacre à la situation de la personne dans le temps paraîtront par endroits un peu sommaires
46 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
64 [p. 1] La situation politique en France (octobre 1935) o 1. — Les partis bougent Nous
65 découvre qu’en somme il n’a pas de programme. La situation du monde est peut-être tragique. Celle de nos chefs de gauche est cer
47 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
66ne vocation. Et alors, nous voici placés dans une situation toute nouvelle. Nous n’avons plus à supputer nos chances, ni à décide
67 Où en sommes-nous ? j’ai répondu en rappelant la situation très précaire du chrétien dans la cité telle qu’elle est devenue. À l
68ce soir à vous décrire [p. 415] impartialement la situation : il eût fallu beaucoup plus de nuances. J’ai cherché au contraire à
48 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
69livre dont on parle ». Et voilà, par exemple, une situation qui nous pose un problème réel ! Mais après tout, qu’est-ce qu’un pro
49 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
70jourd’hui sur la culture est du même niveau. » La situation est-elle plus réjouissante en France ? Et ne faut-il pas craindre que
71udié sérieusement les causes historiques de cette situation : Henri de Man, dans L’Idée socialiste. Cet ouvrage fort compact, ind
72 la mesure vivante de la société rénovée. Mais la situation se renverse au siècle suivant, c’est-à-dire dès l’instant où la bourg
50 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
73tuelle, ou culturelle si l’on veut, [p. 87] de la situation intenable que révéla la grande guerre. Cela ne pouvait pas durer. Les
51 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
74 qu’un peuple immense apprenait à les lire. Cette situation exceptionnelle et provisoire a créé une communauté [p. 97] d’intérêts
52 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
75rement apte à soutenir une action schématique. La situation de l’Allemagne en 1933 était exactement inverse. Elle ressemblait bea
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.12. Leçon des dictatures
76imes, alors que leurs fins sont hostiles et leurs situations de départ différentes, prouve que la mesure [p. 117] réelle dans l’un
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
77 révèle à nous, comme un jugement porté sur cette situation. Je ne crois pas aux voix mystérieuses, mais je crois à l’appel des f
78nsidérons les temps, les lieux où nous vivons, la situation précise qui nous est faite, et l’appel concret qui en résulte ; et ap
79et ils me déterminent, fût-ce même contre eux. 2° Situation qui nous est faite. — Au terme du libéralisme, à l’origine des dictat
80me, à l’origine des dictatures, une seule et même situation matérielle : la misère. L’un des systèmes la redoute et la prépare, l
81goisse et arbitraire, isolement, irréalité… Cette situation cosmique nouvelle est la vraie cause de la révolution mondiale, de l’
82ment nos meilleures traditions, mais encore notre situation dans l’histoire contemporaine, nous indiquent aujourd’hui plus claire
55 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
83tale Toute œuvre qui ne met pas en question notre situation personnelle dans l’univers ne sert de rien à l’humanité, reste en deh
84, pour parler un langage positif, de rétablir une situation désespérée qui fut notre douceur de vivre, mais qui sera la honte de
85ienter activement vers elle. C’est donc de cette situation que nous partons. C’est parce qu’elle existe autour de nous, et nous
86ent à un proverbe, pour sortir pratiquement d’une situation qui cependant posait une question réelle, exigeait un acte de choix,
87té, il est grand temps d’au moins reconnaître une situation que nous pâtirions tous de voir tranchée par la seule brutalité des é
56 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
88exemple notre mesure nouvelle, on peut décrire la situation d’où le mouvement résulte, ou la fin vers laquelle il tend, mais on n
89mais son sens qu’en sous-entendant constamment la situation quand on parle de la fin, ou la fin quand on parle de la situation. S
90n parle de la fin, ou la fin quand on parle de la situation. Sinon la description est insensée. J’ai décrit ce que je refuse, au
91tre génération. (Et déjà ce n’est plus qu’à notre situation géographique que nous devons de pouvoir trancher le débat sans risque
92e leur rend bien. L’ignorance volontaire de cette situation est la seule garantie de ce qu’on nomme, par antiphrase, l’ordre bour
93 toujours son point d’appui dans le concret d’une situation ; et il n’est pas non plus un conformisme, puisqu’il n’assume cette s
94non plus un conformisme, puisqu’il n’assume cette situation que pour la renouveler, la recréer, et finalement la dépasser. Pourta
95 ou de l’auteur de romans policiers combinant des situations cataloguées. Il ne s’agit dans tous ces cas que de jouer sur un clavi
96 de jouer sur un clavier de mots, de gestes ou de situations que l’on n’a pas eu à inventer ou à recréer. Il ne s’agit que d’utili
97on plus à de bons modèles. Et qu’il rappelle à la situation, au lieu de rappeler des sources. Que nos écrits figurent les microco
98it et de l’éthique qu’elles nous imposent dans la situation où nous sommes, peut-être aurons-nous fait ce que devait faire notre
57 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
99isme et contre le dogmatisme, définit d’emblée la situation typique du penseur « libéral ». (Calvin disait : « libertin spirituel
100orthodoxie et du libéralisme ? Mais revenons à la situation de départ de notre auteur. Contre l’un et l’autre adversaire — l’athé
58 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
101 qu’un peuple immense apprenait à les lire. Cette situation exceptionnelle et provisoire a créé une communauté d’intérêts immédia
102imes, alors que leurs fins sont hostiles et leurs situations de départ différentes, prouve que la mesure réelle, dans l’un et l’au
103 révèle à nous, comme un jugement porté sur cette situation. Je ne crois pas aux voix mystérieuses mais je crois à l’appel des fa
104idérons les temps et les lieux où nous vivons, la situation précise qui nous est faite, et l’appel concret qui en résulte ; et ap
105s railleries à l’adresse des États libéraux.   2. Situation qui nous est faite. Au terme du libéralisme, à l’origine des dictatur
106me, à l’origine des dictatures, une seule et même situation matérielle : la misère. L’un des systèmes la redoute et la prépare, l
107goisse et arbitraire, isolement, irréalité. Cette situation cosmique nouvelle est la vraie cause de la révolution mondiale, de l’
108ment nos meilleures traditions, mais encore notre situation dans l’histoire contemporaine nous indiquent aujourd’hui plus clairem
59 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
109ste en devenant antistalinien, il se met dans une situation qu’on ne peut comparer qu’à celle du chrétien anticlérical. Seulement
110oser ? Ce n’est pas là toucher le fond réel de la situation historique. Et la droite, si elle était honnête, serait encore plus g
60 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
111t toujours usé, entraîne le devoir de modifier la situation dont ils se plaignent. Cette conséquence est pour eux si nouvelle, qu
61 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
112nt ceux de la nation et de son « honneur ». Cette situation dicte à Hitler les grandes lignes d’une action d’urgence. 1° Lutte co
62 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
113u désert. Curiosité, comme au début d’un film. La situation est d’ailleurs excellente pour l’instant. Il nous reste encore de quo
114jour que je m’intéresse à leurs « idées », à leur situation, à leurs problèmes, — et que j’en fais parfois la matière même de mon
115si elle avait été écrite exprès pour moi, dans ma situation actuelle. Elle contient un double avertissement. D’une part elle m’in
116r un feignant ou un rentier, quand on est dans ma situation. — À ce propos : j’arrive au bout de mon petit rouleau, matériellemen
117dée les choses ne seraient pas si simples, que la situation matérielle était meilleure et demandait un développement tout différe
118t ce désir de rapporter ce que j’avais dit à leur situation concrète. Esprit critique, méfiance intelligente des paysans, conscie
119centralisation : qu’est-ce qu’ils savent de notre situation à Paris ? Est-ce qu’il n’y aurait pas moyen de faire un mouvement pol
120e raisons de tous les ordres qui expliquent cette situation, et pourquoi elle ne changera guère… Mais il y a le travail au jardin
121 là. Quand on en est à ne plus voir le voisin, la situation n’est plus humaine, elle ne pose plus de questions utiles. 2 juille
63 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
122 des bateaux neufs, etc. Un geste résume toute la situation : c’est celui du coiffeur fameux, premier gagnant de la Loterie Natio
123ent le soigner. Un bourgeois sans fortune et sans situation, à l’âge que j’ai, c’est une pitié ! Il est clair que je ne fiche rie
124 politique : pour faire figure, pour acquérir une situation bien définie dans le corps social.) Nous sommes méprisés dans la mesu
125if du général dans la vie réelle. Telle est notre situation — celle du monde bourgeois capitaliste, mais aussi celle des dictatur
126 met en question, cela vous invite à comparer les situations… À cause de la solidarité humaine, probablement… —(Voilàpourquoil’ont
127 telle [p. 198] quelle, surtout la vérité sur une situation matérielle. Il est entendu qu’on ne doit pas parler de « questions ma
128tre idée. Vous avez l’air très satisfait de votre situation. Ce n’est fichtre pas le cas des vrais chômeurs ! — Ah ! c’est vrai,
129est un homme qui rencontre un autre homme dans sa situation concrète et ses habits de tous les jours, sa maladresse et son étrang
130que, une idée qui ne peuvent être rapportées à la situation de l’homme prenant la Cène sont en dernier recours vaines et illusoir
131raits — sans nul rapport à rien de ce qu’exige la situation locale, bien entendu. Les mêmes termes, d’ailleurs, à peu de chose pr
132on lui donne à lire ou à entendre. Il comprend sa situation, et ne voit pas que « son » journal est sans rapport réel avec cette
133 « son » journal est sans rapport réel avec cette situation. Mais les intellectuels, dont le métier est de comprendre, dont le mé
134 : de ceux qui font les lois sans rien savoir des situations locales. Parfois ils proposeront quelque réforme pratique : faire de
64 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
135si elle avait été écrite exprès pour moi, dans ma situation actuelle. Elle contient un double avertissement. D’une part, elle m’i
136r un fainéant ou un rentier, quand on est dans ma situation, ou mieux, dans ce défaut de « situation » qui fait de moi, pour parl
137 dans ma situation, ou mieux, dans ce défaut de « situation » qui fait de moi, pour parler comme la presse, un « intellectuel en
138dée les choses ne seraient pas si simples, que la situation matérielle était meilleure et demandait un développement [p. 850] tou
139t ce désir de rapporter ce que j’avais dit à leur situation concrète. Esprit critique, méfiance intelligente des paysans, conscie
140centralisation : qu’est-ce qu’ils savent de notre situation à Paris ? Est-ce qu’il n’y aurait pas moyen de faire un mouvement pol
65 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
141aginable, j’aimerais citer ici une seule de ces « situations » que Lagerlöf noue et dénoue dans chaque chapitre avec une prodigali
66 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
142if du général dans la vie réelle. Telle est notre situation — celle du monde bourgeois-capitaliste, mais aussi celle des dictatur
143est un homme qui rencontre un autre homme dans sa situation concrète et ses habits de tous les jours, sa maladresse et son étrang
144raits — sans nul rapport à rien de ce qu’exige la situation locale, bien entendu. Les mêmes termes, d’ailleurs, à peu de choses p
67 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
145s raisons de construire des Bastions de l’Est, la situation est bien plus favorable. Mais il faudrait savoir l’envisager dans sa
68 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
146ande misère de l’édition (22 février 1937) e La situation de l’écrivain moderne, telle que je la décrivais dans mon premier art
147peut plus se payer de telles fantaisies. Ainsi la situation est telle qu’un éditeur, bon gré mal gré, se voit souvent contraint d
148polémique fait apparaître assez clairement que la situation est sans issue directe. J’entends que nulle réforme légale ne suffira
69 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
149us gravement qu’elle ne le croit, sans doute. Une situation si compromise ne se rétablira point par quelque truc, loi nouvelle ou
150s problèmes. On ne manquera pas de me dire que la situation est loin d’être aussi grave chez nous qu’ailleurs. C’est vrai sans do
70 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
151u désert. Curiosité, comme au début d’un film. La situation est d’ailleurs excellente pour l’instant. Il nous reste encore de quo
152jour que je m’intéresse à leurs « idées », à leur situation, à leurs problèmes, — et que j’en fais parfois la matière même de mon
153à. Quand on en est à ne plus voir le prochain, la situation n’est plus humaine, elle ne pose plus de questions utiles.   2 juille
71 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
154mon travail le plus réel, qui est d’écrire. Cette situation paradoxale m’a fait découvrir tout un monde. Elle m’a confronté au ré
72 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
155vernement espagnol annonce qu’il est maître de la situation. Une semaine plus tard, il annonce qu’il est sur le point de s’en ren
73 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’autorité assure les libertés (mai 1937)
156orme d’une angoisse politique, c’est-à-dire d’une situation révolutionnaire. C’est à la faveur de cette situation révolutionnaire
157ation révolutionnaire. C’est à la faveur de cette situation révolutionnaire que la vocation de notre pays pourra, d’un seul coup,
74 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
158quelques types sociaux très courants, et quelques situations bien circonscrites.   Les bourgeois. — J’arrivais de Paris persuadé
159e perfectionner en français, dans l’attente d’une situation. Il craint d’ailleurs de n’en point trouver, n’étant pas du Parti. Il
160sans du national-socialisme à vous expliquer leur situation, telle que le Führer l’a révélée à leur raison. Ils vous expliquent l
161sent « l’ordre ».) Ils n’ont fait que rétablir la situation capitaliste, et retarder l’inévitable, j’entends le règlement de comp
162 yeux des foules ! C’est au contraire une [p. 60] situation devant laquelle le jugement humain se dérobe avec une sorte de honte
75 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
1632, vous démontraient, le Capital en mains, que la situation allemande conduisait droit au communisme. Ce qui m’effraye, c’est leu
164e résoudre le délai que nous accordent encore une situation matérielle supportable, et quelques restes de traditions civiques. (
76 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
165t non point telle qu’on la décrète. ⁂ Dans quelle situation historique le centralisme nazi a-t-il trouvé son immédiate et apparen
166nt ceux de la nation et de son « honneur ». Cette situation dicte à Hitler les grandes lignes d’une action d’urgence. 1° Lutte co
77 1938, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La vraie défense contre l’esprit totalitaire (juillet 1938)
167igieuse. J’illustrerai le premier point par notre situation comme Suisses. Et le second, par notre situation comme chrétiens. ⁂ L
168 situation comme Suisses. Et le second, par notre situation comme chrétiens. ⁂ L’exemple de la Suisse me tient à cœur à double ti
78 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
169écanisme social va se déclencher pour rétablir la situation, ou quel réflexe collectif. ⁂ Deux exemples de grande envergure nous
79 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
170es, leur nature acquise, c’est d’exploiter chaque situation au maximum et pour elle-même, sans plus se référer à rien qui « juge 
80 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Une révolution refoulée (juillet 1938)
171osait la pression des « masses ». Dans une telle situation historique, les réformes vont toujours à l’encontre des buts allégués
81 1938, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels) (juin 1938)
172 dans l’ordre, les moutons se sont apaisés, et la situation s’éclaircit. Voici venir le temps des vrais dangers, c’est-à-dire des
82 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Avertissement
173tiré de leurs travaux des conclusions… Dans cette situation fâcheuse, il ne me reste qu’un espoir : celui d’instruire les lectric
83 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
174t qu’elles en tirent un répertoire inépuisable de situations comiques ou cyniques. Droit divin de la passion, psychologie mondaine
175e à s’évader de son affreuse réalité ? Tourner la situation en mystique ou en farce, c’est toujours avouer qu’elle est insupporta
176simple et frappante, résumant un nombre infini de situations plus ou moins analogues. Le mythe permet de saisir d’un coup d’œil ce
177tte chasteté injurieuse, et qu’il se met dans une situation qui n’a d’autre issue que la mort ? 6. Chevalerie contre Mariage Un
178p. 37] observées par l’auteur que dans les seules situations où elles permettent au roman de rebondir 8 . Cette remarque à son to
179rbé dont je bui Et il en but : ce fu pechiez. La situation dans laquelle ils se trouvent est donc passionnément contradictoire :
84 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
180r qui se trouvait correspondre (et répondre) à la situation morale très difficile résultant à la fois de la condamnation religieu
181celle des catholiques. Toutefois, par suite de la situation particulière des hérétiques, l’on conçoit que certains d’entre eux ai
182e — qui n’est d’ailleurs pas sans rapport avec la situation courtoise — nous retrouvons en Occident et dans le Proche-Orient les
183récédent. Si nous cherchons à nous représenter la situation psychique et éthique de l’homme en ce temps-là, nous constatons d’abo
184leur fascinante nouveauté… C’est au cœur de cette situation inextricable, c’est comme une résultante de tant de confusions qui de
185rlandais figurent les prototypes assez exacts des situations du Roman de Tristan. Par exemple, dans l’idylle tragique de Diarmaid
85 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
186de l’action, Tristan évoque par la plupart de ses situations romanesques la progression d’une vie mystique. Certains « moments » r
187tion de la mystique courtoise. (Il arrive que les situations les plus apparemment « mystiques » du Roman doivent être interprétées
188de la séparation voulue… Nous rejoignons alors la situation mystique (par l’autre extrême) : plus Tristan aime, et plus il se veu
189t utilisé un « matériel » d’images, de noms et de situations tiré du fonds religieux des Celtes, donc d’une religion déjà morte, d
86 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
190ême. Il manque un « roi Marc » à ce jeu. C’est la situation des amants au terme des trois ans passés dans la forêt. Tristan avait
191 troisième édition du roman : l’on y retrouve les situations que prévoyaient les leys de cortezia. C’est le Canzoniere mis en pros
192s plus gratuits, les prétextes de séparation, les situations voluptueusement inextricables. [p. 236] D’où l’insistance pénible et,
193irme heureux d’être malade. Le voici donc dans la situation d’un médecin qui étudie sur lui-même les progrès et les singularités
194u vocabulaire de l’existence, décrivant l’être en situation d’agir, non les objets. Achèvement désigne l’expression totale d’un ê
87 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
195 quel mécanisme va se déclencher pour rétablir la situation — ou quel réflexe collectif. Deux exemples de grande envergure nous i
196 Il ne le cherche pas à l’intérieur de l’ancienne situation cependant [p. 318] garantie « pour le meilleur et pour le pire » par
88 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
197es, leur nature acquise, c’est d’exploiter chaque situation au maximum et pour elle-même, sans plus se référer à rien qui « juge 
89 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
198our nous intéresse d’autant plus qu’il décrit une situation fort analogue — dans sa forme — à celle du Roman de Tristan. Or il es
199 du Roman de Tristan. Or il est évident que cette situation ne peut être qu’une invention courtoise (elle tranche nettement sur l
200lousie du suzerain. Ainsi dans le premier cas, la situation trouve un dénouement romanesque, tandis que dans le second, il est ép
201est plutôt un « transfert » au sens freudien — la situation juridique est bien du même ordre. 4. Conceptions orientales de l’am
202it tout à l’heure M. Gilson). On retrouve donc la situation du troubadour vis-à-vis de l’amour des êtres. Certes : « la pureté de
90 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
203s protestants l’abandonnaient sans grand chagrin. Situation très paradoxale, si l’on songe qu’au xvie siècle, Nicolas fut revend
204és, lors de la fameuse Diète de Stans, sauvera la situation in extremis. Il n’aura pas besoin de paraître en personne ; son conse
91 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
205 cas dès le xiie siècle, on se retrouve dans une situation quelque peu analogue à celle des débuts de la Grèce, en ce sens qu’un
206tien. Or il se trouve qu’ici et maintenant, notre situation ressemble fort à celle qu’eut à résoudre la Réforme. Calvin combattai
92 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
207olution, il fallait partir de cela même, de cette situation passablement absurde, et y puiser les seules raisons encore valables
208rflu, et alors il convient de se taire lorsque la situation devient sérieuse ; — ou bien la culture est action, création et batai
209la défendre et l’illustrer précisément lorsque la situation devient sérieuse. Or le fait même que nous éprouvions tous un doute s
210tenue pour sérieuse. En voici la preuve. Quand la situation devient grave, comme en cas de guerre par exemple, tout le monde trou
93 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
211isons de construire des Bastions de l’Est 23 , la situation est bien plus favorable. Mais il faudrait savoir l’envisager dans sa
94 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
212aux yeux de l’Europe et à nos propres yeux, notre situation privilégiée de neutres ? Il semble que depuis quelques années, nous a
213e nous sommes un trop petit pays, parce que notre situation géographique centrale nous exposerait à de trop grands dangers en cas
214ion et sur des données très solides. De par notre situation de fait, nous sommes, si je puis dire, pratiquement condamnés à l’idé
215e qui est inscrit dans nos nécessités, dans notre situation géographique et matérielle. Et ils affirment que dans toutes ces chos
216-même. Elle ne résulte pas mécaniquement de notre situation de fait : elle s’y ajoute. Notre foi l’y ajoute. Pourquoi un incroyan
95 1940, Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ? (1940). Qu’est-ce que la Ligue du Gothard ?
217 rapidement d’accord pour définir, comme suit, la situation présente : 1. La Suisse est réduite à elle-même, comme elle le fut so
218cipline dans les efforts de la jeunesse. De cette situation découlaient logiquement les grandes lignes d’une action nécessaire et
219aires — et il faut à tout prix les éviter dans la situation présente — le seul moyen de rénover le pays, c’est de s’appuyer sur l
220e leur lucidité. Des hommes qui ont su prévoir la situation présente. Des hommes qui ne se sont pas compromis dans la cuisine de
96 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
221tenue pour sérieuse. En voici la preuve. Quand la situation devient grave, comme en cas de guerre par exemple, tout le monde trou
97 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
222 grande occasion de travailler. Voyons d’abord la situation de notre pays. [p. 322] « Au cœur de la révolution européenne, la Su
223l. Contrairement à ce que beaucoup croient, cette situation n’est pas nouvelle dans notre histoire. Elle fut celle de nos grandes
224. Maintenant, je poserai cette question : dans la situation extrême que je viens de décrire, à supposer que la Suisse soit envahi
225 actuelles, et qui sont seules à la hauteur de la situation présente. Ce ne sont jamais nos idées personnelles, nos commentaires
226 simplement d’appliquer à telle [p. 333] ou telle situation les paroles éternelles de l’Évangile et des prophètes : par exemple,
227vant vous. Je vous ai indiqué tout d’abord que la situation actuelle exige de nos Églises un grand effort vers la communauté viva
98 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
228r s’ouvrait, nous entrâmes. — Ce serait enfin une situation tragique nouvelle : se faire Diable soi-même pour prouver qu’il exist
99 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
229du bien, entendons de ce qui existe. Telle est la situation fondamentale et primitive. Cependant, le Diable étant jaloux de Dieu,
230 de puissance destructive. C’est lui qui crée les situations extrêmes, sans issue. Les cas de ce genre seront les seuls où j’essai
100 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
231il faut élucider. [p. 66] Replaçons-nous dans la situation de l’Europe à la veille de sa grande catastrophe. La question qui se