1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1ndonnés par Dada S.A. Ce n’est pas ainsi que nous sortirons d’une anarchie dont les causes semblent avant tout morales. Les tenda
2 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Lucien Fabre, Le Tarramagnou (septembre 1929)
2ire, — comme le fait son maître — : « La marquise sortit à cinq heures ». Une telle platitude est presque indispensable, mais
3 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Otto Flake, Der Gute Weg (septembre 1929)
3magne nouvelle — et peut-être parce qu’il sait en sortir parfois — M. Otto Flake i a gardé son bon sens et son sang-froid. Et
4 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Jules Supervielle, Gravitations (décembre 1929)
4ence ou seulement co-génération ? Pour peu qu’ils sortent des cafés littéraires, nos poètes respirent le même air du temps. Leu
5 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
5les lui nommant », ils décrivent le tourment dont sortira peut-être une foi nouvelle ; mais qu’ils sachent, quand viendra le mo
6 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Jean Jouve, Paulina 1880 (avril 1926)
6lternés ou confondus du désir et de la prière. On sort lentement d’une chambre bleue qui est le mystère même, pour suivre la
7 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Le Corbusier, Urbanisme (juin 1926)
7verve puissante jusque dans la statistique. On en sort convaincu ou bouleversé, enthousiasmé d’avoir trouvé la formule même
8 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Girard, Connaissez mieux le cœur des femmes (juillet 1927)
8nterdit à Paterne son neveu de fumer le matin, de sortir la [p. 115] nuit, et qui lui fait jurer sur la Bible de ne pas entrer
9 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
9lque billets de mille dont je venais de régler le sort, puisque [p. 103] demain dès l’aube, j’irai tenter la misère aux yeux
10 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Conte métaphysique : L’individu atteint de strabisme (janvier 1927)
10oup de pied dans le vide symbolique des systèmes, sortit, c’est-à-dire qu’il fit un pas dans une direction quelconque. L’étoil
11 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
11s parfois, du temps que j’ignorais vous aimer. En sortant du bal, au vestiaire, je vous avais entendue donner un rendez-vous au
12 souriante… Enfin, un peu après 6 heures, je suis sorti. Il y avait beaucoup de monde dans les rues, sous la pluie. Les autob
13 À l’arrêt de la Place [p. 71] Saint-Michel, elle sortit, en me frôlant, sans me regarder. Je descendis derrière elle. Mais to
12 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’autre œil (février 1927)
14e figuration. » Enfin l’on joua aux petits dés le sort de notre parade — et l’on gagna. Enthousiasmé, « Mimosa » partit pour
13 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Entr’acte de René Clair, ou L’éloge du Miracle (mars 1927)
15fin le cercueil roule dans les marguerites, il en sort un chef d’orchestre dont la baguette éteint tous les personnages et l
14 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
16Hoffmann. I (Notes écrites en décembre 1925, au sortir d’une conférence sur le Salut de l’humanité.)   Ce soir en moi trépig
17res, pourtant si éprouvées par le repas dont vous sortez, que ces trois mots où se résume la défense de la loi sociale, patrio
18ni nous écrasait. Comment aurions-nous accepté le sort communément heureux de nos contemporains qui ont puisé [p. 134] dans
19 attendant. Très bien fait. Excellente méthode ! (Sort le Sens Critique, un peu bousculé.) Moi. — Vous disiez, ma vie ? La
20ous disiez, ma vie ? La Muse (mais oui, la Muse, sortant de derrière un rideau). — J’attends votre plaisir… [p. 139] III Il
15 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
21ndait dans la ville, on marchait dans le bleu. Je sortis avec cette femme, qui m’aimait, et nous étions très jolis de bonheur
22nner. J’entrai dans un établissement luxueux d’où sortaient à chaque tour du tambour des bouffées de musique. » La femme en bleu
16 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
23tué la littérature en moi, n’en parlez plus, j’en sors, je l’abandonne… Mais notre paysan, rusé : — Vous l’abandonnez ? Pour
24urs. L’addition, s’il vous plaît. Il est temps de sortir de ce café et de ces jeux, simulacres de vie, qui sont à la vraie vie
17 1928, Articles divers (1924–1930). Un soir à Vienne avec Gérard (24 mars 1928)
25tre cette plainte heureuse des violons. Le diable sort des parois, noir et blanc, la ravissante héroïne est à son piano, c’e
26arapace de principes et d’évidences opaques. Nous sortîmes de l’Opéra, Gérard de Nerval et moi, sans nous être rien dit d’autre,
27embrassa paternellement la belle effarée, et nous sortîmes, après avoir délivré le homard qui, laissé au vestiaire, y était l’ob
28une heure, en un lieu, en une vision. »      Nous sortîmes. Seules des trompes d’autos s’appelaient dans la nuit froide. Gérard
18 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
29 ne comprend que ce qu’on dépasse ? Et qu’il faut sortir de soi pour se voir ? [p. 40] Il y a dans l’homme moderne un besoin
19 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 2. Description du monstre
30t pas bougé. Et pour cause : ils n’étaient jamais sortis de l’école. Rien ne ressemble plus à un bon élève qu’un instituteur :
31pendant que nous en sommes aux instituteurs : ils sortent tous de la même classe sociale, de la petite bourgeoisie. Est-ce que
20 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). 4. L’illusion réformiste
32faveur du tumulte l’un ou l’autre proclamant : je sors ! ne traduise incontinent ce verbe en action et ne disparaisse à tout
33 y ait là cependant une possibilité pratique d’en sortir, je ne le nie pas. Mais du point de vue de la vérité, force nous est
21 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
34ne forte équipe d’idéalistes pratiques d’en faire sortir le beau miracle d’une civilisation aux ordres de l’Esprit. Mais il fa
22 1929, Journal de Genève, articles (1926–1982). Panorama de Budapest (23 mai 1929)
35tus, belles femmes aux voix agréablement rauques… Sortez pour en suivre une, arrêtez-vous à ses côtés devant cet étalage pour
23 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). « Belles-Lettres, c’est la clé des champs… » (janvier 1929)
36ttres est une liberté. Une rude épreuve : on n’en sort que pour mourir ou pour entrer en religion : rond de cuir ou poète (a
24 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). L’ordre social. Le Libéralisme. L’inspiration (novembre 1929)
37a l’héroïne, mais sans espoir. Il lui écrivit, en sortant de là, dans une crèmerie pleine de couples à la mode. Mais en écrivan
25 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie I (octobre 1930)
38nue. Dans le silence de l’adoration comblée, j’en sortirais de ces objets sans nom, inutilisables, bouleversants de perfection, g
39devenir notre raison de vivre. Mais combien votre sort, ô grands empêtrés ! me paraît enviable : vous au moins connaissiez c
40, dans l’eau jusqu’à mi-corps, mythologique. Nous sortons ensemble de la petite ville aux rues de terre brûlante, aux maisons j
26 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
41 par sa musique j’étais aux marches de l’Asie. En sortant du concert, j’ai erré aux terrasses des hôtels, dans le grandiose bav
42ées. [p. 588] 18. Les clefs perdues Il faudrait sortir à l’air frais, mais chaque porte est obstruée par un douanier, tant q
27 1930, Articles divers (1924–1930). Au sujet « d’un certain esprit français » (1er mai 1930)
43la valeur littéraire de l’époque, mais non sur le sort de l’esprit. À côté d’eux, s’écrient nos auteurs, « qu’on nous montre
44arice française, il vous reste à choisir entre le sort de Nietzsche et celui de Schiller. Romancer la vie de ces excessifs e
28 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
45pratiquement abandonné à une doctrine de haine le sort de ceux que le Christ aima, parce que leur dénuement était ce qu’il y
46dans les docks. La mort de son père l’oblige à en sortir, mais en même temps décide de l’orientation de sa vie : Il avait vu
29 1931, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Éléments de la grandeur humaine, par Rudolf Kassner (octobre 1931)
47straction vient de l’intérieur. Il ne peut jamais sortir de son moi sans trahison et chaque manifestation de son essence intim
30 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
48e nos enfances. Ce soir des Signes où des renards sortirent à la lisière de la forêt, des renards qu’on n’avait jamais vus, l’ora
31 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.1. Un soir à Vienne avec Gérard
49tre cette plainte heureuse des violons. Le diable sort des parois, noir et blanc, la ravissante héroïne est à son piano, c’e
50arapace de principes et d’évidences opaques. Nous sortîmes de l’Opéra, Gérard de Nerval et moi, sans nous être rien dit d’autre,
51embrassa paternellement la belle effarée, et nous sortîmes, non sans avoir délivré le homard qui, laissé au vestiaire, y était l
52en une heure, en un lieu, en une vision. »   Nous sortîmes. Seules des trompes d’autos s’appelaient dans la nuit froide. Gérard
32 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
53nue. Dans le silence de l’adoration comblée, j’en sortirais de ces objets sans nom, inutilisables, bouleversants de perfection, g
54[p. 69] notre raison de vivre. Mais combien votre sort, ô grands empêtrés ! me paraît enviable : vous au moins connaissiez c
55, dans l’eau jusqu’à mi-corps, mythologique. Nous sortons ensemble de la petite ville aux rues de terre brûlante, aux maisons j
56 par sa musique j’étais aux marches de l’Asie. En sortant du concert, j’ai erré aux terrasses des hôtels, dans le grandiose bav
57t mêlées. xviii Les clefs perdues Il faudrait sortir à l’air frais, mais chaque porte est obstruée par un douanier, tant q
33 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
58t peu nombreux, mais sait-on bien d’où il peut en sortir encore — sans compter les fantômes, probables. Le père Reinecke, un b
59 de nouveau. Mythes de l’ombre et des frontières, sortis de la forêt occidentale : je retrouve en eux mon enfance entourée de
60ouvre comme un jardin aux allées aventureuses. Je sortirai dans les rues vides, je monterai jusqu’au signal, voir le pays sous l
34 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
61elle des vieilles boiseries. Enveloppé de gaze je sors sur mon balcon, je me penche sur le parc incertain. Palpitation loint
35 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
62 au testament de la mère par exemple), c’est au « sort » que l’on s’en remet, ni plus ni moins que dans un drame antique. M.
36 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
63ibre à nouveau, écrit Goethe à un ami en 1768, au sortir d’une grave maladie — ; cette calcination a été très profitable à mon
37 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
64aisie et vécue, c’est-à-dire assumée par l’homme. Sortir du paradoxe pour s’évader dans une synthèse quelconque, rationaliste,
65que, rationaliste, catholique, ou marxiste, c’est sortir de la réalité même. Car la réalité est précisément ce qui nous met en
38 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les Signes parmi nous, par C. F. Ramuz (janvier 1932)
66 bourgeoise, que Ramuz. Sa conception tragique du sort de l’homme suffirait à l’attester. Mais plus sûrement encore son acce
67rète réserve d’innocence » d’où peut-être un jour sortira le peuple-poète, « le peuple tous en un ». Mais son œuvre est [p. 147
39 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
68ue ». Et lui-même gémit, avec une sombre joie : « Sort misérable, qui ne me permet rien que d’extrême ». Jacob Boehme, Parac
40 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
69 [p. 839] Il y a deux camps : ceux qui veulent en sortir, — et ceux qui voudraient bien continuer, ayant certains intérêts dan
41 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
70es ou de mandarinades qu’il s’agit, mais c’est du sort de l’homme tel qu’il est, dans son effarante et magnifique diversité.
71 est, dans son effarante et magnifique diversité. Sort menacé, comme il le fut de tout temps, certes, mais de nos jours, plu
42 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
72l faut légiférer à partir de cet acte. Il ne peut sortir d’un système que ce que l’on y met dès l’origine. p. 604 e. « L
43 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Solutions pratiques ? (mars 1933)
73ement ce qu’il faut faire dans cette nuit pour en sortir un jour. Ils savent que le Christ leur promet la lumière à la mesure
44 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — a. L’engagement politique
74 cela qu’un intellectuel d’aujourd’hui se doit de sortir de sa chambre, quelle que soit par ailleurs l’utilité de sa démarche.
45 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
75la qu’on leur offre un programme, des moyens d’en sortir, une nouvelle direction d’activité. Vont-ils se tourner vers les sage
76xiste-t-il pour l’intellectuel une possibilité de sortir de sa chambre ? Car il y dépérit, — et sa sécurité n’est plus, nous l
46 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
77montre avec le conte fameux : l’homme ne peut pas sortir du puits en se tirant par les cheveux. Il faut que du dehors un bras
78lier les raisons qui m’empêchent honnêtement d’en sortir. Une équivoque définie comme telle cesse d’ailleurs d’être trompeuse.
79aussi qu’elles servent à distraire l’homme de son sort personnel. Dans ce sens, toutes les politiques ne sont que politique
47 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 1. Destin du siècle ou vocation personnelle ?
80s sont pareils et qu’un homme n’a pas le droit de sortir dans la rue coiffé d’un chapeau de paille avant la date fixée par les
48 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
81t un ensemble de déterminismes, aucune liberté ne sortira jamais de son effort, ni aucun esprit. À moins qu’un Dieu transcendan
49 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
82aisie et vécue, c’est-à-dire assumée par l’homme. Sortir du paradoxe pour s’évader dans une synthèse quelconque, rationaliste,
83conque, rationaliste, romaine, ou marxiste, c’est sortir de la réalité même. Car la réalité est précisément ce qui nous met en
50 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 6. Note sur un certain humour
84uences de sa foi que de s’occuper sérieusement du sort de la cité où s’écoule sa vie. Mais c’est là un sérieux subordonné, e
85niste prend au tragique « jusqu’à la gauche » son sort terrestre. C’est que le salut, pour lui, est lié au succès de son eff
51 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
86orizontal. Le sens de la vie du chrétien c’est de sortir de sa vie individuelle pour s’ordonner au transcendant dès ici-bas. C
87 encore qu’il consiste précisément dans l’acte de sortir de ce monde pour le transformer ? Cette dialectique inconcevable de l
52 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
88 [p. 145] Il y a deux camps : ceux qui veulent en sortir, — et ceux qui voudraient bien continuer, ayant certains intérêts dan
53 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
89 choses qui viennent à grands pas assurés, et qui sortent, dit-on, « fatalement » de nos ombres ? Je vois naître dans un lent c
90point un « homme nouveau » que la révolution fait sortir de nos ombres, c’est un homme délivré, dénudé. Délivré d’un régime qu
54 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
91éveiller la volonté de la réaliser et de la faire sortir de l’utopie. Il fallut qu’un fait historique, qu’un acte vînt transfo
92huguenot, de ces hommes qui ne sont en fait que « sortis » du protestantisme… [p. 219] Certes, nous pouvons nous réjouir de c
55 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
93tes » ? Nous nous adressons à ceux qui veulent en sortir, et non pas aux syndics de faillites, ni aux faillis qui se réjouisse
94e. Mais si vous n’aimez pas ça, si vous voulez en sortir, réfléchissez, examinez notre doctrine. Et ne vous contentez pas de t
56 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — v. Trop d’irresponsables s’engagent ! (Responsabilité des intellectuels)
95forme [p. 263] de pensée d’où vont nécessairement sortir le fascisme et le stalinisme. Et c’est la pensée libérale. Voyez donc
57 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Destin du siècle ou vocation personnelle ? (février 1934)
96s sont pareils et qu’un homme n’a pas le droit de sortir dans la rue coiffé d’un chapeau de paille avant la date fixée par les
58 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
97r et infini de ce « croyant » qui tremble pour le sort de l’esprit dans le monde, et pour son sort dans le monde sans esprit
98ur le sort de l’esprit dans le monde, et pour son sort dans le monde sans esprit, exactement comme si l’Esprit n’existait pa
99suis, elle te méprisera sans doute, mais c’est le sort commun, tu ne cours pas grand risque. Si tu dis non, si tu agis, elle
59 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
100ous laisser d’autant moins indifférents que notre sort à tous, Européens, y est engagé. À vrai dire, il est malaisé de faire
101le, que son destin la force à n’envisager plus le sort de l’homme que sous l’aspect du sort de la nation ? Tel est, je crois
102ager plus le sort de l’homme que sous l’aspect du sort de la nation ? Tel est, je crois, le problème central qu’impose ce li
103ésespérée, tenir le coup, malgré les trahisons du sort. Mais la guerre, mais la politique surtout, sont en train d’ébranler
60 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
104itudes de ses héros, en dépit des carambolages du sort. Il y a donc Toepffer. Puis on tombe sur Édouard Rod, qui entrerait d
61 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
105ntendre des gens dire la vérité sur eux-mêmes. Je sortis assez déçu, comme on sort en général de toutes les rencontres prévues
106ité sur eux-mêmes. Je sortis assez déçu, comme on sort en général de toutes les rencontres prévues. Ce que je savais du Mouv
62 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
107 tics de psychologues. Ils sont, comme l’on dit « sortis du protestantisme » ; « sortis » est bien le mot ! C’est-à-dire qu’il
108, comme l’on dit « sortis du protestantisme » ; « sortis » est bien le mot ! C’est-à-dire qu’ils n’ont pas de foi, et qu’est-c
109es de donner à l’homme une vision réaliste de son sort terrestre, et le sobre courage d’avouer sa dégradation. Un vrai roman
110nacées, harmonieuses ou durement rabrouées par le sort, « la neige tombe, effaçant toutes traces », symbole d’une miséricord
63 1934, Esprit, articles (1932–1962). Préface à une littérature (octobre 1934)
111era-t-il qu’à des révoltes trop prévues ? Peut-on sortir de ce cercle vicieux à force [p. 25] de le parcourir toujours plus ra
64 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
112cause de sa beauté, (et parce qu’il faut faire un sort à ces choses-là quand on en trouve) mais aussi par manière de conclus
65 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
113 sujet. Mais dès que l’homme secoue ce sortilège, sort de ses ombres, cherche des résistances, veut agir, trouve son objet,
114ux ignorants, — il est le seul. Et l’on n’en peut sortir sans quitter, du même pas, la vie. C’est pourquoi le drame est sérieu
115qu’il fait est dans son rôle ? Pour quelle raison sort-il du chœur des anonymes résignés, pour revêtir un vrai visage, un no
66 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
116rouver un mortel ». Mais depuis ! À mesure que le sort se faisait plus clément, qui conduisait un homme aux solitudes nature
67 1934, Journal de Genève, articles (1926–1982). Sara Alelia (25 mai 1934)
117es de donner à l’homme une vision réaliste de son sort terrestre, et le sobre courage d’avouer sa dégradation. Un vrai roman
118nacées, harmonieuses ou durement rabrouées par le sort, « la neige tombe, effaçant toutes traces », symbole d’une miséricord
68 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Procès, par Franz Kafka (mai 1934)
119rce qu’elle nous permet de faire un pas et « d’en sortir » que nous connaissons notre état, que nous mesurons le réel, et que
69 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
120e nous, mais d’une doctrine — la seule — qui nous sortira du pétrin. La raison de l’avance que nous gardons sur tous les groupe
70 1935, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notes en marge de Nietzsche (mars 1935)
121me. Le christianisme, qui maudit l’humanité et en sort quelques spécimens rares et réussis, est de fond en comble non histor
71 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
122onde, mais « en vertu de l’absurde ». C’est là le sort du « chevalier de la foi », le sort du chrétien véritable. Mais qui p
123. C’est là le sort du « chevalier de la foi », le sort du chrétien véritable. Mais qui peut dire : j’ai cette foi-là ? La ré
72 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
124urs de l’armée bolivienne. (On sait que ce fut le sort de Roehm, entre autres.) Mêlés à des révolutions, disloqués, emprison
125le, que son destin la force à n’envisager plus le sort de l’homme que sous l’aspect de la nation ? Tel est je crois le probl
73 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
126ines, à une filiation de systèmes, qu’elle décrit sortant les uns des autres, par un jeu purement dialectique. Procès [p. 36] r
127e part, à refuser pratiquement de s’intéresser au sort des hommes. Que d’autres, moins désabusés, perdent leur temps et leur
128; le génie créateur se réjouit des impairs que le sort commet dans l’agencement d’une existence d’intellectuel. Mais j’hésit
74 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
129tique d’une sobre théologie se relâche. ⁂ Nous ne sortirons jamais une fois pour toutes d’une telle impasse. Au contraire, toutes
75 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
130l y a des gens qui ont le sens de la gaffe, et le sort, je le crains, a voulu que j’en fusse. [p. 160] Mais Nicodème, par bo
131ts, — et soudain, cachant sa figure vénérable, il sortit. ⁂ Cette scène, si imprévue pour la plupart des hôtes de ce soir-là,
76 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Les mystiques allemands du xiiiᵉ au xixᵉ siècle, par Jean Chuzeville (octobre 1935)
132ie de Fichte et de Hegel, d’où sont effectivement sortis un certain nationalisme et la doctrine du jeune Marx, on ne voit pas
77 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
133st-ce pas alors, justement, qu’il s’évade ? Qu’il sort de sa réalité ? Qu’il doute de la justice de Dieu ? Et qu’il trahit s
134assent, si la foi leur permet de rendre grâces du sort qui leur est fait ! — Il se peut que d’autres en grand nombre compren
78 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
135à son image. ⁂ [p. 52] Considérons maintenant le sort que le déterminisme social réserve à la culture, dans un monde régi p
79 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
136 voudra ! Nous avons [p. 125] bien assez de notre sort pour en être aujourd’hui responsables. À la question que je posais to
80 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
137 et cette prière jaculatoire, cette lutte d’où il sortira peut-être écrasé, et cette prière qu’il parviendra peut-être à mainte
138une convention, ou simplement à un proverbe, pour sortir pratiquement d’une situation qui cependant posait une question réelle
139éalité, et qui se croit inaccessible aux coups du sort. Cet esprit secrète sa science, cette science, à son tour, secrète de
140 J’aurai du moins gagné ma mort. J’aurai vécu. Le sort du monde n’est pas dans les fatalités. Il est aux mains des seuls pen
81 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
141lle. Les uns et les autres ignorent qu’il ne peut sortir d’un système, d’un mécanisme intellectuel ou économique, autre chose
142 recherche quelconque, un effort quelconque, pour sortir de l’automatisme, mais seulement dans le sens d’une irréalité au seco
143ra pas forcément « populaire », car le peuple qui sort des écoles n’est plus le peuple populaire ; Péguy l’a dit : il lit tr
144Elles sont dans les mains des hommes, d’où qu’ils sortent, qui ont compris que la révolution ne saurait être faite que par et p
82 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
145ition, — une image venant à nous. « … on les voit sortir des bois dans le rose du lever du jour et ils sont roses dans le ciel
83 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
146crite au retour en France. Point de départ : « Le sort de la culture est lié dans nos esprits au destin même de l’URSS » (Di
84 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
147t bientôt s’enflammer contre toi. 38 Tel fut le sort que choisit Kierkegaard, lorsqu’au cours des années qui préparèrent s
85 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
148 lui seul qui détient la méthode efficace pour en sortir. Mais quittons là cette métaphore avant qu’elle n’aille aussi s’embou
86 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
149 accrue des frais généraux obligent l’éditeur à « sortir » chaque année un certain nombre de livres fixé d’avance et fixé non
87 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
150tes » ? Nous nous adressons à ceux qui veulent en sortir, et non pas aux syndics de faillites, ni aux faillis qui se réjouisse
151 — Mais si vous n’aimez pas ça, si vous voulez en sortir, réfléchissez, examinez notre doctrine. Et ne vous contentez pas de t
88 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
152er ce cercle vicieux. Trouvera-t-on le moyen d’en sortir ? Finira-t-on par faire comprendre, à gauche et à droite, à quelques-
89 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. Préambule
153t qu’on nous l’a prêté, il faut le soigner…) Nous sortons du port, et tout de suite la mer est forte. Un éclair sur l’eau verte
90 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
154 en silence, le nez sur leurs sabots, que je sois sorti. La mère Aujard n’a pas toujours ce qu’on voudrait. En hiver elle fai
155’aller réfléchir le long des plages. — Quand nous sortons de notre enclos, nous avons trois promenades au choix : elles conduis
156entiment de liberté, de gratuité aventureuse. Mon sort ne dépend plus de ce que je puis faire ou imaginer : libération. Il f
157i les hommes vivent-ils sur des îles ? Quand nous sortons pour une promenade et que nous mesurons toute l’étroitesse de notre d
158 le Petit Poucet, qui remporte un gros succès. En sortant, nous passons devant la salle du curé, qui donne aussi ce soir une sé
159a… » Je vais me présenter au conférencier et nous sortons ensemble. Dans la rue noire, un homme nous rejoint : c’est celui qui
160, — de se refuser systématiquement à envisager le sort d’environ 30 millions de contemporains. D’autant plus que des partis
161nsi je me renouvelle lentement. C’est un moyen de sortir de l’impasse : non pas en changeant ses données, mais soi-même. Fin
162 dans la cour. La mère Renaud-de-la-Purée [p. 79] sort de sa porte, appuyée sur un court bâton. C’est donc la jambe qui ne v
163travers le toit fragile, jour et nuit. Quand nous sortons pour aller voir la côte bouleversée, il nous faut marcher pliés en av
164nnaître en tant que notre action peut modifier le sort de ses victimes, dont nous sommes. Je vois alors une littérature de t
165serre entre ses pattes un œuf à demi-ouvert, d’où sort un long cou maigre, tout humide. Un poulet gris, déjà séché, palpite
166ts, ramène deux œufs sous son [p. 120] aile, fait sortir une coque vide, et reprend, l’œil fixe, son travail invisible de mère
167première explosion de mauvaise humeur contre « le sort » depuis sept à huit mois que nous sommes dans l’île. Je n’étais pas
168voix dans la salle de la caisse. Le client est-il sorti ? Quel peut bien être le motif de cette audience privée ? Enfin, j’en
169de cette audience privée ? Enfin, j’entends qu’on sort, et le gérant vient me chercher. Notre affaire réglée, il croit devoi
170; qu’il pourrait être utile de montrer qu’on peut sortir des villes où se font les « carrières » sans sortir de la vie véritab
171rtir des villes où se font les « carrières » sans sortir de la vie véritable ; et qu’on peut vivre de très peu sans cesser de
91 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
172érieuse, cette façon de ne pas se plaindre de son sort… Pourtant, il en est peu de cette espèce, semble-t-il. On n’en parle
17346] fausse dans tous les cas concrets, dès que je sors des très grandes villes et de leur caricature de société. — Simard, l
174é par mon travail de traduction, et n’en [p. 149] sortant que pour les bricolages habituels dans la maison. Ce matin quelqu’un
175us savants spécialistes. C’est à ce prix que nous sortirons de notre crise spirituelle, etc. Question. — Comment fait-on pour s’
176irer son linge toutes les deux heures. Quand elle sortait sa main du lit, cela fumait. — « Vous avez eu de la fièvre ! » — Elle
177ce de culture raffinée. (D’après nature : la dame sort d’ici. Les reproductions de la Sixtine sont épinglées au-dessus de ma
178 bien pauvres…) Quand nous nous sommes levés pour sortir, le facteur ronflait, le front sur un dossier de chaise. Il s’est rel
179aise. Il s’est relevé, s’est frotté les yeux, est sorti tout tranquillement. J’ai parlé avec plusieurs jeunes gens. Quelles o
180de le dire ; mais eux… 22 décembre 1934 Nous ne sortons plus guère qu’à la tombée de la nuit, pour la descente quotidienne au
181oser. Nous serions parfaitement contents de notre sort, loin des villes, pour tout ce qui est de notre vie privée, de nos tr
182oit contraint de vivre par suite d’un accident du sort, ont toutes les chances d’apparaître deux fois insupportables : comme
183 raison. Mais je la tiens pour néfaste quand elle sort du domaine personnel et déborde dans la politique. On devine peut-êtr
184 journal, c’est qu’on peut être très content d’un sort matériel très médiocre. Ce n’est pas nouveau. Et il faut bien reconna
185Plus on la lit… Ce généreux apôtre de la cause va sortir, lorsque le vieux gâteux l’arrête sur le seuil. — Et alors, mon bon,
186ien de ses lecteurs ? Si l’on prend au sérieux le sort qui est fait aux ouvriers — ce n’est pas le cas des intellectuels qui
187ibilité.) 2 mai 1935 Politique et réalité. — Je sors d’une réunion populaire qui s’est tenue dans la salle désaffectée [p.
188rtient à des équipes d’hommes nouveaux, jeunes et sortis de toutes les classes, d’exprimer ce que taisent les journaux, les or
189été chercher le pasteur. Je le rencontre comme il sort de sa visite. — Elle est curieuse, cette vieille, me dit-il. Figurez-
190aliste, disaient-ils ; mais dès qu’ils en étaient sortis, ils découvraient que c’était la société en général qui les vexait. P
92 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
191oisson, de tabac, légumes défraîchis. D’une allée sort un homme en espadrilles. Il porte un broc et va le remplir au bord de
192 urbaines. S’ils ne deviennent pas fous, s’ils ne sortent pas [p. 241] de leurs boîtes comme des guignols vociférants, comme de
193rsqu’un groupe de jeunes gens et de jeunes femmes sortit à vingt pas de moi d’une porte cochère, avec une espèce d’éclat de ri
194 le médecin qui ausculte en silence et déjà votre sort lui est connu. Je conçois un métro silencieux, plus rapide, mais par
93 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
195 le Petit Poucet, qui remporte un gros succès. En sortant, nous passons devant la salle du curé, qui donne aussi ce soir une sé
196… » Je vais me présenter au conférencier, et nous sortons ensemble. Dans la rue noire, un homme nous rejoint : c’est celui qui
94 1937, Foi et Vie, articles (1928–1977). Luther et la liberté (À propos du Traité du serf arbitre) (avril 1937)
197e, par exemple ; ou encore entre l’individu et le Sort, cette idole païenne ? C. M. — J’ai besoin de le croire pour agir.
95 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
198 elle n’est pas mariée, deviendra sa compagne. Il sort. Il s’en faut de peu qu’il ne rencontre dès les premiers pas une viei
199e, priant et reprenant courage. Soudain une femme sort du jardin juste en face de lui ; une jeune Dalécarlienne, dans son co
96 1937, Esprit, articles (1932–1962). Journal d’un intellectuel en chômage (fragments) (juin 1937)
200 raison. Mais je la tiens pour néfaste quand elle sort du domaine personnel et déborde dans la politique. On devine peut-êtr
201été chercher le pasteur. Je le rencontre comme il sort de sa visite. — Elle est curieuse, cette vieille, me dit-il. Figurez-
97 1937, Esprit, articles (1932–1962). Marius Richard, Le Procès (juin 1937)
202ù tout le monde en fait est coupable de tout : du sort des filles publiques, des bourgeois endormis, des malades dans les hô
98 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
203nt niées. De ce double malentendu, il faudra bien sortir un jour. Les événements nous y obligeront si nous ne savons pas les p
99 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (I) (15 février 1937)
204 faits qui peuvent donner une idée assez juste du sort réel de l’écrivain. Parmi ses confrères académiciens, disait-il, tous
100 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (II) : La grande misère de l’édition (22 février 1937)
205oblème apparemment secondaire de l’édition, et du sort matériel des écrivains, ne peut laisser indifférente notre conscience