1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Les origines religieuses du mythe
1rine de l’amour aux « romanciers » du cycle de la Table ronde. Et l’on peut suivre les voies de cette transmission dans les documen
2aal le vase qui reçut le sang du Christ, et de la Table ronde une sorte d’autel pour la Sainte Cène. Cependant, même dans le grand
3xactement identifiables que dans les Romans de la Table ronde. ⁂ Hubert note très bien à propos de la littérature galloise que « c’
4bsiste également dans Tristan et les Romans de la Table ronde. On y voit un grand nombre d’aventures débuter par une promesse « en
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe dans la littérature
5ésert, et les apôtres, les douze chevaliers de la Table ronde. L’ésotérisme manichéisant, toujours latent dans le cycle breton, ren
6légende celtique d’Arthur et des Chevaliers de la Table ronde. Dans son Penseroso, éloge de la Mélancolie nocturne, s’adressant à c
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Amour et guerre
7 des tournois emprunte ses idées aux romans de la Table Ronde. Ainsi, au xve siècle, le Pas d’Armes dit de la Fontaine des Pleurs
8 sang. (Ainsi fait Lancelot dans les romans de la Table Ronde.) « L’atmosphère de passion qui entourait les tournois explique l’hos
9vivre ». Les légendes épiques et les Romans de la Table Ronde multiplient les récits de tueries inouïes ; la gloire d’un chevalier
4 1948, Suite neuchâteloise. V
10t de la forêt normande, il m’en revient un nom de Table Ronde : Lucrèce d’Aubray, Dame de l’Aigle et du Lac… Cette autre aïeule qui
5 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
11an Schuman. Dès le lendemain s’ouvrait à Rome une Table Ronde, convoquée par le Conseil de l’Europe aux fins de définir « le problè
12usqu’ici on ne nous a point accablés ? Quant à la Table Ronde de Rome, elle avait reçu pour mission de s’occuper précisément de « l
13 personnel — de la conduite des débats. Ce que la Table Ronde a fait avec éclat, grâce à la participation de six personnalités poli
6 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Une prise de conscience européenne (novembre-décembre 1953)
14us ? Je n’imagine pas de meilleure devise pour la Table Ronde de l’Europe qui s’est tenue à Rome l’automne dernier. Pour situer rap
15urope où germa, voici quelques mois, l’idée d’une Table Ronde européenne. La construction de l’Europe avançait, mais lentement : éc
16renaissance de notre unité compromise. Certes, la Table Ronde n’a pas trouvé de solutions faciles, ni de recettes miraculeuses pour
17s certitudes relatives fondées sur la science, la Table Ronde a affirmé la nécessité du dialogue fécond, de la mise en question réc
18te de nos positions économiques dans le monde, la Table Ronde a conclu à la nécessité « d’opérer un changement radical dans nos rap
19ral ce que nous perdons en apports extérieurs. La Table Ronde n’a pas dressé les plans d’une civilisation modèle. Mais elle a décla
20n lira ci-dessous les conclusions adoptées par la Table Ronde : document d’autant plus notable qu’il fut rédigé le dernier jour par
7 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Deux notes sur la souveraineté nationale (mai 1954)
21 la souveraineté nationale. Lors des débats de la Table ronde de l’Europe, à Rome, deux arguments m’ont frappé, comme étant propres
8 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
22 La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)k I. Pour une prise de conscience euro
23us ? Je n’imagine pas de meilleure devise pour la Table ronde de l’Europe qui s’est tenue à Rome l’automne dernier. Pour situer rap
24urope où germa, voici quelques mois, l’idée d’une Table ronde européenne. La construction de l’Europe avançait, mais lentement : éc
25renaissance de notre unité compromise. Certes, la Table ronde n’a pas trouvé de solutions faciles, ni de recettes miraculeuses pour
26s certitudes relatives fondées sur la science, la Table ronde a affirmé la nécessité du dialogue fécond, de la mise en question réc
27te de nos positions économiques dans le monde, la Table ronde a conclu à la nécessité « d’opérer un changement radical dans nos rap
28ses ce que nous perdons en apports extérieurs. La Table ronde n’a pas dressé les plans d’une civilisation modèle. Mais elle a décla
29s qui ont passé par l’école, depuis un siècle. La Table ronde ne pouvait manquer d’en parler à son tour. Par malheur, elle m’a paru
30ai par trois exemples, empruntés aux débats de la Table ronde, ce qu’il convient d’appeler, non la doctrine mais l’attitude fédéral
31notion trouve sa place dans les conclusions de la Table ronde. M. Kogon. — L’Europe a une contribution particulière à donner à la
32ar l’occupant. Il dépend de vous, Messieurs de la Table Ronde, il dépend d’efforts comme le vôtre, il dépend de nous tous, Européen
9 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
33e comme celle d’un ami. Ce fut à l’occasion de la Table Ronde convoquée l’an dernier à Rome par le Conseil de l’Europe. Pendant les
10 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Habeas Animam (été 1955)
34tion. Mais s’il est vrai que les chevaliers de la Table Ronde agissaient d’ordinaire isolément, ou deux par deux, ils se sentaient
11 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Comment définir l’Europe ?
35ypiquement européen ! À tel point que pendant une Table ronde de l’Europe, que je présidais à Rome il y a quelques années, agacé pa
12 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Notes sur deux projets
36s. III. Solution proposée : 1° Convocation d’une Table ronde des organisations culturelles européennes, à laquelle seraient invité
37esoins une fois connus, les participants de cette Table ronde pourraient se tourner vers les gouvernements et leur proposer une réu
13 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
38uvai placé entre eux deux devant les micros d’une table ronde improvisée par les dirigeants de l’UEF. Ces derniers préconisaient la
14 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
39 mon ordinaire, prévu pour introduire un débat de table ronde. Henri Brugmans, qui préside, me présente comme l’un des auteurs qu’o
15 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
40n érotisme raffiné, les romanciers du cycle de la Table Ronde, modèles de l’aventure spirituelle et de la passion. Mais aujourd’hui
16 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La cité européenne (18-19 avril 1970)
41 de commun ! Un jour, tandis que je présidais une table ronde du Conseil de l’Europe, irrité par ce genre d’objections à l’union, j
17 1970, Le Cheminement des esprits. Diagnostics de la culture — À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
42 À la Table Ronde du Conseil de l’Europe Discours prononcé au Capitole de Rome, lors
43itole de Rome, lors de la séance de clôture de la Table Ronde organisée par le Conseil de l’Europe, en octobre 1953. Présidée par
44le directeur du Centre européen de la culture, la Table Ronde groupait des publicistes, écrivains et professeurs représentant les p
45s ? Je n’imagine pas de meilleur motto pour cette Table Ronde de l’Europe, dont je viens d’avoir l’honneur de diriger les débats pe
46urope où germa, voici quelques mois, l’idée d’une Table Ronde européenne. La construction de l’Europe avançait mais lentement : éco
47ar vingt et un chevaliers autour de cette moderne Table Ronde, et dont les mille échos remplissent encore sa tête ? Laissez-moi don
48je sens se former en moi. Le souci dominant de la Table Ronde était de dégager, pour nos contemporains, une large vision de notre s
49ar l’occupant. Il dépend de vous. Messieurs de la Table Ronde, il dépend d’efforts comme le vôtre, il dépend de nous tous Européens
18 1970, Le Cheminement des esprits. Diagnostics de la culture — Pronostics 1969 (une interview)
50n érotisme raffiné, les romanciers du cycle de la Table Ronde, modèles de l’aventure spirituelle et de la passion. Mais aujourd’hui
19 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
51t à tel point que tout en présidant une imposante Table Ronde du Conseil de l’Europe, à Rome, j’avais noté sur un bout de papier « 
52e et Jérusalem, la papauté et le Saint Empire, la Table ronde du roi Arthur et les Communes, toutes leurs valeurs, tous leurs confl
20 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
53de commun ! Un jour, tandis que je présidais une Table ronde du Conseil de l’Europe, irrité par ce genre d’objections à l’union, j
21 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
54 découvreurs Galaad et Perceval… L’aventure de la Table Ronde finit aussi par un échec complet… (p. 89). L’instinct de mort et de s
55urtois. Flamenca et Jaufré, dans les Romans de la Table Ronde et dans le Parzifal de Wolfram d’Eschenbach, où les amants se couchen
22 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Denis de Rougemont, l’amour et l’Europe » (3-4 mars 1973)
56de littéraire des troubadours et des romans de la Table Ronde domine encore, dans la proportion de dix millions d’adeptes fervents,
23 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). II. Strasbourg : la deuxième Table ronde du Conseil de l’Europe (« Promesses du xxe siècle »
57 II. Strasbourg : la deuxième Table ronde du Conseil de l’Europe (« Promesses du xxe siècle » Du 18 au 22 se
58e 1953, j’avais été appelé à présider la première Table ronde du Conseil de l’Europe. Elle réunissait à la villa Aldobrandini puis
59Europe eut l’heureuse idée de réunir une deuxième Table ronde, et d’en confier l’organisation à M. Y. Rodrigues, conseiller diploma
60aire aux juges siégeaient les douze membres de la Table ronde4. Devant eux, une vingtaine de rapporteurs, experts, et représentants
61evait situer en quelques mots les objectifs de la Table ronde et en expliquer le titre : En élaborant le programme des manifestati
62ncer pour inaugurer les travaux de cette deuxième Table ronde et la relier à la première. Voici mon texte, légèrement abrégé. La
63 fondement des valeurs européennes La première Table ronde, tenue à Rome en 1953, s’était demandé : d’où vient l’Europe, et sur
64turelle édifier son union politique ? La deuxième Table ronde, que nous inaugurons, se demande plutôt : où va l’Europe ? et plus ex
65es !) Pour tout dire d’un mot : entre la première Table ronde et celle d’aujourd’hui, expliquant tout ce qui les rend différentes,
66urs sont en définitive les moyens. De la première Table Ronde sont nés, nous dit un document récent émanant du Conseil de l’Europe,
67Et voici qu’apparaît clairement le sujet de notre Table ronde : pour sortir de la Crise mondiale, de ses contradictions et de ses i
68érales d’évolution de l’idée européenne depuis la Table ronde de Rome, quand la plupart d’entre nous voulaient croire que la naissa
69s politiques nécessairement « irréversibles »… La Table ronde qui se termine aujourd’hui est née de la crise qui vient, pour tenter
24 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
70ppelle irrésistiblement les débats de la première Table ronde de l’Europe que je présidai à Rome puis à Strasbourg, en 1954 je croi
25 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
71reprennent le flambeau européen : Preuves et La Table Ronde à Paris, Encounter à Londres, Tempo Présente à Rome, Forum à Vienne,
26 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
72nt pour les défendre et les illustrer : ce fut la Table ronde de l’Europe, réunie à Rome en octobre 1953. Elle siégea sous les lamb
73v Des groupes d’études prirent la suite de cette Table ronde, à Strasbourg, en mars 1956, chargés de tirer les conclusions des tra