1 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
1 disposition l’on pourrait opposer, plutôt que la taciturne réflexion romaine, la tournure d’esprit sentencieuse et synthétique d
2 1932, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Principe d’une politique du pessimisme actif (novembre 1932)
2sa devise n’est autre que la maxime souveraine du Taciturne, la maxime calviniste par excellence : « Point n’est besoin d’espérer
3 1934, Politique de la Personne (1946). II. Principes d’une politique du pessimisme actif — 5. Sur la devise du Taciturne
3 [p. 85] V Sur la devise du Taciturne Faisons-nous donc du paradoxe ? Non : Dieu nous est paradoxal. Le par
4sa devise n’est autre que la maxime souveraine du Taciturne, la maxime calviniste par excellence : « Point n’est besoin d’espérer
5 et qu’il adore ses puissances. Mais la devise du Taciturne exprime, par son paradoxe, une espérance qui se rit de nos espoirs, c
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
6parle E. T. A. Hoffmann ; mais plutôt cet amour « taciturne et toujours menacé » des plus beaux vers de Vigny. Cette absence d’in
5 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
7nsent et qui agissent conformément à la maxime du Taciturne : « Pas n’est besoin d’espérer pour entreprendre, ni de réussir pour
6 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
8qui était échu aux plus bavards sera restitué aux taciturnes par l’éducation du danger et la coutume de la mort, plus absurde et p
7 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
9s passeports et les feuillettent avec une lenteur taciturne. Nous sommes tous des prévenus, des coupables sans doute. Nous sommes
8 1948, Suite neuchâteloise. VII
10 charme des eaux l’adolescence même, aux chagrins taciturnes. Souffrir auprès d’un lac n’est jamais sans douceur. Je suis sur la j
9 1948, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Lacs (août 1948)
11 charme des eaux l’adolescence même, aux chagrins taciturnes. Souffrir auprès d’un lac n’est jamais sans douceur. Je suis sur la j
10 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur le crépuscule d’un régime (octobre 1957)
12ire sombrement émanée de ces marbres. Elle règne, taciturne, au plus bel espace vide jamais délimité par l’artifice humain.
11 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
13 du pessimisme actif 206  », prenant ma devise au Taciturne. Si l’on me suivait, bien sûr, tout irait mieux, on éviterait au moin
12 1977, Foi et Vie, articles (1928–1977). Pédagogie des catastrophes (avril 1977)
14e du pessimisme actif » 76 , prenant ma devise au Taciturne. Si l’on me suivait, bien sûr, tout irait mieux, ou éviterait au moin