1 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Le Prince Menteur (décembre 1928)
1re. Cependant il aime à raconter certaines scènes terrifiantes de la révolution : il a été condamné à mort, il s’est évadé, on le tr
2 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
2e, après une sévère éducation piétiste, un secret terrifiant et une belle aisance matérielle. Du secret il tira son œuvre ; sa for
3 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
3 à vous : vous proférez des vérités littéralement terrifiantes, l’exigence de la mort au monde et à soi-même, comme s’il s’agissait
4 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). « À cette heure où Paris… » (17 juin 1940)
4racas du néant mécanique. Jusqu’au jour bien plus terrifiant que le jour de la pire vengeance où, s’arrêtant enfin, ils comprendro
5 1942, La Part du Diable (1982). Hitler ou l’alibi
5racas du néant mécanique. Jusqu’au jour bien plus terrifiant que le jour de la pire vengeance où, s’arrêtant enfin, ils comprendro
6 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Kierkegaard
6e, après une sévère éducation piétiste, un secret terrifiant et une belle aisance matérielle. Du secret, il tira son œuvre. Sa for
7 1945, Le Figaro, articles (1939–1953). Le savant et le général (8 novembre 1945)
7e à Washington. Chacun pèse sur un bouton, et une terrifiante explosion se produit dans le territoire de l’autre. Le processus se p
8 1946, Journal des deux Mondes. Anecdotes et aphorismes
8racas du néant mécanique. Jusqu’au jour bien plus terrifiant que le jour de la pire vengeance où, s’arrêtant enfin, ils comprendro
9 1946, Lettres sur la bombe atomique. Le savant et le général
9e à Washington. Chacun pèse sur un bouton, et une terrifiante explosion se produit dans le territoire de l’autre. Le processus se p
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — Synthèses historico-philosophiques (II)
10olitiques se sont manifestées dans des phénomènes terrifiants. Qui sait si, ici comme dans les sciences, la fin historique de la gu
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
11rasée sous le poids d’une religion dont le visage terrifiant menaçait les mortels du haut des régions célestes, un homme, un Grec,