1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
1d’azur. Alors un juron mélodramatique, d’une voix torturée, hurle au Pape et au Diable un anathème sanglant. Louis Aragon, avoca
2 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. N’habitez pas les villes !
2utie maniaque, de méchanceté d’impuissants qui se torturent à plaisir pour provoquer un petit grincement nouveau de la sensibilit
3 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
3t que c’était vrai. — Mais alors, n’êtes-vous pas torturé par la pensée que votre argent contribue à prolonger un massacre ? — 
4 1940, Mission ou démission de la Suisse. La bataille de la culture
4t que c’était vrai. — Mais alors, n’êtes-vous pas torturé par la pensée que votre argent contribue à prolonger un massacre ? —
5 1942, La Part du Diable (1982). L’Incognito et la révélation
5mbent également sur l’homme normal et sur l’homme torturé par ses complexes. Or la chute de l’ange Lucifer est justement l’Acci
6 1942, La Part du Diable (1982). Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
6elle lui dit : — Ta révolte m’excède. Pourquoi me torturer ? Laisse-moi donc seule. Elle le jeta par la fenêtre. Lorsqu’il revin
7 1942, La Part du Diable (1982). Le Bleu du Ciel
7e d’un souffle de l’Esprit, passant sur le visage torturé du siècle, que nous devons attendre un vrai réveil des hommes… Mais c
8 1946, Journal des deux Mondes. L’Amérique en guerre
8is contraint de transmettre à l’Europe occupée et torturée les plates déclarations de tel ministre allié, de tel leader d’un des
9 1947, Doctrine fabuleuse. Le supplice de Tantale
9 préfère soudain à son amour d’un moi coupable et torturé, l’expiation libératrice et son délire. À l’instant même, il s’enfonc
10 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
10s autres résolu, croient-ils. Je ne dis pas qu’il torturait Gide, hors quelques crises dont nous avons les témoignages, mais il r
11riés de l’évolution de Gide. Ce qui l’a vraiment torturé, c’est l’éthique, non le religieux ; la justice et non le salut ; ce
11 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
12utragé, bafoué ; c’est un homme qui est flagellé, torturé, traîné de prison en prison, et puis enfin — car c’est bien d’un véri
12 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
13utragé, bafoué ; c’est un homme qui est flagellé, torturé, traîné de prison en prison, et puis enfin — car c’est bien d’un véri
13 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Première partie — Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
14s autres résolu, croient-ils. Je ne dis pas qu’il torturait Gide, hors quelques crises dont nous avons les témoignages, mais il r
15ariés de l’évolution de Gide. Ce qui l’a vraiment torturé, c’est l’éthique, non le religieux ; la justification, non le salut ;
14 1980, Réforme, articles (1946–1980). Les Nations unies des animaux (13 décembre 1980)
16t de leur part, aux hommes qui les méprisent, les torturent, les massacrent, qu’il s’agisse des bébés phoques, du Labrador ou, da
15 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
17être diabolique. Il peut encore détruire, tuer ou torturer, mais il ne peut plus « décréer ». Il s’est avoué, s’est fait reconna