1 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
1ueil sans issue, puisque pour lui n’existe aucune transcendance où s’abîmer, d’où renaître. Je ne sais pas aujourd’hui le livre « bie
2 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
2ssant les limites normales de l’esprit humain. La transcendance de Dieu est absolue, par rapport à notre pensée naturelle. Dès lors,
3 des lois de la nature. Ainsi la conception de la transcendance divine aboutit pratiquement, chez Goethe, à des affirmations nettemen
4la considération de la grâce. Et c’est en quoi la transcendance divine, sans cesse, se mêle à notre vie pratique et vient bouleverser
3 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
5a comble par ailleurs. Ce critère du salut, cette transcendance, en bonne dialectique autoriserait à des jugements de valeurs humaine
4 1933, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Parole de Dieu et parole humaine, par Karl Barth (30 décembre 1933)
6s. De celui qui transcende toutes nos idées de la transcendance. De celui qui vient à nous, mais auquel l’homme ne peut aller. Du tot
5 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
7 l’Incarnation, en même temps que de la véritable transcendance. C’est là le point de la rupture avec tout humanisme imaginable — (l’
6 1934, Politique de la Personne (1946). Primauté du spirituel ? — Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
8u primauté, nous retrouvons le débat immanence ou transcendance, c’est-à-dire une opposition essentiellement théologique. Les marxist
7 1934, Politique de la Personne (1946). À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
9 et du communisme, une religion de l’ici-bas sans transcendance, une religion dont les buts purement terrestres ne divergent plus du
8 1935, Présence, articles (1932–1946). Contre Nietzsche (avril-mai 1935)
10t vital14, et c’est l’éclair dans notre vie d’une transcendance, l’amour en actes, l’action directe, réciproque et gratuite, au sens
9 1936, Esprit, articles (1932–1962). André Gide, Retour de l’URSS (décembre 1936)
11elativement aisée pour un esprit qui reconnaît la transcendance de Dieu, seul auteur de la foi. Tandis que dissocier la doctrine de M
10 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
12ême être fidèle, puisqu’elle n’a plus pour fin la transcendance. Elle épuise l’une après l’autre les illusions que lui proposent dive
13 la mort transfigurante. Mais nous avons perdu la transcendance. La mort n’est plus qu’une métaphore, couvrant une lente consomption,
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe de Tristan
14« par-delà le bien et le mal », dans une sorte de transcendance de nos communes conditions, dans un absolu indicible, incompatible av
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Passion et mystique
15us désespérées que fait l’Éros, pour remplacer la transcendance mystique par une intensité émue. Mais grandiloquentes ou plaintives,
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Le mythe contre le mariage
16ême être fidèle, puisqu’elle n’a plus pour fin la transcendance. Elle épuise l’une après l’autre les illusions que lui proposent dive
17 la mort transfigurante. Mais nous avons perdu la transcendance. La mort n’est plus qu’une lente consomption. À cette lumière, que j
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
18rsqu’une créature aime son Dieu, l’obstacle de la transcendance introduit dans l’amour un malheur essentiel (quoi qu’en ait dit tout
15 1940, Mission ou démission de la Suisse. Le protestantisme créateur de personnes
19 et du communisme, une religion de l’ici-bas sans transcendance, une religion dont les buts purement terrestres ne divergent plus du
16 1942, La Part du Diable (1982). L’Incognito et la révélation
20ation de l’homme par sa science ; où il nie toute transcendance ; où il s’enferme dans les autarcies de la puissance et de la passion
17 1942, La Part du Diable (1982). Hitler ou l’alibi
21 Il s’agit donc de supprimer l’idée d’au-delà, de transcendance ; d’intégrer Dieu lui-même dans la Nation. Comprenons bien ce que sig
22 que la religion qu’il adopte ne connaît point de transcendance, et que ses buts purement terrestres non seulement ne divergent plus
18 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Le silence de Goethe
23a comble par ailleurs. Ce critère du salut, cette transcendance, en bonne dialectique autoriserait à des jugements de valeur humains.
19 1944, Les Personnes du drame. Sagesse et folie de la personne — Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
24rs des lacunes du réel. De quelle nature était la transcendance qui a conditionné la vision de Kafka ? ⁂ Dans un appendice au Procès,
25es personnifications d’une éthique fondée dans la transcendance pure et d’une éthique fondée dans l’immanence pure. Ils s’excluent ré
26est risquer une contradiction dans les termes. La transcendance en soi, et par définition, échappe à tout sens naturel, raisonnable a
27t les messages interceptés ne sont pas clairs… La transcendance, dans notre vie, ne saurait se manifester que sous une forme négative
28la personne kierkegaardienne, fondée dans la pure transcendance, ne peut-elle pas à tout instant devenir en fait ce qu’elle paraît :
20 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
29, l’individu et l’État. Mais dès qu’intervient la transcendance, il y a mieux qu’un équilibre, il y a un principe vivant d’union. Là
30 soit la formule de la religion totalitaire, sans transcendance, que précisément l’on se propose de combattre !) D’autre part, la thé
21 1946, Réforme, articles (1946–1980). Spiritualité américaine (19 octobre 1946)
31e de leurs cérémonies, sur le péché, la grâce, la transcendance, que sais-je. Les choristes de Christ Church (méthodiste) sont vêtus
32st-ce que la grâce ? Un optimisme fondamental. La transcendance ? Un terme théologique, probablement réactionnaire. Et le Mal, enfin 
22 1946, Le Semeur, articles (1933–1949). Chances d’action du christianisme (juin-juillet 1946)
33affirme avec force, dans le domaine politique, la Transcendance de son Chef, contre tous les absolutismes nationaux, étatiques, parti
23 1946, Journal des deux Mondes. Premiers contacts avec le nouveau monde
34’âme, d’un refus ricaneur du spirituel. Le mot de transcendance les rend malades, leur paraît méchamment subversif, « réactionnaire »
24 1947, Doctrine fabuleuse. Le supplice de Tantale
35vec lui- même et se ferme aux interventions d’une transcendance, ou d’un appel venu d’ailleurs. (Les « dieux » n’étant, en fait, que
25 1947, Vivre en Amérique. Vie culturelle et religieuse
36e de leurs cérémonies, sur le péché, la grâce, la transcendance, que sais-je. Les choristes de Christ Church (méthodiste) sont vêtus
37st-ce que la grâce ? Un optimisme fondamental. La transcendance ? Un terme théologique, probablement réactionnaire. Et le Mal enfin ?
26 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
38a d’ailleurs lui-même définis : l’immanence et la transcendance, le collectif et l’individuel, le service du groupe et l’anarchie lib
27 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
39 de se sentir comme transporté dans une espèce de transcendance. À vrai dire, il s’agit encore d’un égoïsme, mais tellement élargi qu
28 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
40ondent d’une manière immédiate, terme à terme, la transcendance et l’immanence dans le langage des philosophes, la vocation et l’indi
41e l’Éternité, celle enfin de l’immanence et de la transcendance, dès l’instant que la première est conçue comme le système total des
42e notre esprit sans relâche vient buter contre la transcendance. Si le matérialisme immatérialisé de notre période einsteinienne revi
29 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
43ent une manière de le penser qui le ferme à toute transcendance, et qui du même coup nous enferme et nous interdit tout recours ? « A
30 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — Le Château aventureux
44 de se sentir comme transporté dans une espèce de transcendance. À vrai dire, il s’agit encore d’un égoïsme, mais tellement élargi qu
31 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’expérience du temps historique
45ent une manière de le penser qui le ferme à toute transcendance, et qui du même coup nous enferme et nous interdit tout recours ? « A
32 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — L’exploration de la matière
46ondent d’une manière immédiate, terme à terme, la transcendance et l’immanence dans le langage des philosophes, la vocation et l’indi
47 de l’Esprit, celle enfin de l’immanence et de la transcendance, dès l’instant que la première est conçue comme le système total des
48e notre esprit sans relâche vient buter contre la transcendance. Si le matérialisme immatérialisé de notre période einsteinienne revi
33 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — Le drame occidental
49e puissance ne pourra dominer. Enfin, niant toute transcendance, il détend le ressort de l’inquiétude créatrice, et prépare un état s
34 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique
50’en même temps elle oppose à l’extrême : monde et transcendance, science et foi, technique matérielle et religion. L’Europe devient i
51 suis donné à moi-même comme un cadeau venu de la transcendance. Je peux me manquer à moi-même. C’est là la limite énigmatique qui co
52e que nous pouvons être n’est réelle qu’unie à la transcendance qui nous fait être. Lorsque l’existence s’assure d’elle-même, elle s’
53ure d’elle-même, elle s’assure du même coup de la transcendance. Mais objectivement, on peut dire de la liberté ce qui suit : la libe
54a d’ailleurs lui-même définis : l’immanence et la transcendance, le collectif et l’individuel, le service du groupe et l’anarchie lib
35 1963, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Le Dieu immanent, qui s’annonce à leur cœur » (9-10 novembre 1963)
55erstition. C’est enfin et surtout la notion d’une transcendance tout extérieure de Dieu, tenant l’homme dans sa dépendance, donc dans
36 1968, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Pour une morale de la vocation (1968)
56t après ma mort ; la question de ma relation à la transcendance. Elle demeure sans réponse, non point par accident, mais par nécessit
37 1968, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Hölderlin dans le souvenir des noms splendides (1968)
57éloignement dans le temps, dans l’espace, dans la transcendance, mais d’une absence qui est toujours appel, nostalgie qui se mue en p
38 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
58e.) Bref, il me reproche de n’avoir pas vu que la transcendance c’est justement la « structure existentielle de l’homme ». Le désir «
39 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). II. Strasbourg : la deuxième Table ronde du Conseil de l’Europe (« Promesses du xxe siècle »
59e vocation, une notion de l’homme qui implique la transcendance de l’homme par rapport à lui-même. Certes, les siècles ont ajouté à c
40 1977, L’Avenir est notre affaire. De la prévision — Un « Essai sur l’Avenir » en 1948
60notions de choix arbitraire, de subjectivisme, de transcendance, sont de nouveau reçues par les mathématiciens et les biologistes. D’
41 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
61mour, l’au-delà de tous les lieux de ce monde, la transcendance. Ou enfin : « le pays où ont lieu les événements mystiques ». C’est,
42 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
62ins indispensable à toute saisie d’une éventuelle transcendance. En d’autres termes : — Un être spirituel n’est rien pour l’homme qui
63ou dans l’anti-monde, dans l’immanence ou dans la transcendance, il restera pour moi un nom dépourvu d’intérêt et qui ne m’importe en
64’intervention d’un agent différent (qu’on appelle transcendance, en théologie) paraît indispensable dans cette conjoncture. Sinon tou
65ire refoulé dans l’inconscient ou projeté dans la transcendance, mais pris sur le fait dans nos vies. J’ai montré le Diable à l’œuvre