1 1946, Le Figaro, articles (1939–1953). Demain la bombe, ou une chance d’en finir avec la terre (30 juin 1946)
1res nous parlent d’une contamination des atomes d’uranium nageant dans l’Océan. Ou de nuages radioactifs qui se promèneraient a
2 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
2table, mais du pétrole existant, des forêts, de l’uranium, de l’air et de l’eau sur la Terre, et partout le calcul prospectif n
3 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
3des éléments usés peut consister à en dissoudre l’uranium et les produits de fission dans un bain d’acide nitrique, puis à sépa
4n dans un bain d’acide nitrique, puis à séparer l’uranium (et le plutonium) du reste par un processus chimique complexe. Ce res
5s dire que pendant ce temps, le [p. 70] prix de l’uranium aussi a quadruplé, de même que le prix de construction des centrales.
6lges, autrichiennes) ; elle les nourrit avec de l’uranium américain ; enfin, elle envoie ses déchets, pour retraitement, à l’us
7la sorte à la charge des contribuables. Quant à l’uranium dont on nous disait « qu’il y en a partout », il vient actuellement d
8autres pays, voire d’autres continents, pour leur uranium, leur technique, leur financement, et les retraitements de leurs déch
4 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
9 des centrales babyloniennes, mais ce n’est pas l’uranium américain ou russe, ni les pétro-dollars investis dans le nucléaire q
5 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
10rique noire, plus tard de l’Afrique du Sud pour l’uranium, et de l’URSS pour l’uranium enrichi. Cette dépendance ne pourrait qu
11frique du Sud pour l’uranium, et de l’URSS pour l’uranium enrichi. Cette dépendance ne pourrait qu’augmenter avec l’accroisseme
12elative pénurie d’énergie primaire (pétrole, puis uranium) à l’échelle mondiale deviendrait pour les Européens une catastrophe
13ches) ; — pour le gaz naturel dès 1985 ; — pour l’uranium dès 1990. Toutes ces prévisions supposent, répétons-le, une croissanc
14 où le pétrole manquera 13 , la pénurie [p. 85] d’uranium s’annoncera. L’alternative aux centrales actuelles sera donc celle de
15eys-Malville ; — les matières premières requises (uranium ou thorium) épuisables dans les mêmes délais que le pétrole ; — la dé
16ranger (techniques, licences, approvisionnement d’uranium, retraitement, stations de stockage des déchets, financement) ; — les
17lités de remédier à la pénurie du pétrole et de l’uranium, d’autres sources connues d’énergie : solaire avant tout, puis géothe
6 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. III. L’environnement
18ncent pour la fin de ce siècle : du pétrole, de l’uranium, de l’eau potable, et possiblement de l’oxygène si l’on continue à dé
7 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
19es ont produit de l’or à partir du cuivre ou de l’uranium, du bois, des peaux de phoque, ou même de la main-d’œuvre à bon march