(1938) L’Ordre nouveau, articles (1933–1938) « À propos du 14 juillet (juillet-août 1935) » p. II
[p. II]

À propos du 14 juillet (juillet-août 1935) n

… Nous nous battrons le jour où le peuple français aura compris que l’adversaire unique est le capitalisme centralisateur, anonyme aujourd’hui — à droite, étatiste demain — à gauche, dans l’un et l’autre cas destructeur de la liberté des personnes, destructeur du sentiment patriotique, destructeur à gauche et à droite des forces vives du pays.

À l’heure présente, une chose est claire : le Front populaire travaille pour M. Litvinoff, le Front national travaille pour M. de Wendel. Et si les militants de gauche et de droite l’ignorent encore, c’est en vertu d’une double erreur, que L’Ordre nouveau seul a dénoncée depuis longtemps :

Erreur sur la tactique : lorsqu’on voit la gauche et la droite proclamer la priorité du « plan d’action » sur la doctrine, on est sûr que cette gauche et cette droite travaillent en fait pour le désordre, et que les seuls bénéficiaires de luttes civiles aussi mal orientées seront en fait les gros bailleurs de fonds.

Erreur sur la mystique : la lutte des « nationaux » contre les « populaires » ne fait que prolonger dans la rue l’opposition stérile et périmée de la droite et de la gauche parlementaires. Seulement, cela se complique cette fois de matraques et mitrailleuses. Au lieu de tomber un ministère quelconque, on s’apprête à descendre des centaines de Français. Au bénéfice de qui, nous l’avons dit.

Quand les droites auront compris que la Banque de France est contre la patrie, quand les gauches auront compris que la peur de Chiappe n’est pas un programme, sonnera l’heure de L’Ordre nouveau.