1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Simone Téry, L’Île des bardes (décembre 1929)
1lui de la renaissance d’une littérature nationale à la fois cause et effet de la libération politique. Cause, puisque pour mener
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Adieu, beau désordre… (mars 1926)
2es, le chaos, etc. — Certes, aucune époque ne fut à la fois plus morale et plus immorale, parce qu’aucune ne s’est autant attaché
3 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Avant-propos (décembre 1926)
3odestes…   Être nous-mêmes, avons-nous dit, c’est à la fois notre but et notre excuse en publiant cette revue. Nous ne sommes pas
4 1926, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Paradoxe de la sincérité (décembre 1926)
4 bien une attitude en quelque sorte scientifique, à la fois curieuse et désintéressée, de naturaliste de l’âme ? Heureusement que
5 — selon le mode le plus libre, le plus conscient à la fois et le plus voluptueux. Sincérité envers soi-même Noli me tangere.
5 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Daniel-Rops, Notre inquiétude (avril 1927)
6t mépris de tout, procédant d’un goût de l’absolu à la fois mystique et anarchique : ce sont bien les grands traits de notre inqu
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Lettre du survivant (février 1927)
7s appelait encore, haletant. Et le temps passait, à la fois si lent — jusqu’à l’arrivée du prochain métro, du prochain autobus, —
7 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
8si les rêves publiés par les surréalistes, donnés à la fois comme poèmes et comme dictées de l’inconscient, au fond desquels on a
8 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Récit du pickpocket (fragment) (mai 1927)
9our dans ce qu’il a de plus étrangement prosaïque à la fois et bêtement heureux. Le lendemain était le premier jour du printemps.
9 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Princesse Bibesco, Catherine-Paris (janvier 1928)
10uerre. De cette espèce de collaboration résultent à la fois le défaut de composition du livre et sa richesse. L’enfance de Cather
10 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henri Michaux, Mes propriétés (mars 1930)
11le sécurité dans l’insolite, ce qu’il y a en nous à la fois de plus « problématique » et de plus quotidien. p. 384 bd. « Hen
11 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
12… Enfin, tellement inconnu et tellement fascinant à la fois, qu’il me préserve de tout amour pour quelque bien particulier où je
13nce. À Vienne on voit des couples qui savent être à la fois cocasses et fades. En Italie… Mais l’amour hongrois t’emportera dans
12 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Charles Du Bos, Approximations, 4ᵉ série (novembre 1930)
14 : on y retrouve, appliqué aux mots, ce même sens à la fois scrupuleux et assuré de la qualité, qui est ce qu’avant tout l’on doi
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
15scal du protestantisme, et il est caractéristique à la fois du monde du catholicisme et du monde du protestantisme, que la polémi
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
16t consciente, claire et de bonne volonté. Une âme à la fois sobre et extrême. Tous les excès lui sont possibles, en action, surto
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le protestantisme jugé (octobre 1931)
17érivées les unes des autres, mais elles s’étalent à la fois toutes ensemble. Dès l’année 1886, où il publiait son essai, Frommel
16 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
18esoin de dire les choses, comme pour s’en assurer à la fois et s’en délecter 3 . À cette disposition l’on pourrait opposer, plutô
19nte : au sortir de l’adolescence, l’homme devient à la fois moins abstrait et moins sentimental ; cela se marque par un trait uni
20lité germanique est plus consciente (c’est-à-dire à la fois plus morose et plus débauchée) que la latine. Elle tourne en sentimen
17 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
21… Enfin, tellement inconnu et tellement fascinant à la fois, qu’il me préserve de tout amour pour quelque bien particulier où je
22nce. À Vienne on voit des couples qui savent être à la fois cocasses et fades. En Italie… Mais l’amour hongrois t’emportera dans
18 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
23leil sur la table. Je somnole dans une méditation à la fois distraite et nourrie par tout ce qui flotte dans l’air, rampe, gratte
19 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Romanciers protestants (janvier 1932)
24ement chrétienne d’ailleurs, puisqu’elle récusait à la fois la charité, le risque, l’abandon et la divine légèreté, c’est-à-dire,
25moment de la création intervient une autocritique à la fois peureuse et agressive ? Il y faudrait une puissance décuplée, excessi
20 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
26ce soit. Il suffit que nous puissions nous sentir à la fois accusés et exhortés par un tel exemple. Que nous importe, dès lors, q
21 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
27ne révolution profonde de l’esprit dont procèdent à la fois le refus de la magie et le goût passionné de l’effort immédiat. Qu’un
28jeunesse dont on ne saurait exagérer l’importance à la fois historique et symbolique : les premiers contacts de Goethe avec le my
29délivrance consciente. Il y a dans tout désespoir à la fois l’angoisse de la catastrophe et la secrète, l’inavouable joie de la l
30e confirmé par un faire, qui le tait et l’exprime à la fois. Le « faire » de Rimbaud ne peut être la littérature, puisque écrire
22 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Querelles de famille, par Georges Duhamel (mai 1932)
31ément dans une hargne tempérée de badinage. C’est à la fois trop et trop peu. Car, ou bien M. Duhamel critique l’abus des mécaniq
32mplique la condamnation d’une conception du monde à la fois libérale et inconsciemment matérialiste qui permet et favorise tout c
23 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Éloge de l’imprudence, par Marcel Jouhandeau (septembre 1932)
33n se fasse tuer pour ce Bien ? Ceci pour indiquer à la fois l’importance et les limites du petit livre si justement paradoxal de
34 qui sait voir le péché au sein du mal et du bien à la fois. « Mal » ou « péché » — le débat se ramène sur cette page, à une ques
24 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
35ls promettent du pain, et croient ainsi triompher à la fois des bourgeois, et de la vérité humaine de nos doctrines anti-bourgeoi
25 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
36autres formes, un agrément, un repos, un exercice à la fois plus tonifiants et plus actuels, je veux parler de la vogue récente d
37nt, et cela au profit d’une littérature qui tient à la fois de l’histoire, de la politique, de la morale et de la religion. Des l
26 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
38 de l’esprit et de la matière dénature et dégrade à la fois l’esprit et la matière, et risque, à la limite, de les priver de tout
27 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Dialectique des fins dernières (juillet 1933)
39ns dernier. ⁂ Une synthèse qui précède et dépasse à la fois l’antithèse et la thèse, et dont toutes les deux procèdent ? Langage
28 1933, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Poésie dialectique (juillet 1933)
40ur nous accable à cette occasion. Erreur qui lèse à la fois l’histoire littéraire, la dialectique et la poésie. Car : 1° Toute la
29 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
41 va au fond des choses, matérialiste et abstraite à la fois. Elle donne la primauté à l’avoir sur l’être, l’anonyme sur le person
30 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
42u, a été sauvé, et qu’il est ainsi, actuellement, à la fois pécheur et sauvé, sans qu’il soit possible de distinguer dans le temp
31 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
43 Sera-t-il encore un homme ? L’homme chrétien est à la fois ange et bête. Dans ce conflit perpétuel, il trouve sa joie et sa souf
32 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
44ls promettent du pain, et croient ainsi triompher à la fois des bourgeois, et de la vérité humaine de nos doctrines antibourgeois
33 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
45galité, ce fut en fait l’égalisation à tout prix. À la fois pour dissimuler la brutalité de cette action, et pour la rendre popul
34 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
46 que tous les jeunes gens de ce temps sont tentés à la fois par le marxisme, le fascisme, et le libertinage bourgeois. Dans la ré
47soit par la nature même de leurs aptitudes. C’est à la fois le plus insaisissable et le plus généralement révéré de nos mythes :
35 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
48tion qui les rassemble, les oriente et leur donne à la fois une expression commune — des mots d’ordre — et une finalité vraiment
36 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
49nt, l’Église est une communauté d’hommes qui sont à la fois libres et engagés. Libérés par Celui qui les engage à son service, et
50Car cet [p. 202] homme, lui aussi, se trouve être à la fois autonome et en relation. Ainsi le mot avec son sens nouveau, et la ré
51etit saut de quelques siècles, pour retomber tout à la fois dans l’époque de la Réformation et dans le sujet précis qui nous occu
52auté spirituelle de personnes, d’hommes nouveaux, à la fois libres et engagés, constituant une multitude de communautés locales.
53ouvons ici le paradoxe essentiel de la personne : à la fois libre et engagée, distincte et reliée à nouveau. Car le rôle que Dieu
54el. C’est bien le même état d’esprit qui explique à la fois le respect des diversités en politique, et le respect des personnes d
55 vocation. C’est à cause de sa vocation qu’il est à la fois libre et engagé, autonome et pourtant responsable au sein de la commu
56anière satisfaisante. Le tzar, par exemple, était à la fois chef de l’État et chef de l’Église : c’est ce qu’on nomme le césaro-p
57ar le sentiment général de reprendre à son compte à la fois l’autorité d’un chef d’Église et le pouvoir d’un chef d’État. Chacun
58’axe même de la notion chrétienne de la personne, à la fois libre et engagée. Il en résulte que la Réforme, et spécialement sa te
37 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
59 de l’esprit et de la matière dénature et dégrade à la fois l’esprit et la matière, et risque, à la limite, de les priver de tout
38 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
60ue toute conduite personnelle, supposera toujours à la fois une technique précise et un effort spirituel. Et la plus haute réussi
39 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Notice biographique [Kierkegaard] (août 1934)
61nd de toute son œuvre réside dans sa protestation à la fois violente et humble, ironique et pourtant foncièrement charitable en f
40 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
62e Kierkegaard et de Hegel 59 trouve ici son sens à la fois le plus profond et le plus évidemment actuel. Hegel a tout objectivé 
41 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
63pliquer l’impression de grandeur brutale et grave à la fois qui demeure dans l’esprit, bien après qu’on l’a lu. En vérité, ce rés
64s seulement économique, par une crise qui atteint à la fois leur attachement à la patrie et leur humanité, au sens le plus profon
42 1934, Esprit, articles (1932–1962). Définition de la personne (décembre 1934)
65ntractuel où la personne abritée par la loi perde à la fois son risque et son pouvoir de création (démocratie libérale). [p. 378]
43 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
66tie de son être inconnue à lui-même, et qui tient à la fois des sens et de la pensée. Quoi de plus simple que d’imaginer que cet
67ussitôt une réalité psychologique, « et qui tient à la fois des sens et de la pensée ». Il en conclut qu’elle est « essentielleme
44 1934, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Taille de l’homme, par C. F. Ramuz (avril 1934)
68e fixer la saine doctrine par un ukase condamnant à la fois les mécanistes et les dialecticiens. On parle encore du « diamat » 29
45 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
69galité, ce fut en fait l’égalisation à tout prix. À la fois pour dissimuler la brutalité de cette action, et pour la rendre popul
46 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
70 palais, signe évident d’une « distinction » tout à la fois flatteuse et rassurante. Et qui sait, ce Palais de l’Esprit ne va-t-i
47 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
71pas une expérience, et je dis bien une expérience à la fois humaine et divine ! — que reste-t-il de la vie chrétienne ? Je vous l
72revient ! — de ce que nous espérons présentement, à la fois dans l’angoisse et dans la joie : la seule expérience nécessaire. Oui
48 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
73travail, revendication constructive ; elle mesure à la fois la pensée et l’action. Elle est comme la mesure vivante de la société
49 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.3. Fatalités du rationalisme bourgeois
74 plus courant : fatalité matérialiste. Cet aspect à la fois rebutant et rassurant n’est pas visible à l’origine : la raison lorsq
50 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
75d déjà 13 . C’est l’équipe des Encyclopédistes, — à la fois [p. 48] démagogues et philosophes — qui saura vivifier le paradoxe d’
76 métaphysique de la sécurité. En somme, il s’agit à la fois d’organiser les bénéfices acquis grâce au Progrès, et de s’assurer qu
51 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.5. Importance de la notion de commune mesure
77l’historien méticuleux. Voici ce fait : la raison à la fois utilitaire et scientifique, qui fut le principe efficace de la cultur
78une mesure. Le type à peu près idéal d’une mesure à la fois souveraine et vraie, nous le trouverons chez les anciens Hébreux. Le
52 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.6. L’Arche de l’Alliance
79Loi est la mesure sacrée. C’est elle qui rappelle à la fois l’origine et la fin du peuple : l’Éternel Dieu et son service. Parce
53 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.7. Sur le déclin du Moyen Âge
80ation artificielle du latin comme moyen de régler à la fois l’action et la pensée du siècle. La « grammaire » est devenue rhétori
54 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
81s efforts pour saisir ce que ces grands faits ont à la fois de spécifique et de fatal, historiquement et spirituellement, plus on
55 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
82arti, je suis le Pays, je suis le Peuple, je suis à la fois le porteur des idées de la jeunesse et de celles des anciens combatta
56 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
83hode [p. 128] sera la mesure que nous cherchons : à la fois intime et active, réglant la pensée et l’action dès leur naissance, i
57 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
84une vitesse ou une grandeur quelconques dépendent à la fois des mesures, et du lieu et du temps où on les mesure. Seuls donc les
85 communs : forces, crise et destins qui sont tout à la fois politiques et culturels. L’Europe des religions nouvelles nous met au
58 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
86rimaires). L’élite bourgeoise ou prolétarisée est à la fois déterministe et libérale. Déterministe à cause des lois ; libérale da
87’elle est la doctrine d’un mouvement décrit comme à la fois créateur et déterminé. Mais ce paradoxe a cessé depuis longtemps d’êt
59 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
88it un but à ce mouvement. Tout mouvement consiste à la fois en un élan hors de et en un élan vers. On peut le décrire comme résul
89nant ? Cette démesure chronique déprime et énerve à la fois [p. 205] presque toute la pensée moderne. L’Occident ne pourrait s’en
90ugement dans son intégrité. Je tiens cette ascèse à la fois pour humaine et pour conforme à l’ordre christique tel que cet ordre
91tra ensuite. Or ce principe me paraît défini tout à la fois par la tradition même de l’Occident, par le spectacle actuel de ses d
9245] des fins les plus lointaines. Et c’est l’acte à la fois immédiat et transcendant de la personne. J’oserai dire maintenant que
60 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
93egard. (En allemand, le seul mot Gesicht signifie à la fois visage, vision, et vue au sens d’idée.) ⁂ Ouvrez un livre de Ramuz :
94’une volonté tendue vers l’origine d’où procèdent à la fois les lois d’un art, la coutume d’un peuple, et l’authentique raison d’
61 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
95une vitesse ou une grandeur quelconques dépendent à la fois des mesures et du lieu et du temps où on les mesure. Seuls donc les g
96 communs : forces, crise et destins qui sont tout à la fois politiques et culturels. L’Europe des religions nouvelles nous met au
62 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
97ue toute conduite personnelle, supposera toujours à la fois une technique précise et un effort spirituel. Et la plus haute réussi
63 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
98ur, jusqu’à la synthèse finale d’une envolée tout à la fois patriotique, républicaine, et tolérante. La droite, la gauche, et une
99 que cet homme-là soit à peu près le seul qui ait à la fois le droit et les moyens d’étudier de l’intérieur le « fait du chômage 
100ntagion ! Les deux journaux locaux gardent un ton à la fois naïf et grandiloquent, avec des maladresses et de grosses astuces, qu
101s. En vérité, ils vivent à peine. Ils subsistent. À la fois aux limites du continent et aux limites de l’humanité. Ils n’attaquen
102pare enfin cette perfection… Telle est la formule à la fois de la mission et des limites de Goethe. Et c’est là qu’il nous faut r
103anique. Iphigénie ou Les affinités électives sont à la fois des preuves d’une maîtrise de soi-même déjà conquise, et des moyens d
64 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
104ale, sont aujourd’hui vidés de leur signification à la fois symbolique et précise. Ils n’éveillent plus chez l’homme du peuple le
65 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. III. L’été parisien
105 forcent à écouter dix mélodies et trois parleurs à la fois, de sorte qu’il n’est plus possible de dormir ni de lire, ni même de
106’à peine exagéré, quelque chose de presque voulu, à la fois insolite et trop connu — le rire conventionnel des films français, de
66 1937, Esprit, articles (1932–1962). Jean Blanzat, Septembre (janvier 1937)
107i passionnant, ni indifférent, habile et sensible à la fois. On le lit sans savoir pourquoi ; peut-être pour chercher, de page en
67 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Éluard, L’Évidence poétique (juin 1937)
108ent les portes du merveilleux. » Phrase étonnante à la fois par la grandeur de l’espérance qu’elle proclame et par la confusion d
68 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
109ercice réel de la charge dont ce droit représente à la fois la condition et la contrepartie. Le droit de propriété, par exemple,
110repartie. Le droit de propriété, par exemple, est à la fois la condition d’une entreprise personnelle, et la juste contrepartie d
111visme dictatorial. Elle est la position centrale, à la fois naturelle et spirituelle, dont l’individualisme et les collectivismes
112 la réalité fédéraliste et de ce qu’elle implique à la fois de diversités reconnues, totalement exprimées comme telles, et d’écha
113ges bâtards. Notre unité existe, mais sur un plan à la fois plus élevé et plus vaste que celui de « l’unification » à la mode jac
69 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). N’habitez pas les villes (Extrait d’un Journal) (juillet 1937)
114ur, jusqu’à la synthèse finale d’une envolée tout à la fois patriotique, républicaine, et tolérante. La droite, la gauche, et une
70 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
115es, très réels, d’une manière abusive, exploitent à la fois les producteurs et les consommateurs. Après un siècle à peine d’exist
116paysan de cette évolution. De cette époque datent à la fois la formation du prolétariat agricole et la séparation brutale, visibl
71 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Chançay (mars 1937)
117ce centre de tout : tous les problèmes s’émeuvent à la fois. Et en ce point, ils ne sont vrais, sérieux, ou dignes d’exciter l’an
72 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
118ntingenté, on ne peut en acheter qu’un demi-quart à la fois. Si l’on en désire un second, il faut aller à la boutique suivante. C
73 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
119tion. Aux yeux de l’Église, l’adultère était tout à la fois un sacrilège, un crime contre l’ordre naturel et un crime contre l’or
120re l’ordre social. Car le sacrement unissait tout à la fois deux âmes fidèles, deux corps aptes à procréer, et deux personnes jur
121 succès caractérise l’état moral de l’époque, est à la fois de nous obséder par l’idée d’un bonheur facile, et du même coup de no
74 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
122ces de mort et des forces créatrices va dénaturer à la fois la guerre et le génie technique. La guerre mécanisée évacue la passio
75 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Page d’histoire (novembre 1938)
123 eurent l’habileté de baser leurs revendications, à la fois sur l’un des principes que les Démocraties prétendaient défendre, et
76 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
124 que notre culte de l’amour masque et transfigure à la fois ; c’est mettre au jour ce que ce culte dissimule, refoule, et refuse
125 composer en un seul geste ou une seule métaphore à la fois l’expression de l’objet désiré et l’expression de ce qui condamne ce
126st le secret du mythe de Tristan, l’amour-passion à la fois partagé et combattu, anxieux d’un bonheur qu’il repousse, magnifié pa
77 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
127uses douées de pouvoirs très étendus. Ils étaient à la fois devins, magiciens, médecins, prêtres, confesseurs. Ils n’écrivaient p
128us haut du mythe de Tristan, qui voile et exprime à la fois le désir de mort. D’autre part, les dieux celtiques forment deux séri
129se réalise en vérité que dans une expérience tout à la fois angoissée et enthousiasmante (au sens littéral de ce terme), d’ordre
130essions. J’entends parler d’une forme de mystique à la fois dualiste dans sa vision du monde, et moniste dans son accomplissement
131en connais peu qui se présentent à l’esprit comme à la fois plus irritantes et stimulantes : car il semble également difficile de
132 du phénomène dont elle essaie de rendre compte : à la fois historique et archétypique, psychique et mystique, concret et symboli
133s les cours d’amour : « Un chevalier peut-il être à la fois marié et fidèle à sa dame ? » voilà qui nous donne à penser, si l’on
134e) à la situation morale très difficile résultant à la fois de la condamnation religieuse portée sur la sexualité par les Parfait
135réforme grégorienne. Ils avaient donc à se garder à la fois contre la sévérité des Parfaits et contre celle des catholiques. Tout
136apparence. Mais sitôt admise, elle me paraît tout à la fois impliquer et expliquer bien davantage. Pour nous faciliter une représ
137A. W. Schlegel lui répondit qu’il fallait ignorer à la fois la poésie provençale et l’arabe pour soutenir un pareil paradoxe. Mai
138 poser quelques faits, comme un piège. J’éviterai à la fois d’indiquer des relations de cause à effet, et de formuler expressémen
139Héloïse. Cette mystique épithalamique se retrouve à la fois chez Bernard de Clairvaux, Hughes de Saint-Victor et Abélard lui-même
140 profondes élaborées par des mystiques lointaines à la fois dans le temps et dans l’espace. 4. Une technique de la « chasteté ».
141, qui ne saurait être que divin. Ainsi le philtre à la fois rive à la sexualité, qui est une loi de la vie, et contraint à la dép
142nts, quoique annoncée, ne fut jamais écrite — est à la fois plus religieux et plus sensuel que ceux de Béroul et de Thomas. Et su
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
143aire. Or s’il faut se borner à un exemple qui est à la fois le plus fameux, le mieux connu, et celui qui a le plus égaré nos sava
79 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
144nature infiniment contradictoire. Don Juan, c’est à la fois l’espèce pure, la spontanéité de l’instinct, et l’esprit pur dans sa
145une sorte de consensus social, d’aveuglement tout à la fois juré et inconscient. À force de l’entendre répéter par les bons juges
146envers de sa doctrine, ce langage d’une ambiguïté à la fois essentielle et opportune, qui permettait tous les abus, c’est cela qu
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
147edevient quelque chose d’horrifiant et d’attirant à la fois. C’est le culte et le mystère sanglant autour duquel se crée une comm
81 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
148tion. Aux yeux de l’Église, l’adultère était tout à la fois un sacrilège, un crime contre l’ordre naturel et un crime contre l’or
149re l’ordre social. Car le sacrement unissait tout à la fois deux âmes fidèles, deux corps aptes à procréer, et deux personnes jur
150plus souvent. Le résultat de cette propagande est à la fois de nous obséder par l’idée d’un bonheur facile, et du même coup de no
82 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
151ces de mort et des forces créatrices va dénaturer à la fois la guerre et le génie technique. La guerre mécanisée évacue la passio
83 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
152oyons se multiplier les témoignages qui attestent à la fois le nombre et l’enthousiasme des femmes pieuses, souvent affectées de
153s recevons et les nourrissons dans nous tous deux à la fois. » P. Klossowski oppose cette opinion de Sade à celle de Freud, qui v
84 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
154nt, l’Église est une communauté d’hommes qui sont à la fois libres et engagés. Libérés par Celui qui les engage à son service, et
155tianisé. Car cet homme, lui aussi, se trouve être à la fois autonome et en relation. Ainsi le mot avec son sens nouveau, et la ré
156etit saut de quelques siècles, pour retomber tout à la fois dans l’époque de la Réformation et dans le sujet précis qui nous occu
157auté spirituelle de personnes, d’hommes nouveaux, à la fois libres et engagés, constituant une multitude de communautés locales.
158ouvons ici le paradoxe essentiel de la personne : à la fois libre et engagée, distincte et reliée à nouveau. Car le rôle que Dieu
159el. C’est bien le même état d’esprit qui explique à la fois le respect des diversités en politique, et le respect des personnes d
160 vocation. C’est à cause de sa vocation qu’il est à la fois libre et engagé, autonome et pourtant responsable au sein de la commu
161manière satisfaisante. Le tzar par exemple, était à la fois chef de [p. 40] l’État et chef de l’Église : c’est ce qu’on nomme le
162ar le sentiment général de reprendre à son compte à la fois l’autorité d’un chef d’Église et le pouvoir d’un chef d’État. Chacun
163’axe même de la notion chrétienne de la personne, à la fois libre et engagée. Il en résulte que la Réforme, et spécialement sa te
85 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
164 mise en ordre ; ils auraient dû être saisis tout à la fois d’angoisse et d’enthousiasme devant ce monde démesuré, porteur de tel
165’angoisse des foules, pour lui donner une réponse à la fois frappante et concrète. « Tout est en désordre ? ont-ils dit. C’est bi
166te, ni l’anonyme numéro d’un rang, mais qu’il est à la fois un [p. 88] être unique, et un être qui a des semblables. Rester soi-m
167Voilà l’homme que j’appelle une personne : il est à la fois libre et engagé, et il est libéré par cela même qui l’engage envers s
168 L’homme complet et réel, c’est celui qui se sait à la fois libre d’être soi-même vis-à-vis de l’ensemble, et engagé vis-à-vis de
86 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
169ercice réel de la charge dont ce droit représente à la fois la condition et la contrepartie. Le droit de propriété, par exemple,
170repartie. Le droit de propriété, par exemple, est à la fois la condition d’une entreprise personnelle, et la juste contrepartie d
171visme dictatorial. Elle est la position centrale, à la fois naturelle et spirituelle, dont l’individualisme et les collectivismes
172 la réalité fédéraliste et de ce qu’elle implique à la fois de diversités reconnues, totalement exprimées comme telles, et d’écha
173ges bâtards. Notre unité existe, mais sur un plan à la fois plus élevé et plus vaste que celui de « l’unification » à la mode jac
87 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
174 parle de fédéralisme et de fédération, j’entends à la fois union et autonomie des parties qui s’unissent ; à la fois « un pour t
175s union et autonomie des parties qui s’unissent ; à la fois « un pour tous » et « tous pour un ». 2. Je m’excuse du calembour, ma
176État qui les respecte, cette union prend l’allure à la fois d’un anti-racisme déclaré et d’un anti-nationalisme. Par la force des
177fédéraliste. Je définis la personne comme l’homme à la fois libre et engagé, à la fois autonome et solidaire, à la fois conscient
178personne comme l’homme à la fois libre et engagé, à la fois autonome et solidaire, à la fois conscient de sa vocation unique et d
179libre et engagé, à la fois autonome et solidaire, à la fois conscient de sa vocation unique et des implications sociales de cette
88 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
180 Le péché est une faute, mais faute signifie tout à la fois erreur et chute. 8. « Connaissant le Bien et le Mal » C’est le priv
181nos pouvoirs constitue notre liberté. Elle en est à la fois le signe et la condition nécessaire. Elle est notre gloire équivoque.
89 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
182n méthodique de toute morale poétique, embrassant à la fois le risque et la confiance, la menace et la riposte, l’abîme et le sub
183le. Il est celui qui s’arrange toujours pour être à la fois juge et partie dans le procès de sa définition. Paradoxal par essence
184duisant, pharisien et voyou, hypocrite et cynique à la fois, repoussant mais non moins fascinant, il est sans doute la créature l
90 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
185ples, avec un pacte satanique. Le devin en serait à la fois la victime et le bénéficiaire. En échange de sa pureté d’âme, il se v
186un sens, et que la personne existe comme un tout, à la fois autonome et responsable. Le mal ou le [p. 154] « péché » ne sont plus
187ination créatrice ; des dispositions spirituelles à la fois délicates et profondes, mais qui n’ont pas trouvé leur véritable obje
188mple : la sexualité est le domaine des tentations à la fois les plus sensibles et les plus communes. Assez peu d’hommes sont réel
189ce qui s’est passé dans la maison, vous supprimez à la fois toutes les questions possibles, et donc toute possibilité de réponse
91 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
190ra perdu. La solution est de répondre à l’insensé à la fois selon sa folie et selon la sagesse qui la démonte. Car ainsi l’insens
92 1942, La Vie protestante, articles (1938–1961). Perspectives d’avenir du protestantisme (2 janvier 1942)
191t l’axe même de la notion chrétienne de personne, à la fois libre et engagée. Par l’organisation même de ses Églises et de ses pa
93 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
192nos pouvoirs constitue notre liberté. Elle en est à la fois le signe et la condition nécessaire. Elle est notre gloire équivoque.
94 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable III : Diable et sexe (29 octobre 1943)
193mple : la sexualité est le domaine des tentations à la fois les plus sensibles et les plus communes. Assez peu d’hommes sont réel
95 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable V : Le tentateur (12 novembre 1943)
194 Le péché est une faute, mais faute signifie tout à la fois erreur et chute. C’est plus tard, c’est après plusieurs générations d
96 1943, La Vie protestante, articles (1938–1961). Les tours du Diable VII : La cinquième colonne (26 novembre 1943)
195le. Il est celui qui s’arrange toujours pour être à la fois juge et partie dans le procès de sa définition. Un être paradoxal pas
196duisant, pharisien et voyou, hypocrite et cynique à la fois, repoussant mais non moins fascinant, il est sans doute la créature l
97 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
197’autre, une révolution de l’esprit dont procèdent à la fois le refus de la magie et le goût passionné de l’effort immédiat. Ce qu
198jeunesse dont on ne saurait exagérer l’importance à la fois historique et symbolique : les premiers contacts de Goethe avec le my
199délivrance consciente. Il y a dans tout désespoir à la fois l’angoisse de la catastrophe et la secrète, l’inavouable joie de la l
200e confirmé par un faire, qui le tait et l’exprime à la fois. Le faire de Rimbaud ne peut être la littérature, puisque écrire sign
98 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
201e les plus hauts et utiles résultats, peut sauver à la fois la valeur et la paix. Mais la médiation est l’office de la seule gran
99 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
202nd de toute son œuvre réside dans sa protestation à la fois violente et humble, ironique et pourtant foncièrement charitable, en
203on de Kierkegaard et de Hegel trouve ici son sens à la fois le plus profond et le plus actuel. Hegel a tout objectivé : l’Esprit,
100 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
204lement d’autre raison que de créer une atmosphère à la fois réaliste et dépaysante. Mais de cette atmosphère, et de l’évolution g