1 1929, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Souvenirs d’enfance et de jeunesse, par Philippe Godet (avril 1929)
1de ne rien tenter au-delà ». C’est le comble de l’économie bourgeoise que cette administration exacte d’un petit capital. Le con
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Hölderlin, La Mort d’Empédocle et Poèmes de la folie (octobre 1930)
2même temps, figure l’antithèse de Hölderlin : l’« économie » d’un Goethe, bien superficiellement qualifiée de bourgeoise, est en
3 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
3où de nos jours, l’on peut réclamer à bon droit l’économie de nuances vaines et la décision, même brutale, l’on ne saurait ici s
4 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
4 élément considérable dans l’atmosphère et dans l’économie du lieu. On l’a mise en pension en Bavière, et les galants qui passen
5 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
5ement syncopé du travail et du loisir, créé par l’économie citadine, ici s’apaise et laisse percevoir les rythmes naturels, l’am
6 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
6ons personnelles : genèse des mythiques lois de l’économie, de l’histoire. Lorsque l’homme renonce à créer, son « travail » n’es
7stoire de la Chine se suffit. J’aurais pu faire l’économie du reste. Mais nous vivons dans une époque impatiente : il faut tout
7 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Liberté ou chômage ? (mai 1933)
8xe. En effet, quel est le but de la machine ? Une économie de travail. Le machinisme est, en principe, destiné à créer du loisir
8 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — b. Ridicule et impuissance du clerc qui s’engage
9t, les « réalistes » de la petite et de la grande économie capitaliste se trouvent pris au dépourvu, au beau milieu de leurs cal
9 1934, Politique de la Personne (1946). Introduction — e. En dernier ressort
10 de ses buts immédiats. J’aurais pu faire ainsi l’économie de mes « raisons » d’agir sur le plan politique, si d’une part toute
10 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 2. Personne ou individu ? (d’après une discussion)
11nité mystique, il doit devenir un simple organe d’économie et de distribution des tâches serviles et mécaniques, ou bien encore,
11 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
12gesse, proclamé en même temps que la réalité de l’économie, la réalité supérieure de la vie « spirituelle ». Par là même, il par
13. 69] D’autre part, la réalisation partielle de l’économie marxiste en Russie fait apparaître désormais la nécessité d’une spiri
12 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
14ché, permettant, sur cette terre, une scandaleuse économie d’énergie et de courage. Pour eux, le christianisme est contre l’homm
13 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
15ituelle. Les principes qui seront à la base de l’économie et de politique nouvelles sont identiques à ceux qui seront à la base
14 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
16els », et même que tout le trouble vient de là. L’économie purement matérialiste serait simple, mais elle n’existe pas et c’est
17 la personne à la culture nationale, celle-ci à l’économie, et l’économie à l’État, et rejoignent ainsi le régime russe, si le m
18la culture nationale, celle-ci à l’économie, et l’économie à l’État, et rejoignent ainsi le régime russe, si le monde entier d’i
15 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — i. Liberté ou chômage ?
19xe. En effet, quel est le but de la machine ? Une économie de travail. Le machinisme est, en principe, destiné à créer du loisir
16 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
20ons personnelles : genèse des mythiques lois de l’économie, de l’histoire. Lorsque l’homme renonce à créer, son « travail » n’es
17 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
21ilité !) ; il note bien que ce sentiment permet l’économie de tout « concours actif de l’âme » ; il pousse la lucidité jusqu’à m
18 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
22 l’autre.) Les principes qui sont à la base de l’économie et de la vie politique O.N. sont identiques à ceux qui seront à la ba
19 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plans de réforme (octobre 1934)
23se replier sur le cadre national », « organiser l’économie sur le terrain national ». Tout cela est très bien, si l’on a pris la
24qu’on fera du nouveau. Le début du chapitre sur l’Économie, s’inspire — du moins en apparence — presque textuellement de nos doc
25tâtonnements inévitables, un gouvernement épris d’économie dirigée mais tenu de respecter les indications de la Nature et de mén
20 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
26ant la culture à venir sur le solide terrain de l’économie psychique, l’on s’attaque à un système général de choses en ignorant
27 encore dans cette phrase. (« solide terrain de l’économie psychique » ?!) Mais cette affirmation du primat de l’homme sur les d
21 1935, Esprit, articles (1932–1962). « L’Esprit n’a pas son palais » (octobre 1935)
28 l’inventa, et de la place qui lui revient dans l’économie générale 29 . De là à se figurer, d’ailleurs d’une façon vague, que l
29silence. Il n’y a pas de solution pratique dans l’économie actuelle. Ni de solution théorique dans l’univers spiritualiste, pauv
22 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
30lques exemples. La nécessité de distinguer dans l’économie un secteur plané et un secteur libre commence d’apparaître [p. 7] aux
23 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.11. La mesure nationale-socialiste
31et arriérée, mais devant 46 partis organisés, une économie très complexe et très malade, un territoire surpeuplé, des traditions
32obligation de proclamer la primauté pratique de l’économie et de la politique sur tout autre facteur. On s’ingénia, dans les dis
24 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
33é bourgeoise notamment. Or il est clair qu’aucune économie ne peut survivre bien longtemps à la ruine de la mesure spirituelle q
25 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
34 plus frappant aujourd’hui que le destin de notre économie. C’est qu’entre la crise matérielle et la crise de la pensée, il y a
35. Déjà l’on subordonne l’invention aux lois d’une économie en faillite. On refuse le brevet aux inventeurs de mécaniques suscept
36ine du désordre proclamé aujourd’hui dans toute l’économie de la planète. Mais quelle législation, quelle méthode eût osé prévoi
37 cours (ou à l’État) l’office du choix, faisant l’économie de l’acte et de l’engagement personnel. Comme si cette pensée systéma
26 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
38lite sociale, c’est-à-dire d’une culture et d’une économie qui n’osent plus déclarer de mesure commune depuis cent cinquante ans
27 1936, Esprit, articles (1932–1962). Vues sur C. F. Ramuz (mai 1936)
39 par un « paraître » ; en sorte qu’on pût faire l’économie des relations abstraites inventées par les psychologues, et dans lesq
40intermédiaires sont supprimés. Goethe cherche une économie des moyens, qui permette d’aller au-delà de ce que la civilisation lu
41. Si Ramuz n’aime pas les machines, s’il refuse l’économie d’efforts qu’elles représentent, c’est que l’effort même, pour lui, g
28 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
42plus pressé, c’est-à-dire en organisant l’État, l’économie et les rapports sociaux selon les nécessités de l’heure, à leurs yeux
29 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Échos (janvier 1936)
43ar exemple, qui « parle de politique », et même d’économie, brouille absolument « le jeu ». M. Léon Pierre-Quint en prend volont
30 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du danger de confondre la bonne foi et le stalinisme (juillet 1936)
44e, et que « le machinisme permettant de faire une économie de force encore plus grande que les inventions de la pré-Renaissance,
31 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
45 même dû — devenir du premier coup totalitaire. L’économie et l’opinion totalement étatisées sont en effet les conditions qu’imp
46 leçon de la guerre : pour réussir à concentrer l’économie entre les mains de l’État, il faut l’appui d’une mystique qui paralys
47s. Le socialisme est une « nationalisation » de l’économie ; le nationalisme est une « socialisation » du sentiment patriotique.
32 1937, Esprit, articles (1932–1962). Défense de la culture (janvier 1937)
48rs on voit que les rapports de la politique, de l’économie de la nation et de la culture sont un peu moins simplets que ces part
33 1937, Esprit, articles (1932–1962). Brève introduction à quelques témoignages littéraires (septembre 1937)
49une orthodoxie de la personne, une société et une économie qui la soutiennent, et qu’elle maintienne. (La question se posera un
34 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
50ative de l’État et de la culture, voire même de l’économie. Cette convergence, cette rencontre idéale, me paraît être la grande
51s donnerait peut-être davantage qu’une garantie d’économie : une existence vraiment autonome. Le budget de la défense nationale
52afin d’être fort au-dehors. L’esprit bourgeois, l’économie capitaliste, une paresse spirituelle entretenue tyranniquement par no
53galités favorisées et protégées 82 .) Seule notre économie cherche à se mettre au pas des grandes économies européennes, mais de
54e économie cherche à se mettre au pas des grandes économies européennes, mais de la manière la [p. 35] plus fatale à ce fédéralis
35 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Gösta Berling, par Selma Lagerlöf (novembre 1937)
55es charrois de minerai, le trafic des chalands, l’économie agraire, tout cela ne joue pas un moindre rôle que la nature, les our
36 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
56s à créer par superpositions et infiltrations des économies centralisées. Du xivᵉ à la fin du xviᵉ siècle, on assiste donc au pas
57ᵉ siècle, on assiste donc au passage [p. 10] de l’économie urbaine multiple à une économie nationale, ou mieux étatisée. Cette é
58sage [p. 10] de l’économie urbaine multiple à une économie nationale, ou mieux étatisée. Cette économie n’est plus la chose des
59 une économie nationale, ou mieux étatisée. Cette économie n’est plus la chose des seuls capitalistes, mais aussi de l’État, qui
60mercantilisme, qui donne pour buts principaux à l’économie de faire vivre par le travail « le mulet populaire » (Richelieu), et
61le à base exclusive d’immoralité, le pillage de l’économie par les finances et l’État, le développement du protectionnisme et de
62idable concurrence extra-européenne, condamnant l’économie du continent à se replier sur une exploitation artificielle des march
632  ; nationalisme de propagande mais besoin d’une économie rationnelle mondiale) — ne peut être que le conflit armé, à une échel
37 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
64hambre. Nous suivions des cours de politique et d’économie. Nous chantions ensemble. On nous interrogeait. La plupart des soirée
65 et d’inventer lui-même ses fausses nouvelles.   Économie. — Mon incompétence en ce domaine n’ayant d’égale que celle de report
66ectives et religieuses, et l’on ne me parle que d’économie, de technique politique et de droit. Lorsque j’essaye d’évoquer ce di
38 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
67 leçon de la guerre ; pour réussir à concentrer l’économie, il faut l’appui d’une mystique, qui paralyse les éléments d’oppositi
68ui donnera. Ainsi le socialisme « nationalise » l’économie ; et le nationalisme « socialise » le sentiment patriotique. L’un n’e
69 (plus encore que le synonyme) de la nation, de l’économie, de la culture, de la race, et de la société. Formule d’oppression ma
39 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
70efaire des cadres à sa nation. Car sans cadres, l’économie périclitait, et la « défense nationale » ne pouvait pas s’organiser s
40 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
71il retrouve sa juste place, et vivifiante, dans l’économie provisoire de la Création, de l’humain. Le païen ne pouvait autrement
41 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
72efaire des cadres à sa nation. Car sans cadres, l’économie périclitait, et la « défense nationale » ne pouvait pas s’organiser s
73 dans sa vie et qu’il s’ouvre un nouvel avenir. L’économie de l’épargne, une fois de plus, s’oppose ici à celle du gaspillage, c
42 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
74démon 202 . Et il retrouve sa juste place dans l’économie provisoire de la Création, de l’humain. Le païen ne pouvait autrement
43 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
75e cesser d’acheter des livres : c’est la première économie que l’on fera. De même qu’en temps de restrictions alimentaires on tr
76: on ne peut plus rien faire, car l’histoire et l’économie sont régies par des lois inflexibles. Et surtout, au développement fo
77mes, croyance aux fatalités de l’Histoire et de l’Économie, manie des organisations trop vastes et uniformes, optimisme trop con
78e à dire aux économistes aussi. Car après tout, l’économie est une création des hommes, d’autres hommes peuvent [p. 96] la modif
44 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
79afin d’être fort au dehors. L’esprit bourgeois, l’économie capitaliste, une paresse spirituelle entretenue par nos écoles, la te
80galités favorisées et protégées) 30 . Seule notre économie cherche à se mettre au pas des grandes économies européennes, mais de
81e économie cherche à se mettre au pas des grandes économies européennes, mais de la manière la plus fatale à ce fédéralisme tant
45 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
82ves, sollicitent un progrès nouveau et décisif. L’économie vient remettre en question les succès obtenus dans d’autres plans. Or
83alifié et un manœuvre. La solution fédéraliste en économie est alors celle-ci : centraliser tout ce qui est de l’ordre du travai
46 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
84l s’agissait sans doute d’inciter le public à des économies de charbon. On nous recommandait la tiédeur… Mais voici nos voisins b
85sociales, nationales. Le commerce, l’industrie, l’économie en général, ont cessé d’imposer leurs « lois fatales ». Ce sont les C
86temps que la Suisse comprenne que le souci de son économie ne saurait plus servir d’excuse à l’absence de vues politiques. On de
47 1940, La Vie protestante, articles (1938–1961). Neutralité (3 mai 1940)
87l s’agissait sans doute d’inciter le public à des économies de charbon. On nous recommandait la tiédeur… Mais voici nos voisins b
48 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
88hé, mais pas le Diable. Ne peut-on pas en faire l’économie ? Si l’on dissipait le péché, l’on constaterait qu’il n’y a personne
49 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
89ensongères. La politique était devenue gâteuse, l’économie incontrôlable et délirante, la morale en pleine déroute, et le peuple
90était vermoulu [p. 72] dans notre monde, dans son économie ou dans sa morale, Hitler a poussé à fond, jusqu’à ce que tout s’écro
50 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
91 conséquences sur [p. 115] tous les plans, pour l’économie, la morale, le civisme et la religion. Le beau travail ! Le bel aveni
51 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
92es prétextes que nous offrent les historiens de l’économie matérialiste. Nous nous réfugions dans l’Ennui plutôt que d’accepter
52 1944, Les Personnes du drame. III. Sincérité et authenticité — 7. Vues sur Ramuz
93ment par un paraître ; en sorte qu’on pût faire l’économie des motivations complexes, contradictoires, inavouables, que détecten
94les dont un écrivain d’aujourd’hui puisse faire l’économie 77 . L’a-t-il menée à chef, on est frappé de voir que toute une idéol
95intermédiaires sont supprimés. Goethe cherche une économie des moyens, qui permette d’aller au-delà de ce que la civilisation lu
96. Si Ramuz n’aime pas les machines, s’il refuse l’économie d’efforts qu’elles représentent, c’est que l’effort même, pour lui, g
53 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
97s échanges internationaux, comme le bon sens et l’économie l’indiqueraient ? C’est parce que certains pays ont préféré payer le
98hors d’état de faire la guerre, en se liant à des économies voisines. Mais remarquez l’hypocrisie du terme « nationaliser ». On n
54 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
99mocraties, ce sera la mort d’une culture et d’une économie, sans doute, mais ce sera surtout la suppression de toute possibilité
55 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
100atières premières et d’une façon générale toute l’économie de guerre, laquelle représentait environ les 9/10 de la production. L
101que, dans tous les domaines de la vie ; car notre économie minutieuse des moyens, surestimée par l’École et l’État, et par toute
56 1947, Doctrine fabuleuse. 6. L’ombre perdue
102ci intervient l’évasion. Il achète — par esprit d’économie — une paire de bottes usagées. Mais voilà bien sa chance, ce sont des
57 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
103’un des grands syndicats, ou bien un professeur d’économie. On lui fera beaucoup de publicité. Les journaux donneront le chiffre
104 si l’on ne pourrait pas faire sans nul dommage l’économie de la machine entière ? La raison lui répondra oui. L’expérience lui
105cain va nous submerger et détruire nos coutumes d’économie paysanne ; on achètera nos âmes avec des frigidaires ; la sottise hum
58 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
106. 122] profondément dans la psychologie et dans l’économie américaine. On assure que les femmes possèdent plus des trois quarts
59 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
107 sociales, ni le montant de ses revenus ou de ses économies, ni ses histoires d’amour, ni ce qu’il pense de votre conduite et des
108tières premières, et d’une façon générale toute l’économie de guerre, laquelle représentait environ les 9/10 de la production. L
109que, dans tous les domaines de la vie ; car notre économie minutieuse des moyens, surestimée par l’École et l’État, et par toute
60 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. II
110Europe, mais par le pôle. La radio, l’aviation, l’économie, redistribuent nos voisinages en même temps qu’elles les rendent plus
111nes ; un régime qui traduise en politique, dans l’économie et les mœurs, l’idée de l’homme commune aux peuples de l’Europe : ni
61 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
112xprime le sens humain de la vie politique et de l’économie ; c’est elle qui vise à les influencer, et qui permet de les critique
113sociation des syndicats au développement de cette économie. ⁂ Le succès des fédéralistes, à La Haye, n’est pas celui d’un parti
62 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
114peut résoudre, seul, les problèmes que lui pose l’économie moderne. À défaut d’une union librement consentie, notre anarchie pré
63 1950, Lettres aux députés européens. Première lettre
115angulatoires, que ne l’étaient les nôtres. Et vos économies ne sont pas plus disparates que celles de Zurich, par exemple, et de
64 1950, Lettres aux députés européens. Quatrième lettre
116es souverainetés de nos États, quand l’armée et l’économie n’en dépendent plus que pour la forme et le détail ? Restent les tari
65 1951, Preuves, articles (1951–1968). Culture et famine (novembre 1951)
117onnes de blé aux Indiens. Cette parabole permet l’économie d’autant d’exemples de ce genre qu’il y eut de créations, dans les ar
66 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Contre la culture organisée (avril 1952)
118uement, à faire dépendre la vie de l’esprit d’une économie désorganisée et souvent absurde. Le principe du mal étant reconnu, le
67 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
119roblèmes harrassants de la lutte des partis, de l’économie, de la défense, et de la politique générale, — il est bien clair qu’o
68 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
120s face le Nord, le pays de Lucerne pratiquant une économie très semblable à la sienne. Vers le Sud, au contraire, vers la vallée
121ntraire, vers la vallée du Pô, se développait une économie très différente, et qui permettait des échanges fructueux. La route d
122nécessité d’étatiser et d’uniformiser davantage l’économie, l’administration, le droit civil et pénal. La période paisible et bo
123ompartimentée, peu productive, et qui appelle une économie coopérative. D’autre part, ces mêmes conditions topographiques jouent
124ses deux confessions, ses climats contrastés, ses économies juxtaposées, sa méfiance profonde pour les systèmes, les idéologies,
69 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
125ure, la race, la religion, les mœurs, le droit, l’économie, le parti politique au pouvoir. En Suisse au contraire, toutes les co
126 pas même la raison, d’ailleurs bien faible, de l’économie… Et Rossi concluait en montrant les progrès « mémorables » réalisés
127aissé des traces profondes dans la structure de l’économie suisse. Des plis ont été pris, des milliers d’emplois dans les bureau
128ec une calme compétence par des spécialistes de l’économie, des finances, ou de l’administration publique, ne sont pas de nature
129ex nihilo, sur table rase. Son tempérament et son économie l’inclinent à réformer ce qui existe, et « qui peut toujours servir »
70 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
130ns ce chapitre, de donner un tableau complet de l’économie suisse, ni d’analyser ses problèmes actuels : certaines modifications
131rialisation de la Suisse. Mais dans l’ensemble, l’économie du pays reste essentiellement agricole et artisanale. Les débuts du x
132eur intrinsèque : la soie, les métaux précieux. L’économie suisse se trouvait ainsi orientée, dès le départ, vers la spécialisat
133 de l’Europe — par les nécessités vitales de leur économie. Il n’y a guère que dans le domaine de l’agriculture que la Suisse ai
134’a pas cessé de diminuer, depuis cent ans, dans l’économie générale du pays. La population agricole s’est réduite en nombre abso
135les conditions de départ et les réalisations de l’économie helvétique, définissent dans leur ensemble ce que l’on pourrait appel
136eptions près, ce peuple se sent à l’aise dans son économie autant que dans son régime politique. L’un et l’autre ont été faits s
137icain du Nord : ses goûts correspondent au type d’économie qui se développe autour de lui, essentiellement industrielle. S’il es
138peuple suisse, dans son ensemble est adapté à son économie, celle-ci s’étant développée selon ses goûts et ses besoins, il doit
139t la nécessité d’une organisation croissante de l’économie. Depuis 1848, et plus encore depuis la révision constitutionnelle de
140r aux Suisses, est une nécessité profonde de leur économie, si dangereusement liée, nous l’avons dit, à la conjoncture mondiale.
71 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
141t pratiques de comptabilité, de correspondance, d’économie, de sciences appliquées ; et d’autre part, les écoles secondaires. Ce
72 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
142 toute autre au monde entier par la nature de son économie et la pluralité de ses cultures, mais sans cesse menacée d’asphyxie p
73 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
143problèmes harassants de la lutte des partis, de l’économie, de la défense, et de la politique générale, — il est bien clair qu’o
74 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
144grands empires modernes, soit des nécessités de l’économie présente, subsiste. La situation de l’Europe dans le monde qu’elle d
75 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
145raire que ces problèmes (l’armée, les colonies, l’économie) sont sans issue dans le cadre national et qu’il faut donc chercher l
76 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Perspectives du CEC (juillet octobre 1953)
146t les trois grands domaines de la politique, de l’économie et de la culture. Et c’était sa section culturelle qui avait été char
77 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
147ur l’ensemble du continent, les impératifs de son économie, et cette grande nostalgie de l’homme occidental, qui demande beaucou
78 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
148 base de ces jouets pour grandes personnes 34 , l’économie sérieuse et scientifique échafaude par la suite le système de ses « l
149 collectifs : le profit dépend toujours plus de l’économie nationale ; le confort, de la statistique (niveau de vie moyen d’une
79 1955, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Lever de rideau culturel ? (octobre 1955)
150 absolues, condamnées par les développements de l’économie et de la technique du xxe siècle. Ces impérieux motifs d’union ne dé
80 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). François Fontaine, La Nation frein (juin-juillet 1956)
151tières est au point. Derrière elle, les flots des économies confrontées ne s’entrechoqueront pas plus que la Méditerranée ne s’es
81 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
152s mesurables, comme ce serait le cas au plan de l’économie ou de l’état social par exemple ? Je cherchais à cerner les options p
82 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
153i du vendeur sont des maxima contradictoires de l’économie de tous les peuples : en fait, ils se concilient dans un prix. Mais a
154s se concilient dans un prix. Mais aujourd’hui, l’économie occidentale doit faire face à des conflits d’un autre ordre, celui de
83 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
155 base de ces jouets pour grandes personnes 73 , l’économie sérieuse et scientifique échafaude par la suite le système de ses « l
156 collectifs : le profit dépend toujours plus de l’économie nationale, le confort de la statistique (niveau de vie moyen d’une na
84 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
157 moment où les grands problèmes de l’État et de l’économie échappent précisément à la compréhension des masses électorales et de
85 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la pluralité des satellites (II) (décembre 1957)
158 élimine l’agent de sa Diplomatie et celui de son Économie, puis le héros numéro un de son Armée. À la faveur de ces spectaculai
86 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La Suisse et l’Europe après 1945 (avril 1957)
159ricains aident les pays de l’Ouest à relever leur économie, grâce à un système d’aide financière dit « Plan Marshall », qui abou
87 1957, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle des festivals dans la vie culturelle de l’Europe [Commentaires] (mai 1957)
160temps un facteur point du tout négligeable dans l’économie d’une nation. Alors qu’au xviiie siècle par exemple, elle ne pouvait
88 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
161auquel la géographie, la politique, l’histoire, l’économie confèrent une vocation européenne absolument incontestable. Comme ils
89 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
162en rester le Laboratoire, tant pour les sciences (économie incluse) que pour les idées politiques, sociales, morales et philosop
90 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
163elui de la Haute-Provence, mais dans une région d’économie mixte (rurale et industrielle) en plein essor, où les problèmes du Ma
164 Lajugie (de Bordeaux), directeur de l’Institut d’économie régionale du Sud-Ouest, et par ses étudiants. Deux journées d’étude o
165 dans un groupe de cinq communes assez pauvres, d’économie agricole et artisanale, appartenant à une région de l’Italie bénéfici
166n européenne dans une ville de 30 000 habitants d’économie mixte. [p. 14] Exécution. Confiée aux responsables locaux du mouveme
91 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
167ïncider en dépit de toute évidence la langue et l’économie, les « frontières naturelles » et la nature du sous-sol, la culture e
92 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
168e nous avons enregistré le moins de succès. Notre économie se renforce. Notre culture reprend conscience de ses pouvoirs et rayo
93 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
169s les droits en usage dans nos pays ou toutes nos économies : car ils ne deviendraient pas plus européens par cette simple additi
94 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
170ensable au succès matériel des plans actuels de l’économie russe, mais difficilement compatible avec les bases mêmes du marxisme
171 ces buts plus vite que les Américains, puisque l’économie soviétique, qui n’a que quarante-deux ans, est déjà capable de défier
172e quarante-deux ans, est déjà capable de défier l’économie capitaliste américaine, âgée selon lui de cent cinquante ans. « N’imp
95 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation et loisirs : les mass media (mai 1959)
173s affaires et forment une branche importante de l’économie de nos pays. La seconde conclusion, c’est que les fabricants et distr
96 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
174au de vie et leur statut social dépendent de leur économie ; celle-ci dépend de la technique et donc des sciences ; or les scien
175en rester le Laboratoire, tant pour les sciences (économie incluse) que pour les idées politiques, sociales, morales et philosop
176el bien avant d’être politiques. Et l’avenir de l’économie, désormais mondiale, que l’Europe seule peut à la fois équilibrer et
97 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — f. Soulèvement des puissances animiques
177nes de chromosomes, démentent les prévisions de l’économie et troublent nos systèmes de communications rationnelles et spirituel
98 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — g. Parenthèse sur le sens des mots
178 faits sexuels —, et leurs multiples liens avec l’économie, la société et la culture. En revanche, sans l’érotisme et les libert
99 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
179yaume de Dieu. » Charles Gide était économiste. L’économie s’occupe de nos richesses, production et répartition. Admettons que «
180i qui s’occupe d’érotisme et celui qui s’occupe d’économie seraient donc sur le même plan, s’agissant du salut ? Sophisme ! s’éc
100 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
181a mythologie grecque. L’Europe ferait partie de l’économie du salut, serait donc un concept acceptable aux yeux des Pères. Et le