1 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Henry de Montherlant, Les Bestiaires (septembre 1926)
1ction formelle. Pour quelques-uns de ces traits d’énergie ou de savante sensualité, pour ces insolences jolies et les subites v
2 1929, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Appendice. Utopie
2es exercices montrent que le candidat possède une énergie suffisante pour aller plus loin, — et en même temps constituent des s
3oin, — et en même temps constituent des sources d’énergie nouvelle. Le parallèle peut être poussé dans les détails. Il s’agit b
4ncentration intense dégage dans l’individu plus d’énergie que des heures d’exercices gémissants. De même, le bien supérieur de
3 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.3. Châteaux en Prusse
5nce forestier. Qui peut en calculer le bienfait d’énergie ? Les journées, même de vacances, baignent ici dans une atmosphère go
6Certains se sont faits communistes, par goût de l’énergie peut-être. J’ai vu des membres d’un parti national-marxiste dont le r
4 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le silence de Goethe (mars 1932)
7poursuit. Seulement l’effort d’équilibre crée des énergies nouvelles. Le silence mûrit à la faveur du secret, et dans la profond
5 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Positions d’attaque (décembre 1933)
8s dépendre tout l’ordre nouveau, cette « source d’énergie » permanente de la révolution, c’est la personne humaine telle que no
6 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 8. Humanisme et christianisme
9tant, sur cette terre, une scandaleuse économie d’énergie et de courage. Pour eux, le christianisme est contre l’homme. 2. À ce
7 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
10hrer, ce n’est point parce qu’on lui reproche son énergie ou ses talents, ses traits de caractère, son héroïsme durant la derni
8 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
11e sont battus, n’a plus la force d’utiliser leurs énergies, leurs vocations humaines. L’un d’eux est architecte, et il rêvait d’
9 1935, Esprit, articles (1932–1962). André Rouveyre, Singulier (janvier 1935)
12ujours tendue entre deux pôles de l’être, entre l’énergie exploratrice et le repliement amer. Enfin, un courage sérieux, nietzs
10 1935, Esprit, articles (1932–1962). Kasimir Edschmid, Destin allemand (mai 1935)
13t [p. 293] qui n’a plus la force d’utiliser leurs énergies, est incapable de les protéger à l’étranger, parce qu’elle a perdu so
11 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Quatre indications pour une culture personnaliste (février 1935)
14grandeur suscite et favorise la grandeur. Seule l’énergie éveille des énergies. Seul l’exercice d’une vocation unique tolère et
15favorise la grandeur. Seule l’énergie éveille des énergies. Seul l’exercice d’une vocation unique tolère et favorise l’exercice
12 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
16uel est réglé. Mais qu’allons-nous faire de notre énergie physique ? Et c’est plus grave encore. Voyez-vous, nous ne pouvons pa
13 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
17service duquel s’harmonisent et se confondent les énergies tant spirituelles que matérielles. Bien ou mal, ces deux hommes ont r
14 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
18l est vrai que le monde bourgeois n’a même plus l’énergie de concevoir une illusion, une démesure ou une mesure qui fasse battr
15 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
19 communion avec ces masses, les chefs puisent une énergie occulte, une efficacité d’action et d’agression qui désarme instantan
16 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
20l est vrai que le monde bourgeois n’a même plus l’énergie de concevoir une illusion, une démesure ou une mesure qui fasse battr
21 communion avec ces masses, les chefs puisent une énergie occulte, une efficacité d’action et d’agression qui désarme instantan
17 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Kierkegaard en France (juin 1936)
22une étude de Benjamin Fondane qui s’en prend avec énergie aux interprétations de Kierkegaard proposées en France par Jean Wahl,
18 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Précisions utiles sur l’industrie des navets (mars 1936)
23issent dans cette lutte ; beaucoup en tirent de l’énergie ; tous savent et sentent qu’elle est essentiellement humaine, c’est-à
19 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
24tes et importantes. On se sent réfléchir avec une énergie particulière en pédalant contre le vent dans l’obscurité. Mais le len
25otone par exemple, ou qu’elle supposerait moins d’énergie créatrice… Et pour ma part — s’il faut un exemple précis, c’est le se
26e ne sais quelle supériorité humaine, quel luxe d’énergie ou d’invention qui, s’ils les possédaient vraiment, feraient de leurs
20 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
27aises : leur politesse mesurée, leur raison, leur énergie sérieuse, cette façon de ne pas se plaindre de son sort… Pourtant, il
21 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
28ment du moins. Mais qu’allons-nous faire de notre énergie physique ? Et c’est plus grave encore. Voyez-vous, nous ne pouvons pa
29je le regarde en psychologue, c’est la surhumaine énergie qu’il développe pendant un discours. Une énergie de cette nature, on
30 énergie qu’il développe pendant un discours. Une énergie de cette nature, on sent très bien qu’elle n’est pas de l’individu, e
31 peu partout des gens qui déploient une si grande énergie pour éviter le reproche de naïveté dans le monde ou dans les affaires
32! ce n’est pas un choix de l’homme ou une école d’énergie, ni rien qui flatte le romantisme du martyre, ni rien de beau ou d’hé
22 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
33si le régime adverse à une autodestruction de ses énergies belliqueuses. Or, se montrer fort, ce n’est pas s’armer jusqu’aux de
23 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
34e désastre des mœurs, et il proteste avec toute l’énergie d’un « révolutionnaire professionnel » — donc puritain — contre cette
24 1938, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Le Poète et le Vilain (novembre 1938)
35aines, si nous savons peser d’invisibles rayons d’énergie. Nos codes ne prévoient pas que l’assassin d’un noble sera puni plus
25 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
36ga hindou, technique du contrôle du corps et de l’énergie vitale. C’est ainsi que certaines postures (mûdras) décrites par le H
26 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
37France de la Révolution et de l’Empire n’a plus d’énergie disponible pour la spéculation spirituelle : elle n’a point de « reli
27 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
38e désastre des mœurs, et il proteste avec toute l’énergie d’un « révolutionnaire professionnel » — donc puritain — contre cette
28 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
39hrer, ce n’est point parce qu’on lui reproche son énergie ou ses talents, ses traits de caractère, son héroïsme durant la derni
29 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
40plifications violentes qui jouent la comédie de l’énergie, c’est de développer soi-même une énergie normale et souple. Or nous
41ie de l’énergie, c’est de développer soi-même une énergie normale et souple. Or nous savons maintenant que c’est possible, que
30 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
42vraie direction de la menace, et où l’on tend ses énergies dans une défense orientée vers le vide, cependant que l’Ennemi s’appr
31 1942, La Part du Diable (1982). II. Hitler ou l’alibi
43rhumain qu’il développe pendant un discours ? Une énergie de cette nature, on sent très bien qu’elle ne saurait se manifester q
44eux sera capable d’exécuter des actes étonnants d’énergie et de discipline mécanique, jusqu’à la mort, terme idéal de toute pas
32 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
45er peut nous faire mesurer toute la déperdition d’énergie proprement spirituelle que représente notre « progrès moral ». Allez
33 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
46s de vie haute, de vrais idéaux qui propagent une énergie, une force d’âme contagieuse. Presque toute la littérature immoralist
34 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
47 depuis quelque temps me fascine — « une certaine énergie calme, brillante et indomptable, telle que nous pouvons l’imaginer d’
35 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 1. Le silence de Goethe
48ent, l’effort pour créer l’équilibre a dégagé des énergies nouvelles. Le silence mûrit à la faveur du secret, et dans la profond
36 1946, Journal des deux Mondes. 2. Journal d’attente
49 le drame et le bouleversement des habitudes où l’énergie s’enlise. Ce besoin d’être provoqué pour montrer de quoi l’on est cap
37 1946, Journal des deux Mondes. 4. Puisque je suis un militaire…
50ance dans le style énergique, ou au contraire à l’énergie dans la libre invention lyrique, ce sont là des secrets spirituels do
38 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
51’idiotie de vos enfants, et la déperdition de vos énergies sans direction, et le dégonflement de vos crédits, et la stupidité de
52l y a cependant une différence de quantité dans l’énergie qu’il s’agit de mettre en jeu. Mais comme on les sent bien, en pareil
39 1946, Journal des deux Mondes. 10. Solitudes et amitiés
53attan est sublime. Il n’y a qu’à s’oublier dans l’énergie fusante de cette capitale du matin. 28 novembre 1941 Rêve de la li
54de réaction ou de réfrigération, qui laisse peu d’énergie de surcroît. Où trouver un pays qui ne harcèle pas l’homme, et qui lu
55e l’homme, le luxe même. La France, disposant des énergies que libère une nature amie de l’homme, se trouve placée par cette nat
40 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
56e pas que nos constructeurs d’avions, utilisant l’énergie atomique, n’arrivent à transporter des maisons tout entières, vertica
41 1946, Lettres sur la bombe atomique. 6. Le savant et le général
57la répète chaque fois que je le vois : E = mc2. L’énergie est égale au produit de la masse par le carré de la vitesse lumineuse
42 1946, Lettres sur la bombe atomique. 14. Problème curieux que pose le gouvernement mondial
58 qui « cimente leur unité », qui « galvanise leur énergie », et qui provoque ces magnifiques mouvements « d’union sacrée » où c
43 1946, Lettres sur la bombe atomique. 15. L’État-nation
59é d’une nation, lorsqu’il prétend réglementer ses énergies d’après un modèle uniforme, qu’elles soient latines ou anglo-saxonnes
44 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
60orisante »… Ils sont modernes. Car avec une belle énergie et beaucoup moins de naïveté que nous ne le pensons, ils embrassent m
45 1947, Doctrine fabuleuse. Orientation
61ons de la physique traduisent les structures de l’énergie considérée comme objective. Ces deux approches du réel, l’une dramati
46 1947, Doctrine fabuleuse. 3. Troisième dialogue sur la carte postale. L’homme sans ressemblance
62 rien en parût au dehors, avec l’aide de la seule énergie qu’il aurait lui-même produite. S’il existe, il est l’homme qui ne re
47 1947, Vivre en Amérique. 1. Vie politique
63it une limite atteinte. Qu’allaient-ils faire des énergies mises en œuvre pour la conquête ? Ils se tournèrent vers l’industrie.
64ique et de l’Atlantique, mais encore débordants d’énergies qui soudain ne trouvent plus d’issues prochaines, hésitent… Pourtant
65die, et qu’ils puisent dans leur fièvre seule une énergie surexcitée. [p. 29] Santé de la démocratie américaine (Écrit en no
48 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
66orisante »… Ils sont modernes. Car avec une belle énergie et beaucoup moins de naïveté que nous ne le pensons, ils embrassent m
49 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
67agonie, littéralement : cette lutte, consomme des énergies immenses. Et c’est pour cette raison qu’elle prévient parmi nous les
50 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
68t plus de deux mille ans, la plus grande source d’énergie, et d’invention, et de puissance réelle de la planète, c’est parce qu
51 1952, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). À propos de la crise de l’Unesco (décembre-janvier 1953)
69les aider. La machine n’absorbe-t-elle pas plus d’énergie qu’elle n’en transmet ? Cela devrait se calculer, semble-t-il. Mais l
52 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
70ongés payés, le repos du dimanche, le régime de l’énergie hydraulique, etc. Le Landamann 12 , du haut de la tribune, résume cha
71e ait acquis plus de netteté, ce sentiment plus d’énergie. Ce mémorable progrès, tout nous le révèle. Les paroles, les écrits,
53 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
72s Alpes centrales devint une source inépuisable d’énergie. Il serait curieux de décrire en détail le contraste entre les pays d
73 pays de houille blanche, entre ceux qui tirent l’énergie d’en bas, du sous-sol, et ceux qui la reçoivent d’en haut, des sommet
74les, tandis que la transformation d’un glacier en énergie électrique ne demande que de la main-d’œuvre qualifiée, crée des lacs
54 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
75 développement d’un organisme vivant qui, par son énergie et sa diversité, faisait oublier la petitesse du pays… Je confiai mes
55 1953, Preuves, articles (1951–1968). À propos de la crise de l’Unesco (mars 1953)
76les aider. La machine n’absorbe-t-elle pas plus d’énergie qu’elle n’en transmet ? Cela devrait se calculer, semble-t-il. Mais l
56 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en avril 1953 (avril 1953)
77orps, presque immobiles, rassemblent toutes leurs énergies… Mais laissons ces images et voyons le concret de notre situation.
57 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales : trois questions, trois réponses (mai-juillet 1954)
78s possibilités, crée une certaine concentration d’énergies, offre un point de repère aux esprits qui méditent [p. 4] sur l’Europ
58 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le rôle de la recherche en Europe (décembre 1954-janvier 1955)
79’on nous fait entrevoir que les applications de l’énergie nucléaire et solaire permettront, vers la fin de ce siècle, de réduir
59 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
80t entre la matière et « autre chose », ou entre l’énergie et quelque « ondulation » d’on ne sait quoi, que la frontière intelli
81? Que la frontière s’efface entre la matière et l’énergie, puis entre l’énergie et quelque chose qui n’est plus exprimable qu’e
82fface entre la matière et l’énergie, puis entre l’énergie et quelque chose qui n’est plus exprimable qu’en formules mathématiqu
83océan sans rivages et sans fond de l’immatérielle Énergie. Voici donc retrouvée la Maya des hindous, au terme d’un voyage dont
84p. 12] convertit sans cesse en matière composée d’énergie qui retourne sans cesse au non-manifesté 31 . À ce cycle infini, l’ho
60 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
85ur s’épanouir au siècle de l’électronique et de l’énergie nucléaire et solaire. Jusqu’alors et à cet égard, c’est à peine si l’
86 moyens à trouver, nous en tenons les principes : énergie nucléaire, chlorella, photosynthèse, plans à l’échelle mondiale. D’ic
61 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
87ous sa dépendance l’une des sources principales d’énergie de l’Occident. Si le verrou islamique se referme, l’Occident pourra-t
88érique » sera cette fois-ci le Nouveau Monde de l’énergie nucléaire et solaire. La vraie question que pose le geste de Nasser n
89u canal, mais de susciter en Europe des sources d’énergie nouvelles. Si le Parlement français le comprenait enfin, il voterait
62 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
90aboratoires où s’inventent de nouvelles sources d’énergie. Le vrai problème nouveau sera de répondre au défi de nos grands rêv
63 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Relance européenne ? (février 1956)
91ssine) ou à permettre une production commune de l’énergie (Euratom). En somme, ce qu’on « relance », c’est la méthode qui a réu
64 1956, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Former des Européens (avril-mai 1956)
92roblème colonial, l’automation, l’électronique, l’énergie nucléaire et solaire, les « intrigues des trusts », les « menées sout
65 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 2. Où le drame se noue
93 un commencement soudain, une grande libération d’énergie spirituelle et morale, provoquée par l’intégration instantanée de deu
66 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
94oyances ou passions, c’est donner libre cours à l’énergie virtuelle que l’on appelle ainsi, au double sens du mot. C’est pourqu
95x pour tous. Mais quand l’innombrable poussée des énergies ainsi déliées devient conquête, quand les cités lointaines succombent
67 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
96bli par l’Islam entre l’Asie et nous, forçant nos énergies à se tourner ailleurs, vers le sud africain d’abord, puis soudain ver
97rolonger cet élan victorieux : mais sans Colon, l’énergie castillane se portait normalement vers l’Afrique. C’est l’élan de la
68 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 7. L’exploration de la matière
98t entre la matière et « autre chose », ou entre l’énergie et quelque « ondulation » d’on ne sait quoi, que la frontière intelli
99? Que la frontière s’efface entre la matière et l’énergie, puis entre l’énergie et quelque chose qui n’est plus exprimable qu’e
100fface entre la matière et l’énergie, puis entre l’énergie et quelque chose qui n’est plus exprimable qu’en formules mathématiqu
101me substrat de l’Univers physique est un « nœud d’énergie » qui se produit dans un « champ » au sein duquel agissent on ne sait
102océan sans rivages et sans fond de l’immatérielle Énergie. Voici donc retrouvée la Maya des Hindous, au terme d’un voyage dont
103me s’y convertit sans cesse en matière composée d’énergie qui retourne sans cesse au non-manifesté 67 . À ce cycle infini, l’ho
69 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
104ur s’épanouir au siècle de l’électronique et de l’énergie nucléaire et solaire. Jusqu’alors et à cet égard, c’est à peine si l’
105e maladies (antibiotiques, vaccinations, asepsie, énergie nucléaire, hygiène préventive, psychothérapie) ; la distance et les d
106 moyens à trouver, nous en tenons les principes : énergie nucléaire, photosynthèse, automation, plans à l’échelle mondiale. D’i
70 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 9. Les ambivalences du progrès
107l est vrai), les moyens de subvenir aux besoins d’énergie d’une humanité qui menace de doubler quantitativement dans un délai d
71 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
108étuer au delà du siècle de l’électronique et de l’énergie nucléaire, si l’on ose affronter les risques du loisir, le défi de l’
72 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
109uvernants calculent et perdent à tout coup. Que l’énergie magyare passe dans notre sang ! J’ai vu se lever, depuis quelques sem
73 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
110de la chance en destinée, un éclair de chaleur en énergie. C’est lutter contre l’entropie : rôle européen de la France, rôle mo
74 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
111oeng, par son déficit en matières premières et en énergie, et par ses propres armes en général, idéologiques et techniques, ret
112 et l’acier étant mis en commun, sans parler de l’énergie atomique, si les Français et les Allemands décidaient de se battre de
75 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur le régime fédéraliste (II) (septembre 1958)
113ée, en vertu d’une des lois les plus simples de l’énergie psychologique : la volonté pratique de ne pas faire quelque chose équ
76 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
114imposer à ses données physiques pour en tirer une énergie insoupçonnée. L’Europe est donc une énergie, que nous désignerons par
115r une énergie insoupçonnée. L’Europe est donc une énergie, que nous désignerons par E, et qui est égale au produit de sa masse
116ine, c’est Léonard Euler ; ou l’exploitation de l’énergie atomique, c’est Niels Bohr, c’est Einstein, c’est l’esprit des Europé
77 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
117: devine, ou je te dévore ! Une constante [p. 64] énergie de l’énoncé. Et une grande force d’exclusion. Seuls les mondains, pen
78 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
118e société orientée vers un but et dans laquelle l’énergie des citoyens est dirigée vers la réalisation de ce but. La seule faço
119que vous proposera M. Lippmann pour réveiller vos énergies sera-t-elle de « faire mieux que la Russie » ? Imitez-vous les uns le
79 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Editeuropa (septembre 1959)
120ou que redécouvrir les mêmes idées : gaspillage d’énergie et perte d’efficacité. De plus, tout ouvrage sur l’Europe veut et doi
80 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — d. Problèmes de la personne aux prises avec les mythes
121nter d’entraîner dans son jeu propre les formes d’énergie dont ils sont conducteurs. Cette conversion de l’énergie d’Éros se ré
122 dont ils sont conducteurs. Cette conversion de l’énergie d’Éros se révélera peut-être un jour plus importante, pour l’avenir d
123 de l’humanité, que l’actuelle domestication de l’énergie nucléaire et solaire. Car si l’une doit permettre [p. 30] d’explorer
81 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
124 l’absolu nihilisme moral. Il séduit par la seule énergie du désir. « Je ne l’imagine pas du tout comme quelqu’un qui forme ses
125 plan, d’aucun temps, car il est toujours prêt, l’énergie est constamment présente en lui et le désir aussi. » Il n’étourdit pa
126 constamment homologues, tous les deux irrigués d’énergie passionnelle, tandis que « l’éthique », le stade intermédiaire, paraî
127ntôt aimanté par le sexe, il y prend une nouvelle énergie, ou des raisons nouvelles de se renier. C’est alors que les mythes s’
82 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
128 s’y prêter force en secret, ils exténuaient leur énergie dans la pureté d’un jeu bien alterné. Demeurait la perplexité, serein
83 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
129 Sphinx : devine, ou je te dévore ! Une constante énergie de l’énoncé. Et une grande force d’exclusion. Seuls les mondains, pen
84 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
130ture de l’atome traduit certaines propriétés de l’énergie. « C’est l’amour dominant qui fait l’homme… [p. 223] L’homme est abso
131dans le [p. 245] singulier et les structures de l’énergie universelle. Car c’est au secret des personnes que nous tentons d’éco
85 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
132ique. (La main saisie, l’éclair, la trappe.) 4. L’énergie cosmique. — La dernière forme de l’amour n’est atteinte que par la pe
133e tangible et sensible, elle découvre et mesure l’énergie et le mystère de l’attraction universelle. Et il est beau que l’avent
134s, que la [p. 259] lumière soit devenue vision, l’énergie sentiment, la structure mythe, et la gravitation désir. Ce qui troubl
135éé le vide en déployant l’attrait, que l’on nomme énergie ou désir, selon l’ordre physique ou animique. Et cela seul donne un s
86 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.2. Le mythe de l’enlèvement d’Europe
136a longue et obscure évolution durant laquelle les énergies élémentaires, d’hypostase en hypostase, sont arrivées à se concrétise
87 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
137de Tartarie étend son autorité sur un peuple sans énergie comme le furent les anciens Sères qui formaient la majeure partie de
88 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
138élever quelque nouveau Gustave Adolphe, qui par l’énergie de son héroïsme, sût placer un petit peuple à la tête des Potentats.
139Européens, dans celle des Orientaux plus de cette énergie momentanée. Nous sommes au milieu du Drame qu’ont ouvert les Géans du
89 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
140 sein d’une admirable harmonie des esprits et des énergies créatrices. En changeant France en Prusse, nous avons du Hegel. [p. 
141 bien être surmontées grâce à une prévoyance, une énergie et une endurance appropriées. La difficulté principale réside davanta
142ts et de leurs cris joyeux ; un immense surplus d’énergies vierges se répandait en amour et en joies naïves. Le soleil les inond
143s faits et dotant l’évolution d’on ne sait quelle énergie intrinsèque : « Chaque génération est immédiate à Dieu », écrit-il en
144ue réellement il ne dépend parfois que du degré d’énergie d’un seul homme à un certain moment pour que des peuples ou des civil
90 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
145s loin : Les Romains ont, les premiers, par leur énergie pratique, donné à l’esclavage ce style gigantesque qui, pour beaucoup
91 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
146agonie, littéralement : cette lutte, consomme des énergies immenses. Et c’est pour cette raison qu’elle prévient parmi nous les
92 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
147ce et, en outre, se retourne contre elle avec une énergie et des forces issues du patrimoine paternel, de l’usage duquel le « p
93 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
148ectrotechnique, le moteur, l’avion, la radio et l’énergie jaillissant de l’atome le signifient aujourd’hui sur d’autres plans e
94 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
149 l’absolu nihilisme moral. Il séduit par la seule énergie du désir. Je ne l’imagine pas du tout comme quelqu’un qui forme ses
150 plan, d’aucun temps, car il est toujours prêt, l’énergie est constamment présente en lui et le désir aussi. Il n’étourdit pas
151 constamment homologues, tous les deux irrigués d’énergie passionnelle, tandis que « l’éthique », le stade intermédiaire, paraî
95 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
152ntôt aimanté par le sexe, il y prend une nouvelle énergie, ou des raisons nouvelles de se renier. C’est alors que les mythes s’
96 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
153ture de l’atome traduit certaines propriétés de l’énergie. « C’est l’amour dominant qui fait l’homme… L’homme est absolument te
154r l’Être dans le singulier et les structures de l’énergie universelle. Car c’est au secret des personnes que nous tentons d’éco
97 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La règle d’or, ou principe de l’éducation européenne (1960-1961)
155e l’attraction et la répulsion à l’animation de l’énergie nucléaire, des courants électriques, de la vie amoureuse. Cependant l
98 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
156ans le centre du moins, permettant une économie d’énergies fondamentales, ce sont là des atouts, mais qui sont loin d’inscrire d
99 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
157[p. 34] comme visible la pulsation originelle des énergies formatrices de l’Europe. Nous avons retrouvé à l’intérieur de chacun
158lle d’Einstein : E = mc2 où E [p. 39] signifie l’énergie, m la masse, c la vitesse de la lumière. Je la transpose terme à term
159ère révolution industrielle, celle qui tirait son énergie du charbon, n’a pas seulement créé le décor sale et sans âme des faub
100 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
160is que les foyers d’émission ou de condensation d’énergies de toute nature composeront les cartes nouvelles, selon la formule mé