1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Breton, Manifeste du surréalisme (juin 1925)
1 qui, avoue Rimbaud, entre encore pour une grande part dans l’« alchimie du verbe » ; et je ne puis m’empêcher d’accuser Bre
2 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
2ès, mais qui expliquent, me semble-t-il, pour une part, la dispersion des efforts artistiques. Tout ce monde d’amateurs de d
3 1927, Articles divers (1924–1930). Dés ou la clef des champs (1927)
3 joie, mon cheval fou, mon beau Désir s’ébroue et part sitôt que je vais m’endormir, ah ! galope, caracole, éclabousse, ils
4 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Orphée sans charme (février 1927)
4n à Orphée, sinon peut-être cette indispensable « part de Dieu » — comme dit Gide — qui serait aussi la part de l’humain, l’
5 de Dieu » — comme dit Gide — qui serait aussi la part de l’humain, l’imperfection secrète qui fait naître l’amour. Parce qu
5 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Louis Aragon, le beau prétexte (avril 1927)
6s contagieuses. Comment, en effet, ne pas voir la part de littérature que renferme cette œuvre, et qui fait, en dépit des pr
7oi. — Que voilà un singulier impertinent de votre part. (Le reconduisant :) Croyez, Monsieur, à mon estime la plus vive. Mai
6 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927)
8 [p. 231] La part du feu. Lettres sur le mépris de la littérature (juillet 1927) o I
9 toits. Ainsi, parler littérature, c’est faire la part du feu. Je dis ces noms, ces opinions, ces titres de livres : tout ce
7 1928, Foi et Vie, articles (1928–1977). Le péril Ford (février 1928)
10ples. Ainsi, détournant de l’essentiel une grande part des forces humaines, il travaille contre l’Esprit. Rien n’est gratuit
8 1928, Articles divers (1924–1930). Miroirs, ou Comment on perd Eurydice et soi-même » (décembre 1928
11e que le monde lui donne, en son temps, sa petite part. On lui a expliqué qu’il fallait la mériter et tâcher de devenir quel
9 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
12n tirer. Sinon… je t’envierais presque. Celui qui part pour la Hongrie sans talisman, s’il a du cœur, n’en revient plus. 1
10 1930, Articles divers (1924–1930). « Vos fantômes ne sont pas les miens… » [Réponse à l’enquête « Les vrais fantômes »] (juillet 1930)
13ndra par sa puissance d’adoration, à se créer une part angélique.      III L’amour, loin de causer une « désorganisation du
11 1930, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Les soirées du Brambilla-club (mai 1930)
14acultés les plus vulgaires, libérant par là cette part gratuite de nous-mêmes qui se plaît à disserter de poésie pure. Edmon
12 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
15t ainsi esquissé ses positions éthiques, l’auteur part pour Aden. Quel n’est pas son étonnement de découvrir que ce lieu n’e
13 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Une exposition d’artistes protestants modernes (avril 1931)
16and jour de l’Histoire. On a beaucoup remarqué la part importante ménagée aux œuvres de décorateurs : paravents, vitrines, c
14 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kierkegaard (mai 1931)
17ds détenteurs de la vérité, dont la longue chaîne part des apôtres ». Mais Kierkegaard reste soucieux : Mynster est-il vraim
15 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Avant l’Aube, par Kagawa (septembre 1931)
18est toujours l’absence absolue d’hypocrisie de sa part qui donne aux choses les plus banales une nouveauté frappante. Cela é
16 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
19n tirer. Sinon… je t’envierais presque. Celui qui part pour la Hongrie sans talisman, s’il a du cœur, n’en revient plus.
17 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.2. Petit journal de Souabe
20 haut parage spirituel. Le corps même y trouve sa part, car l’invention favorise la circulation du sang, amplifie le rythme
18 1932, Le Paysan du Danube. II. La lenteur des choses — II.5. Appendice. Les Soirées du Brambilla-Club, (1930)
21acultés les plus vulgaires, libérant par là cette part gratuite de nous-mêmes qui se plaît à disserter de poésie pure. Edmon
19 1932, Foi et Vie, articles (1928–1977). Goethe, chrétien, païen (avril 1932)
22it 37 les débuts piétistes du jeune Goethe et la part active qu’il prit aux réunions de « belles âmes » suscitées par l’apo
20 1932, Esprit, articles (1932–1962). On oubliera les juges (novembre 1932)
23latente et souvent manifeste ? Ce serait faire la part trop belle au monde, que nous refusons. Mais il peut être utile d’en
21 1932, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). À prendre ou à tuer (décembre 1932)
24 niée en sous-main par leur doctrine, est de leur part une duperie manifeste. Je les entends menacer le bourgeois : mais je
22 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Pétrarque, par Charles-Albert Cingria (avril 1933)
25livres sur Pétrarque voudraient pouvoir faire une part au moyen âge (qui les excite) et admirer en même temps le restaurateu
23 1933, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Deuxième Jour de la Création, par Ilya Ehrenbourg (décembre 1933)
26opre. Le jeune Kolka, prolétaire de bonne souche, part pour la Construction où il ne tarde pas à se distinguer par diverses
24 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Spirituel d’abord (juillet 1933)
27’on édifie un système et un ordre : A) si l’on ne part pas de l’acte, on ne part pas du tout ; B) si l’on ne part pas tout d
28n ordre : A) si l’on ne part pas de l’acte, on ne part pas du tout ; B) si l’on ne part pas tout de suite de l’acte, on ne p
29de l’acte, on ne part pas du tout ; B) si l’on ne part pas tout de suite de l’acte, on ne partira jamais. Tel est le ressort
25 1934, Politique de la Personne (1946). I. Primauté du spirituel ? — 3. Précédence ou primauté de l’économique dans le marxisme ? (Introduction à un débat dans un cercle privé)
30ale de leur inconscient, il décrit sans pudeur la part honteuse de leur nature réelle. Prenons donc d’abord la thèse matéria
26 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 9. Antimarxiste parce que chrétien
31itiques et sociales. Je puis leur reconnaître une part importante de vérité, surtout dans leur aspect critique, qui me paraî
27 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
32se veut plus grand que le tout, et qui réclame sa part d’honneurs divins. Pour le personnalisme, tel que j’ai essayé de le [
28 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 11. D’un Cahier de revendications
33 niée en sous-main par leur doctrine, est de leur part une duperie manifeste. Je les entends menacer le bourgeois : mais je
29 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
34 de son hypocrisie bourgeoise. Une révolution qui part à l’aventure aboutit toujours au fascisme. Prenez garde aux littérate
35s l’État totalitaire. Pessimisme actif Quand on part pour une promenade de deux heures, on est fatigué au bout de la premi
36st fatigué au bout de la première heure. Quand on part pour une marche de dix-huit heures, [p. 181] on n’est fatigué que ver
30 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 14. Tactique personnaliste
37ciens Combattants) et des gardiens de l’ordre. De part et d’autre, une conception très vague de l’ordre ; de part et d’autre
38’autre, une conception très vague de l’ordre ; de part et d’autre, aucun pouvoir réel, aucune doctrine cohérente et lucide.
31 1934, Politique de la Personne (1946). V. À la fois libre et engagé — Le protestantisme créateur de personnes
39drais d’insister sur cet exemple qui me ferait la part trop belle. Contentons-nous de le poser comme un repère. Ce que je vo
32 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — iv. Qu’est-ce que la politique ?
40 de donner du politique. Elle consiste à faire la part, dans l’activité des personnes aussi bien que dans celle des peuples,
33 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Kasimir Edschmid, Destin allemand (octobre 1934)
41t engagé. À vrai dire, il est malaisé de faire la part, dans ce drame, de ce qui est national et de ce qui est plus générale
34 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Une histoire de la Réforme en France (15 décembre 1934)
42rdures dans un coin. C’est bien d’ailleurs. Notre part est en Dieu. Nous sommes citoyens des cieux. Louange à Dieu aux siècl
35 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
43thentique, et il en a saboté le rythme. Dès qu’il part dans l’idéologie, la critique d’art ou l’érotisme (effréné comme du m
36 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
44s littéralement biblique, comportera toujours une part de « littérature », une tentative de représenter aux yeux des fidèles
37 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
45rthiens se consultaient du regard. Était-ce de ma part une palinodie ? [p. 169] J’étais bien loin de considérer la chose ai
38 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Recherches philosophiques (septembre 1935)
46amais mieux mérité son titre. Je veux dire que la part de la dialectique professionnelle, professorale, [p. 461] la tractati
39 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La situation politique en France (octobre 1935)
47n de la peur d’un adversaire dont on surestime de part et d’autre les forces. Mais nous sommes payés pour savoir que la conf
40 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
48’était pas interdit, je dirais que c’est de votre part une déclaration « pacifiste » ! Mais pourquoi faut-il que votre paix
41 1935, Le Semeur, articles (1933–1949). La cité (avril-mai 1935)
49 en bloc le socialisme, nous condamnons aussi une part de vérité d’origine proprement chrétienne. Le socialisme s’est identi
42 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.1. Le problème de la culture
50ellectuels » m’apparaissent responsables pour une part qui n’est pas la moindre : j’essaierai de la mesurer. La faute que je
43 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.2. D’une culture qui parle dans le vide
51re n’est qu’une prophétie qui se retourne. De Man part donc du conflit qui oppose au xxe siècle une culture bourgeoise dé
44 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.8. Décadence des lieux communs
52olu de la culture, si la culture est justement la part active que prend l’homme à tout ce qui est création dans la nature, d
45 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.9. Tentatives de restauration d’une commune mesure
53 et qui fascine les élites et les flatte dans une part d’elles-mêmes qu’elles avaient trop longtemps cru devoir ignorer ou m
46 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.10. La mesure soviétique
54op court, et sous-estimer l’ennemi : j’entends la part de l’homme qui résiste, en créant, à toute espèce de dictature. De ce
47 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.13 Commune mesure et acte de foi
55résent. Ensuite parce que tout idéal comporte une part d’indétermination, d’incertitude, qui le rend impropre à unifier vrai
48 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.1. La pensée prolétarisée
56ne faudrait-il pas essayer de limiter d’avance la part du feu à l’aide d’un critère spirituel ? Sinon l’on risque bien de vo
49 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
57on le reconnaît. Le péché abstracteur corrompt de part et d’autre les éléments qu’il désunit, mots et idée, pensée et acte,
58r à cet aspect de leur production — n’est de leur part qu’une habileté souvent consciente. Entre deux mots qui s’offrent cho
59a personne, acte concret par excellence, acte qui part de limitations humaines, individuelles, mais pour les transcender, ac
50 1936, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le Problème du bien (12 septembre 1936)
60 c’est Dieu qui met l’homme en question. M. Monod part au contraire d’une mise en question de « Dieu » par la conscience mor
51 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
61rop court, et sous-estimer l’ennemi, j’entends la part de l’homme qui résiste, en créant, à toute espèce de dictature. De ce
52 1936, Esprit, articles (1932–1962). Henri Petit, Un homme veut rester vivant (novembre 1936)
62’un esprit et d’une âme — le corps, ici, a peu de part, nous sommes en France — au fait social de notre époque, affronté dan
53 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). L’Art poétique ou Qu’il faut penser avec les mains (décembre 1936)
63erche partout sa fin, complément ou efférence, sa part dans la composition de l’image, le mot qui profère son sens. » C’est
54 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Qu’est-ce que la politique ? (juin 1936)
64 de donner du politique. Elle consiste à faire la part, dans l’activité des personnes aussi bien que dans celle des peuples,
55 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
65on des actes de terreur est à peu près la même de part et d’autre. C’est le bras vengeur du justicier, du pur des purs, qui
56 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
66s sont sur la place principale. C’est de là qu’on part au milieu d’une grande affluence de badauds, c’est là qu’on arrive à
67e. Vous pouviez parcourir vingt fois la France de part en part sans remarquer que les gens qui l’habitent ne sont pas tous d
68pouviez parcourir vingt fois la France de part en part sans remarquer que les gens qui l’habitent ne sont pas tous de la mêm
69 Vous avez le temps de réfléchir et de nous faire part de vos lumières, et sans vous, où irions-nous donc, nous qui ne croyo
70nchie de la servitude de la corruption pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Or nous savons que jus
57 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
71fants dans ces foyers que tout menace. Faisons la part des « accidents », des « imprudences ». Il reste encore une marge ass
72Turc de « koulaks » et tout sera dit. Le marxisme part de statistiques et de relations numériques (salaires, plus-value, pro
73e, profits). Il s’estime donc scientifique. Il ne part pas de ce que les hommes veulent être, ni de la conscience globale qu
74llusions, voire de [p. 147] « mystification ». Il part de ce que les hommes sont malgré eux, du point de vue abstrait et inh
75u’ils veulent soumettrait le tout de l’homme à la part de servitude matérielle que comporte sa condition. Sans même aller ju
76nti-intellectualisme : elle indique, je crois, la part de vérité qu’il peut y avoir dans cette réaction déplorable. Mais ce
77d de nous. Ceci vaut pour les femmes, qui sont la part la plus civilisée de la population. Ce sont elles qui gagnent ce qu’i
78oilàpourquoil’ontrouverasansdouteindiscret, de ma part, ce journal. Un tel jugement ne serait pas très franc, d’ailleurs. L’
58 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
79s sont sur la place principale. C’est de là qu’on part au milieu d’une grande affluence de badauds, c’est là qu’on arrive à
80e. Vous pouviez parcourir vingt fois la France de part en part, sans remarquer que les gens qui l’habitent ne sont pas tous
81pouviez parcourir vingt fois la France de part en part, sans remarquer que les gens qui l’habitent ne sont pas tous [p. 846]
82Vous avez le temps de réfléchir, et de nous faire part de vos lumières, et sans vous, où irions-nous donc, nous qui ne croyo
59 1937, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Selma Lagerlöf, conteur de légende (3 juillet 1937)
83 a plus de grands mythes, il y a des analyses. On part de « faits d’observation » et l’on essaye d’en tirer de la vie. Mais
84il n’y manque rien que le rythme, c’est-à-dire la part libre du génie, de l’imagination fabulatrice. Et c’est là que je vois
60 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (I) (15 février 1937)
85à la caporalisation intégrale. Quelle que soit la part de vérité que comporte ce point de vue simpliste (et ce n’est pas che
61 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). Condition de l’écrivain (III) : Mission civique de la culture (1er mars 1937)
86mmerciales ? Les écrivains ne portent-ils pas une part de responsabilité ? Car, après tout, le public est à peu près ce qu’o
62 1937, Journal de Genève, articles (1926–1982). L’Âme romantique et le rêve (23 mars 1937)
87e mystère de la création poétique, elles font une part notable aux facteurs spirituels, religieux et métaphysiques. Tout le
63 1937, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). De la propriété capitaliste à la propriété humaine et Manifeste au service du personnalisme, par Emmanuel Mounier (février 1937)
88essentiments secrétés par le capitalisme. Mounier part d’une phénoménologie de la possession — presque trop brillante par en
64 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
89es caisses de livres à la gare, etc., et le train part dans une heure. Quand la propriétaire reviendra pour l’été, elle se h
65 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Historique du mal capitaliste (janvier 1937)
90e l’Occident. Celles-ci n’ont pas su lui faire sa part, le subordonner, l’utiliser au profit de l’homme. Elles se sont laiss
91désintéresse de la terre. Elle ne demande plus sa part au festin de l’impérialisme. Le pain, les jeux, l’abolition des class
92s de classes sans merci, de plus en plus viles de part et d’autre. Il a fait du peuple romain un peuple d’exploiteurs impéri
66 1937, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Ballet de la non-intervention (avril 1937)
93agne fédéraliste. Ce ne peut être encore de notre part qu’un vœu. Mais qui engage toute notre doctrine et ses réalisations à
67 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
94s n’y survivra. On me dit encore : la plus grande part du peuple allemand gémit sous la botte du tyran. Je réponds : non, l’
68 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
95on des actes de terreur est à peu près la même de part et d’autre. C’est le bras vengeur du justicier, du pur des purs, qui
69 1938, La Vie protestante, articles (1938–1978). Le temps des fanatiques (25 novembre 1938)
96mpire anglais et de l’hégémonie française est une part indiscutable et révélée du plan de Dieu pour notre époque ? Je me dem
70 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
97e paraître « puritain ». On s’efforce de faire la part du feu, et l’on va même parfois jusqu’à ce paradoxe de présenter la p
71 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
98 marier que de brûler… Que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l’appel qu’il a reçu de Dieu… Que
72 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Le Monastère noir, par Aladár Kuncz (janvier 1938)
99rit à des personnages haut placés pour leur faire part de son état : mais les lettres n’arrivent jamais, ou demeurent sans r
73 1938, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Caquets d’une vieille poule noire (août 1938)
100et donc travaille toujours. Mais c’était faire la part trop belle à mon auteur ! Je puis affirmer, d’après mon expérience, q
74 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
101le rejoindra le chevalier au premier signal de sa part, et sans que rien puisse la retenir, « ni tour, ni mur, ni fort chast
75 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
102elle pas l’Anima, ou plus précisément encore : la part spirituelle de l’homme, celle que son âme emprisonnée dans le corps a
103e, ne pouvait admettre qu’il y eût en l’homme une part divine dont l’exaltation aboutît à la fusion de l’âme et de la Divini
104dours, la Dame des pensées ne serait autre que la part spirituelle et angélique de l’homme, son vrai moi. Ce qui pourrait no
105vin, rien de ce qu’il fait avec son corps — cette part du Diable — ne saurait engager le salut de son âme : « Point de péché
106nt courtois des romans bretons, en ce sens que la part épique — combats et intrigues — y est réduite au minimum, tandis que
76 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
107le, muni seulement de son épée et de sa harpe. Il part à la recherche du baume salutaire qui chassera le poison de son sang.
108ès nettement « christocentriques ». Tout chez eux part du drame de la séparation instituée par le péché entre l’homme et son
77 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
109ille se réduit à ceci, touchant le mythe : Racine part du philtre comme d’un fait indiscutable privant ses victimes de toute
110e le sommeil à la vie. Ce n’est pas la plus noble part, et l’homme vigoureux préférera toujours veiller à dormir. Voici deu
111st que nous sommes devenus incapables de faire la part du feu, d’ordonner nos désirs, de distinguer leur nature et leur fin,
78 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
112 d’avoir pris une ville assiégée et ne faisant de part et d’autre que trois morts. C’est l’art savant qui est à l’honneur. M
79 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VI. Le mythe contre le mariage
113e paraître « puritain ». On s’efforce de faire la part du feu, et l’on va même parfois jusqu’à ce paradoxe de présenter la p
80 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
114 marier que de brûler… Que chacun marche selon la part que le Seigneur lui a faite, selon l’appel qu’il a reçu de Dieu… Que
81 1939, Le Figaro, articles (1939–1953). L’ère des religions (22 février 1939)
115 — nous ne pourrons pas nous en tirer, pour notre part, en critiquant simplement leurs erreurs. Il est facile d’avoir raison
82 1939, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Nicolas de Flue et la Réforme (1939)
116asard, abandonnés au souffle de l’Esprit. Il fait part à sa femme de cette terrible décision, et elle l’accepte au terme d’u
117ais de le rendre aussi aux protestants, comme une part de leur héritage. Dans une période où le sens fédéral paraît renaître
83 1939, La Vie protestante, articles (1938–1978). Nicolas de Flue et la tradition réformée (1er septembre 1939)
118s en pratique. Les cantons protestants, pour leur part, se repentent de leur orgueil. Et Nicolas, une dernière fois, les adj
84 1940, Mission ou démission de la Suisse. 1. Le protestantisme créateur de personnes
119drais d’insister sur cet exemple qui me ferait la part trop belle. Contentons-nous de le poser comme un repère. Ce que je vo
85 1940, Mission ou démission de la Suisse. 4. La Suisse que nous devons défendre
120justifier notre refus de payer, nous aussi, notre part dans la défense de l’Europe. Je ne dis pas que ces arguments ne sont
86 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
121t normalement sacrifier à l’ensemble [p. 189] une part de ses prérogatives, si elle veut rester en mesure d’exercer concrète
87 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
122imite, c’est tout simplement renoncer à une belle part de notre indépendance. C’est renoncer à nous défendre intégralement.
88 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’heure sévère (juin 1940)
123qui se plaignent aujourd’hui de devoir payer leur part minime dans la banqueroute européenne. « Mea culpa » des clairvoyants
89 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). L’Église et la Suisse (août 1940)
124ravail, une invite à la discussion. Je vous ferai part de certaines critiques et de certaines suggestions, critiques peut-êt
125us vraiment croyants, capables de faire pour leur part des actes quotidiens de charité chrétienne. Mais une administration,
90 1941, Journal de Genève, articles (1926–1982). Veille d’élection présidentielle (14 novembre 1940)
126 et des injures, par une fanatique intolérance de part et d’autre. En Amérique, il s’agit de quelque chose qui rappelle beau
91 1942, La Part du Diable (1982). Introduction. Que la connaissance du vrai danger nous guérit des fausses peurs
127dire, dans ce sens que chaque vérité comporte une part d’accusation pour notre vie, et tend à déranger cet équilibre de pieu
92 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
128e. Mais le mensonge diabolique nie le juge. Il ne part que de soi, et prolifère en autarcie, comme une cellule cancéreuse, i
129et requiert un peu d’astuce spirituelle, de notre part, pour le déjouer. Certes, le péché étant devenu notre seconde [p. 52]
130 bouges de notre vie privée, qu’on n’y voie de ma part nul désir de surprendre. Tout simplement, le Diable habite ailleurs e
93 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
131 coup férir si nous n’admettons pas qu’il est une part de nous, la part du diable dans nos cœurs. L’adversaire est toujours
132us n’admettons pas qu’il est une part de nous, la part du diable dans nos cœurs. L’adversaire est toujours en nous. Et c’est
94 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
133iable est là pour les guider. Et comment faire la part de son incitation ? Tout écrivain digne du nom, tout créateur en géné
134, les meetings monstres, l’invitent à prendre une part sensible — en imagination — aux grands événements qui opposent les Na
135ste un moyen court de le dépister, ici encore. La part du Diable dans « l’amour », c’est simplement tout ce qui n’est pas de
95 1942, La Part du Diable (1982). V. Le Bleu du Ciel
136in. Je lui oppose aussi les œuvres d’hommes où sa part a été consumée. Je lui oppose le bleu du ciel. Le bleu des ciels que
96 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable II : Le menteur (22 octobre 1943)
137e. Mais le mensonge diabolique tue le juge. Il ne part que de soi, et ne prolifère qu’en autarcie, comme une monade cancéreu
97 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
138, les meetings monstres, l’invitent à prendre une part sensible — en imagination — aux grands événements qui opposent les Na
98 1944, Les Personnes du drame. Introduction
139un homme en général ; qu’il est, dans l’homme, la part de l’artifice et des apparences trompeuses. Mais au fait, rien n’est
99 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 2. Goethe médiateur
140utes ses puissances, c’est-à-dire les éduquer. Il part pour Weimar. Il a choisi. Il veut durer, il veut guérir. Et ce sont c
100 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
141 bien plus, avec ce jeu où le hasard n’a point de part, et où l’échec final est l’œuvre d’une sévère réflexion. Cela suppose
142 signal donné. Mais le sérieux le baigne de toute part ; le sérieux ne finit jamais, il est aussi long que la vie. Et de mêm