1 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
1n sens. Pourquoi ne pas glisser, entre l’auteur d’Adolphe et celui des Discours religieux, par exemple, cet excellent Toepffer
2 1935, Esprit, articles (1932–1962). Albert Soulillou, Nitro (février 1935)
2 50 pages, d’autres demandent trois volumes… Mais Adolphe ou l’Idiot seraient aujourd’hui des « compte d’auteur ». p. 846
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
3ts : du Lys dans la vallée (le plus naïf) jusqu’à Adolphe (le plus lucide) c’est tantôt le mariage et l’honneur, ou le devoir s
4ner des excès de vitesse. Le Lys dans la Vallée, Adolphe, Dominique, Madame Bovary, Thérèse Raquin, La Porte Étroite, Un Amour
4 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
5ne, et tout le monde croit aimer la Chartreuse et Adolphe. Mais ce jugement sur le talent, changé du tout, n’entraîne pas que l
5 1947, Vivre en Amérique. 3. Vie privée
6s moins pensables en Amérique seraient sans doute Adolphe et Les Liaisons dangereuses. Ajoutons-y la poésie d’un Baudelaire, sa
6 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
7 roman suisse, Léonard et Gertrude de Pestalozzi, Adolphe, Henri le Vert de Gottfried Keller, les Uli et L’Araignée noire de Jé