1 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). René Crevel, La Mort difficile (mai 1927)
1 en vient à sacrifier Diane, son apaisement, pour Arthur, sa « maladie », c’est encore l’« élan mortel » que décrivait Mon Cor
2e les pensées de Pierre ou de Diane, les gestes d’Arthur, le roman vit et nous touche par la force de ce tourment ou de ce sau
2 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
3ne dizaine de disques : Bach, Mozart, Stravinsky, Honegger. De Milhaud, l’ouverture des Euménides, emportée de Paris sans avoir
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
4va servir aux romanciers du Nord, ceux du cycle d’Arthur, du Graal, et de Tristan, pour décrire des actions et des drames, et
5 de ces poèmes. [p. 145] C’est par Tristan et par Arthur que le plus clair et le plus précieux du génie celtique s’est incorpo
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
6nvisagé parfois le thème de la légende celtique d’Arthur et des Chevaliers de la Table ronde. Dans son Penseroso, éloge de la
5 1939, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Non, Tristan et Iseut ne s’aiment pas, nous dit Denis de Rougemont (12 février 1939)
7 sujet. — N’est-ce pas ? Ce drame, avec musique d’Honegger, sera représenté dans un théâtre en plein air, devant cinq ou six mil
6 1946, Journal des deux Mondes. 8. Premiers contacts avec le nouveau monde
8de concerts de la ville. Triomphe de la musique d’Honegger. Salué pour lui. [p. 128] 15 mai 1941 Recette pour vivre de peu. —
7 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
9amitié : je ne vois rien d’autre qui rapproche un Honegger et un Poulenc. Il y eut les dodécaphonistes, mais justement ils n’ont
8 1963, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Mais qui est donc Denis de Rougemont (7 novembre 1963)
10lomanes, il est le poète de Nicolas de Flue, dont Honegger tira un oratorio. Pour tous enfin, il est, depuis la semaine dernière
9 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
11mois d’une collaboration presque quotidienne avec Honegger, je m’amusai beaucoup à découvrir les traits alémaniques de sa nature
12n mêlent. [p. 223] J’imagine la conjonction d’un Honegger, d’un Ramuz, d’un Appia et d’un Eberle… Tout le monde connaît les deu
13d’un sens lyrique profond, dont témoignent Ramuz, Honegger ou Paul Klee, mais en prose, en musique ou en peinture. Faut-il pense
10 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
14eul retenu ; ainsi pour C. G. Jung, Le Corbusier, Honegger, Blaise Cendrars, Klee ou Giacometti. Il ne s’agissait pas d’un palma
11 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
15amitié : je ne vois rien d’autre qui rapproche un Honegger et un Poulenc. Il y eut les dodécaphonistes, mais justement ils n’ont
12 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
16papauté et le Saint Empire, la Table ronde du roi Arthur et les Communes, toutes leurs valeurs, tous leurs conflits et parfois