1 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
1de fasse surgir le Novum Organum dans le génie de Bacon ; que les Arcadiens nus de Guanahani excitent l’imagination de Rousse
2 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un patriotisme de la terre (mars 1958)
2r, Huxley et Orwell. À la seconde, Thomas More et Bacon, Campanella, Rabelais et H. G. Wells. La plupart sont Anglais, il fau
3 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
3, Spengler et Huxley) ou des grands Utopistes (de Bacon à notre science-fiction, en passant par Thomas Moore, Campanella, Cyr
4 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
4es, bien au-dessus d’Aristote, dont le chancelier Bacon souhaiterait voir brûler tous les livres, « parce que Aristote a été
5sseurs de la nature ». C’est l’idée du Chancelier Bacon : on commande à la nature en obéissant à ses lois. Il ne suffit plus
5 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
6artes, l’ancêtre véritable de la rationalisation, Bacon, le père de l’induction, n’avaient mis au point l’instrument de raiso
6 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
7 la libido sentiendi, sciendi ou dominandi, selon Bacon. Quand nous aurons compris que la crise dont nous souffrons résulte e
8comme les grands ancêtres — Thomas More 90 , Lord Bacon, le doyen Swift — deux écrivains vont modifier durablement la conscie