1 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
1est éloigné. Partirons-nous ? Troisième journée Barcelone sans taxis, les Ramblas presque déserts, et, dans le port, un petit b
2 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
2eure d’avion ; Londres, Bruxelles, La Haye, Bonn, Barcelone et Rome à deux ou trois heures, aujourd’hui. Et s’il faut une armée p
3 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
3r passa les neuf mois suivant à Fuentarabbia et à Barcelone dans la misère la plus totale, affamé et souvent sans toit. Il dut ve
4 dans sa valise, jusqu’à ses mouchoirs. Un jour à Barcelone, près de mourir de [p. 31] faim, il ne fut sauvé que par une grève gé
4 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.2. Les paradoxes de la vie économique
5’étranger pour fonder des succursales : New York, Barcelone, Trieste, Constantine. La guerre de 1914 ruine l’entreprise. Il émigr
5 1965, Fédéralisme culturel (1965). Fédéralisme culturel
6lorence, Sienne, Assise, Bruges, Gand, Nuremberg, Barcelone, Oxford, Leyde ou Prague. L’originalité d’une culture ne vient pas se