1 1946, Journal des deux Mondes. 12. L’Amérique en guerre
1ême ne fut pas remarqué. (Balzac « journaliste », Beethoven « cacophoniste », Baudelaire condamné, Proust « mondain », et Bach in
2 1954, Preuves, articles (1951–1968). Il n’y a pas de « musique moderne » (juillet 1954)
2 époques révolues. Quand il ne se contente pas de Beethoven et de Brahms, il ne découvre pas les talents d’aujourd’hui, mais Purc
3 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.3. Synthèses historico-philosophiques (I)
3 cette strophe illustre chantée par les chœurs de Beethoven : Seid umschlungen, Millionen, Diesen Kuss der ganzen Welt ! Brüder,
4 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
4ais n’en doutez pas, l’intelligence et le goût de Beethoven passeront plus vite encore ; car celui-là ne fut que le dernier écho
5 tout un goût européen vivant depuis des siècles. Beethoven est l’intermède entre une vieille [p. 302] âme usée qui s’effrite, et
6a cette même destinée de l’Europe qui chantait en Beethoven ! Puis ce fut, dans la musique allemande, le tour du romantisme : mou
7urement allemand, et n’était plus ce qu’avait été Beethoven, ce qu’avait été Mozart à un plus haut degré, un phénomène européen ;
8 ». Je songe à des hommes comme Napoléon, Goethe, Beethoven, Stendhal, Henri Heine, Schopenhauer. Qu’on ne m’en veuille pas trop
5 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.2. Crépuscule ou nouvelle aurore ?
9que et de Kant, de la musique allemande de Bach à Beethoven, de la peinture française d’Ingres à Cézanne. Là où une grande pensée
6 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
10ait pour mesure Shakespeare ; en musique, Bach ou Beethoven ; en mathématiques, Newton et Leibniz, et ainsi de suite. Nous admett
7 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.8. Il n’y a pas de « musique moderne »
11 époques révolues. Quand il ne se contente pas de Beethoven et de Brahms, il ne découvre pas les talents d’aujourd’hui, mais Purc
8 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
12’ont finement supposé ? Une cantate peu connue de Beethoven, composée pour le Congrès de Vienne, s’intitulait pourtant l’Europe e