1 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
1ntaisie de ce peuple ? Rousseau, Madame de Staël, Constant, Vinet… Cette énumération, pourtant inévitable, se révèle, pour mon e
2 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Au sujet d’un roman : Sara Alelia (3 novembre 1934)
2rançais, de Rousseau jusqu’à Gide, en passant par Constant. Quand on parle du roman, vous ne voyez que Balzac et Zola. Je vois a
3 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Précisions sur la mort du Grand Pan (avril 1934)
3st Benjamin Constant : on l’accusa de panthéisme. Constant, drôle de corps ironique, esprit exact dont les erreurs ne sont jamai
4on ? » L’allusion à saint Paul est évidente. Mais Constant, comme les romantiques allemands, s’il voit bien la question ne va pa
4 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
5 domine les lettres françaises ; après Rousseau : Constant et Staël, [p. 31] et toute la petite cour de Coppet, Gibbon, Schlegel
5 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
6 domine les lettres françaises ; après Rousseau : Constant et Staël, et toute la petite cour de Coppet. Ce foyer s’éteint pour u
6 1940, Mission ou démission de la Suisse. Appendice, ou « in cauda venenum » Auto-critique de la Suisse
7er la Suisse romande, donc la défendre. Rousseau, Constant, Madame de Staël, Vinet n’ont pas eu peur du germanisme, l’ont étudié
7 1947, Doctrine fabuleuse. 10. La gloire
8 mais non Stendhal. Mme de Staël en eut, mais non Constant (comme écrivain). Or personne ne lit plus les Martyrs ni Corinne, et
8 1948, Suite neuchâteloise. VI
9de libraires…   Les Vaudois ont produit ou toléré Constant, Alexandre Vinet, Ramuz ; les Genevois Calvin, de Bèze, Rousseau, Mad
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
10e d’expression française : deux libéraux suisses, Constant et Mme de Staël ; un ultramontain savoyard, Joseph de Maistre ; et un
11 mort. L’année même où paraissait la brochure de Constant, manifeste du libéralisme politique, où mourait Fichte, théoricien du
10 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’éloge, l’élan, l’amour, le monde ouvert à ceux qui s’ouvrent, cela existe… (2-3 février 1963)
12n savoir sa langue. Cela donne Rousseau, Staël ou Constant. Et cela n’empêche nullement Cendrars ou Cingria. On nous parle de ré
11 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
13utant que son modèle en Suisse. Rousseau, Vattel, Constant, Millier, mais aussi Jacob Burckhardt, Robert de Traz, auteur de L’Es
12 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
14Vienne et à Berlin, Jean-Jacques, Mme de Staël et Constant à Paris. Quant à un Jung, à un Ramuz, à un Barth, qui, après de longs
15ique et politique : grâce à Schlegel, Sismondi et Constant. Cinquante ans plus tard, c’est à Bâle que s’allume un nouveau foyer 
13 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
16utant que son modèle en Suisse. Rousseau, Vattel, Constant, Müller, mais aussi Jacob Burckhardt, Robert de Traz auteur de L’Espr
14 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
17Vienne et à Berlin, Jean-Jacques, Mme de Staël et Constant à Paris. Quant à un Jung, à un Ramuz, à un Barth, qui, après de longs