1 1932, Le Paysan du Danube. a. Le sentiment de l’Europe centrale
1umains isolés de la vie végétale. C’est ainsi que Berlin réglemente la circulation de ses ferments de tristesses intellectuell
2 1933, Esprit, articles (1932–1962). Comment rompre ? (mars 1933)
2des croiseurs, un Te Deum à Londres et un autre à Berlin pour célébrer le même massacre. On voit une nuée de piétistes et de b
3 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 7. Comment rompre ?
3des croiseurs, un Te Deum à Londres et un autre à Berlin pour célébrer le même massacre. On voit une nuée de piétistes et de b
4 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
4ductible que rencontre le fascisme, qu’il soit de Berlin ou de Moscou. C’est l’homme le plus humain. C’est aussi l’homme le pl
5 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
5autre chemin : un chemin qui ne mène à Rome, ni à Berlin, ni à Moscou, mais à nous-mêmes devant Dieu. ⁂ [p. 609] Soeren Kierk
6 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
6ductible que rencontre le fascisme, qu’il soit de Berlin ou de Moscou. C’est l’homme le plus humain. C’est aussi l’homme le pl
7 1936, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Dictature de la liberté, par Robert Aron (mars 1936)
7d’abord ». Cette vue des plus courantes à Rome, à Berlin, à Moscou, nous vaut diverses dictatures, lesquelles, pour n’avoir pa
8 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Les Jacobins en chemise brune (décembre 1936)
8t à occuper la Rhénanie ; c’est enfin le règne, à Berlin, de cliques politiciennes, marxistes, démocratiques ou réactionnaires
9 1937, Esprit, articles (1932–1962). Paul Vaillant-Couturier, Au service de l’Esprit (février 1937)
9ar ce mot d’ordre qu’on lit p. 10 : « Ni Rome, ni Berlin, ni Moscou ! » — laissent peu de doutes sur la signification orthodox
10 1937, Esprit, articles (1932–1962). Retour de Nietzsche (mai 1937)
10 Philosophie der ewigen Wiederkunft des Gleichen (Berlin, 1935, Die Runde). Nietzsche tente de surmonter le nihilisme européen
11 1938, Journal d’Allemagne. 2. Conclusion 1938
11uve du diagnostic que l’on vient d’esquisser. ⁂ À Berlin, les milieux qui se disent bien informés prophétisent la chute du rég
12 1938, Journal d’Allemagne. iii. Les jacobins en chemise brune
12nt à occuper la Rhénanie ; c’est enfin le règne à Berlin, de cliques politiciennes, marxistes, démocratiques ou réactionnaires
13 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
13r des étendues bien plus vastes, comme Londres et Berlin ; non plus seulement sur de la chair à canon, mais sur la chair qui f
14 1940, Mission ou démission de la Suisse. 2. La bataille de la culture
14elles qu’on connaissait [p. 69] auparavant. Ainsi Berlin passe, en un demi-siècle, de 25 000 habitants à 4 millions. Dans ces
15 1940, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). La bataille de la culture (janvier-février 1940)
15es que celles qu’on connaissait auparavant. Ainsi Berlin passe, en un demi-siècle, de 25 000 habitants à 4 millions. Dans ces
16 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
16autre chemin : un chemin qui ne mène à Rome, ni à Berlin, ni à Genève ni à Moscou, mais à nous-même devant Dieu. Soeren Kierke
17 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
17treprise de jardinage. Lorsqu’il voulut émigrer à Berlin, pour s’y vouer enfin à son œuvre, il était déjà condamné par une tub
18 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
18ne phrase fine à Paris, comme à Londres et même à Berlin. Or la langue française nous apprend que celui qui ne peut rien, fût-
19 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
19parée aux charges des bombardiers qui réduisirent Berlin. Un avion pourrait donc en porter une dizaine. Le gouvernement améric
20 1947, Doctrine fabuleuse. 8. Contribution à l’étude du coup de foudre
20ues années auparavant dans un groupe politique, à Berlin, que je fréquentais à l’insu de ma femme. J’étais dans un état d’exal
21du Reichstag. Je décide de rentrer le jour même à Berlin, et prends congé de mon ami qui se montrait fort inquiet de mon sort.
22s. Je prendrai donc l’express du soir. J’arrive à Berlin le lendemain. Sur le seuil de notre villa de Zehlendorf, ma femme m’a
21 1947, Vivre en Amérique. 2. Vie culturelle et religieuse
23milieux littéraires » de Paris, de Londres, ou de Berlin avant Hitler. Point de salons où l’écrivain se frotte aux gens du mon
24, que les écoles de l’entre-deux-guerres à Paris, Berlin ou Oxford, plus virulentes, plus théâtrales, surtout moins tristes, [
22 1948, Suite neuchâteloise. III
25 représenter en son absence [car en fait il vit à Berlin] par un Gouverneur qui jouit d’une très-grande considération, et d’un
23 1953, Preuves, articles (1951–1968). Deux princes danois : Kierkegaard et Hamlet (février 1953)
26l avait conçus pendant son séjour à l’Académie de Berlin ; mais il se résout à passer simplement son examen de théologie, par
24 1953, Preuves, articles (1951–1968). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (juillet 1953)
27bourgs s’est propagé dans les avenues lugubres de Berlin, entre leurs façades sur le vide, les blocs blanchis aux petites fenê
28anal [p. 4] du Volga au Don. Mais les journées de Berlin l’ont démasqué comme le parti de la répression sanglante et de la dép
29s ne sommes pas des esclaves ! », les ouvriers de Berlin ont rétabli d’un coup la vérité profonde de toute la situation, une v
30 effacé. Rien ne peut plus faire que les héros de Berlin soient morts en vain. Aux jours les plus découragés de l’Occident, il
31aut de l’Europe nouvelle, on vient de le sentir à Berlin, surgissant d’un peuple écrasé. Et ce n’est pas l’Europe des marchand
25 1953, Preuves, articles (1951–1968). Les raisons d’être du Congrès (septembre 1953)
32grandes étapes qui nous ont conduits jusqu’ici. À Berlin, au début de la guerre de Corée, nous avons été dire un seul mot : Li
33ix des tyrans. À la suite du meeting mémorable de Berlin, nous [p. 141] nous sommes organisés. Nous avons créé des secrétariat
26 1953, Le Figaro, articles (1939–1953). « Nous ne sommes pas des esclaves ! » (25 juin 1953)
34bourgs s’est propagé dans les avenues lugubres de Berlin, entre leurs façades sur le vide, les blocs blanchis aux petites fenê
35s, le canal du Volga au Don. Mais les journées de Berlin l’ont démasqué comme le parti de la répression sanglante et de la dép
36us ne sommes pas des esclaves ! » les ouvriers de Berlin ont rétabli d’un coup la vérité profonde de toute la situation, une v
37 effacé. Rien ne peut plus faire que les héros de Berlin soient morts en vain. Aux jours les plus découragés de l’Occident, il
38aut de l’Europe nouvelle, on vient de le sentir à Berlin, surgissant d’un peuple écrasé. Et ce n’est pas l’Europe des marchand
27 1954, Preuves, articles (1951–1968). Tragédie de l’Europe à Genève (juin 1954)
39u seul contraste entre deux conférences, celle de Berlin et celle de Genève. Berlin fut un échec sur les principaux points à s
40 conférences, celle de Berlin et celle de Genève. Berlin fut un échec sur les principaux points à son ordre du jour — l’unific
41r une surenchère insensée. La vérité — c’est qu’à Berlin l’idée de l’Europe unie, affirmée d’une seule voix par les représenta
42éresse beaucoup. » Que s’est-il donc passé depuis Berlin ? — Rien, pas un « fait » visible pour la presse, pas une crise et pa
43la manœuvre est claire. Dès les derniers jours, à Berlin, Molotov a bien vu que l’Europe s’unirait d’autant mieux qu’il s’atta
28 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en mai 1954 : L’Europe bloquée (mai 1954)
44ues ont cru qu’elle dépendrait des conférences de Berlin et de Genève. Bien peu voulaient encore s’occuper de l’essentiel, qui
45’Europe, c’est-à-dire sa Fédération. La Russie à Berlin, ou l’Europe caricaturée Il était facile de prévoir que rien de ce qu
46 prévoir que rien de ce qui se passerait ou non à Berlin ne pouvait modifier les données fondamentales de l’Europe. Même si la
47 à son espoir… Et cependant, si les rencontres de Berlin se sont soldées par un échec sur tous les points de l’ordre du jour,
48resse a manqué de le faire, qu’à la Conférence de Berlin l’idée d’Europe unie a constitué le plus sérieux atout des pays libre
49t, la situation pouvait paraître, au lendemain de Berlin, l’une des plus favorables que nous ayons vécues depuis longtemps pou
29 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
50er si elle va trop loin. Leur silence à propos de Berlin, de Poznań, leur permettrait ainsi de parler de Budapest ? Tandis que
51s donc pour ? (Mais ceux-là ne me disent pas : et Berlin ? Et Poznań ? Et le peuple, après tout, de la Sainte Russie colonisée
30 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
52ar Budapest — comme elle s’était « exprimée » par Berlin et Poznań — ils ne sont pas dans le sens de l’Histoire ; ce qui leur
31 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
53 « l’hémisphère principal » serait plus voisin de Berlin, voire, en trichant un peu, de Londres ou de Paris. Il est clair, en
54 sud‑est de Nantes, on ne voit rien, et autour de Berlin, des Russes. On cherche donc, plus près du cœur du continent, une rég
32 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pool européen d’éditeurs (février 1958)
55dition : Aguado (Madrid), Plon (Paris), Ullstein (Berlin, Francfort et Vienne), Weidenfeld & Nicolson (Londres). Elle disc
33 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
56u’un léger gain pour l’Occident dans l’affaire de Berlin, désamorcée.) Aux yeux des peuples du monde entier, les images concrè
34 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
57été. Peu de mois après leur première conférence à Berlin, il y a dix ans, ils décidèrent de se grouper afin de créer ainsi, en
58 est inutile d’insister sur ce fait, ici, dans ce Berlin où elle nous cerne de toutes parts. Mais nous refusons d’accorder à l
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 2. Deux princes danois. Kierkegaard et Hamlet
59l avait conçus pendant son séjour à l’Académie de Berlin ; mais il se résout à passer simplement son examen de théologie, par
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
60y ait aujourd’hui des philosophes sur le trône, à Berlin, en Suède, en Pologne, en Russie, et que les découvertes de notre gra
61e la langue française, couronné par l’Académie de Berlin en 1784. On y lit, à propos de la Renaissance : À cette époque, la r
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
62Schopenhauer, Kierkegaard (qui suivit ses cours à Berlin), plus tard Bergson, et la plupart des penseurs russes, surtout Slavo
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
63ible entre Paris et Londres, entre Pétersbourg et Berlin, entre Vienne et Turin, qu’elle serait impossible et paraîtrait absur
64 [p. 269] même, à cent lieues des deux capitales, Berlin et Vienne, dont les souverains sont les seuls obstacles… … Au besoin,
39 1961, Preuves, articles (1951–1968). Pour Berlin (septembre 1961)
65 [p. 56] Pour Berlin (septembre 1961) az Le monde entier se demande pourquoi M. Khroucht
66 met en jeu les droits de l’homme. Le problème de Berlin se ramène à ceci qu’un régime qui se dit populaire veut empêcher son
67re veut empêcher son peuple de le fuir. À travers Berlin, chaque jour et depuis une dizaine d’années, des centaines d’Allemand
68traité de paix qu’il exige permettrait d’étouffer Berlin. Il est juste d’ajouter que Berlin recevrait le titre de « ville libr
69ait d’étouffer Berlin. Il est juste d’ajouter que Berlin recevrait le titre de « ville libre » en échange de sa liberté. « Pou
70t, et comme ils veulent, qu’il y a un problème de Berlin et que la paix est ébranlée. Nous demandons à M. Khrouchtchev d’appli
71iales. Qu’il prouve donc qu’il y croit, et laisse Berlin tranquille ! Ces deux millions et demi d’hommes et de femmes sans arm
40 1961, La Vie protestante, articles (1938–1978). Bilan simple (29 décembre 1961)
72lle a fait perdre la face, en bâtissant le mur de Berlin non pour se protéger contre une attaque, mais pour empêcher tout un p
41 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
73d quittent l’Angleterre le 29 juillet, traversent Berlin le 31, regardés de travers par les passants [p. 25] qui les entendent
42 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
74près de Londres, selon les auteurs anglais, ou de Berlin selon les Allemands, mais en tout cas sur notre continent. Ainsi, d’u
43 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
75erts.) Deutsche Stiftung für Entwicklungsländer, Berlin. (Recherches et publications, dir. Dr Dankwortt). Institut internati
76é » (Milan, 1955), et sur « Progrès et liberté » (Berlin, 1960), groupant des intellectuels, artistes, savants et publicistes
44 1963, Preuves, articles (1951–1968). Le mur de Berlin vu par Esprit (février 1963)
77 [p. 92] Le mur de Berlin vu par Esprit (février 1963) ba On ne sait pas toujours qui sont ce
78M. Paul Dehem, qui écrit longuement sur le mur de Berlin. D’où vient ce très curieux esprit ? À l’en croire, le mur de Berlin
79ce très curieux esprit ? À l’en croire, le mur de Berlin est l’œuvre des Allemands de l’Ouest, qui l’ont bâti pour abriter leu
80t ? « On avait besoin de ne pas connaître l’autre Berlin, de ne pas confronter aux réalités l’image commode qu’on s’en faisait
81on Salomon déclare : « Ils ont construit un mur à Berlin, ce mur n’est rien. Seul compte celui qui se trouve dans le cœur des
45 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
82 de succéder à Ranke dans la chaire d’histoire de Berlin, il se fit accepter dans sa cité natale selon son rang social et en t
83à la cour de Russie, Jean de Müller à Vienne et à Berlin, Jean-Jacques, Mme de Staël et Constant à Paris. Quant à un Jung, à u
84anique n’est pas le cousin provincial de celui de Berlin ou de Vienne. L’école suisse de Bodmer et sa prédominance pendant une
46 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
85 de succéder à Ranke dans la chaire d’histoire de Berlin, il se fit accepter dans sa cité natale selon son rang social et en t
86à la cour de Russie, Jean de Müller à Vienne et à Berlin, Jean-Jacques, Mme de Staël et Constant à Paris. Quant à un Jung, à u
47 1970, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. Préface 1970
87vre assez vite la mode faite à Paris, Berkeley ou Berlin, cependant qu’il se trouve que ces mêmes vertus détiennent peut-être
48 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.9. L’Europe, l’été…
88-en-Provence, de Florence, de Vienne, de [p. 152] Berlin, de Copenhague, de Gand. Au-delà, isolés mais heureux, voici Bath, le
89les » d’été organisées par une grande ville comme Berlin, Vienne ou Zurich, capable de puiser dans les ressources dont elle di
49 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
90 plus guère visibles qu’en l’église du Souvenir à Berlin. Enfin, les colonies sont liquidées, et avec elles c’est une source d
50 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
91des étudiants, de Berkeley à Paris en passant par Berlin, Prague et Madrid, a ressuscité cette angoisse et dramatisé la questi
51 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
92 des années 1966 à 1968, de Berkeley à Prague, de Berlin à Madrid, et finalement à Paris en mai 1968. Or, si « Mai 68 » a ébra
93octobre 1974 Départ de l’aéroport de Genève à 7h. Berlin à 11h15. [p. 44] IV. Berlin : le second Rapport au Club de Rome Du
52 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
94u’il l’ait vaincu ailleurs que dans les ruines de Berlin. Hitler donnait la pire réponse possible, mais une réponse, à la ques
53 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
95t je ne dis rien de l’intelligentsia de Paris, de Berlin ou de Rome, hypnotisée bien moins par les clichés marxistes que par l
54 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
96’Afrique noire l’avaient été par la conférence de Berlin en 1885. Ce qui est juste, humain et urgent, c’est de promouvoir et d
55 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
97Forum à Vienne, Merkur à Stuttgart et Der Monat à Berlin. Plusieurs ne survivront pas à la dissolution du Congrès pour la libe
56 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
98ent à la ratification de leurs ministres réunis à Berlin en mai de cette année. Que dit ce document ? En substance, les minist