1 1934, Politique de la Personne (1946). III. Idoles — 10. Fascisme
1iste, a terminé l’œuvre entreprise par le jacobin Bonaparte. Mussolini, en imposant à l’Italie le centralisme et la hiérarchie ro
2 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
2r par un seul homme. (Plébiscites sur les noms de Bonaparte, de Louis-Napoléon et de Napoléon III.) 2° Lorsqu’il s’agit de renfor
3 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Du socialisme au fascisme (novembre 1936)
3ce rang. N’oublions pas tout de même qu’elle a eu Bonaparte, qui lui aussi venait de la « gauche ». Le national-socialisme est
4 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
4r par un seul homme. (Plébiscites sur les noms de Bonaparte, de Louis-Napoléon et de Napoléon III.) 2° Lorsqu’il s’agit de renfor
5 1938, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Victoire à Waterloo, par Robert Aron (février 1938)
5s : celui des îles, celui de la patrie perdue que Bonaparte cherche à se recréer, celui du schizophrène qui « perd le sentiment »
6 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
6l y a la Révolution française et les campagnes de Bonaparte, c’est-à-dire le retour dans la guerre de la passion catastrophique.
7ieux de préciser le parallèle entre les amours de Bonaparte puis de Napoléon d’une part, et les campagnes d’Italie puis d’Autrich
8 « Il n’est pas possible de méconnaître, comme ce Bonaparte, les principes les plus élémentaires de l’art de guerre. » 9. La gu
7 1947, Doctrine fabuleuse. 12. Le supplice de Tantale
9le sophisme de l’empereur : Napoléon n’est pas un Bonaparte comblé, mais quelqu’un qui s’est substitué, sous le manteau d’hermine
10qui s’est substitué, sous le manteau d’hermine, à Bonaparte. Le romantique qui rêvait d’être empereur est mort le jour du couronn
8 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. I
11que je signale en passant. La volonté qui possède Bonaparte d’unifier l’Europe au mépris des diversités nationales provoquera, so
9 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
12sses — et celles de la Convention nationale ou de Bonaparte. Mais la résistance sourde et obstinée des civils, les révoltes sans
13tes des vallées du centre finirent par convaincre Bonaparte qu’il était vain de persister dans cette tentative de « mise au pas »
10 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
14ns les anciens cantons de la Suisse centrale, que Bonaparte se vit contraint de revenir à l’organisation fédérative, tout en étab
11 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur Suez et ses environs historiques (octobre 1956)
15789, enfin de l’ingénieur Le Père sur un ordre de Bonaparte. Les Saint-Simoniens, premiers socialistes français, envoient des vol
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
16es batteries, dès les journées de Brumaire 1799 — Bonaparte a trahi, pense-t-il — et la Restauration le trouve dans le camp de la
13 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.3. « La Suisse est née de la révolte de pâtres libertaires contre le despote autrichien »
17s vassaux et des chefs des vallées alpestres, que Bonaparte ne sera Français aux yeux des Corses. Il n’y a pas, en cette fin du x
14 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
18 neutralité est un mot vide de sens ! » déclarait Bonaparte aux délégués de la Diète. La chute de l’ancienne Suisse, l’occupation
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
19place pour un régime qui eût représenté la santé. Bonaparte, en ceci réaliste, l’a pressenti. Convaincu dès 1802 que la Républiqu
16 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. V. Appendice. Bref historique de la légende de Tell
20 Révolution française à Mazzini, les décisions de Bonaparte — « Point de chaînes aux enfants de Guillaume Tell ! » — enfin les ma
17 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
21 successeurs d’Alexandre, et dans notre ère, d’un Bonaparte, aujourd’hui, des aventuriers de la finance, des armements ou de la d
18 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 3. La clé du système ou l’État-nation
22trement dit toute vie civique dans les provinces. Bonaparte va d’ailleurs combler leurs vœux, bien que ses motifs soient beaucoup
19 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 10. Passage de la personne à la Cité
23a gloire du passé. C’est Louis XIV, les Jacobins, Bonaparte et Napoléon, et ce sont les États-nations qui voudraient bien être to
20 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
24s soviets partout ! — mais il a gagné la journée. Bonaparte faisait peu de cas du concret de la nation française, c’est-à-dire de
25les. » Le modèle de société génialement bâclé par Bonaparte en vue de la guerre et de rien d’autre, c’est l’état de siège en perm