1 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
1ouis XIV sera l’expression achevée. Une phrase de Bossuet nous en apprend sur cette doctrine davantage que le mot peut-être apo
2 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
2 [p. 8] Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936) k Que nos amis catholiq
3secret du Christ » lui-même. (L’expression est de Bossuet.) À la question ainsi posée, on me répondra probablement que mon anti
4 que le Pape n’ait jamais, que je sache, condamné Bossuet pour avoir écrit ce qui suit. (C’est au sujet de la Messe, pour expli
5rentes. (Méditations sur l’Évangile, lve jour.) Bossuet ajoute : Vous vous étonnez de ce qu’on sépare ce que Jésus-Christ a
6logie et humanisme, il me répondit simplement : « Bossuet ne saurait être tenu pour un Père de l’Église que par un académicien 
7ère claire et nette, et à choisir. Car, enfin, si Bossuet, en écrivant cette page, a déformé la vérité, il le faut déclarer hér
8me que ceux qui lui donnèrent l’imprimatur. Et si Bossuet n’a pas déformé la vérité, pourquoi serait-on gêné par sa franchise ?
9les de ce pays de France dont on ne peut nier que Bossuet soit l’un des classiques préférés 29 . ⁂ Une fois définie la valeur d
10 » que ce texte trahit. Reprenons donc la page de Bossuet : « … Le Sauveur a-t-il voulu laisser aux hommes à distinguer par leu
11rprète » des volontés de Dieu. Mais c’est ici que Bossuet nous arrête : « Qu’entendez-vous, nous dit-il, par “fidèle” ? — Nous
12ique, dont l’Écriture témoigne. — C’est, rétorque Bossuet, que vous n’entendez pas que c’est l’Église, et non pas la seule Écri
13ons alors l’origine du secret que l’Église, selon Bossuet et les Conciles, détient et possède si bien qu’elle a sur lui ce jus
14 17] ⁂ En vérité, la question que pose la page de Bossuet ce n’est pas seulement la question capitale de la Cène, c’est toute l
15 L’intention « secrète » du Christ, intention que Bossuet loue l’Église d’avoir exécutée, n’est donc pas contenue dans l’Écritu
3 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Pages inédites du Journal d’un intellectuel en chômage (octobre 1937)
16re aux hommes qu’ils sont peu de chose », s’écrie Bossuet (Sermon sur la mort, 22 mars 1662). Que dirions-nous alors du sort fa
4 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
17ait séduit. Il me parle souvent des Variations de Bossuet, avec une vive admiration, mais se refuse à Kierkegaard, qu’il juge «
5 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
18en qu’elle n’en revête ni la justice ni la bonté. Bossuet, dans l’Abrégé de l’Histoire de France, nous parle déjà d’une Histoir
6 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
19en qu’elle n’en revête ni la justice ni la bonté. Bossuet, dans l’Abrégé de l’Histoire de France, nous parle déjà d’une Histoir
7 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Henri Brugmans, Les Origines de la civilisation européenne (septembre 1959)
20roire à l’histoire éducative ou utile, celle d’un Bossuet ou d’un Fénelon, pourvoyeuse de conseils politiques. Car il voit bien
8 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
21ait séduit. Il me parle souvent des Variations de Bossuet, avec une vive admiration, mais se refuse à Kierkegaard, qu’il juge «
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.3. Le Mythe de Japhet
22’au xixe siècle. Joseph de Maistre encore, comme Bossuet, la tient pour un dogme établi. Vico spécule à partir d’elle sur la f
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.4. Cadmus ou la quête d’Europe
23 tranquillement assimilé ces deux ancêtres. Ainsi Bossuet 18  : [p. 29] Japhet, qui a peuplé la plus grande partie de l’Occi
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
24es concilier, d’où sa correspondance fameuse avec Bossuet : œcuménisme. Européen conscient de nos valeurs spécifiques, il voit
25qu’ils durent suivre le Roi dans ses expéditions. Bossuet n’alla jamais à Rome ; ni Fénelon. Les grands classiques sont stables
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
26ent insoluble. Sous ce rapport, le génie du grand Bossuet, quoique seulement guidé sans doute par le principe purement littérai
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
27el sujet de réflexion pour le philosophe, pour un Bossuet du vingtième siècle : la leçon technique de l’Europe, transmise à l’A
14 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
28ui croit un peu n’importe quoi. Les nations, pour Bossuet, sont « fières », « indomptables », « farouches », « belliqueuses »,