1 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Un exemple de tactique révolutionnaire chez Lénine (janvier 1935)
1r des populistes et des économistes au Congrès de Bruxelles en 1903 (fondation du parti bolchevik, c’est-à-dire majoritaire) ; pu
2 1940, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Erreurs sur l’Allemagne (1er mai 1940)
2nd article, paru dans une feuille communisante de Bruxelles, m’accusait froidement d’être vendu au régime hitlérien, pour avoir s
3 1946, Lettres sur la bombe atomique. 4. Utopies
3 détruit de New York en deux heures, de Berne, de Bruxelles ou de Londres, en cinq minutes, à partir du début de la guerre. Le pr
4 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. IV
4inies ; Considérant que l’article II du Traité de Bruxelles engage les gouvernements intéressés à promouvoir les échanges culture
5 1948, Suite neuchâteloise. VIII
5 tout le domaine français, de Québec à Menton, de Bruxelles à Port-Bou. Je ne vais pas m’occuper de nos fautes de français, elles
6 1949, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Mouvement européen (avril 1949)
6à ceux de La Haye, de Rome et, tout récemment, de Bruxelles. Parmi bien d’autres influences conjuguées, celle-ci demeure, me semb
7 et la plus aisément discernable. De Montreux à Bruxelles Le congrès de Montreux n’était pas terminé que l’idée naissait parmi
8 étrangères des cinq pays signataires du pacte de Bruxelles. Le 18 août notre Mémorandum sur l’Assemblée européenne se voyait acc
9ational du Mouvement européen, dans sa réunion de Bruxelles, a recommandé que soit créée, par convention entre les États membres
7 1954, Preuves, articles (1951–1968). De Gasperi l’Européen (octobre 1954)
10 — pour l’Europe. À la veille de la Conférence de Bruxelles, du haut de sa retraite montagnarde dans le Trentin, il avait télépho
11Europe entière. L’échec déjà plus que probable de Bruxelles fut la cause directe d’une attaque dont il devait mourir le surlendem
8 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
12irait au printemps ! Voici les faits. Adenauer, à Bruxelles, a dit tout l’essentiel : que l’Europe peut se faire [p. 54] demain e
9 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
13dation pour les échanges internationaux, Paris et Bruxelles 1956 : Association européenne des enseignants, Paris 1958 : Étude par
10 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur un centre qui doit être partout (mai 1958)
14niçoise parle de Nice, et tous les Belges veulent Bruxelles. Et chacun démontre à l’envi que la ville de son choix est un carrefo
15Zurich, Milan sont à une heure d’avion ; Londres, Bruxelles, La Haye, Bonn, Barcelone et Rome à deux ou trois heures, aujourd’hui
11 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Éducation européenne (février 1958)
16e et son évolution. La firme spécialisée IVAC, de Bruxelles, réalisera les trois premières séries de diapositives en 1958, selon
12 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
17’une part des fondations (Genève, puis Amsterdam, Bruxelles, Strasbourg) qui se proposent à la fois de regrouper et de financer l
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
18rien qu’elle. Ce Hollandais de naissance a vécu à Bruxelles, à Paris, en Angleterre et en Suisse, et il a visité l’Italie et l’Al
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
19is Bam, et qui fut tué dans un combat. Kossuth, à Bruxelles en 1859 : Je me bornerai à dire que la Hongrie est la Hongrie depuis
20pirations républicaines de 1833, exilé à Paris et Bruxelles, puis réhabilité par le Piémont dont il devint le Premier Ministre, G
21ait-il en 1843, [p. 239] dans un ouvrage publié à Bruxelles : De la primauté morale et civile des Italiens, que l’on appelle en I
15 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
22t sa vraie manière de travailler — à Londres et à Bruxelles, à Paris et à Rome, à Strasbourg et à Vienne, dans les restaurants qu
23 European Continent ? Quelques jours plus tard, à Bruxelles, avec M. Paul van Zeeland, il créait la Ligue européenne de coopérati
24e l’Europe devant les cinq puissances du Pacte de Bruxelles. Il élabore la procédure qui va conduire à l’adoption du projet en ja
25 qui met sur pied les grands congrès politique de Bruxelles, économique de Westminster, social de Rome, et culturel de Lausanne.
16 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
26édéraliste, dans les conseils de Strasbourg et de Bruxelles, la Suisse pourrait montrer la voie d’un avenir authentiquement europ
17 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
27itut international des civilisations différentes, Bruxelles. (Huit congrès de 1949 à 1960, et publication des travaux en forts vo
28 Orient-Occident (Unesco), Civilisations (INCIDI, Bruxelles), consacrées à l’étude des relations culturelles multilatérales. D’au
29ope. Les instituts des civilisations comparées de Bruxelles et de Salzbourg tiennent des congrès annuels sur des thèmes définis,
18 1963, Preuves, articles (1951–1968). Une journée des dupes et un nouveau départ (mars 1963)
30e tous décrient, deux politiques s’affrontaient à Bruxelles. L’une voulait que le Marché commun soit l’amorce d’une union politiq
31volontés. Voilà bien la nécessité que le drame de Bruxelles, grâce à de Gaulle, a rendu claire. La vraie lutte pour l’Europe se r
19 1963, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Enquête sur l’enseignement civique dans les pays européens [Avant-propos] (mai 1963)
32ce domaine : Conseil de l’Europe*, Communautés de Bruxelles*, Journée [p. 4] européenne des écoles, AEDE, Fondation européenne de
33nternationaux. Le premier de ces stages se tint à Bruxelles en début janvier 1963 sous les auspices et avec l’appui du gouverneme
20 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
34ques heures de Strasbourg, et encore plus près de Bruxelles. Pratiquement, l’Europe d’aujourd’hui est plus petite que n’était la
21 1964, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Campagne pour l’Europe des citoyens (septembre 1964)
35ont été extrêmement encourageants ; que ce soit à Bruxelles, à Tutzing, à Zurich, à La Haye, à Oosterbeek, à Calw, l’accueil le p
22 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
36ques heures de Strasbourg, et encore plus près de Bruxelles. Pratiquement, l’Europe d’aujourd’hui est plus petite que n’était la
23 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
37ur la culture aux gouvernements (ceux du Pacte de Bruxelles) mais l’ancien ministre de l’Éducation Kenneth Lindsay pense au contr
38ionistes, convoqua d’abord un congrès politique à Bruxelles, en février 1949, qui n’ajouta rien à La Haye, à part l’adhésion de P
24 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
39ues, et chez les Six, qui dès 1961 réunissaient à Bruxelles un important colloque sur ce problème 63 , mais encore dans les milie
40r convoquer en 1961 le très important colloque de Bruxelles sur les économies régionales, et que ses six États-nations membres y
41 région que j’emprunte aux travaux du colloque de Bruxelles : L’activité économique suscite dans l’espace des formes de polarisa
42ntreux, La [p. 56] Haye, Lausanne, Westminster et Bruxelles — que l’Europe se ferait lorsque la volonté européenne l’emporterait
25 1970, Le Cheminement des esprits. Préface. Cheminements
43au regard des réalisations de Luxembourg, puis de Bruxelles ? Relisant le précieux recueil de textes Pour l’Europe, réunis à la f
26 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.1. Le mouvement européen
44à ceux de La Haye, de Rome et, tout récemment, de Bruxelles. Parmi bien d’autres influences conjuguées, celle-ci demeure, me semb
45 et la plus aisément discernable. De Montreux à Bruxelles Le Congrès de Montreux n’était pas terminé que l’idée naissait parmi
46 étrangères des cinq pays signataires du pacte de Bruxelles. Le 18 août notre Memorandum sur l’Assemblée européenne se voyait acc
47ational du Mouvement européen, dans sa réunion de Bruxelles, a recommandé que soit créée, par convention entre les États membres
27 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
48 des fondations et fonds (Genève, puis Amsterdam, Bruxelles, Strasbourg) qui se proposent à la fois de regrouper et de financer l
28 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
49r convoquer en 1961 le très important colloque de Bruxelles sur les économies régionales, et que ses six États-nations membres y
50 région que j’emprunte aux travaux du colloque de Bruxelles : L’activité économique suscite dans l’espace des formes de polarisa
51es Agences fédérales, du type de la Communauté de Bruxelles, et qui devront avoir leur siège dans des villes différentes du conti
29 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
52es Agences fédérales, du type de la Communauté de Bruxelles, seront chargées de la concertation des grandes tâches d’intérêt publ
30 1970, Preuves, articles (1951–1968). Dépasser l’État-nation (1970)
53es Agences fédérales, du type de la Communauté de Bruxelles, seront chargées de la concertation des grandes tâches d’intérêt publ
31 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe et le sens de la vie (25-26 avril 1970)
54es agences fédérales, du type de la Communauté de Bruxelles, seront chargées de la concertation des grandes tâches d’intérêt publ
32 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
55a été prononcée, à Lausanne en octobre 1971, et à Bruxelles en mars 1972, la lettre adressée par M. Sicco Mansholt au président d
33 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
56me le disent trop souvent d’éloquents ministres à Bruxelles ou à Strasbourg, que ces « précieuses diversités » sont celles de nos
34 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Confrontation des régions transfrontalières [Nos conclusions] (été 1972)
57ent les institutions de Strasbourg, Luxembourg et Bruxelles, mais les grands thèmes d’action fédéraliste, régionaliste et communa
581947, La Haye 1948, Westminster et Lausanne 1949, Bruxelles et Rome 1950… Le fait que la « Confrontation » récente de Strasbourg
35 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
59des grands congrès européens — Montreux, La Haye, Bruxelles, Westminster et Lausanne, au cours des manifestations culturelles à i
36 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
60 pour [p. 12] les recherches nucléaires, la CEE à Bruxelles pour l’économie. Il est bien évident qu’il faut en créer d’autres, po
61arché commun (1961) et ont abouti à la création à Bruxelles d’une Direction générale de la politique régionale. Mais un problème
62continentales, ou encore comme le Marché commun à Bruxelles s’occupe de coordonner les activités économiques des pays membres et
37 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pourquoi des régions ? (printemps-été 1975)
63n en deux volumes des actes d’un colloque réuni à Bruxelles par la CEE, fin 1960 ; tandis que les Schriften der Regio Basiliensis
38 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 2. Le grand litige
64as de lobby solaire, ni auprès du Pentagone, ni à Bruxelles… « Tant que les États-nations n’auront pas trouvé le moyen d’intercal
39 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
65 verte » dont on pouvait redouter que les Neuf de Bruxelles l’aient disqualifiée pour longtemps. Enracinement local, mobilité à t
66 rencontrent parfois près de Paris, de Genève, de Bruxelles ou de Vienne, jusqu’à vingt nationalités différentes.) Mais si les at
40 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
67expérience régionale Alors que les Communautés de Bruxelles abordaient la Région, au départ 163 , comme un problème de développem
68On a faussé dès le départ — et pas spécialement à Bruxelles — le problème des Régions, en le posant sur le plan de l’efficacité (
41 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
69n Marshall, OECE, Communautés de Luxembourg et de Bruxelles. La lenteur, évoquant celle de certains cauchemars, et la systématiqu
70n 1963 et qui se poursuit depuis 1974 à partir de Bruxelles. Au cours des dernières années, tous mes contacts avec des enseignant
42 1978, Cadmos, articles (1978–1986). La chronique européenne de Denis de Rougemont (hiver 1978)
71i l’institution aurait fait faillite et comment « Bruxelles, c’est fini ! » équivaudrait à la mort de l’Europe tout entière, ce q
72uf pays dont les gouvernements se sont associés à Bruxelles en vue d’harmoniser leurs politiques industrielles et commerciales.
43 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Avertissement
73 [p. 9] Manfred Siebker, Physicien et sociologue, Bruxelles. Robert Triffin, Économiste, professeur à Yale University. Le rédacte
44 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
74itution aurait fait faillite et [p. 13] comment « Bruxelles, c’est fini ! » équivaudrait à la mort de l’Europe, ce qui est très l
75uf pays dont les gouvernements se sont associés à Bruxelles en vue d’harmoniser leurs politiques industrielles et commerciales. O
76] Cette politique est actuellement bloquée tant à Bruxelles qu’à Strasbourg, par les souverainetés nationales, auxquelles tous le
77la guerre, réussissent à mobiliser, pour soutenir Bruxelles et Strasbourg, plus que des nostalgies de militants. D. Ce que nos
78u côté des Communautés économiques européennes de Bruxelles ou CEE : peu d’idées neuves depuis celles, fondatrices, de Jean Monne
45 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. I. L’économie
79Croissance mais insatisfaction Les Communautés de Bruxelles semblent avoir atteint en vingt-cinq ans la plupart de leurs buts éco
46 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. II. L’énergie
80it un consensus des ministres de la Communauté de Bruxelles, aussitôt offert à la co-signature des États européens non membres ;
47 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. IV. Les Régions
81Euratom et MC) sous le sigle de la CEE siégeant à Bruxelles (début de 1958). Le lien entre ces deux phénomènes est évident : il s
82ation continentale. En même temps que l’on crée à Bruxelles une « Direction générale de la politique régionale », se manifestent
83certains l’ont déjà baptisée, n’y a pas manqué. À Bruxelles, en 1961, la Conférence sur les économies régionales apparaît comme l
84olitique régionale » créée par les Communautés de Bruxelles répondra dès 1970 la « Conférence européenne des pouvoirs locaux et r
48 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. V. La défense de l’Europe
85nt du comité militaire de l’Alliance atlantique à Bruxelles. a) Le premier, dans L’Europe sans défense ? 33 , décrit l’attaque su
49 1985, Cadmos, articles (1978–1986). Trente-cinq ans d’attentes déçues, mais d’espoir invaincu : le Conseil de l’Europe (été 1985)
86is les « échecs » subis par la CEE à Athènes et à Bruxelles — le mot un peu désabusé de Jean Monnet à la fin d’une carrière toute