1 1948, L’Europe en jeu. Trois discours suivis de Documents de La Haye. III
1us faut faire l’Europe sans la Russie, sans cette Byzance électrifiée, standardisée, gouvernée par les Asiatiques, sous le couv
2 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en juin 1953 (mai-juin 1953)
2uveraineté nationale, insistant sur la majuscule. Byzance est morte en discutant le sexe des anges, sujet sublime, mais l’Emper
3 1953, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Situation de l’Europe en août 1953 : Lettre aux Six (juillet-août 1953)
3 bref délai. On compare volontiers notre Europe à Byzance. Cet empire qui sombra pour toujours il y a cinq siècles exactement,
4ut. L’assaut fut décidé après des mois d’attente. Byzance fut mise à sac. Les produits du pillage s’élevèrent après trois jours
5dilapidés ou « réquisitionnés ». Les richesses de Byzance, enfin « mises en commun », furent emportées par l’occupant. Il dépen
4 1954, Preuves, articles (1951–1968). La Table ronde de l’Europe (janvier 1954)
6 bref délai. On compare volontiers notre Europe à Byzance. Cet empire qui sombra pour toujours il y a cinq siècles exactement,
7ut. L’assaut fut décidé après des mois d’attente. Byzance fut mise à sac. Les produits du pillage s’élevèrent après trois jours
8dilapidés ou « réquisitionnés ». Les richesses de Byzance, enfin « mises en commun », furent emportées par l’occupant. Il dépen
5 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure occidentale de l’homme : L’exploration de la matière (août 1955)
9e partis en Amérique. Convoqués par l’Empereur de Byzance, les évêques se rassemblent de tout le Proche-Orient, d’Afrique, de M
10 du Pape de Rome, déposer ou non le patriarche de Byzance, et soudain la tourbe des moines et des nervis fait irruption, Hilair
6 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur le rêve des sciences (décembre 1956)
11it. C’était trop clair. La Russie, qui descend de Byzance mais aussi de la Horde d’Or, a toujours préféré la formule, plus brut
7 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 3. La spire et l’axe
12 partis, en Amérique. Convoqués par l’Empereur de Byzance, les évêques se rassemblent de tout le Proche-Orient, d’Afrique, de M
13 du Pape de Rome, déposer ou non le patriarche de Byzance — et soudain la tourbe des moines et des nervis fait irruption, Hilai
8 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
14 vie siècle, ce sont des moines qui rapportent à Byzance les premiers vers à soie du fabuleux pays de « Serinda », quelque par
9 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Un essai de synthèse (mai 1958)
15s Bleus et nos Verts et nos jeux doctrinaux comme Byzance. Ce ne serait rien si les fédéralistes dominaient l’opinion et la vie
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
16 tantôt moitiés théologiques de l’Église (Rome et Byzance), ou enfin vastes et vagues désignations mystiques — l’Orient résuman
17à la défaite subie par la flotte musulmane devant Byzance, dès 718 48 . Mais il y a cette chronique de l’anonyme espagnol, il y
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
18ternes qui la travaillent et la séparation d’avec Byzance, la laissent impuissante et vulnérable. La dernière croisade vient d’
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.2. Premiers plans d’union
19le, où Georges Podiebrad était élu roi de Bohême. Byzance venait de tomber aux mains des Turcs. Pour Æneas Silvius, l’Europe es
20onsacrés à chaque pays séparément, les Balkans et Byzance inclus. Æneas Silvius y décrit non seulement le milieu physique et le
13 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
21 et spirituelle : une Rome aussi théocratique que Byzance, si l’on en croit la prétention d’Ivan le Terrible à détenir non seul
14 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
22e, l’Europe de Nicopolis, l’Europe de la chute de Byzance, ne leur sembleront peut-être qu’un remous misérable à côté de l’espr
15 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
23son sol fût pauvre en métaux, que l’Islam occupât Byzance après Jérusalem, barrant la route de l’Asie, que les Rois Catholiques
16 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
24e même temps, d’organiser une nouvelle croisade — Byzance venait de tomber aux mains des Turcs — et qui avait été le premier à
17 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
25t de l’Inde, puis d’Alexandre, puis de Rome et de Byzance, et enfin, en Europe, empire de Charlemagne, puis Saint-Empire. Il fa
18 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.4. À la Table Ronde du Conseil de l’Europe
26ave exemple. On compare volontiers notre Europe à Byzance. Cet empire qui sombra pour toujours il y a cinq siècles exactement,
27ut. L’assaut fut décidé après des mois d’attente, Byzance fut mise à sac. Les produits du pillage s’élevèrent après trois jours
28dilapidés ou « réquisitionnés ». Les richesses de Byzance, enfin « mises en commun » furent emportées par l’occupant. Il dépend
19 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
29saire le pape Pie II, au lendemain de la chute de Byzance. Dans les deux cas, on propose une armée commune, un parlement europé
20 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
30t de l’Inde, puis d’Alexandre, puis de Rome et de Byzance, et enfin, en Europe, empire de Charlemagne, puis Saint Empire romain
21 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte, suite et fin
31e n’est pas le triomphe des Bleus ou des Verts de Byzance, c’est-à-dire, parmi nous, d’une Gauche ou d’une Droite de moins en m
22 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
32par le fait dominant du xve siècle : la chute de Byzance, qui a précédé de cinq ans l’élection d’Æneas Sylvius au pontificat.
23 1981, Cadmos, articles (1978–1986). L’apport culturel de l’Europe de l’Est (printemps 1981)
33s de l’être européen, selon qu’il a été formé par Byzance à l’Est [p. 120] ou par Rome à l’Ouest, et plus tard, brochant sur l’
34 de Rome, par Wittenberg ou par Genève. Au binôme Byzance à l’Est, Rome à l’Ouest, jusqu’à 1453, répond dès le xvie le binôme
35 la Seigneurie de Venise, pour résister au Turc. (Byzance est tombée quatre ans plus tôt.) L’ouvrage est offert en 1463 à Louis
24 1984, Cadmos, articles (1978–1986). L’État-nation contre l’Europe : Notes pour une histoire des concepts (printemps 1984)
36le, de ce que Pie II, au lendemain de la chute de Byzance, sera le premier à nommer « l’Europe, notre patrie » : la conscience
25 1984, Cadmos, articles (1978–1986). Conclusions (été-automne 1984)
37fait une communication trop modestement intitulée Byzance, ville d’art, et nous a projeté ensuite une série de diapositives d’u
38 la différence de l’Europe morcelée du Moyen Âge, Byzance est restée une monarchie centralisée où les doctrines politiques de l
39entale. Ce qui, selon vous, définit l’héritage de Byzance est devenu, de toute évidence, celui de la Russie, non seulement au M
40enait en majorité de l’Asie centrale, mais pas de Byzance, il s’agit donc d’une transmission purement culturelle comme on dit a