1 1927, Articles divers (1924–1930). Jeunes artistes neuchâtelois (avril 1927)
1ns qui ressemblent beaucoup aux petites huiles de Charles, moins intensément réalistes, plus fins, mais tout aussi habiles dans
2 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
2teau-mouche qui naguère emportait l’infortuné roi Charles. Non, non, plutôt emmener ce désir, comme un tendre souvenir de voyag
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Au sujet d’un grand roman : La Princesse Blanche par Maurice Baring (mai 1931)
3avons eu trop dans la famille, votre pauvre oncle Charles… qui avait stupéfié la famille en devenant catholique…, puis Edmund L
4 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
4teau mouche qui naguère emportait l’infortuné roi Charles. Non, non, plutôt emmener ce désir, comme un tendre souvenir de voyag
5 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. I. N’habitez pas les villes !
5ts. « Vas-y ! — Non ! moi ? penses-tu ! » « Vas-y Charles, comme l’autre fois ! » Poussés par leurs voisins, trois hommes se lè
6 1937, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Paysans de l’Ouest (15 juin 1937)
6nts. — Vas-y ! — Non ! Moi ? penses-tu ! — Vas-y, Charles, comme l’autre fois ! Poussés par leurs voisins, trois hommes se lève
7 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
7ereur ses deux filles : l’aînée, Berthe, épousera Charles, la cadette, Elissent, sera la femme de Girard. Lorsque Charles voit
8dette, Elissent, sera la femme de Girard. Lorsque Charles voit les deux princesses, il s’éprend d’Elissent, déjà fiancée à Gira
9se que bon vouloir et entente cachée. Et pourtant Charles en conçut une telle jalousie que, pour un autre grief dont il charger
8 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
10arxisme au syndicalisme et des belles rêveries de Fourier aux systèmes des coopératives. D’où l’ensemble des lois tendant à pro
9 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
11il connaissait son Évangile, sur ce point l’oncle Charles avait raison. Que n’a-t-il répondu à cet oncle en lui citant d’autres
12nt les Écritures, eût aussi pu répondre à l’Oncle Charles que le texte si « simple et clair » qu’il invoquait, n’existe pas dan
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.8. « Europa vel regnum Caroli »
13eurs et les panégyristes du temps, presque malgré Charles, semble-t-il : car il reste attaché à l’idée à la fois romaine et chr
14imperium mundi. Voici le prêtre Cathwulf qui loue Charles, en 775, d’avoir été choisi par Dieu pour être élevé au rang de « glo
15r, Angilbert, gendre de l’Empereur, qui décerne à Charles, en 799, les titres de « tête du monde…, cime (ou tiare) de l’Europe,
16: Rex, pater Europæ… Cette « Europe ou règne de Charles », Europa vel regnum Caroli comme la nomment les Annales de Fulda (fi
17ens du nom n’est plus que rhétorique (souvenir de Charles) ou simplement géographique ; tout cela, le plus souvent, dans un lat
11 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.5. L’Europe des adversaires de l’Empereur
18Suez) et sur le socialisme français par Enfantin, Fourier et les Phalanstériens, on doit reconnaître à son plan européen deux q
12 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
19me on va la nommer, se nourrit de Saint-Simon, de Fourier, et de la philosophie des romantiques allemands. Le grand problème qu
13 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
20 à la conclusion qu’en dépit de ce que souhaitent Charles, l’Impératrice Zita et leur entourage, la pénétration allemande dans
14 1962, Les Chances de l’Europe. III. L’Europe s’unit
21ns ainsi tirés du feu par les Mazzini, Garibaldi, Fourier, Heine, Lamartine et Mickiewicz, tous partisans d’États-Unis d’Europe
15 1966, Preuves, articles (1951–1968). André Breton (novembre 1966)
22e sage et d’orner de fleurs au crayon de couleur. Fourier était alors son nouvel Intercesseur : il insistait pour m’en lire des
23eune auteur d’avant-garde ! « Ombre frénétique de Fourier, ombre frémissante de Flora Tristan, ombre délicieuse du Père Enfanti
16 1966, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). André Breton à New York (8-9 octobre 1966)
24e sage et d’orner de fleurs au crayon de couleur. Fourier était alors son nouvel intercesseur : il insistait pour m’en lire des
25eune auteur d’avant-garde ! « Ombre frénétique de Fourier, ombre frémissante de Flora Tristan, ombre délicieuse du Père Enfanti
17 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’écrivain et l’événement (7-8 septembre 1968)
26maso Campanella à Swift, Rousseau et Saint-Simon, Fourier, Proudhon, Marx et Mao. Le prophète sent l’époque (bien mieux que le
18 1970, Le Cheminement des esprits. Postface. L’écrivain et l’événement
27maso Campanella à Swift, Rousseau et Saint-Simon, Fourier, Proudhon, Marx et Mao. Le prophète sent l’époque (bien mieux que le
19 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
28ter l’union de l’Europe, mais les phalanstères de Fourier et les grandes entreprises capitalistes du canal de Suez et du canal
20 1972, Penser avec les mains (1972). Préface 1972
29ncore par la notion de « commune » — qui rappelle Fourier et Proudhon mais pas du tout le marxisme-léninisme, et qui était part
21 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
30ölderlin, Baudelaire et Leopardi chez les poètes, Fourier, Marx, Bakounine et Proudhon chez les doctrinaires socialistes. Mais
31maso Campanella à Swift, Rousseau, Saint-Simon et Fourier, Proudhon, Walt Whitman, George Orwell, mais aussi Teilhard de Chardi
22 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 8. Deuxième histoire de fous : Hitler
32étaillée (c’était le défaut majeur de l’utopie de Fourier) mais avec assez d’inconnues, voire de contradictions et de problèmes
23 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
33, et les trente-cinq « phalanxes » inspirées d’un Fourier d’ailleurs mal connu, amalgamé avec un christianisme emersonien, qui
34xuelle, mais leur degré de motivation religieuse. Fourier se fût bien moqué des puritains d’Oneida et de Mount Lebanon, mais eu
35sions systématiques et la Partouse universelle de Fourier n’ont jamais inspiré à ses lecteurs. [p. 246] Peu d’exemples pour not
24 1978, Cadmos, articles (1978–1986). L’Intellectuel contre l’Europe (été 1978)
36e allemand et à la pensée libertaire, de Pélage à Fourier en passant par les cathares et les alchimistes. Sans compter sa passi
25 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
37 utopie au sens de Thomas More, de Campanella, de Fourier, est projection dans un avenir et dans un espace donnés d’un modèle d