1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1a logique. » On confond Japon et Arabie, Indes et Chine sous une dénomination qui n’a de sens que par rapport à l’Europe. Il
2 1926, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, La Tentation de l’Occident (décembre 1926)
2is écrit d’Europe à un Français qui lui répond de Chine. Nous sommes loin du ton des Lettres persanes : le Chinois s’étonne n
3 1928, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). André Malraux, Les Conquérants (décembre 1928)
3 masses de coolies, d’ouvriers armés, toute cette Chine qui s’éveille au sein même de la lutte qui met aux prises l’Europe et
4 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). André Malraux, La Voie royale (février 1931)
4onquérants, décrivait la révolution communiste en Chine, et la figure centrale de Garine, anarchiste par goût de l’expérience
5 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Sécularisme (mars 1931)
5ves à Bombay, les révolutions et les massacres en Chine, les emprisonnements au Tonkin. Et non Bouddha 13 . — La liberté est
6 1933, Esprit, articles (1932–1962). Loisir ou temps vide ? (juillet 1933)
6 du temps de l’homme. ⁂ Un jour, l’Empereur de la Chine fait appeler auprès de lui son peintre. « Peins-moi sur ce rouleau un
7 trait miraculeux…   P.-S. — Cette histoire de la Chine se suffit. J’aurais pu faire l’économie du reste. Mais nous vivons da
7 1934, Politique de la Personne (1946). Appendices — ii. Loisir ou temps vide ?
8 du temps de l’homme. ⁂ Un jour, l’Empereur de la Chine fait appeler auprès de lui son peintre. « Peins-moi sur ce rouleau un
8 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Le mouvement des groupes — Kagawa (4 août 1934)
9anisation du Japon, une autre contre la guerre de Chine. « La société contemporaine est une invalide, mentalement dégénérée,
9 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Conversation avec un SA (décembre 1935)
10e : la littérature de M. Malraux, qui se passe en Chine. C’est peut-être mieux que le panache Saint-Cyrien. Mais c’est trop l
10 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
11 XIV, et les empires égyptiens et aztèques, et la Chine des longues dynasties : grands empires et grandes cultures qu’un gran
11 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
12 XIV, et les empires égyptiens et aztèques, et la Chine des longues dynasties : grands empires et grandes cultures qu’un gran
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
13à la retraite 10 . En 1570, le mûrier, importé de Chine fait son apparition dans le Midi. État du pays en 1820 : douze filatu
13 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
14i le christianisme, accueilli par les Indes ou la Chine, y eût produit les mêmes effets. Mais la réponse n’importe pas ici :
14 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
15taine discipline érotico-mystique dont l’Inde, la Chine et le Proche-Orient surent les recettes. Tout cela me paraît vraisemb
15 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
16idéale du bon mariage : curieuse analogie avec la Chine. Et de fait, c’est à partir de ce xviie siècle « rationnel » que nos
16 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
17i le christianisme, accueilli par les Indes ou la Chine, y eût produit les mêmes effets. Mais la réponse n’importe pas ici :
17 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
18dentaux. Il en va tout autrement des Indes, de la Chine, du Tibet, [p. 358] sinon peut-être du Japon médiéval (voir le célèbr
19e Chinois : Le concept d’amour » n’existe pas en Chine. Le verbe « aimer » est employé seulement pour définir les rapports e
18 1945, Carrefour, articles (1945–1947). L’Amérique de la vie quotidienne (19 octobre 1945)
20elle qui s’était remariée croyant son mari tué en Chine. On le retrouve. Elle déclare aux reporters : « Jim est simplement ép
19 1946, Lettres sur la bombe atomique. 13. La pensée planétaire
21ons le sentiment de leur relativité. La guerre de Chine, cette plaisanterie de chansonniers du temps de Montmartre, intéressa
20 1946, Lettres sur la bombe atomique. 18. La paix ou la mort
22haise pour l’empêcher d’aller casser les vases de Chine. Si on laisse la Bombe tranquille, elle ne fera rien, c’est clair. El
21 1946, Esprit, articles (1932–1962). Épilogue (novembre 1946)
23i ? C’était un clair avertissement aux Russes. La Chine est un de nos grands marchés, le Japon un de nos gros clients. C’est
22 1946, Combat, articles (1946–1950). Post-scriptum (24 mai 1946)
24haise pour l’empêcher d’aller casser les vases de Chine. Si on laisse la Bombe tranquille, elle ne fera rien, c’est clair. El
23 1947, Vivre en Amérique. Prologue. Sentiment de l’Amérique
25elle qui s’était remariée croyant son mari tué en Chine. On le retrouve. [p. 14] Elle déclare aux reporters : « Jim est simpl
24 1947, Vivre en Amérique. 4. Conseil à un Français pour vivre en Amérique
26méricain pourrait le dire. Un Blanc débarquant en Chine ne manque jamais de remarquer que tous les Chinois se ressemblent. Un
27i ? C’était un clair avertissement aux Russes. La Chine est un de nos grands marchés, le Japon un de nos gros clients. C’est
25 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
28. Staline s’en moque, pourvu que l’Inde appuie la Chine. Et cinq des grands ambassadeurs de l’Inde sont communistes ou fellow
26 1954, Preuves, articles (1951–1968). Politique de la peur proclamée (novembre 1954)
29a de 12 millions par an. » Or « le communisme, en Chine, n’a jamais été un mouvement de masse », déclare M. Bevan. « Notre tâ
27 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
30s révoltes. Pourtant, que le Grand Khan balaye la Chine des Song, puis que les Ming chassent les Mongols, qu’un Chandragupta
31 christianisées de la côte du Malabar. Prenons la Chine : le père de sa révolution fut le converti Sun-Yat-Sen, protestant fa
32ndistes de Moscou. C’est ainsi que nous voyons la Chine s’occidentaliser dans le pire sens du terme, au lendemain d’une révol
28 1955, Preuves, articles (1951–1968). L’aventure technique (octobre 1955)
33ît sur deux points de la planète au Caucase et en Chine, semble-t-il — c’est d’abord communier avec lui pour l’apaiser et le
34haise pour l’empêcher d’aller casser les vases de Chine. Si on laisse la Bombe tranquille, elle ne fera rien, c’est clair. El
29 1956, Preuves, articles (1951–1968). Les joyeux butors du Kremlin (août 1956)
35lein vers l’Europe, tandis qu’il est barré par la Chine en Asie ? Supposez, au surplus, qu’elle se soit avisée que la conditi
30 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
36x-ci ne figurent pas pour autant l’Occident de la Chine ou de la Malaisie, ni le Japon l’Occident de l’Amérique ! Elle révèle
31 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
37s révoltes. Pourtant, que le Grand Khan balaye la Chine des Song, puis que les Ming chassent les Mongols, qu’un Chandragupta
38 christianisées de la côte du Malabar. Prenons la Chine : le père de sa révolution fut le converti Sun Yat-sen, protestant fa
39ndistes de Moscou. C’est ainsi que nous voyons la Chine s’occidentaliser dans le pire sens du terme, au lendemain d’une révol
32 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
40vertes. Et personne ne peut dire à quel moment la Chine et l’Inde les ont connues par nous : ces civilisations rêvaient certa
41’Afrique grâce aux navigateurs arabes, et avec la Chine grâce aux navigateurs javanais. D’énormes jonques chinoises, capables
42ve siècle les communications entre Calicut et la Chine ; elles avaient même poussé jusqu’au Golfe Persique. Mais ce sont les
43rient. Dès la première moitié du viie siècle, la Chine des Tang est évangélisée par des pèlerins nestoriens ; elle se couvre
44yant atteint les Bahamas et se croyant près de la Chine. Tous les ressorts de l’Aventure occidentale, nous les voyons se tend
33 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 8. L’aventure technique
45haise pour l’empêcher d’aller casser les vases de Chine. Si on laisse la Bombe tranquille, elle ne fera rien, c’est clair. El
34 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 10. Le drame occidental
46ser celle qu’a répandue l’Occident ? L’URSS et la Chine ne représentent-elles pas des phénomènes d’occidentalisation (trop ra
47evisme a repris cette vieille méthode (exemples : Chine et satellites européens). Il prend ainsi la succession de l’Islam, de
48désormais dans le camp des haves, confrontés à la Chine, chef du camp des have nots. Tout se ramène alors, en apparences, au
35 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
49sades qui parvinrent à circuler [p. 257] entre la Chine et les Papes de Rome et d’Avignon, par l’intermédiaire des princes ne
50sionnaire en Asie, créa des évêchés dans toute la Chine mongole, au Turkestan et sur les côtes des Indes, pendant un Moyen Âg
36 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la honte et l’espoir de l’Europe (janvier 1957)
51tes emprisonnés au Caire, du Tibet conquis par la Chine, de l’esclavage dans les pays arabes, du canal interdit aux bateaux d
37 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
52n, le plus sage et le plus magnanime qu’ait eu la Chine, pour avoir chassé les jésuites car, dit-il, « ce n’était pas parce q
38 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
53en cours au sud-ouest de l’Europe. Reste l’Asie : Chine, Inde, Indonésie jouent une autre partie, non moins complexe, et dont
39 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1957)
54 bien finie, l’avenir est aux USA, à l’URSS, à la Chine, à la Lune. — Qu’attendez-vous donc pour y aller ? Et qu’offrent-elle
40 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
55confins de la jungle ou en plein désert. Enfin la Chine vient d’adopter coup sur coup une doctrine d’État venue d’Europe : le
56haise pour l’empêcher d’aller casser les vases de Chine. Si on laisse la Bombe tranquille, elle ne fera rien, c’est clair. El
57ation effectivement mondiale. Nous voyons même la Chine l’adopter sous une forme caricaturale, il est vrai, importée de la Ru
41 1958, Preuves, articles (1951–1968). Sur la prétendue décadence de l’Occident (avril 1958)
58tion de notre alphabet et du birth control par la Chine a tout de même une autre importance que nos brèves poussées d’exotism
42 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La méthode culturelle, ou l’Europe par l’éducation des Européens (mai 1958)
59, ou diamat, doctrine officielle de l’URSS, de la Chine, et de leurs satellites, règne sur un tiers au moins du genre humain 
43 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
60sme arabe, la misère de l’Inde, l’expansion de la Chine, l’impérialisme soviétique, la tutelle américaine : tel est le cadre
44 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur un chassé-croisé d’idéaux et de faits (novembre 1959)
61 siècle s’est précisée. Amérique du Nord, Russie, Chine, sans cesse nommées, numérotées et comparées dans les discours de Khr
45 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
62s premières et moins peuplée que l’Inde ou que la Chine, ait en fait dominé le monde, de la Renaissance jusqu’aux débuts de n
46 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
63ccident, car on n’observe rien de tel en Inde, en Chine ou en Afrique. Comment nous expliquer ce fait ? Et pourquoi l’érotism
47 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
64dent découvre et publie le Hi-King, tandis que la Chine s’industrialise, s’impose notre marxisme et oblitère son mandarinat.
48 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.7. De la géographie à l’histoire
65x-ci ne figurent pas pour autant l’Occident de la Chine 41 ou de la Malaisie, ni le Japon, l’Occident de l’Amérique ! Elle r
49 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.1. Sur plusieurs siècles de silence « européen »
66celle de saint Louis. Marco Polo, redécouvrant la Chine, vient d’ajouter une dimension nouvelle au monde connu. Cette situati
50 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.5. Les grands desseins du xviie siècle
67rroit estre debatu entre les Roys de Perse, de la Chine, le Pretre-Jan, le Precop de Tartarie, et le grand Duc de Moschouie…
51 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.1. Perspectives élargies
68 d’un trait d’union chrétien entre l’Europe et la Chine, en vue d’une synthèse supérieure des civilisations. Il semble encor
69prenons que Cam-hi, Amalogdo-Chan, Monarque de la Chine et des Tartares les plus orientaux , et Jakso Adjam-Saugbed, roy des
70 apprenons tant par les relations nouvelles de la Chine, où le Christianisme vient d’être autorisé et appuyé d’un édit du Roy
71de son empire et dont le pays a été rattaché à la Chine ; quant au négus d’Éthiopie et aux puissants rois de Fez et du Maroc,
52 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.2. L’Europe des lumières
72Le P. Duhalde dit que le commerce intérieur de la Chine est plus grand que celui de toute l’Europe. Cela pourrait être, si no
73, c’est-à-dire la Turquie, la Perse, le Mogol, la Chine, la Corée et le Japon. [p. 131] En Europe, au contraire, la zone tem
53 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
74 agita le monde barbare, et les révolutions de la Chine entraînèrent celles de la Gaule et de l’Italie. Les Huns, qui fuyaien
75it la loi aux nations paisibles et policées de la Chine, de l’Inde, et de la Perse, qui négligeaient et négligent encore de s
54 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.1. La Révolution Française et l’Europe
76de France se prolongeront jusqu’aux confins de la Chine. On ira en poste de Paris à Pékin, comme de Bordeaux à Strasbourg, sa
55 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
77pulations qui, telles que celles de l’Inde, de la Chine, etc., n’ont pu exercer sur notre passé aucune véritable influence, d
56 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
78ond de la lointaine Asie où il n’y a guère que la Chine qui puisse encore lui barrer le passage ; il enserre l’Afrique, ayant
79ire. L’antiquité ne les connut pas : l’Égypte, la Chine, l’antique Chaldée, ne furent à aucun degré des nations. C’était des
80sur celle de l’Europe, par exemple le Japon et la Chine. Pour ce qui est des Indes également, seules nous concernent les époq
57 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
81cience dépasse de loin les amorces qu’il y eut en Chine, aux Indes, et aussi dans la Grèce antique ; la science grecque est s
58 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
82l’agresseur ; et si, aujourd’hui, la Russie et la Chine ont renversé les rôles, c’est que nous entamons un nouveau chapitre d
83ant au nord-est, pour atteindre éventuellement la Chine, la Corée et le Japon. Si l’on se place à un point de vue purement ki
84 produit d’un « art prolétarien moderne » dans la Chine d’aujourd’hui n’a plus rien de commun avec ce que nous connaissons de
59 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
85dent découvre et publie le Hi-King, tandis que la Chine s’industrialise, s’impose notre marxisme et oblitère son mandarinat.
60 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
86 dans trois régions privilégiées à cet égard : la Chine, l’Inde et l’Europe, lesquelles comptent chacune au xxe siècle entre
87on vers le monde, était bien moins peuplée que la Chine et que l’Inde, et ne subissait aucune pression démographique, même da
88ompte plus de soixante évêchés nestoriens dans la Chine du ixe siècle, sous la dynastie T’ang — et vers l’Ouest, en Islande,
89ulières avec les civilisations de l’Inde et de la Chine, dont quelques rares voyageurs — Marco Polo, Rubrukis ou Jean de Plan
90ise primitive, envoyant ses évangélistes jusqu’en Chine, vers l’est ; et vers l’ouest, jusqu’en Islande et aux côtes atlantiq
61 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
9100 m au-dessus du Middle West ou du Brésil, de la Chine ou de l’Arabie, de l’Inde ou de l’Afrique noire, et enfin de l’Europe
92 moins peuplé, je le répète, que l’Inde ou que la Chine. Mais ce cap et ses habitants, longuement travaillés, tourmentés, féc
62 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
93onstate : le Sud-Est de [p. 76] l’Asie jalouse la Chine et voudrait secrètement l’imiter ; mais la Chine court après la Russi
94 Chine et voudrait secrètement l’imiter ; mais la Chine court après la Russie, en espérant la battre sur son propre terrain ;
63 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
95 à trouver des chaires d’européisme en Inde ou en Chine). 5. Au moment d’entreprendre et de développer ce dialogue qui lui es
96 numéros de Comprendre (Venise) sur l’Afrique, la Chine, l’Inde ; des Cahiers du Sud (Marseille) sur l’Islam ; de Cuadernos (
97, par exemple ; ou encore, les relations entre la Chine nouvelle et toutes les autres régions non européennes, posent des pro
98e dialogue avec l’Afrique noire, ou l’Inde, ou la Chine, ces quatre ensembles adopteront des attitudes très différentes, parf
99 l’Inde et à ceux du Japon, par exemple, ou de la Chine. Au surplus, la problématique Est-Ouest, chère à Hegel et aux philoso
100 — Sud-Est de l’Asie bouddhiste — Indonésie — Chine — Japon Zones intermédiaires : les pays européens actuellement sat
101, et les pays bouddhistes situés entre l’Inde, la Chine et l’Indonésie. C’est entre ces régions bien distinctes, et non pas e
64 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
102urope d’une part et l’URSS de l’autre (ou bien la Chine), c’est opérer un coup d’État contre notre présent statut de neutrali
65 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
103rope d’une part, et l’URSS de l’autre (ou bien la Chine), c’est opérer un coup d’État contre notre présent statut de neutrali
66 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
104usant son absence forcée de ce congrès, il est en Chine ces jours-ci) [p. 24] critiquent vivement toute tentative d’affirmer
105is grand-chose aux propos des sages subtils de la Chine et de l’Inde : parce que ces sages essayaient de se mettre à la porté
67 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
106’est pas le cas pour l’Inde, encore moins pour la Chine, dont souvent les « grandes langues » (quatorze en Inde) sont radical
68 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
107es d’Égypte, de Sumer et d’Akkad, plus tard de la Chine et de l’Inde, puis d’Alexandre, puis de Rome et de Byzance, et enfin,
108 de l’Amérique et de la Russie aujourd’hui, de la Chine demain », écrivait dès 1954 Jean Monnet (Lettre de démission de la CE
69 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
109 ne saurait être soutenue à la rigueur que par la Chine, l’URSS et surtout les USA, s’ils acceptaient toutefois d’en payer le
70 1969, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Non, notre civilisation n’est pas mortelle ! » (30-31 août 1969)
110D. d. R. — Je n’en vois aucune. Question. — Et la Chine ? D. d. R. — Encore faudrait-il que ce soit une civilisation vraiment
111 chaise pour l’empêcher d’aller casser un vase de Chine. Le “contrôle de la bombe” est une absurdité. Ce qu’il nous faut, c’e
71 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
112s premières et moins peuplée que l’Inde ou que la Chine, ait en fait dominé le monde, de la Renaissance jusqu’aux débuts de n
72 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.5. Pronostics 1969 (une interview)
113t s’épanouir ? R. — Je n’en vois aucune. — Et la Chine ? R. — Encore faudrait-il que ce soit une civilisation vraiment diffé
73 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.2. Le civisme commence au respect des forêts
114urelle aux peuples de grandes plaines, USA, URSS, Chine ; — l’étude de l’écologie fait voir mieux que toute autre l’inanité d
74 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
115que, adoptée par l’URSS et de là, transplantée en Chine, elle est devenue, au cours de ces dernières années, non seulement l’
116orciers, ni l’Inde des castes et des sages, ni la Chine des paysans et des mandarins, n’avaient pu ou voulu produire de machi
75 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
117 à trouver des chaires d’européisme en Inde ou en Chine, encore qu’il soit juste d’observer que les Chinois qui ont appris le
118, par exemple ? ou encore, des relations entre la Chine [p. 169] nouvelle et toutes les autres régions non européennes, qui p
119 avec l’Afrique noire, ou avec l’Inde, ou avec la Chine, ces quatre ensembles adopteront des attitudes très différentes, parf
120ur commun aux problèmes de l’Inde et à ceux de la Chine, par exemple, ou encore aux problèmes de la Chine et à ceux du Japon.
121Chine, par exemple, ou encore aux problèmes de la Chine et à ceux du Japon. Au surplus, la problématique Est-Ouest, chère à H
122rique noire (francophone et anglophone) ; Japon ; Chine ; Indonésie. C’est entre ces régions bien distinctes, et non pas entr
76 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
123densité de population qui ailleurs, en Inde et en Chine, par exemple, constitue un lourd handicap. Avouez qu’il est au moins
124adressé par l’existence des Deux Grands, et de la Chine, et du Tiers Monde, et des problèmes [p. 23] du xxie siècle, ce n’es
77 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
125s de l’URSS, ni dans les masses en uniforme de la Chine. Ou bien, s’il prend soudain un sens précis pour les meneurs national
126’est pas le cas pour l’Inde, encore moins pour la Chine, dont souvent les « grandes langues » (quatorze dans les deux cas) so
127st l’URSS à son tour qui s’est chargée d’aider la Chine à liquider la civilisation des mandarins, c’est l’URSS qui a introdui
128r d’une nation. Le fameux « bond en avant » de la Chine n’a guère été qu’un bond vers l’industrie et vers le socialisme, inve
129ud, sous-développée, courir après l’exemple de la Chine, qui essaie d’imiter la Russie, laquelle veut rejoindre l’Amérique, q
130e. Or ce n’est pas chez nous, en Europe, mais en Chine, que cette prédiction se réalise. Voici ce qu’écrit le quotidien de l
78 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
131 ne saurait être soutenue à la rigueur que par la Chine, l’URSS et surtout les USA, s’ils acceptaient toutefois d’en payer le
79 1970, Lettre ouverte aux Européens. III. La puissance ou la liberté
132alisable au xxe siècle, et n’existe pas, même en Chine. Tout comme la souveraineté absolue, elle ne représente rien d’autre
80 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
133es d’Égypte, de Sumer et d’Akkad, plus tard de la Chine et de l’Inde, puis d’Alexandre, puis de Rome et de Byzance, et enfin,
134 de l’Amérique et de la Russie aujourd’hui, de la Chine demain », écrivait dès 1954 Jean Monnet (Lettre de démission de la CE
81 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
135 ne saurait être soutenue à la rigueur que par la Chine, l’URSS et surtout les USA, s’ils acceptaient toutefois d’en payer le
82 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
136st l’URSS à son tour qui s’est chargée d’aider la Chine à liquider la civilisation des mandarins, c’est l’URSS qui a introdui
137er d’une nation. Le fameux « bon en avant » de la Chine n’a guère été qu’un bond vers l’industrie et vers le socialisme, inve
138ud, sous-développée, courir après l’exemple de la Chine, qui essaie d’imiter la Russie, laquelle veut rejoindre l’Amérique, q
83 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
139sistance technique ou, à défaut d’un visa pour la Chine, un an à Milwaukee, quelques semaines à Riazan : vous comprendrez ce
84 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
140ugrien) sont étroitement apparentées. Alors qu’en Chine on parle quatorze langues radicalement étrangères les unes aux autres
85 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
141verselles », de Sumer aux Mayas et de l’Inde à la Chine ; [p. 6] — n’a pas pour fonction principale de maintenir l’ordo mund
142copique du contact de l’Europe et d’un empire, la Chine : — qu’a-t-elle reçu de l’Europe ? et qu’en fait-elle ? La Chine a pr
143t-elle reçu de l’Europe ? et qu’en fait-elle ? La Chine a pris d’abord l’idée de révolution, qui est bien l’idée la plus cont
144e et la plus populaire du pays. Dans le cas de la Chine, c’est celle de Confucius (551-479 av. J.-C.), aujourd’hui désigné co
145que et yankee. La modernité consiste donc pour la Chine à renier le Chinois le plus célèbre, pour lui substituer cet Européen
146on se produirait dans les pays industriels. Or la Chine est une grande paysannerie. Il va falloir la moderniser. Et ce sera c
147-à-dire la manière raisonnée et maîtrisée dont la Chine s’européanise par l’extérieur, — contraste avec ce que pratiquent la
86 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
148valents modernes des Pyramides, de la Muraille de Chine ou du Palais de Versailles. Les « grands travaux » renforcent l’unité
149rope, en Afrique, en Asie et en URSS (mais pas en Chine). On sait moins que ce concept signifie technique plus idéologie ou m
87 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
150sistance technique ou, à défaut d’un visa pour la Chine, un an à Milwaukee, quelques semaines à Riazan : vous comprendrez ce
88 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
151puis des siècles les populations des Indes, de la Chine, de l’Afrique… Soyons sérieux : c’est le contraire qui est en train d
152uire dans, le Sahel, au Biafra, au Bangladesh, en Chine, en URSS bientôt, des famines comme l’humanité n’en avait jamais conn
89 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
153Russie le trait d’union entre l’Europe unie et la Chine, et enfin de divers projets œcuméniques. Et Kant, auteur du Projet de
90 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
154 : selon l’un des fondateurs de cette doctrine en Chine, « la non-demeure est la nature originelle de l’homme. » — judaïsme e
155Paul). Et surtout, les mystiques de l’Inde, de la Chine, de la Perse, de l’Islam, de la Chrétienté médiévale et renaissante o
91 1981, Cadmos, articles (1978–1986). Un falsificateur vu de près (été 1981)
156C’est le coup bien connu du domestique voleur, en Chine.) À la page 32 de son livre, Lévy s’indigne de ce qu’Emmanuel Mounier
92 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
157 quasi-interdiction en URSS, de sa suppression en Chine, et en dépit de Vatican II et des progrès de l’œcuménisme, il est pat