1 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.4. Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation
1 [p. 47] IV Hegel, Comte, Marx, ou la rationalisation Constituée bien avant la Renaissance so
2n. Alors paraissent les grands docteurs, Hegel et Comte. Ils sont réactionnaires, c’était fatal. Non qu’ils renient le Progrè
3l est le paradoxe que les systèmes de Hegel et de Comte vont résoudre magistralement. Hegel : « Tout ce qui est réel est rati
4 l’idée de Progrès et garantit sa rentabilité. Et Comte, en trois formules, dont plus tard un Maurras aimera se répéter les «
5entifiques nécessaires pour organiser la société (Comte). Tous les dogmes rationalistes qui vont constituer l’armature des id
6iècle sont contenus en germe dans ces formules de Comte et de Hegel. Les morts gouvernent les vivants : c’est le déterminisme
7e plus en plus 17 se subordonner à l’Humanité » (Comte), c’est-à-dire à la société organisée. Elles transportent ainsi le dy
2 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 4. Franz Kafka, ou l’aveu de la réalité
8s il ne parviendra jamais à rejoindre Monsieur le Comte. Tout le roman se passe au village, et se borne à décrire minutieusem
3 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
9’un Toynbee, Gibbon, comme les Schlegel, Hegel et Comte, qui écrivirent avant Darwin et Marx, ne déduit pas de la décadence d
4 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
10ensée européenne des saint-simoniens, et celle de Comte en particulier : Calendrier positiviste ou système général de commém
11 capitale, le Cours de philosophie positive 190 Comte entend donner une solide base critique [p. 228] à son européisme, en