1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). I. Le mythe de Tristan
1 son tribut de jeunes filles ou de jeunes gens de Cornouailles. Tristan obtient la permission de le combattre, au moment où il pourr
2 cette blessure, Tristan fait appeler la reine de Cornouailles, la seule qui puisse encore le guérir. Elle vient, et son vaisseau ar
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
3contesté. C’est la dernière patrie des bardes. En Cornouailles et en Écosse, leurs traditions resteront vivantes jusqu’à l’époque où
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
4avais que onze ans Mais je ne suis jamais allé en Cornouailles. Comment pourrait-il s’agir d’amour physique ? Et le dernier vers in
5mbolique, puisqu’elle peut exister ailleurs qu’en Cornouailles. (Temple ou grotte d’hérétiques ?) 11. Saint François d’Assise et l
4 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
6 Banou Odrah, tribu bédouine, jusqu’aux amants de Cornouailles dont Béroul et Thomas, puis Gottfried et Richard nous répètent qu’ils
5 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Avertissement
7ennes, Nice. Patricia Mayo, Auteur et sociologue, Cornouailles. Charles Ricq, Sociologue, Genève. Henri Schwamm, Professeur à l’Inst