1 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
1té, gardiens du siège de la SDN et de celui de la Croix-Rouge, gardiens de ce qui est européen et commun à toutes les nations ; éta
2 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
2ls, gardiens du siège de la SDN et de celui de la Croix-Rouge, gardiens de ce qui est européen et commun à toutes les [p. 111] nati
3 1940, Mission ou démission de la Suisse. 5. Esquisses d’une politique fédéraliste
3cuméniques, membres du Comité international de la Croix-Rouge, etc., etc. Le « Suisse international » est un homme qui peut et doit
4 1946, Journal des deux Mondes. 13. Virginie
4es « œuvres » innombrables, une Université, et la Croix-Rouge. Et des projets dont je voudrais pouvoir parler déjà, parce qu’ils ré
5 1946, Foi et Vie, articles (1928–1977). Fédéralisme et œcuménisme (octobre 1946)
5ricains, pour ne donner qu’un exemple.) À part la Croix-Rouge, dont la tâche est strictement limitée, rien ne subsiste en dehors de
6 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
6néral Dufour, vainqueur du Sonderbund, fondait la Croix-Rouge et établissait son comité international à Genève, le Conseil fédéral
7 1953, La Confédération helvétique. 5. La vie religieuse
7gique que mystique, c’est dans une œuvre comme la Croix-Rouge ou dans le rayonnement mondial de la pensée d’un Karl Barth qu’elle t
8 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
8enève par les soins du Comité international de la Croix-Rouge, et qui a compté jusqu’à 3400 collaborateurs, en grande majorité béné
9ployant à y faire respecter les conventions de la Croix-Rouge. Il est significatif que cette dernière œuvre fondée [p. 175] par le
10uleurs. On sait que le Comité international de la Croix-Rouge, qui siège à Genève, est constitué uniquement par des Suisses : son a
11tions internationales. La première en date fut la Croix-Rouge, bientôt suivie par l’Union postale universelle, l’Union internationa
9 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
12ir des possibilités de contacts aux deux parties (Croix-Rouge internationale, échange de prisonniers, négociations secrètes menées
10 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
13ue internationale, mais vous en avez fait avec la Croix-Rouge, et c’est une raison de fierté pour tous les Suisses. » Le soir même,
11 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
14es nations, au nom de son action philanthropique (Croix-Rouge), ou diplomatique (représentation des intérêts d’autres pays en confl
15notre neutralité a permis les interventions de la Croix-Rouge lors des conflits européens et celles de la diplomatie suisse lors de
12 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
16arbitres, des négociateurs de bons offices, et la Croix-Rouge — née à Genève. Jusqu’au xixe siècle, « servir » hors du pays signif
13 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.8. « Il a fallu plus de six siècles pour fédérer les cantons suisses »
17 plus tard devenir l’un des cinq fondateurs de la Croix-Rouge) battit en quelques semaines les troupes des cantons « séparatistes »
14 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
18ans son âge mûr —, négociateur ou président de la Croix-Rouge internationale pendant la guerre, tantôt écrivain libre ou professeur
19gique que mystique, c’est dans une œuvre comme la Croix-Rouge ou dans le rayonnement de la pensée d’un Karl Barth qu’elle témoigne
15 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
20es nations, au nom de son action philanthropique (Croix-Rouge), ou diplomatique (représentation des intérêts d’autres pays en confl
21notre neutralité a permis les interventions de la Croix-Rouge lors des conflits européens et celles de la diplomatie suisse lors de
16 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. VI. L’Europe et le tiers monde
22nière guerre, le CICR (Comité international de la Croix-Rouge) a réussi à visiter dans le tiers monde 300 000 prisonniers politique