1 1934, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). D’un humour romand (24 février 1934)
1uringe et Connaissez mieux le cœur des femmes, de Girard, et de Cingria, ce que vous aurez la chance d’en trouver, une note ic
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
2a Charles, la cadette, Elissent, sera la femme de Girard. Lorsque Charles voit les deux princesses, il s’éprend d’Elissent, dé
3rincesses, il s’éprend d’Elissent, déjà fiancée à Girard. Après un long débat, Girard consent à céder Elissent, à condition qu
4sent, déjà fiancée à Girard. Après un long débat, Girard consent à céder Elissent, à condition qu’il cesse d’être [p. 356] vas
5t reine. Au jour où les deux couples se séparent, Girard prend à part deux témoins, ainsi que Berthe sa femme, et la reine. F
6par cet anneau je donne à jamais mon amour au duc Girard. Je lui donne de mon oscle la fleur, parce que je l’aime plus que mon
7ment, ajoute le poète, « dura toujours l’amour de Girard et d’Elissent, pur de tout reproche, sans qu’il y eût entre eux autre
8ains qui provoque la catastrophe, tandis que dans Girard, c’est la jalousie du suzerain. Ainsi dans le premier cas, la situati