1 1930, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Voyage en Hongrie II (novembre 1930)
1ui me croit triste. Ils l’ont amené du fond d’une Inde. Ils l’ont égaré, comme ils égarent tout d’un monde où si peu vaut qu
2 1932, Le Paysan du Danube. I. Le Paysan du Danube — I.3. Voyage en Hongrie
2 croit triste. Ils l’ont amené du fond d’une Inde. Ils l’ont égaré, comme ils égarent tout d’un monde où si peu vaut qu
3 1936, Penser avec les mains (1972). I. La commune mesure — I.14. L’appel à la commune mesure, ou l’Europe du xxe siècle
3ces mesures ce que nous appelons leur grandeur. L’Inde ancienne, la Grèce d’Homère et la Grèce de Périclès, et la Rome des C
4 1936, Esprit, articles (1932–1962). Culture et commune mesure (novembre 1936)
4ces mesures ce que nous appelons leur grandeur. L’Inde ancienne, la Grèce d’Homère et la Grèce de Périclès, et la Rome des C
5 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
5s indo-européens : mages iraniens, brahmanes de l’Inde, pontifes [p. 64] et flamines de Rome. Le flamen porte d’ailleurs le
6s avec la religion fondamentale de l’Europe. De l’Inde aux rives de l’Atlantique, nous retrouvons exprimé, dans les formes l
7le domaine géographique et historique qui va de l’Inde à la Bretagne, nous constatons qu’une religion s’y est répandue, d’un
8ication radicale du jeu d’échecs, originaire de l’Inde. Au lieu des quatre rois qui dominaient le jeu [p. 123] primitif, on
9partir du vie siècle se répand rapidement dans l’Inde entière, tant hindouiste que bouddhiste, une école ou mode religieuse
10d’une certaine discipline érotico-mystique dont l’Inde, la Chine et le Proche-Orient surent les recettes. Tout cela me paraî
6 1951, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Inde 1951 (décembre 1951)
11 [p. 56] Inde 1951 (décembre 1951) g Les États neufs ont des douaniers nerveux, m
12s neufs ont des douaniers nerveux, mais ceux de l’Inde se dominent : ils ont gardé cela des Anglais. Il leur faut cependant
13Mais non, tout simplement, il y a trop de gens en Inde. J’ai sommeillé sous le ronron lent de l’hélice. Je sonne pour demand
14ues questions. Mon opinion sur la neutralité de l’Inde ? Sur Nehru ? Éclair de magnésium. Aveuglé, je comprends, et m’efforc
15 encore l’énergie de l’animal humain. ⁂ Aborder l’Inde par Bombay, ou par son intelligentsia, c’est retrouver d’abord ce que
16entaires critiques sur le Congrès. Je quitterai l’Inde sans avoir voulu dire ce que j’en pense, qui se résume à ceci : si le
17 nommée kans, fléau des riches vallées à blé de l’Inde centrale. Avec l’aide des tracteurs américains qui avaient construit
18hodoxe, donc très libre d’esprit.) — Je cherche l’Inde. La trouverai-je à Bombay ? Il appelle un taxi, et nous voilà partis.
19’or, Çakuntala dansait des danses classiques de l’Inde ancienne. Deux petits [p. 61] groupes de musiciens l’accompagnaient,
20’idée de « mauvais goût » devient inconcevable en Inde, alors qu’un tel excès de richesses combinées n’eût pas manqué de l’é
21mille complexes, sexuels surtout. Qu’en est-il en Inde ? Les Indiens échangent un sourire, hésitent un peu, par politesse sa
22r leurs leaders. Staline s’en moque, pourvu que l’Inde appuie la Chine. Et cinq des grands ambassadeurs de l’Inde sont commu
23ie la Chine. Et cinq des grands ambassadeurs de l’Inde sont communistes ou fellow-travellers… » Un diplomate : « Nul ne sait
24isme, inutile selon lui. Or il s’agit d’équiper l’Inde, pour la sauver de la misère. » Beaucoup enfin de ceux qui l’aiment e
25ds indianistes sont allemands ou français, mais l’Inde ne connaît guère l’Europe que par les collèges anglais, et d’autre pa
26avers l’Amérique ; or l’Europe est plus près de l’Inde… Il s’est donné une petite tape sur le genou. « C’est vrai, cela ! me
27qu’en rupture de magie. Cette crise profonde de l’Inde se résume en Nehru. J’en suis sûr maintenant : ce grand Indien, qui l
28 de Gandhi, de nos faiblesses et de nos idéaux, l’Inde va-t-elle enfin se retrouver elle-même ? Six siècles de tutelle, pres
29t-ils pas profondément dénaturée ? Certes, mais l’Inde en soi n’existe pas ailleurs que dans nos idées vagues sur son mystèr
30eviendra. En six siècles, le monde a changé ; une Inde indépendante eût changé elle aussi. Le fait certain, c’est qu’elle n’
31 lice des États, au milieu d’une partie serrée, l’Inde se voit sommée de jouer. Elle n’est pas équipée, ni entraînée. Elle n
32alisme [p. 69] dont il est la rançon. Cependant l’Inde, en tant qu’État, doit voter pour ou contre l’un des blocs, sauf à tr
33repoussera-t-il longtemps la double tentation ? L’Inde antique, religieuse, hindoue, subsiste encore dans toutes les castes,
34 et un avenir encore épidermique, le présent de l’Inde paraît manquer de consistance. Nous avons des problèmes, l’Inde est p
35nquer de consistance. Nous avons des problèmes, l’Inde est problèmes. Je n’ai guère parlé que du plus intime d’entre eux, te
36èmes me semblent insolubles. Il faut donc aider l’Inde, mais qui le peut ? L’Amérique lui fournit des tracteurs et du blé. L
7 1951, Preuves, articles (1951–1968). Neutralité et neutralisme (mai 1951)
37erté de penser. …Nulle part peut-être plus qu’en Inde, la culture n’avait fait un plus grand effort vers la maîtrise par l’
38condamner la neutralité en général, et celle de l’Inde en particulier. Personnellement, je tiens à prendre ici une position
8 1951, Preuves, articles (1951–1968). Culture et famine (novembre 1951)
39ne (novembre 1951) c Allez dans un pays comme l’Inde, où, dans la seule province du Bihar, vingt millions d’habitants meur
40e nommée kans, fléau de riches vallées à blé de l’Inde centrale. Avec l’aide des tracteurs américains qui avaient construit
41politique, qu’on doit parler dans un pays comme l’Inde, sans cesse menacé de famine. Et cela vaut aussi, bien entendu, pour
9 1952, Preuves, articles (1951–1968). Le sens de nos vies, ou l’Europe (juin 1952)
42 à l’ordre du cosmos, crime absurde. Voyageant en Inde, l’an dernier, j’ai pu vérifier sur place que les seuls hommes touché
10 1952, Journal de Genève, articles (1926–1982). Au pays du Patriarche (29-30 novembre 1952)
43te fois par jour par des avions de New York, de l’Inde ou de Stockholm. Ils vont se poser derrière le bois tout proche, qui
11 1954, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Orienter les espoirs européens (décembre 1954-janvier 1955)
44oqué la Révolution d’octobre. Un saint a libéré l’Inde. Un fou a subverti l’Allemagne. Un amateur distingué a sauvé les État
12 1955, Preuves, articles (1951–1968). Le Château aventureux : Passion, Révolution, Nation (mai 1955)
45s secrets de l’évasion spirituelle imaginée par l’Inde et le bouddhisme. Dans son refus de la chair fragile et provisoire, e
46tension du communisme dans l’Asie. Mais prenons l’Inde : les premiers touchés par l’idéologie marxiste ont été les intellect
13 1956, Preuves, articles (1951–1968). Sur l’Europe à faire (novembre 1956)
47nné à ce commerce une approbation objective, et l’Inde a proposé des mesures de compromis. L’esclavage devient donc tabou :
14 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. I. Première partie. La Voie et l’Aventure — 1. Où les voies se séparent
48le plus ancien témoignage. Admettons même entre l’Inde et l’Europe une parenté antérieure aux Aryens. (Elle paraît attestée
49égime des castes, [p. 20] imposé aux peuples de l’Inde par les conquérants aryens, ait son origine en Europe, où Platon l’id
50divergence des évolutions ultérieures. À l’Est, l’Inde codifie les castes ; elle en ajoute même une 3 , multiplie les sous-c
51 au Moyen Âge, c’est Maître Eckart, de même qu’en Inde c’est d’abord le Buddha, puis tel guru jusqu’à nos jours, c’est-à-dir
52e pas au delà d’une post-Renaissance importée. En Inde, on ne voit partout que pèlerinages, sanctuaires, lieux et quartiers
53demandait à un yogi : « N’avez-vous pas tenté, en Inde aussi, de calculer la quadrature du cercle ? » Le yogi répondit : « N
54re en rapportant l’observation suivante, faite en Inde. « Trop de monde partout ! Trois domestiques pour ma simple chambre d
55lleur dans leurs niches… Point de culte public en Inde, de liturgie, d’église organisée. L’Hindou grégaire n’est seul que de
56it l’impression qui submerge l’Européen livré à l’Inde, immergé dans la foule indienne. J’ai parlé de l’Hindou « grégaire » 
57 la Croix. Je disais que la voie de l’individu en Inde, comme celle du mystique médiéval, ne peut être que fuite en l’Absolu
15 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 4. Le Château aventureux
58s secrets de l’évasion spirituelle imaginée par l’Inde et le bouddhisme. Dans son refus de la chair fragile et provisoire, e
59tension du communisme dans l’Asie. Mais prenons l’Inde : les premiers touchés par l’idéologie marxiste ont été les intellect
16 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 5. L’expérience du temps historique
60par les anciennes cosmologies de l’Orient. Pour l’Inde, l’unité de temps — le Kalpa ou Jour de Brahma — est de quatre millia
17 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
61personne ne peut dire à quel moment la Chine et l’Inde les ont connues par nous : ces civilisations rêvaient certainement d’
62qu’elle existât, mais de trouver une route vers l’Inde et le Cathay qu’il croyait assez proches à l’Ouest, de convertir leur
63ompte que 78 pour la distance entre Lisbonne et l’Inde. Il tire ses « preuves » de l’Imago Mundi de Pierre d’Ailly, qui met
64 accumulation d’erreurs d’ordres divers situant l’Inde où se trouve l’Amérique, lui permet de prévoir une terre là où, effec
65ué des origines jusqu’à Rousseau ? En ouvrant « l’Inde », Colon nous révélait le passé des sauvages et peut-être un Âge d’or
66d l’Aventure, aurions-nous mieux à dire que : « l’Inde et le Cathay » ? Tout homme de peu de foi se rassure par un système,
67t sans savoir où il allait. S’il nous parle d’une Inde aux cités pavées d’or, sachons qu’il pense à délivrer Jérusalem, qui
18 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Troisième partie. Où allons-nous ? — 11. Où l’Aventure et la Voie se rejoignent
68estante libérale marquait [p. 258] le « Père de l’Inde moderne », Ram Mohan Roy, fondateur du Brahmo Samaj, dont les discipl
69 dont un C. G. Jung en Europe, ou un Aurobindo en Inde, ont tenté d’entrevoir la nature. Un certain pragmatisme courant m’ob
70t. Cependant, la tolérance védantique a conduit l’Inde à la résignation, tandis que l’unitarisme autoritaire de l’Occident a
19 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur Voltaire (février 1957)
71te fois par jour par des avions de New York, de l’Inde ou de l’Afrique. Ils vont se poser derrière le bois tout proche, qui
20 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (mars 1957)
72’est traduite par les abstentions du délégué de l’Inde lors des votes de l’ONU sur le retrait des tanks de Budapest. Krishna
21 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur la neutralité européenne (fin) (mai 1957)
73s au sud-ouest de l’Europe. Reste l’Asie : Chine, Inde, Indonésie jouent une autre partie, non moins complexe, et dont il re
22 1957, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La découverte du temps ou l’aventure occidentale (mars 1957)
74 christologiques, vous avez quelque chose comme l’Inde et non l’Europe. De cette recherche d’un principe de cohérence révé
75par les anciennes cosmologies de l’Orient. Pour l’Inde, l’unité de temps — le Kalpa ou Jour de Brahma — est de quatre millia
23 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
76ns antiques ou traditionnelles, comme celles de l’Inde ou des Mayas, qui bannissaient toute nouveauté — sauf dictée par l’as
77 si vous prenez l’exemple de l’URSS ou celui de l’Inde, vous vous apercevez que, dans ces vastes fédérations, on parle un no
78e français, l’espagnol et l’italien. On parle, en Inde, une quinzaine de « grandes langues » et des centaines de dialectes.
79voir contribué à chasser les Anglais [p. 11] de l’Inde, ne peut parler à ses administrés qu’en anglais, s’il veut être compr
80 souvent obscures et inconnues. C’est ainsi que l’Inde a trouvé le yoga. L’Occident, par contre, dès le départ, a choisi de
24 1959, Preuves, articles (1951–1968). Sur une phrase du « Bloc-notes » (mars 1959)
81 l’Afrique, le nationalisme arabe, la misère de l’Inde, l’expansion de la Chine, l’impérialisme soviétique, la tutelle améri
25 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
82rne, ou les grandes intuitions tautologiques de l’Inde et les conséquences « dramatiques » de l’incarnation de la Parole : p
83ses voyages innombrables en Europe, en Russie, en Inde. Il ne cessait de mettre et de remettre à jour son tableau d’une cert
84 qui décorent l’extérieur des grands temples de l’Inde. Je relève encore ceci dans ses Propos, confirmant les souvenirs que
85aimé le Bouddha, dit-il. Il a suivi ses traces en Inde, sans bien connaître sa doctrine. Beaucoup plus tard, il entendit par
26 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Heinz Gollwitzer, Europabild und Europagedanke (septembre 1959)
86un Napoléon, ou encore avec l’orthodoxie russe, l’Inde, l’Italie renaissante et la France. Le lecteur français, en revanche,
27 1960, Preuves, articles (1951–1968). Les incidences du progrès sur les libertés (août 1960)
87celles de l’esprit enfin, apanage millénaire de l’Inde traditionnelle. C’est pourquoi nous devons attacher tant de prix aux
28 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
88uvre en matières premières et moins peuplée que l’Inde ou que la Chine, ait en fait dominé le monde, de la Renaissance jusqu
29 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
89i qu’en Occident, car on n’observe rien de tel en Inde, en Chine ou en Afrique. Comment nous expliquer ce fait ? Et pourquoi
90 rigoureuse exclusion mutuelle. Rien de pareil en Inde, répétons-le, ni d’une manière plus générale dans les cultures que le
30 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — c. Présence des mythes et leurs pouvoir dans divers ordres
91atre bras sur la civilisation de l’Égypte ou de l’Inde anciennes, c’est de la même manière : non par leur « réalisme » ou le
31 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
92ujours vers l’ouest, nous espérions atteindre une Inde inconnue, — mais que c’était notre destinée d’échouer devant l’infini
93re son choix délibéré ? Ou bien… a-t-il atteint l’Inde inconnue ? [p. 140] IV. Alternative ou alternance ? L’antinomie Don
32 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
94rne, ou les grandes intuitions tautologiques de l’Inde et les conséquences « dramatiques » de l’incarnation de la Parole : p
95ses voyages innombrables en Europe, en Russie, en Inde. Il ne cessait de mettre et de remettre à jour son tableau d’une cert
96 qui décorent l’extérieur des grands temples de l’Inde. Je relève encore ceci dans ses Propos, confirmant les souvenirs que
97aimé le Bouddha, dit-il. Il a suivi ses traces en Inde, sans bien connaître sa doctrine. Beaucoup plus tard, il entendit par
33 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 7. La personne, l’ange et l’absolu ou Le dialogue Occident-Orient
98 de Ramakrishna ; mais déjà l’intelligentzia de l’Inde se préoccupe des problèmes qui lui sont imposés par la technique et p
99du mazdéisme et des mystiques soufis, proche de l’Inde mais enté sur le tronc abrahmique, d’où sont issus les Juifs, les chr
100ncte, voilà précisément ce que les doctrines de l’Inde, ou nées en Inde comme le bouddhisme, dénoncent depuis des millénaire
101sément ce que les doctrines de l’Inde, ou nées en Inde comme le bouddhisme, dénoncent depuis des millénaires comme l’illusio
102orieux. Védantistes, Vishnouites et Shivaïtes, en Inde, admettent une âme individuelle (le jîva) mais « obscurcie » par son
103’il vit. N’importe qui m’avertira que le Soi de l’Inde n’est pas le vrai Dieu des chrétiens, qui est personnel. On connaît l
34 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 8. L’amour même
104 peut-être celles qu’entrevoyaient les sages de l’Inde et de la Grèce, et que Dante dit avoir contemplées au prix de sa vue
35 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — iii. Post-scriptum
105 dans le sperme. » Ce procédé est bien connu de l’Inde : les Upanishads et les écrits tantriques le désignent sous le nom de
36 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. III. L’ère des philosophes. De Leibniz à Condorcet — III.3. Évolution : vers le progrès ou vers la décadence ?
106arrasins, qui étendirent leurs conquêtes depuis l’Inde jusqu’en Espagne, languissaient dans l’indigence et dans l’obscurité,
107x nations paisibles et policées de la Chine, de l’Inde, et de la Perse, qui négligeaient et négligent encore de suppléer à c
108ports couverts des tributs de l’une et de l’autre Inde ; et comparant à l’activité de son commerce, à l’étendue de sa naviga
37 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. IV. L’Ère de la Révolution de Kant à Hegel — IV.7. Synthèses historico-philosophiques (II)
109e le monument de la pensée romantique. L’Asie — l’Inde en particulier — est la patrie de toute religion véritable mais le ch
110toire des populations qui, telles que celles de l’Inde, de la Chine, etc., n’ont pu exercer sur notre passé aucune véritable
38 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. V. L’Ère des nations, (de 1848 à 1914)
111 celles d’abord où vécurent les peuples aryens en Inde et aussi en Perse, ensuite celles où des contacts s’établirent entre
112ns d’aujourd’hui. Ce n’est pas à la guerre avec l’Inde, ni aux complications en Asie que l’Europe devrait demander de la pro
39 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
113rique, où la volonté l’emporte sur l’esprit, et l’Inde, où l’esprit a la prédominance sur la volonté, la caractéristique ess
114grand Tout : telles furent les civilisations de l’Inde. Ce qui caractérise la civilisation occidentale, c’est qu’elle ne s’e
40 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
115 avant Jésus-Christ, les Grecs conquirent toute l’Inde, jusqu’au Bengale, et au même siècle, les Romains établirent, au prof
116n Journal de voyage d’un Philosophe (qui décrit l’Inde, entre autres, à coup d’intuitions fulgurantes), n’en vint à l’« anal
41 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (I) (avril 1961)
117ujours vers l’ouest, nous espérions atteindre une Inde inconnue, — mais que c’était notre destinée d’échouer devant l’infini
118re son choix délibéré ? Ou bien… a-t-il atteint l’Inde inconnue ? p. 3 ax. « Dialectique des mythes : Le carrefour fab
42 1961, La Vie protestante, articles (1938–1978). Bilan simple (29 décembre 1961)
119er trente bombes atomiques en deux mois. À Goa, l’Inde a perdu la face, en tant que champion de la non-violence. À Cuba, les
43 1961, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). La personne, l’ange et l’absolu, ou le dialogue Occident-Orient (avril 1961)
120 de Râmakrishna ; mais déjà l’intelligentsia de l’Inde se préoccupe des problèmes qui lui sont imposés par la technique et p
121du mazdéisme et des mystiques soufis, proche de l’Inde mais enté sur le tronc abrahamique, d’où sont issus les juifs, les ch
122ncte, voilà précisément ce que les doctrines de l’Inde, ou nées en Inde comme le bouddhisme, dénoncent depuis des millénaire
123sément ce que les doctrines de l’Inde, ou nées en Inde comme le bouddhisme, dénoncent depuis des millénaires comme l’illusio
124orieux. Védantistes, Vishnouites et Shivaïtes, en Inde, admettent une âme individuelle mais « obscurcie » par son union avec
125’il vit. N’importe qui m’avertira que le Soi de l’Inde n’est pas le vrai Dieu des chrétiens, qui est personnel. On connaît l
44 1962, Les Chances de l’Europe. I. L’aventure mondiale des Européens
126is régions privilégiées à cet égard : la Chine, l’Inde et l’Europe, lesquelles comptent chacune au xxe siècle entre 500 et
127e, était bien moins peuplée que la Chine et que l’Inde, et ne subissait aucune pression démographique, même dans ses pays le
128e du xixe siècle. Comment se fait-il alors que l’Inde, autre péninsule de l’Asie, à peu près comparable en étendue à l’Euro
129 dominait sur la plupart des nations de l’époque, Inde comprise ? Comment se fait-il que les Chinois, qui étaient pourtant l
130unications régulières avec les civilisations de l’Inde et de la Chine, dont quelques rares voyageurs — Marco Polo, Rubrukis
131ait donc la chercher. Il est parti pour trouver l’Inde fabuleuse, aux cités pavées d’or, disait-on, et pour en ramener les t
132ne pendant la première moitié du xixe siècle ; l’Inde, l’Indonésie, le Sud-Est asiatique et le Proche-Orient au lendemain d
133problèmes qu’il tentait de résoudre : atteindre l’Inde en contournant l’Islam et financer la dernière croisade, ne furent pa
45 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
134st ou du Brésil, de la Chine ou de l’Arabie, de l’Inde ou de l’Afrique noire, et enfin de l’Europe. Et vous saurez immédiate
135ons » protestantes, en Europe, aux États-Unis, en Inde ; ou des [p. 37] innombrables rencontres entre théologiens des grande
136 naturelles, et moins peuplé, je le répète, que l’Inde ou que la Chine. Mais ce cap et ses habitants, longuement travaillés,
46 1962, Les Chances de l’Europe. IV. Les nouvelles chances de l’Europe
137 décolonisation successive du Proche-Orient, de l’Inde, du Sud-Est asiatique, et de l’Afrique, sont [p. 66] les mêmes dates,
138 contrôle des naissances s’acclimate… Au total, l’Inde indépendante se veut bien plus anglaise, donc plus occidentale que n’
139lus anglaise, donc plus occidentale que n’était l’Inde colonisée. Elle a peut-être tort, mais c’est ainsi. En Afrique noire,
47 1962, Les Chances de l’Europe. Appendice : Sartre contre l’Europe
140s, durant la période considérée.) La culture de l’Inde ? L’Europe l’a sauvée. L’industrie africaine ? Elle l’a fondée. La dé
141 c’est la violence, et elle seule, qui a libéré l’Inde des Anglais, conformément à leur thèse préférée qui, autrement, ne va
48 1962, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est d’abord une culture (30 juin 1962)
142iques, l’URSS, l’Afrique noire, le monde arabe, l’Inde, l’Extrême-Orient). 4. Cette action commune ne devra pas se limiter a
49 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Pour un dialogue des cultures [Note liminaire] (avril 1962)
143conde moitié du xxe siècle, notamment celle de l’Inde, du Monde arabe, de l’Afrique noire et de l’Amérique latine. Réveille
50 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
144urait peine à trouver des chaires d’européisme en Inde ou en Chine). 5. Au moment d’entreprendre et de développer ce dialogu
145 sont sans doute très différents. La culture de l’Inde, par exemple, est plus harmonieuse que celle de l’Europe, moins « dia
146atine, le Monde arabe, peut l’aider à élucider. L’Inde doit sauver son passé, l’Afrique noire doit le découvrir. (« Nous all
147sations, Salzbourg. (Premier congrès en 1961.) En Inde : l’International Centre, New Dehli, 1958, a entrepris l’étude des cu
148e une quinzaine, aux États-Unis une trentaine. En Inde, quelques instituts se spécialisent dans l’étude de l’Iran, de l’Isla
149de Comprendre (Venise) sur l’Afrique, la Chine, l’Inde ; des Cahiers du Sud (Marseille) sur l’Islam ; de Cuadernos (Paris) s
150che, des livres tels que ceux de Keyserling sur l’Inde et sur l’Amérique latine ; de H. Zimmer, de F. Maraini, Alexandra Dav
151Ed. Shils, Raja Rao, A. Koestler, sur le Japon, l’Inde, le Tibet ; de L. Massignon, H. H. Schaeder, Jacques Berque sur les A
152ation ; Bursa (Turquie), sur les « textbooks » en Inde et en Europe. Les instituts des civilisations comparées de Bruxelles
153s études, mais les relations entre l’Afrique et l’Inde, le Monde arabe et l’Afrique noire, par exemple ; ou encore, les rela
154r que dans le dialogue avec l’Afrique noire, ou l’Inde, ou la Chine, ces quatre ensembles adopteront des attitudes très diff
155 en dehors des traditions religieuses issues de l’Inde et qui ont marqué d’empreintes inégalement profondes le Centre, le Su
156trouver un dénominateur commun aux problèmes de l’Inde et à ceux du Japon, par exemple, ou de la Chine. Au surplus, la probl
157lophone) [p. 14] — Iran-Pakistan-Afghanistan — Inde — Sud-Est de l’Asie bouddhiste — Indonésie — Chine — Japon Z
158de l’URSS, et les pays bouddhistes situés entre l’Inde, la Chine et l’Indonésie. C’est entre ces régions bien distinctes, et
159Soulignons le fait que dans certaines régions (en Inde par exemple) des institutions déjà existantes pourraient éventuelleme
51 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
160écouverte ? Vais-je repartir pour l’Amérique ou l’Inde, afin de mieux voir mon pays ? Mais je m’avise que l’horlogerie, qui
161uisse ; qu’un autre Suisse bâtit des capitales en Inde ; qu’un troisième a donné à l’Amérique les deux ponts les plus longs
162nce la plus belle église du siècle, Ronchamp ; en Inde une capitale, Chandigarh, et une partie d’Ahmedabad ; au Japon, en Al
52 1965, La Revue de Paris, articles (1937–1969). Le Suisse moyen et quelques autres (mai 1965)
163uisse ; qu’un autre Suisse bâtit des capitales en Inde ; qu’un troisième a donné [p. 64] à l’Amérique les deux ponts les plu
53 1965, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). L’Europe et le monde [Introduction] (février 1965)
164 aux propos des sages subtils de la Chine et de l’Inde : parce que ces sages essayaient de se mettre à la portée de leur int
165hypothèse n’est pas gratuite, ou farfelue. Dans l’Inde védique, de 1500 à 500 avant notre ère, l’économie était en plein dév
54 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vingt langues, une littérature (mai 1967)
166’à la domination anglaise, tout ce qui s’écrit en Inde est poésie ou prose sacrée, religieuse, rituelle, symbolique : les Ve
167ls dans l’ère moderne. Ce n’est pas le cas pour l’Inde, encore moins pour la Chine, dont souvent les « grandes langues » (qu
168dont souvent les « grandes langues » (quatorze en Inde) sont radicalement différentes les unes des autres, je veux dire sans
55 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
169e Sumer et d’Akkad, plus tard de la Chine et de l’Inde, puis d’Alexandre, puis de Rome et de Byzance, et enfin, en Europe, e
56 1969, La Revue de Paris, articles (1937–1969). L’avenir du fédéralisme (septembre 1969)
170slavie pour celle de l’Est, et au-delà, l’URSS, l’Inde et l’Australie. Voilà qui réfute le cliché du fédéralisme « désuet ».
57 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
171uvre en matières premières et moins peuplée que l’Inde ou que la Chine, ait en fait dominé le monde, de la Renaissance jusqu
58 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
172que ni l’Afrique des tribus et des sorciers, ni l’Inde des castes et des sages, ni la Chine des paysans et des mandarins, n’
173 à l’esprit seul, absolu et impersonnel, comme en Inde, ou aux esprits surnaturels, comme dans la magie africaine, mais aux
174nt aux peuples de l’Afrique, du monde arabe, de l’Inde et de l’Extrême-Orient. Au temps de la colonisation, les peuples du t
59 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
175rive de leurs signes extérieurs traditionnels. En Inde, au Sénégal ou au Ghana, en Égypte, au Pérou, en France même, leurs é
176urait peine à trouver des chaires d’européisme en Inde ou en Chine, encore qu’il soit juste d’observer que les Chinois qui o
177 sont sans doute très différents. La culture de l’Inde, par exemple, est plus homogène, mieux harmonisée que celle de l’Euro
178e les élites noires connaissent bien, mais avec l’Inde, avec le Brésil, et avec le Monde arabe, peut l’aider à l’élucider. S
179c le Monde arabe, peut l’aider à l’élucider. Si l’Inde doit sauver son passé, l’Afrique noire doit le découvrir. (« Nous all
180s qu’en est-il des relations entre l’Afrique et l’Inde, ou entre le Monde arabe et l’Afrique noire, par exemple ? ou encore,
181ans leur dialogue avec l’Afrique noire, ou avec l’Inde, ou avec la Chine, ces quatre ensembles adopteront des attitudes très
182 en dehors des traditions religieuses issues de l’Inde et qui ont marqué d’empreintes inégalement profondes le Centre, le Su
183trouver un dénominateur commun aux problèmes de l’Inde et à ceux de la Chine, par exemple, ou encore aux problèmes de la Chi
184et Canada) ; Europe ; Iran-Pakistan-Afghanistan ; Inde ; Sud-Est de l’Asie (bouddhiste) ; URSS ; Monde arabe (Maghreb et Pro
60 1970, Lettre ouverte aux Européens. Lettre ouverte
185e la forte densité de population qui ailleurs, en Inde et en Chine, par exemple, constitue un lourd handicap. Avouez qu’il e
61 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
186, blessure à l’ordre du cosmos, crime absurde. En Inde, les seuls hommes touchés par l’idéologie communiste sont restés long
187’à la domination anglaise, tout ce qui s’écrit en Inde est poésie ou prose sacrée, religieuse, rituelle, symbolique : les Vé
188ls dans l’ère moderne. Ce n’est pas le cas pour l’Inde, encore moins pour la Chine, dont souvent les « grandes langues » (qu
189antiques de l’Égypte des Pharaons, de Sumer, de l’Inde védantique ou des Mayas, fondaient leur unité originelle sur un princ
62 1970, Lettre ouverte aux Européens. II. L’union fédérale
190oslavie pour celle de l’Est, et au-delà l’URSS, l’Inde et l’Australie. Voilà qui réfute le cliché du fédéralisme « désuet ».
63 1970, Lettre ouverte aux Européens. IV. Vers une fédération des régions
191e Sumer et d’Akkad, plus tard de la Chine et de l’Inde, puis d’Alexandre, puis de Rome et de Byzance, et enfin, en Europe, e
64 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. I. Pour une nouvelle définition du fédéralisme
192slavie pour celle de l’Est, et au-delà, l’URSS, l’Inde et l’Australie. Voilà qui réfute le cliché du fédéralisme « désuet ».
65 1970, L’Un et le Divers ou la Cité européenne. II. La Cité européenne
193rimitives, dans les États totalitaires, ou dans l’Inde religieuse. Le goût de différer, si peu que ce soit, est si cher aux
66 1970, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Les prophètes de la décadence (24 septembre 1970)
194antiques de l’Égypte des Pharaons, de Sumer, de l’Inde védantique ou des Mayas, fondaient leur unité originelle sur un princ
67 1970, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). La cité européenne (18-19 avril 1970)
195rimitives, dans les États totalitaires, ou dans l’Inde religieuse. Le goût de différer, si peu que ce soit, est si cher aux
68 1973, Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui (1973). Responsabilité de l’écrivain dans la société européenne d’aujourd’hui
196le principal de la littérature non seulement de l’Inde, du Tibet et de la Perse, de Sumer, de l’Égypte et d’Israël, mais aus
69 1975, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Rôle de la modernité dans les relations Europe-Monde (hiver 1975-1976)
197ions « universelles », de Sumer aux Mayas et de l’Inde à la Chine ; [p. 6] — n’a pas pour fonction principale de maintenir
70 1977, L’Avenir est notre affaire. I. Système de la crise — 1. La religion de la croissance
198à grande distance. Rêve d’arriver par l’Ouest à l’Inde aux cités pavées d’or… Mais conçue par le rêve, c’est la guerre qui l
71 1977, L’Avenir est notre affaire. II. De la prévision — 5. Naissance de la prospective
199rnel qui domine les philosophies religieuses de l’Inde, du Tibet, de Ceylan, et de la plus grande partie du sud-est asiatiqu
72 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
200s pouvoir nous former quelque idée : ashrams de l’Inde, couvents du Tibet, sanghas bouddhistes, écoles zen, confréries manic
201lions d’humains, qui déjà déshonorent l’Europe, l’Inde, l’Extrême-Orient et les deux Amériques. Contre-épreuve : trois petit
73 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
202era-t-on croire que l’Occident pourrait nourrir l’Inde et le Bangladesh, l’Afrique noire des présidents à vie et l’Amérique
74 1978, Cadmos, articles (1978–1986). Conditions d’un renouveau (automne 1978)
203sciences physiques ou chimiques dans un monde — l’Inde par exemple — où la matière est illusion, voile de Maya ? En Europe,
75 1980, Cadmos, articles (1978–1986). Utopie, technique. État-nation (printemps 1980)
204euma, saint Paul). Et surtout, les mystiques de l’Inde, de la Chine, de la Perse, de l’Islam, de la Chrétienté médiévale et