1 1935, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Kierkegaard, Dostoïevski, Barth (23 février 1935)
1miracle. Et maintenant Dieu lui commande d’offrir Isaac en sacrifice ! Abraham ne se révolte pas. Il croit en Dieu, non point
2crifice… On célèbre la grâce de Dieu qui a donné Isaac pour la seconde fois ; on ne voit, dans toute l’histoire, qu’une épre
3 fallut un peu de temps pour fendre le bois, lier Isaac et aiguiser le couteau. On oublie cela, on fait d’Abraham « un perso
4cation démesurée et impensable, c’est qu’il reçut Isaac en récompense d’un acte « fou » et revint avec lui dans la vie comme
2 1938, Esprit, articles (1932–1962). L’amour action, ou de la fidélité (novembre 1938)
5e le bonheur qu’il a renoncé lui est rendu, comme Isaac fut rendu à Abraham. Mais alors il n’y songeait pas ! Et il se peut a
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). VII. L’amour action, ou de la fidélité
6e le bonheur qu’il a renoncé lui est rendu, comme Isaac fut rendu à Abraham. Mais alors il n’y songeait pas ! Et il se peut a
4 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
7ui de la foi. Par la foi, Abraham ne perdit point Isaac ; c’est par la foi d’abord qu’il le reçut. 38 5. Le temps de l’a
5 1957, L’Aventure occidentale de l’homme. Deuxième partie. La Quête occidentale — 6. L’expérience de l’espace
8 Abraham avait plus de cent ans quand il engendra Isaac, et Sarah était-elle une jeune fille ? Tu réclames une aide incertain
6 1963, Journal de Genève, articles (1926–1982). « Le Dieu immanent, qui s’annonce à leur cœur » (9-10 novembre 1963)
9rithmique de notre auteur. Le « Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob » fait place ici au « Dieu des philosophes et des savants