1 1927, Revue de Belles-Lettres, articles (1926–1968). Adieu au lecteur (juillet 1927)
1nt-ils rallier le dernier disciple du Bienheureux Jean… Et puis, en voilà assez pour ranimer la curiosité des plus blasés. L
2 1934, Esprit, articles (1932–1962). Sur une nouvelle de Jean Giono (novembre 1934)
2vain qui l’a signée : Montherlant par exemple, ou Giono. Marianne a publié, le 15 août, une nouvelle de Jean Giono intitulée
3 qui a eu des malheurs, qui les conte assez mal — Giono s’en mêle trop — et qui a cherché à s’en tirer par ses moyens. Je cit
4 contraire de ce que cette femme veut expliquer à Giono. Mais voilà un trait juste, de la part du romancier, — s’il est voulu
3 1934, Le Semeur, articles (1933–1949). Sur la méthode de M. Goguel (novembre 1934)
5mes de la croyance à la résurrection chez Paul et Jean, puis chez les rédacteurs des Évangiles, enfin chez les premiers père
4 1935, Esprit, articles (1932–1962). Maurice Meunier, Idoles (février 1935)
6évrier 1935) k Où l’on apprend comment un nommé Jean aima, de loin et à quinze ans, des petites filles ; d’un peu plus prè
5 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Les trois temps de la Parole (mai 1935)
7de la Parole. Jésus-Christ est la Parole de Dieu (Jean i). Les écrits des [p. 155] prophètes et des apôtres — l’Ancien et le
6 1935, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Soirée chez Nicodème (mai 1935)
8serait bien bête de ne pas y recourir. Mais saint Jean ne se doutait guère que son Évangile serait un jour transformé en pyl
7 1936, Penser avec les mains (1972). II. Penser avec les mains — II.2. Éléments d’une morale de la pensée
9 Une telle vision est primordiale, comme celle de Jean à Patmos ; c’est-à-dire qu’elle éclate à l’origine et à la fin du tem
8 1936, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Sur une page de Bossuet (ou Tradition et Révélation) (janvier 1936)
10’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. » (Jean 6:29) Si vous croyez cela sérieusement, si vous croyez à cette autre
9 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
11 la part de ce poète ». Même réaction à propos de Giono, qu’ils adorent, et qu’ils jugent, non sans raison, plus proche des i
10 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
12apè ou l’amour chrétien Prologue de l’Évangile de Jean : « Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, e
11 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
13osent la Nuit au Jour comme le fait l’Évangile de Jean. Mais la Parole du Jour, pour eux, n’a pas revêtu la forme de la Nuit
12 1939, L’Amour et l’Occident (1972). Appendices
14ombreuses — des centaines de mille, selon le pape Jean xxii, en 1321 — dans tout le nord-ouest de l’Europe, et spécialement
13 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur un certain cynisme (septembre 1957)
15sont le contraire du cynisme. Voyez Morand, voyez Giono, qui s’étaient illustrés en créant leur manière, la quitter subitemen
14 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Introduction. L’érotisme et les mythes de l’âme — a. L’amour et la personne dans le monde christianisé
16lement nouvelle : « Dieu est Amour » répète saint Jean. Religion créée par un acte de l’amour : « Dieu a tant aimé le monde
15 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. Annexes — i. L’amour selon les évangiles
17t connaître tout ce que j’ai appris de mon Père. (Jean, XV, 9, 13, 15.) Celui qui garde mes commandements, c’est celui qui m
18e, je l’aimerai et je me ferai connaître de lui. (Jean, XV, 15). Celui qui aime sa vie la perdra, et celui qui hait sa vie d
19e dans ce monde la sauvera pour la vie éternelle (Jean, XII, 25). Jésus sachant son heure venue de passer de ce monde au Pèr
20t le récit du lavement des pieds des disciples.) (Jean, XIII, 1). Enfin, ce passage capital de l’Épître de Jean I, 4, 7-21 
21-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés (Jean, XIII, 34-35). L’un des Pharisiens, docteur de la Loi, lui fit cette
22 te condamne pas non plus ; va, et ne pèche plus (Jean, VIII, 3-11). Il a été dit (par Moïse) : Que celui qui répudie sa fem
23 qui l’adorent, l’adorent en esprit et en vérité (Jean, IV, 24). Ces textes représentent l’essentiel, et presque la totalité
24Je n’ai omis, je crois, que les développements de Jean sur l’amour divin (aux chapitres 14, 15 et 17) et les répétitions, da
16 1968, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Jean Paulhan (19-20 octobre 1968)
25à sa femme les lettres moins intimes. Germaine et Jean, dans ce petit bureau mansardé de la maison Gallimard, faisaient seul
17 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
26u qui ait jamais été donnée, c’est celle de saint Jean : « Dieu est [p. 16] amour. » Évidemment ce n’est pas l’amour sentime