1 1925, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Les Appels de l’Orient (septembre 1929)
1’y retremper. Les appels de l’Orient, ce sont les Keyserling, les Guénon, qui les font entendre, autant et plus que les Tagore et
2 1927, Bibliothèque universelle et Revue de Genève, articles (1925–1930). Pierre Drieu la Rochelle, La Suite dans les idées (mai 1927)
2s ailleurs depuis longtemps par des maîtres comme Keyserling, Ferrero, commencent à être prises au sérieux en France par quelques
3 1931, Foi et Vie, articles (1928–1977). Conférences du Comte Keyserling (avril 1931)
3ce, sifflé à la seconde, ovationné à la dernière, Keyserling, il faut le reconnaître, a su, par trois fois, tenir en haleine une s
4 le réveil au sein même du triomphe des machines, Keyserling apparaît comme un type très représentatif de l’Occident. Il n’a rien
5sis mal informés nous mettaient naguère en garde. Keyserling voit la cause du développement exagéré de la technique dans le fait q
6graves ne sont peut-être que transitoires, ajoute Keyserling. Nous traversons une crise d’adaptation, et il s’agit de la résoudre
7ation. En somme, on pourrait résumer la pensée de Keyserling en disant qu’il oppose à l’idéal actuel d’assurances à tous les degré
8n idéal positif, immédiat parce qu’éternel. Là où Keyserling dit seulement adaptation, nous ajoutons régénération ; et lorsqu’il d
4 1933, Foi et Vie, articles (1928–1977). « Histoires du monde, s’il vous plaît ! » (janvier 1933)
9de Spengler (Le Déclin de l’Occident) et du comte Keyserling. Il faut reconnaître que l’état général du pays explique que ces ouvr
5 1933, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). La Légion étrangère soviétique (juin 1933)
10le lui apparaît nécessairement comme un mensonge (Keyserling). L’intelligence n’a plus alors qu’à se mettre au service des nécessi
6 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 12. Communauté révolutionnaire
11lus de « prochain », mais seulement, comme le dit Keyserling, des « voisins inévitables » qu’il fallait, selon les cas, envier ou
7 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Deux essais de philosophes chrétiens (mai 1934)
12 Le Römerbrief, de Barth, en est au 20e mille. Un Keyserling, un Heidegger, un Karl Jaspers ont, dès longtemps, conquis le « grand
8 1934, Hic et Nunc, articles (1932–1936). Grammaire de la personne (janvier 1934)
13 le prochain de personne. Ou encore, comme le dit Keyserling, c’est l’homme pour lequel le prochain est devenu tout simplement « l
9 1934, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Communauté révolutionnaire (février 1934)
14lus de « prochain », mais seulement, comme le dit Keyserling, des « voisins inévitables » qu’il fallait, selon les cas, envier ou
10 1935, Esprit, articles (1932–1962). Tristan Tzara, Grains et Issues (juin 1935)
15ollectifs, l’hystérie organisée, bref tout ce que Keyserling appelle l’irruption des forces telluriques. Keyserling disait un jour
16rling appelle l’irruption des forces telluriques. Keyserling disait un jour qu’il considérait à cet égard la révolution hitlérienn
11 1935, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Lawrence et Brett par Dorothy Brett ; Matinées mexicaines suivi de Pansies (poèmes), par D. H. Lawrence (octobre 1935)
17et exigeante personnalité. » L’homme moderne, dit Keyserling, n’a pas de prochains ; il n’a que des voisins inévitables. Voilà Law
12 1937, Journal d’un intellectuel en chômage. II. Pauvre province
18 que des « voisins inévitables », selon le mot de Keyserling, et non pas du tout des prochains. Car le prochain, dans sa définitio
13 1937, Esprit, articles (1932–1962). Neutralité oblige (octobre 1937)
19 pourrait croire que c’est à peu près l’idéal que Keyserling juge à notre mesure, celui du tenancier de grand palace. (Ramuz, plus
14 1937, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Introduction au Journal d’un intellectuel en chômage (août 1937)
20es « voisins inévitables » (comme l’a si bien dit Keyserling). En relisant mes notes, je m’aperçois que c’est la nostalgie d’une v
15 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
21 pourrait croire que c’est à peu près l’idéal que Keyserling juge à notre mesure, celui du tenancier du grand palace. (Ramuz, plus
16 1959, Preuves, articles (1951–1968). Rudolf Kassner et la grandeur (juin 1959)
22y, Gide, Eliot, Auden, Paulhan, Saint-John Perse, Keyserling, C. J. Burckhardt. La France l’ignore encore, malgré trois traduction
17 1959, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Carlo Curcio, Europa, Storia di un’idea (septembre 1959)
23réalité européenne qu’un Spengler, un Toynbee, un Keyserling, voire un Ortega y Gasset. C’est un instrument de travail sans nul do
18 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. II. Deuxième partie — 6. Rudolf Kassner et la grandeur humaine
24y, Gide, Eliot, Auden, Paulhan, Saint John Perse, Keyserling, C. J. Burckhardt. La France l’ignore encore, malgré trois traduction
19 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.3. L’Europe et le Monde
25, physiques, traditionnelles et spirituelles, que Keyserling et André Siegfried. Le comte Hermann de Keyserling (1880-1946), rendu
26ue leurs masses envient son régime matériel — que Keyserling attribue la mission de sauver l’Esprit : Il s’agit de tirer de chaqu
27opre action, Siegfried rejoint les conclusions de Keyserling : À la vérité, il y a dans l’Europe une destinée contradictoire, due
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.4. L’Unité dans la diversité. Fondement de l’Union fédérale
28 pour la conscience une vérité première. Certes, Keyserling ne sous-estime pas les dangers d’un « supranationalisme virulent », m
21 1962, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Principes et méthodes du dialogue entre les cultures (avril 1962)
29réjugés. En revanche, des livres tels que ceux de Keyserling sur l’Inde et sur l’Amérique latine ; de H. Zimmer, de F. Maraini, Al
22 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
30classe dont beaucoup d’étrangers répètent — comme Keyserling — qu’elle n’existe pas, « qu’il n’y a pas de noblesse en Suisse »… Il
23 1970, Le Cheminement des esprits. II. Diagnostics de la culture — II.1. L’Europe contestée par elle-même
31 comme Berdiaeff, Maritain, Eliot, Jaspers, Jung, Keyserling, et parfois Valéry — mais les politiciens, les économistes, les milit
24 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 9. Devenir soi-même
32. Nous n’avons plus de « prochain », comme disait Keyserling, mais seulement des « voisins inévitables », d’autant plus malveillan
25 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
33er les noms allemands de Spengler, Thomas Mann et Keyserling ; français de Sorel, Valéry, Gide, Jules Romains et Romain Rolland ;