1 1936, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). Plébiscite et démocratie (avril 1936)
1cutées par l’assemblée plénière des électeurs, ou Landsgemeinde. Mais une telle démocratie, la seule réelle, n’est plus possible dès
2 1938, Journal d’Allemagne. ii. Plébiscite et démocratie. (À propos des « élections » au Reichstag, 29 mars 1936)
2discutées par l’assemblée plénière des électeurs (Landsgemeinde). Mais une telle démocratie, la seule réelle, n’est plus possible dès
3 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
3 continuaient à se gouverner selon le système des Landsgemeinde. Mais les cantons dont le « chef-lieu » était une cité de quelque imp
4liques cantonales, même dans les petits cantons à Landsgemeinde. Goethe, voyageant en Suisse vers la fin du xviiie siècle, pouvait é
4 1953, La Confédération helvétique. 2. Les institutions politiques
5penzell) ont conservé l’antique institution de la Landsgemeinde : là le pouvoir législatif est exercé par l’ensemble de la population
6t tantôt le peuple, tantôt le Grand Conseil ou la Landsgemeinde qui les nomme. Le Conseil national est élu à raison d’un député par 2
5 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
7 le citoyen, prend son épée pour aller voter à la Landsgemeinde ; ses droits civiques sont liés à sa force, à sa qualité militaire. Q
6 1962, Les Chances de l’Europe. II. Secret du dynamisme européen
8tte origine très précise des parlements, c’est la Landsgemeinde des petits cantons suisses, formant le Ring sur la place principale.)
7 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.2. « L’histoire suisse commence avec Guillaume Tell »
9 régulières groupant nobles, libres et serfs, les Landsgemeinde. Or, il se trouve que ces communes rurales commandent les abords du S
8 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.6. « Ce petit peuple égalitaire… »
10l est vrai que les trois classes participent à la Landsgemeinde, chacune garde ses droits et allégeances. C’est à l’instinct républic
11cantons primitifs de la Suisse, gouvernés par une Landsgemeinde ? Eh bien, durant l’époque dite patricienne de notre histoire — du xv
12ous donc de confondre la démocratie des cantons à Landsgemeinde avec aucun autre régime, ou aucune idéologie qui se réclame aujourd’h
13le peuple », selon la formule de Lincoln. Mais la Landsgemeinde est une action sacrée, non moins qu’une pratique raisonnable tant que
14tout manipulé par la télévision, quoi de commun ? Landsgemeinde à part, que l’univers acclame 30 , cette ancienne Suisse a eu très ma
15e Coxe, rapporte le trait suivant, à propos d’une Landsgemeinde : Rien de plus critique dans ces temps de Comices, que l’état d’un m
16hez les démocrates tout purs des petits cantons à Landsgemeinde, c’est la richesse qu’on paraît craindre et non pas la noblesse (des
9 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. II. L’union, sauvegarde de la diversité ou comment fonctionne une fédération — II.1. Les institutions et la vie politique
17rieures) ont conservé l’antique institution de la Landsgemeinde 60 . Là le pouvoir législatif est exercé par l’ensemble de la popula
18 selon les cantons. C’est tantôt le peuple, ou la Landsgemeinde, tantôt le Grand Conseil qui les nomme. Le Conseil national est élu à
19émocratie directe ne sauraient plus où tenir leur Landsgemeinde, si tout d’un coup les effectifs s’en trouvaient doublés… Cet exemple
10 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
20ustrent les exemples des petits cantons suisses à Landsgemeinde, ou de Genève, et avant eux des cités grecques où l’on comptait presq