1 1935, L’Ordre nouveau, articles (1933–1938). L’Édit de Nantes et sa Révocation (mars-avril 1935)
1conflit. Si l’on rappelle en outre les guerres du Languedoc entre Rohan et Richelieu — dernières luttes du fédéralisme contre la
2 1938, Esprit, articles (1932–1962). La passion contre le mariage (septembre 1938)
2urs ont pu parler d’une féodalité démocratique en Languedoc. Il est clair qu’un tel jugement se fonde sur une équivoque : car l’A
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
3 lyrisme du domnei, et dans les mêmes provinces — Languedoc, Poitou, Rhénanie, Catalogne, Lombardie — une hérésie puissante se ré
4thèse. Raimon V, comte de Toulouse et suzerain du Languedoc, écrit en 1177 : « L’hérésie a pénétré partout. Elle a jeté la discor
5spagnols, dont les souverains se mêlent à ceux du Languedoc et du Poitou. L’épanouissement du lyrisme andalou aux xe et xie siè
6i m’importe. L’on assiste au xiie siècle dans le Languedoc comme dans le Limousin, à l’une des plus extraordinaires [p. 118] con
7’une prétendue morale à ce point ambiguë, dans un Languedoc, une Italie du Nord, une Germanie rhénane, une Europe tout entière en
8u Proche-Orient, l’hérésie qui les fit revivre en Languedoc, le contrecoup de cette hérésie dans la conscience occidentale et dan
4 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
9 Albigeois a saccagé la civilisation courtoise du Languedoc, dispersant les derniers troubadours. Que va devenir la tradition d’A
5 1948, Suite neuchâteloise. VIII
10ussi que les paysans huguenots des Cévennes et du Languedoc sont en [p. 85] réalité des musulmans, qu’il suffit de les voir, tout
6 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
11e, au début du xiiie siècle, ne comprenait ni le Languedoc, ni la Provence, ni la Bretagne, ni l’Alsace, ni la Lorraine, ni la B
7 1959, Preuves, articles (1951–1968). Nouvelles métamorphoses de Tristan (février 1959)
12ut inventé au xiie siècle par les troubadours du Languedoc et romancé par les Bretons. C’était faire trop d’honneur aux seuls ta
8 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 1. Nouvelles métamorphoses de Tristan
13ut inventé au xiie siècle par les troubadours du Languedoc et romancé par les Bretons. C’était faire trop d’honneur aux seuls ta
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.1. Proto-histoire d’un continent sans nom
14la vallée du Rhône, se répand en Espagne, dans le Languedoc et dans les Cévennes, atteint le plateau suisse où il établit ses cit
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. I. Les Origines d’Hésiode à Charlemagne, (du ixe siècle av. J.-C. au xie siècle de notre ère) — I.6. Le concept géographique
15la tête de cette femme ; le col, les provinces de Languedoc et de Gascogne ; le reste de la Gaule, la poitrine ; les bras, l’Ital
11 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
16ue d’une manière autonome avec les troubadours du Languedoc, dès le xiie siècle, à Saint-Martial de Limoges, à Notre-Dame de Par
12 1967, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Civisme et culture (notamment artistique) (mai 1967)
17ue d’une manière autonome avec les troubadours du Languedoc, dès le xiie siècle, à Saint-Martial de Limoges, à Notre-Dame de Par
13 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.1. Éducation, civisme et culture
18 autonome au xiie siècle avec les troubadours du Languedoc, à [p. 90] Saint-Martial de Limoges, à Notre-Dame de Paris et à Flore
14 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.10. Le Dialogue des cultures
19atharisme ; et enfin la proximité géographique du Languedoc et de l’Espagne, alors physiquement occupée, civilisée, administrée (
15 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.12. Fécondité des études régionales
20laue Reiter, l’École de Paris ; — de musique : le Languedoc des Troubadours, les Flandres, le Groupe des Six, l’École de Vienne ;
16 1970, Lettre ouverte aux Européens. I. L’unité de culture
21pe-Auguste « excluait » la Bretagne, l’Alsace, le Languedoc, la Provence, la Bourgogne et la Champagne. C’était tout de même la S
22ue d’une manière autonome avec les troubadours du Languedoc, dès le xiie siècle, à Saint-Martial de Limoges, à Notre-Dame de Par
17 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
23ient que toute la poésie européenne est sortie du Languedoc et qu’il n’est pas un poète, russe, allemand, danois, anglais, etc… q
24s pu parler de pair à égal avec les châtelains du Languedoc ni rien espérer des nobles dames qu’ils célébraient, et qui étaient p
25« piété fleurie » que les derniers troubadours du Languedoc avaient vouée à la Vierge, ou à cette Clémence qui, croit-on, sous le
18 1972, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). De l’unité de culture à l’union politique (17-23 avril 1972)
26s Flandres, de la Bourgogne et de la Rhénanie, du Languedoc et de la Castille. On sait le rôle merveilleusement fécondant de peti
19 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
27s Flandres, de la Bourgogne et de la Rhénanie, du Languedoc et de la Castille, Genève au xvie siècle, Zurich au xviiie … On sait
20 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
28 et à l’Italie, la Provence à la Méditerranée, le Languedoc à l’Espagne, la Bretagne à l’Atlantique, et la Normandie aux Anglais.
21 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 11. Les variétés de l’expérience communautaire
29. Ou, au contraire, lien de parenté — comme entre Languedoc et Provence… Les grandes rivières sont des catégories d’état-major. M