1 1926, Articles divers (1924–1930). Conférence de René Guisan « Sur le Saint » (2 février 1926)
126) c M. René Guisan, professeur de théologie à Lausanne et directeur de la Revue de théologie et de philosophie, inaugura lun
2 1940, Mission ou démission de la Suisse. 3. Neutralité oblige, (1937)
2’École suisse sur la littérature allemande. Et le Lausanne des beaux esprits cosmopolites, tel que nous l’ont décrit Gibbon et l
3 1946, Journal des deux Mondes. 5. Anecdotes et aphorismes
3unique nécessaire ? 6 juin 1940 Hier soir, à Lausanne, avec Théo Spoerri, pour l’émission nationale à la radio. Il a parlé
4is, les ai recopiées, et envoyées à la Gazette de Lausanne. « Voyez si les prescriptions de la censure vous permettent de publie
4 1946, Journal des deux Mondes. 7. La route de Lisbonne
5se réduit à quelques bombes jetées par erreur sur Lausanne et Genève, il y a plusieurs semaines. Quels journaux lit-on donc ici 
5 1947, Bulletin de la Guilde du Livre, articles (1937–1948). Consolation à Me Duperrier sur un procès perdu (décembre 1947)
6ient Georges Oltramare. Ainsi dans la Gazette de Lausanne  : Un rapprochement surprenant Me Duperrier, brandissant le livre
6 1948, Suite neuchâteloise. VI
7vons rien de ce rang-là. Les visiteurs de [p. 63] Lausanne, de Coppet, des coteaux de Cologny ou de Montreux, furent éclatants e
8adame de Charrière, pour échapper aux cousines de Lausanne et à son mariage en Allemagne. [p. 64] Chateaubriand, qui se souvenai
7 1949, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). L’Europe est encore un espoir (8 décembre 1949)
9 possibilité d’agir nous est ôtée. » Venez donc à Lausanne, et nous en discuterons. (L’Europe existe encore, là où le dialogue e
10ient que c’était votre histoire. Je vous invite à Lausanne en tant que pessimiste. Je voudrais que vous adhériez à ma doctrine d
11s politiques. Ils ont eu leur congrès ailleurs. À Lausanne, ce seront les savants, les poètes et les philosophes qui prendront e
8 1951, Les Cahiers protestants, articles (1938–1968). Réplique à M. Lasserre (mars-avril 1951)
12té intéressant d’entendre l’historien respecté de Lausanne. p. 117 h. « Réplique à M. Lasserre », Les Cahiers protestants,
9 1951, La Nouvelle Revue française, articles (1931–1961). Un complot de protestants (novembre 1951)
13les lieux les plus divers, « Au Vaneau », près de Lausanne, à Neuchâtel, à Berne. Mais je n’ai plus souvenir d’aucune conversati
10 1953, La Confédération helvétique. Introduction (par Lucien Febvre)
14dire de toutes les autres, Bâle et Zurich, Berne, Lausanne, Genève… Et le peuple suisse tient à ce pluralisme universitaire, com
11 1953, La Confédération helvétique. 3. Institutions et aspirations économiques
15es ingénieurs (formés par l’École d’ingénieurs de Lausanne, et par le Polytechnicum de Zurich) et celle des contremaîtres spécia
12 1953, La Confédération helvétique. 4. La famille et l’éducation
16s linguistiques et religieuses. Celles de Genève, Lausanne et Neuchâtel sont françaises et marquées par l’esprit protestant ; ce
17ande unique, qui engloberait celles de Neuchâtel, Lausanne et Genève, les moins dissemblables, ne ressurgit périodiquement que p
18aire la paix avec l’Allemagne, mais la Gazette de Lausanne le leur interdit. » À voir les choses de près, l’on s’aperçoit que ce
13 1953, La Confédération helvétique. 6. Le peuple suisse et le monde
19s quatre foyers culturels bien distincts, Genève, Lausanne, Neuchâtel et Fribourg, les trois premiers sont protestants, le quatr
14 1957, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Une lettre de Denis de Rougemont (16-17 février 1957)
20cle « Au Pentagone : Duncan Sandys » ( Gazette de Lausanne des 2-3 février 1957) n’est pas celle du ministre britannique de la D
21 le Congrès européen de la culture, qui se tint à Lausanne en décembre 1949. Mon ami Duncan Sandys y prit part, il est vrai, en
15 1958, Définition, valeurs, énergie, recherche : quatre essais européens (1958). Définitions, valeurs, énergie, recherches : Quatre essais européens
22e texte d’un discours prononcé le 30 juin 1958, à Lausanne, lors de la séance solennelle d’ouverture du congrès de l’Union inter
23tion d’instituts spécialisés pour les ingénieurs (Lausanne) et l’administration des affaires (Paris) 1958 : Association des inst
16 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Le Centre européen de la culture : ce qu’il fait — d’où il vient — où il va (février 1958)
24r le Mouvement européen, financée par la ville de Lausanne et par des dons privés recueillis en Suisse, la Conférence a lieu du
2512 décembre dans le palais du Tribunal fédéral, à Lausanne. Elle groupe 220 délégués de 22 pays, invités par les comités nationa
26mément à la résolution n° III de la Conférence de Lausanne (aboutissement : le CERN, inauguré à Genève en 1955).   1951. Premièr
27évues le Congrès de La Haye puis la Conférence de Lausanne, on sera frappé par la conformité des buts et des réalisations, si in
17 1958, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). La création d’un Centre européen d’enseignement post-universitaire (juillet 1958)
28né par la FEANI et le CEC, et qui doit se tenir à Lausanne en 1959, consacrera un tiers du temps aux problèmes technologiques, d
18 1960, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC (1959-1960)
29 se crée, à la suite des congrès de La Haye et de Lausanne. Non dans l’idée de faire lui-même œuvre de créateur, bien entendu —
19 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 5. Dialectique des mythes II. Les deux âmes d’André Gide
30les lieux les plus divers, « Au Vaneau », près de Lausanne, à Neuchâtel, à Berne. Mais je n’ai plus souvenir d’aucune conversati
20 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
31en plutôt complices ? Dans un discours prononcé à Lausanne lors de la Conférence européenne de la Culture (1949), Carlo Schmid r
32 pu lui prêter. Trois ans avant la Conférence de Lausanne, les premières « Rencontres internationales de Genève » (septembre 19
21 1961, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Esquisse d’une biographie : J. H. Retinger (1960-1961)
33ue de Westminster, social de Rome, et culturel de Lausanne. Grâce à eux, l’idée européenne progresse en profondeur autant qu’en
34qui a créé techniquement la CECA, par exemple, ni Lausanne qui a créé le CEC ; ce que ces deux congrès ont créé en revanche, ce
22 1963, Les Nouvelles littéraires, articles (1933–1972). Mais qui est donc Denis de Rougemont (7 novembre 1963)
35es, quand j’écrivis un article dans la Gazette de Lausanne sur l’entrée de Hitler dans Paris. Les Allemands demandèrent que je s
23 1963, Gazette de Lausanne, articles (1940–1984). Les mythes sommeillent… ils vont se réveiller [Entretien] (9-10 février 1963)
36te inédit de Teilhard. Il faudra que j’en parle à Lausanne. Voyez ce passage : le Père (qui d’ailleurs a eu dans sa vie un grand
24 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
37que aussitôt une grande conférence qui se tient à Lausanne en décembre 1949. De cette conférence et de l’action du CEC vont naît
38 européenne est créée en 1957 par l’université de Lausanne. Une nouvelle conférence européenne de la culture, sur le thème « l’E
25 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. III. La morale quotidienne et le climat de culture ou comment on vit dans une fédération
39oyers de pensée confessionnelle sont entretenus à Lausanne (née à l’indépendance avec le siècle seulement) par des moralistes et
40n des Cahiers vaudois de Ramuz et de ses amis, et Lausanne est restée le centre de ce qu’il y a de vie littéraire dans ce pays :
41ie suisse » de l’Exposition nationale [p. 216] de Lausanne en 1964 : plusieurs m’ont paru d’une grande force et d’une fantaisie
42aie force. Le théâtre populaire de Mézières (près Lausanne) lui demanda de mettre en musique Le Roi David, pièce du Vaudois René
43e français une école suisse centrée sur Genève ou Lausanne, dont le Coppet de Mme de Staël donna seul une idée fugitive. Certes,
44guère aperçu, à part Sainte-Beuve) la naissance à Lausanne d’une tradition discrète de philosophie existentielle et personnalist
45s linguistiques et religieuses. Celles de Genève, Lausanne et Neuchâtel sont françaises et marquées par l’esprit protestant ; ce
46romande unique, qui engloberait celles de Genève, Lausanne et Neuchâtel, ne resurgit périodiquement que pour se voir aussitôt re
47eur de mon pamphlet dans ses « Petites Lettres de Lausanne ») ne voyait d’autre remède au marasme scolaire que dans une « révolt
26 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
48que aussitôt une grande conférence qui se tient à Lausanne en décembre 1949. De cette conférence et de l’action du CEC vont naît
49 européenne est créée en 1957 par l’université de Lausanne. Une nouvelle conférence européenne de la Culture, sur le thème « L’E
27 1968, Preuves, articles (1951–1968). Vingt ans après, ou la campagne des congrès (1947-1949) (octobre 1968)
50 1947 à Montreux et se termine en décembre 1949 à Lausanne. Son histoire n’est pas encore écrite, et il faut craindre qu’elle ne
51n, en fin d’après-midi l’affiche de la Gazette de Lausanne me tire l’œil : à Montreux, importantes déclarations sur l’Europe. Je
52domaines clés. Enfin, la conférence culturelle de Lausanne (8-12 décembre 1949) organisée par mon « Bureau d’études » de Genève
28 1968, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Vers une fédération des régions (hiver 1967-1968)
53e mouvement européen — Montreux, La [p. 56] Haye, Lausanne, Westminster et Bruxelles — que l’Europe se ferait lorsque la volonté
29 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.2. Rapport général présenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949
54résenté à la Conférence européenne de la culture, Lausanne, du 8 au 12 décembre 1949 Il est vrai que l’Europe est en train de se
55éenne. Tel est le but général de la Conférence de Lausanne, le sens profond qui doit se dégager de ses travaux. Elle doit montre
56’espoir des hommes libres. ⁂ Si nous exerçons, à Lausanne, cette action de vigilance publique, on pourra dire vraiment de notre
30 1970, Le Cheminement des esprits. I. Historique — I.5. Trois initiales, ou raison d’être et objectifs du CEC
57 se crée, à la suite des congrès de La Haye et de Lausanne. Non dans l’idée de faire lui-même œuvre de créateur, bien entendu — 
31 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.6. Culture et technique en Europe et dans le monde
58 l’autre à l’École polytechnique universitaire de Lausanne en 1963, lors du Congrès des anciens élèves de l’EPUL, on a gardé ici
32 1970, Le Cheminement des esprits. III. Champs d’activité — III.11. L’Europe des régions
59miquement et culturellement à une zone comprenant Lausanne et la Romandie d’un côté, Grenoble et même Aoste — par le tunnel du M
33 1971, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Dépolitiser la politique (printemps 1971)
601949, à la Conférence européenne de la culture, à Lausanne, j’entre à 2 heures du matin dans un salon d’hôtel pour écrire le mes
34 1972, Les Méfaits de l’instruction publique (1972). Suite des Méfaits (1972)
61oduction. Le 28 mars 1972, un élève du Gymnase de Lausanne monte en chaire à la Cathédrale, au cours d’une cérémonie de promotio
35 1972, Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale (1972). Les Dirigeants et les finalités de la société occidentale
62um Depuis que cette conférence a été prononcée, à Lausanne en octobre 1971, et à Bruxelles en mars 1972, la lettre adressée par
36 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Aspects culturels de la coopération dans les régions frontalières (été 1972)
63vraie pour la diffusion des journaux de Genève et Lausanne en France voisine. Là encore, l’ignorance de ce qui se passe à quelqu
64régionale les universités de Neuchâtel, Fribourg, Lausanne (I et II), Genève, Aoste (en cours de création), Grenoble (I, II et I
37 1972, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Confrontation des régions transfrontalières [Nos conclusions] (été 1972)
65ainsi Montreux 1947, La Haye 1948, Westminster et Lausanne 1949, Bruxelles et Rome 1950… Le fait que la « Confrontation » récent
38 1973, Journal de Genève, articles (1926–1982). Genève, exemple européen ? (10-11 novembre 1973)
66et d’Aoste à Besançon, en passant par Fribourg et Lausanne, Grenoble, Lyon et Genève au centre. Elle comprend seize établissemen
39 1974, Journal d’un Européen (fragments 1974). Journal d’un Européen (fragments 1974)
67ns — Montreux, La Haye, Bruxelles, Westminster et Lausanne, au cours des manifestations culturelles à incidences politiques — ou
68] Lors de la Conférence européenne de la culture (Lausanne, 1949), nous nous voyons en situation de misère : manque de papier pa
69tuation, courant au plus pressé, la conférence de Lausanne a voté 23 résolutions dont 21 ont été réalisées. Quelques exemples. À
70 en physique atomique notamment. La conférence de Lausanne propose la création d’un Laboratoire européen de recherches nucléaire
71guerre, me donnait en 1949, pour la conférence de Lausanne, un texte où il affirmait que la culture française n’avait d’autre av
40 1974, Bulletin du Centre européen de la culture, articles (1951–1977). Stratégie de l’Europe des régions (printemps 1974)
72r de Neuchâtel à Lyon, et d’Aoste à Besançon, par Lausanne et Grenoble, Fribourg et Genève. Le problème est partout le même : co
41 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 13. Les variétés de l’expérience régionale
73onales de la Suisse romande, Neuchâtel, Fribourg, Lausanne et Genève, s’avère déjà très difficile et très ténue, mais elle est q
42 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 15. Stratégie
741949, à la Conférence européenne de la culture, à Lausanne, j’entre à 2 heures du matin dans un salond’hôtel pour écrire le mess
43 1979, Rapport au peuple européen sur l’état de l’union de l’Europe. Introduction
75r la Conférence européenne de la culture, tenue à Lausanne en 1949. Patronné au départ par le Mouvement européen, le CEC a été l
44 1979, Cadmos, articles (1978–1986). L’Europe comme invention de la culture (automne 1979)
76ouvement. Dernière étape des congrès fondateurs : Lausanne, décembre 1949, la Conférence européenne de la culture. Ici tout se p
77ise et syndicalistes. La Conférence culturelle de Lausanne a initié ou créé des institutions importantes, telles que le Centre e
78majorités ne dépassent pas 100 %. Mais l’effet de Lausanne sur les « intellectuels européens » est resté nul, sinon même négatif
79ur ma demande, il avait envoyé à la Conférence de Lausanne des fragments d’un long essai 37 dans lequel il définissait les cond
45 1986, Cadmos, articles (1978–1986). Denis de Rougemont tel qu’en lui-même… [Entretien] (printemps 1986)
80sse deux pages que j’ai envoyées à la Gazette de Lausanne . Le lendemain, dimanche 16 juin, j’ai montré mon manuscrit à mon bea
81la gare de Berne, où j’avais acheté ma Gazette de Lausanne sans plus penser à mon article. Il était en première page, et le titr
82onférence européenne de la culture qui se tient à Lausanne en 1949. En découle la création du Centre européen de la culture : un