1 1939, L’Amour et l’Occident (1972). II. Les origines religieuses du mythe
1lté, le Grand Arrogant, le Démiurge, c’est-à-dire Lucifer ou Satan. Celui-ci a tenté les Âmes ou Anges, en leur disant : « Qu’i
2 [p. 84] bien. » 33 Pour mieux séduire les Âmes, Lucifer leur a montré « une femme d’une beauté éclatante, qui les a enflammée
3un baiser. L’enfer étant la prison de la matière, Lucifer, l’ange révolté, n’y peut régner que pour le temps que durera « l’err
2 1939, L’Amour et l’Occident (1972). III. Passion et mystique
4-même, ils sont plus méchants et plus maudits que Lucifer et ses séides. » Et encore : « Ils ne veulent ni savoir, ni connaître
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). IV. Le mythe dans la littérature
5joué par rapport à ce personnage le rôle exact de Lucifer par rapport à la Création, dans la doctrine manichéenne : c’est lui q
4 1942, La Part du Diable (1982). I. L’Incognito et la révélation
6itions relatives aux esprits malfaisants, Samaël, Lucifer, Python, Asmodée, Bélial et Satan. Peu à peu, ces démons se sont fond
7n éclair. Luc 10, 18. La Bible nous apprend que Lucifer est un ange tombé du ciel. Les anges sont des créatures spirituelles
8i sa mission, son message et son être même, c’est Lucifer, le Porteur de [p. 33] Lumière 3 . Satan s’est révolté, il a refusé d
9 Bible vient de nous apprendre au sujet de Satan. Lucifer est tombé du Ciel pour avoir voulu singer Dieu. Il est devenu le mess
10 torturé par ses complexes. Or la chute de l’ange Lucifer est justement l’Accident absolu qui survint dans l’histoire du monde.
5 1961, Comme toi-même. Essais sur les mythes de l’amour. I. Première partie — 4. Dialectique des mythes I. Méditation au carrefour fabuleux
11joué par rapport à ce personnage le rôle exact de Lucifer par rapport à la Création, dans la doctrine manichéenne : c’est lui q
6 1961, Preuves, articles (1951–1968). Dialectique des mythes : Le carrefour fabuleux (II) (mai 1961)
12joué par rapport à ce personnage le rôle exact de Lucifer par rapport à la Création, dans la doctrine manichéenne : c’est lui q
7 1982, La Part du Diable (1982). Postface après quarante ans
13 les lui fit brusler, lui disant : « Tu diras que Lucifer a mené Notre-Dame sept ans et qu’il avait engendré Jésus-Christ. » Et
14s encore que sur sa victime et sur la location de Lucifer. Mais ce serait une illusion au second degré que de croire que le Dia
15 mais j’ai montré comment peut se manifester « le Lucifer latent installé dans tout [p. 230] cœur humain » 44 . Ni le Diable ni
16que sa date), soutient la thèse du salut final de Lucifer. Je n’ai rien contre cela, qui est généreux et se trouvait être scand