1 1934, Politique de la Personne (1946). IV. Problèmes de la révolution personnaliste — 13. Triomphe de la Personne, (Aphorismes)
1ories. Vous savez bien utiliser dans vos discours Machiavel ou Rousseau, Robespierre ou Proudhon, Marx, Sorel ou Maurras, voire G
2 1938, Journal d’Allemagne. 1. Journal (1935-1936)
2? Un peu de prudence dans le cynisme, nous dirait Machiavel, le vrai, qui n’est pas celui qu’invoquent nos réalistes pour justifi
3 1939, L’Amour et l’Occident (1972). V. Amour et guerre
3t se résoudre à batailler. Mais une bataille, dit Machiavel, n’offrait alors aucun danger : « On combat toujours à cheval, couver
4 1942, La Part du Diable (1982). III. Le Diable démocrate
4 à la politique de puissance telle que la formula Machiavel, une politique du romanesque collectif. (Ainsi le mariage d’amour sen
5 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
5» s’écriait avec une admiration mêlée de crainte, Machiavel. La France, l’Italie, l’Allemagne du Sud, s’ouvraient à leur conquête
6 1957, Preuves, articles (1951–1968). Sur deux écrivains politiques (juin 1957)
6Quant au premier, je crains qu’il ne s’inspire de Machiavel, qui écrivait au xviᵉ siècle : Svizzeri, armatissimi e liberissimi. Q
7 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.3. Le problème de la guerre et l’essor des États (xvie siècle)
7 se bornent à décrire ses dures nécessités, comme Machiavel. Certes, pour Jean Bodin (1529-1596), dans sa Méthode pour faciliter
8des États. Voici d’abord des pages peu connues de Machiavel (1469-1527), tirées de son Art de la guerre 82 . Il y développe une
8 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. II. Prises de conscience européennes. De Pierre de Bois à l’Abbé de Saint-Pierre, (xive au xixe siècle) — II.4. « Têtes de Turcs »
9et Bello Turcico Dialogus. Vives y reprend, après Machiavel et tant d’autres Renaissants, le vieux thème grec de l’opposition Asi
9 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VI. L’Europe en question : de Spengler à Ortega — VI.1. « Tout s’est senti périr »
10 dictatures totalitaires, qui pratiquent beaucoup Machiavel, ont confiance, elles, en leur principe, qui est la force et la ruse,
10 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.2. Vertus et valeurs européennes
11ni l’abstrait. Ils ont toujours recherché — comme Machiavel l’a dit — les vertus initiales, celles que nous reconnaissons chez So
11 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
12eri armatissimi e liberissimi ! peut alors écrire Machiavel, qui s’y connaît. Berne a des ambitions à l’ouest, Zurich au nord, le
12 1977, L’Avenir est notre affaire. III. Repartir de l’Homme — 14. L’autogestion politique
13 mais Savonarole et la pré-Réforme, pas seulement Machiavel et le discours du Prince, mais Pic de la Mirandole et le discours sur