1 1953, La Confédération helvétique. 1. Le peuple et son histoire
1e roi François Ier fut complètement battu. Mais à Marignan, en 1515, les Suisses furent contraints de quitter le terrain après d
2ancienne Confédération. Le crépuscule sanglant de Marignan marque la fin du rêve héroïque de Schiner. Mais cet échec militaire n
3erminée trois siècles auparavant sur la plaine de Marignan. ⁂ Lorsque éclata la Révolution française, la Suisse se vit brusqueme
4wingli au début du xvie siècle, et la défaite de Marignan elle-même n’eussent peut-être pas suffi, si les divisions religieuses
2 1964, Preuves, articles (1951–1968). Un district fédéral pour l’Europe (août 1964)
5 ?) Bref, ce n’est pas la Suisse de Morgarten, de Marignan ou du xviiie siècle, ni même celle de 1848 qu’il s’agit de sauver au
3 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.5. Ce « petit peuple pacifique… »
63 septembre de 1515, la « bataille de géants » de Marignan, le cardinal et prince d’Empire Mathieu Schiner, à cheval sur sa mule
7ille, marque la fin d’une épopée. Une année après Marignan, à Fribourg en 1516, les Ligues concluent avec François Ier un traité
8300 000 couronnes d’indemnité pour la campagne de Marignan, sans compter les pensions accordées aux Ligues rhétiques, aux alliés
9ipauté, et dans les très grandes occasions, comme Marignan, la Coupe d’Europe. Les contingents de nos cantons faisaient la guerr
10lité qui s’instaure au lendemain de la défaite de Marignan résulte donc nécessairement du système des alliances inégales, et les
11ohérente et suivie. Pour la première fois, depuis Marignan, la neutralité n’était plus pour elle une nécessité imposée par l’abs
4 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. I. Le paysage historique, ou comment se forme une fédération — I.7. « Un pays traditionnellement neutre »
12 d’incompatibilité. Le système devait se gripper. Marignan fut le signal d’alarme décisif. La neutralité militaire fut au début
5 1965, La Suisse ou l’histoire d’un peuple heureux. IV. La Suisse, dans l’avenir européen
13 ?) Bref, ce n’est pas la Suisse de Morgarten, de Marignan, ou du xviiie siècle, ni même celle de Quarante-Huit qu’il s’agit de