1 1934, Foi et Vie, articles (1928–1977). Nécessité de Kierkegaard (août 1934)
1deux mains, et lorsqu’il porte ces deux mains sur Marius, ce sont ses mains, non celles de son [p. 615] voisin et non celles d
2 1942, La Part du Diable (1982). IV. Le Diable dans nos Dieux et dans nos maladies
2deux mains, et lorsqu’il porte ces deux mains sur Marius, ce sont ses mains, non celles du voisin, et non celles de la foule q
3 1943, La Vie protestante, articles (1938–1978). Les tours du Diable VI : Le mal du siècle : la dépersonnalisation (19 novembre 1943)
3deux mains, et lorsqu’il porte ces deux mains sur Marius, ce sont ses mains, non celles du voisin, et non celles de la foule q
4 1944, Les Personnes du drame. I. Sagesse et folie de la personne — 3. Kierkegaard
4deux mains, et lorsqu’il porte ces deux mains sur Marius, ce sont ses mains, non celles de son voisin et non celles de la foul
5 1961, Vingt-huit siècles d’Europe. VII. L’Ère des fédérations. De l’Unité de culture à l’union politique — VII.1. Les sources vives
5 C. Flaminius, incarné pour la première fois dans Marius, qui enseigna d’abord à l’Antiquité la splendeur de l’argent — entre
6 1972, L’Amour et l’Occident (1972). Post-scriptum
6ouailles dont Béroul et Thomas, puis Gottfried et Richard nous répètent qu’ils sont nés « pour désirer et pour mourir, pour mou